AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Demande de partenariat
Ven 26 Fév - 20:51 par Invité

» 16.02.16 - LE FORUM FERME SES PORTES.
Jeu 18 Fév - 15:51 par Miss Petunia Garner

» Flash | ft. Lily-Rose Rivest
Lun 15 Fév - 21:05 par Lily-rose F. Rivest

» Never say goodbye because saying goodbye means going away and going away means forgetting (Ninette ♥︎)
Lun 15 Fév - 20:27 par Isobel W. McCoy

» Mon Voisin Du Dessus (MVDD)
Dim 14 Fév - 17:55 par Invité

» À quoi te fait penser ce mot
Dim 14 Fév - 17:55 par Invité

» Le changement, c'est maintenant !
Dim 14 Fév - 12:18 par Shivani K. Shukia

» Une rose à dix
Dim 14 Fév - 12:11 par Isobel W. McCoy

» L'horloge parlante
Dim 14 Fév - 12:10 par Isobel W. McCoy

Points confréries
Delta Upsilon — 825 pts
Kappa Pi — 777 pts
Sigma Nu — 535 pts
Delta Gamma — 510 pts
Pi Bêta Phi — 300 pts
Thêta Xi — 60 pts
Vidéo

Partagez | 
 

 Le vrai plaisir de la dispute, c'est la réconciliation — Seung Joo *O*

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kappa Pi
Disponibilité pour RP : Toujours :P
Featuring : U-Kwon
DC : Ashton D. MyersEnzo MillerFrank EarendNicholas TompkinsGemma OsborneAlexis T. Hoffman
Messages : 136
Who I am? : Un coréen de vingt-deux ans, qui a sa propre histoire, son propre caractère et qui est pas forcément là pour se faire des amis. Qui cherche pas à devenir forcément quelqu'un. Qui a tout perdu, mais qui cherche à tout récupérer. Un gars avec un passé, un présent mais en quête de son futur.
People around me : La bonté s'efface et se perd, et tomber sur celui qui sera ton allié n'est qu'un coup du hasard, un signe que tout n'est pas perdu.
What I've done : Le futur est fait de rencontres, d'incidents, d'évènements, mais surtout de souvenirs et d'expériences. La vie, malgré les obstacles et ses coups du destin parfois fatals, se vit pour chaque instant, pour découvrir, connaitre et se sentir vivre, tout simplement.
Where I'm going :
Social Network : A l'époque, il y avait les messagers, les pigeons voyageurs, les courriers, mais aujourd'hui il y a les mails, les réseaux sociaux. On s'y fait, on s'y habitue, même si on a toujours une boite aux lettres devant la porte, pour la pub et autres courriers déplaisants. Mais moi, je me suis limitée à un casier.
CellPhone : La technologie, ça permet d'avoir ses amis dans sa poche. Les appeler quand t'es dans le fond. Les joindre, en tous lieux, toutes situations. La magie du téléphone.
Relations : - Colocataire et complément de Jae Ji Choi.
- Amélioration croissante avec Seung Joo
- Harper Cool
- Jake, le partenaire de jeu implacable.

Date d'inscription : 12/06/2015
Age : 24
Localisation : Boston City.
MessageSujet: Le vrai plaisir de la dispute, c'est la réconciliation — Seung Joo *O*   Mer 25 Nov - 23:42

HRP : L’intégralité de ce que Lee écrit est en coréen !


Le vrai plaisir de la dispute, c'est la réconciliation
featuring. Seung Joo <3

En dehors de mon habituel pessimisme, je me devais d’admettre que la vie était quand même bien faite. Elle était suffisamment courte pour pouvoir profiter d’une vie pleinement accomplie, sans nous jeter dans l’immortalité insipide, mais était à la fois suffisamment longue pour permettre d’avoir du recul et de rectifier le tir. Je n’en étais qu’au début de ma vie, qui j’espère ne s’arrêtera pas brutalement d’une façon inattendue, et j’avais donc encore bien des années devant moi pour essayer d’être, au mieux, un gars pas trop con. Bien sur, comme beaucoup j’ai fais des erreurs, plus ou moins réparables, mais j’ai également subi ce que beaucoup aiment à appeler la fatalité. Tu sais c’truc débile qui vous fait croire que peu importe ce que tu comptes faire, dire ou penser, une ligne est déjà toute tracée devant toi et peu importe le chemin que tu prendras, tu seras amené au point où la vie a voulu t’y voir. Donc en gros, si t’es destiné à crever, t’as beau te protéger de toutes les façons qu’il soit, tu seras forcé d’affronter ton destin, même si ça te limite à une mort ridicule en chutant de ton lit, seul endroit que tu croyais sûr. La fatalité qu’était la mienne, c’était de me retirer mon seul bonheur dans ma vie, et la rendre monotone. Devenir sourd quand on est musicien, c’est quand même le pire des combles. Et je n’avais pas eu l’optimisme suffisant pour essayer de faire avec. Et aujourd’hui j’en payais le prix fort. Comment ? En étant devenu celui que j’étais, un gars qui n’est décidément pas prêt à accepter sa situation, qui a tendance à voir l’espoir comme une simple ficelle prête à céder sous le poids de trop d’attentes vaines. Et du coup, par moment, ça pouvait me rendre assez imbuvable. Pour certains, je ne changerais rien, mais pour une personne en particulier, je m’étais rendu compte qu’il fallait que j’arrête de déconner.

Seung Joo.

C’est l’incarnation même de l’innocence, de la gentillesse et de la pureté. Comme un petit flocon de neige, qui tombe par hasard au début de l’hiver. Il arrive, dans une douceur et malgré sa froideur, ce petit flocon en devient une chaleur, un baume au cœur. Seung Joo, il était un peu comme ça. Inattendu, discret, mais qui procurait le bien-être autour de soi. Parce qu’il était simple, parce qu’il était lui, et que rien de mal n’émanait de lui. Alors pourquoi on ne s’entendait pas ? Figurez-vous que je ne le sais toujours pas, et que à l’heure actuelle nous sommes encore officiellement « en froid ». Mais il était temps de briser définitivement la glace.

Cette décision ne m’est pas tombée sur la tête comme ça, et c’est triste de dire qu’il aura fallu qu’un événement déplaisant arrive pour que je me rende compte enfin que le malheur n’est pas que mon quotidien, mais aussi celui des autres et que personne n’est à l’abri, et que par conséquent, on peut perdre les gens sans s’y attendre. Et je m’étais senti très mal, parce qu’au fond je ne connaissais pas la raison réelle de notre relation tendue, et que je savais qu’il était important aux yeux de Jae. Alors non, je ne le fais pas non plus pour lui, sinon il est clair que j’aurais du agir depuis bien longtemps, mais pour moi, et pour Seung Joo. Depuis ce terrible événement, il crèche un peu à la maison de temps à autre, et les ambiances pesantes commençaient à devenir lourdes. Je ne pouvais pas quitter l’appartement, et je ne pouvais pas non plus exiger de Seung Joo un départ immédiat, parce qu’à contrario de mon côté parfois très égoïste, très casanier, et parfois un peu cruel, je n’étais pas non plus inhumain. De plus, je ne pouvais pas lui exiger d’excuses de quelques sortes, étant plus que fautif dans cette histoire. Donc, j’avais décidé qu’aujourd’hui, j’irais lui parler. Enfin, à ma façon.

Je profitais du fait que Jae ait du s’absenter plusieurs heures en ville pour préparer le terrain, et engager la conversation avec Seung Joo, bien que jusqu’à présent on ait toujours fait en sorte de nous fuir. C’était le matin, et d’humeur assez joyeuse, avec une petite pointe de nervosité néanmoins, je me mettais à la tâche en préparant, comme j’avais l’habitude, le petit-déjeuner. Souvent j’avais le réflexe de penser pour deux, quand Jae n’avait pas le temps, et inversement, et je n’allais certainement pas ignorer un invité, ce qui était fort honteux, surtout quand on vient d’une éducation coréenne traditionnelle. Tout comme c’était important pour moi, ça l’était pour lui, originaire du même pays. Sur la table je disposais donc du pain, de la confiture, ainsi que deux tasses vides, ne connaissant malheureusement pas ses goûts. A la place, je me contentais de faire chauffer l’eau, et d’attendre. Toutes les minutes, je me retournais, ne pouvant entendre s’il arrivait, et il finit par apparaître dans l’encadrement de la porte. Je ne savais pas s’il était venu parce qu’il avait entendu du bruit, ou parce qu’il croyait que Jae était rentré, mais je profitais de l’occasion pour lui faire comprendre de rester, au cas où il voudrait repartir. Très vite, j’attrapais ma petite ardoise et écrivais à la va-vite en coréen : 커피, 차, 초콜릿 ?* (Café, Thé, Chocolat ?), afin qu’il puisse me répondre, et que je lui prépare. Je lui fis également comprendre qu’il pouvait s’asseoir, en espérant ne pas passer pour quelqu’un qui veut faire monter un interrogatoire.

En attendant que sa boisson chaude soit finie, je demandais ensuite si ça allait, phrase d’usage typique pour commencer une conversation. Pour le moment, ça ne sonnait pas grand discours émouvant, mais fallait bien commencer quelque part, et je préférais attendre d’être assis, pour être concentré sur ses lèvres quand il s’exprimera. Dos à lui, il pourra s’égosiller comme il voudra, ça aura eu un effet proche du néant. Quand j’eus enfin terminé de tout préparer, je venais m’asseoir face à lui, et là c’était le blanc. Je ne savais plus quoi dire. Je laissais place à une bonne minute de silence, avant de me lancer et de brandir ma petite ardoise, qui me donnait un air bien ridicule.

- Je suis désolé.

Je tenais bien la pancarte pour qu’il puisse lire distinctement, avant de la reprendre, d’essuyer nerveusement et d’écrire ensuite :

- Je sais que je n’ai jamais été super avec toi, mais j’aimerais vraiment que ça change. Mais je comprendrais si tu ne veux pas…

Avant d’aller plus loin, je voulais tout de même m’assurer que je ne me lançais pas dans des efforts qui ne mèneront à rien, et surtout qu’il soit prompt à vouloir communiquer avec moi, avec une patience d’or, car c’était jamais évident de vraiment « avoir une conversation » quand ça consiste à brandir des pancartes.
© Sashette


_________________
Kappa Pi dans l'âme & Dans le coeur
I want someone to love me, for who I am. I want someone to need me, is that so bad? I wanna break all the madness, but it's all I have. I want someone to love me. For who I am —
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Homme d'entretien à l'école
Disponibilité pour RP :
Featuring : Pyo Jihoon
DC : Kyaw Ne Min, Logan C. Maxwell, Marine Martel, Alayna Keane & Jake I. Wilson
Messages : 106
Who I am? : Un peu paumé
People around me : Dans le vaste monde
Where I'm going : A errer
Social Network : /
CellPhone : Le monsieur n'a pas de portable
Date d'inscription : 14/07/2015
Age : 25
MessageSujet: Re: Le vrai plaisir de la dispute, c'est la réconciliation — Seung Joo *O*   Sam 26 Déc - 17:24



Seung Joo, il a encore du mal à y croire. Il a du mal à se dire que c'est fini, qu'il ne les verra plus. Dans un sens, c'est un soulagement pour lui, parce qu'ils lui ont fait vivre les moments les plus terrifiants de sa vie. Pourtant, il n'a pas eu une vie facile avant ce kidnapping. Sauf que dans un autre sens, personne n'a aucune idée d'où ont fui les deux coupables. Ils peuvent venir le chercher à tout moment, ils peuvent venir le cueillir comme une fleur, comme la première fois. Et comme la première fois, il ne se défendrait même pas. Parce que Seung Joo, il ne sait pas faire face au danger, parce qu'il est plus fragile qu'une petite fille de 7 ans et parce qu'il a encore plus peur que pendant les 25 premières années de sa vie.
Le brun a conscience que son comportement est ridicule. Il sait qu'il doit s'en remettre, qu'il doit avancer et qu'il n'est plus un enfant. Seulement voilà, dès qu'il se retrouve seul chez lui, dans cet appartement poisseux et étouffant, il panique. Il n'arrive pas à fermer l’œil, il n'arrive pas à rester calme, il n'arrive même plus à respirer. La cave des jumeaux Cazey, celle qui l'a retenu prisonnier, elle était encore pire que la cave de sa grand-mère. Pourtant, il y a passé des heures entières dans le noir, à entendre en boucle qu'il aurait dû mourir à la place de ses parents. On dit souvent que les anciens démons reviennent toujours, lui il pense que des démons, il y en a partout, et que par malchance, il les attire comme le miel attire les mouches. Les bonnes grosses mouches à merde.

Seung Joo, il se dit qu'il a de la chance d'avoir du monde pour lui. Il n'aurait pas pensé, il y a un an à peine, en débarquant de Corée. Mais c'est réel et il a la possibilité de ne pas être seul, de ne pas avoir peur. Ou d'avoir simplement moins peur. Depuis qu'il a été libéré, il ne dort pas chez lui la plupart du temps. Il dort dans l'appartement de Jae Ji et Lee Hae. Dans le lit de Jae Ji, parce que c'est le seul qui arrive à l'apaiser, comme lorsqu'ils étaient enfant. Après plus de 10 ans de séparation sans la moindre explication, tout est revenu comme avant, voire encore plus fort. Et Seung Joo, ça lui plaît bien. Sauf qu'il y a un petit détail, d'une soixantaine de kilos environ, en la personne du colocataire de son ami d'enfance. Le garçon n'est pas méchant, loin de là, il est juste trop… proche de Jae Ji. En soi, ce n'est pas dramatique, mais le petit concierge de l'école a juste l'impression d'être de trop. Toujours d'ailleurs. La preuve, Lee Hae ne lui parle même pas, il ne lui a pas adressé un mot depuis qu'ils se connaissent. Des sourires, on n'en parle pas. D'accord, il n'entend plus rien, mais Seung Joo ne voit pas, dans sa naïveté légendaire et dans son innocence agaçante, en quoi ça le gêne pour utiliser ses cordes vocales.

Alors Seung Joo, il est devenu champion au jeu du cache cache. Lee Hae n'est pas mal non plus, dans son genre. Ils préfèrent tous les deux ça plutôt que de ressentir la même tension à chaque fois qu'ils sont présents dans la même pièce. Lui, il n'a jamais été démonstratif, de toute façon, mais le comportement du Kappa Pi a tendance à l'effrayer et à le braquer encore plus. Jae Ji a dû sortir ce matin et comme d'ordinaire, le petit brun reste caché dans la chambre pour éviter d'avoir à croiser l'autre habitant de l'appartement. C'est la meilleure technique qu'il ait trouvé à ce jour, mais ce matin, c'est quelque chose qui ne va pas fonctionner. Ce matin, il lui faudrait surtout un sort d'invisibilité. En effet, il a oublié son livre dans le salon et il n'a rien d'autre à faire. Pour une fois, il ne travaille pas de la matinée, il lui faut bien des moments de repos. Il n'a même pas pris d'arrêt après le kidnapping, même si Miss Garner le lui aurait accordé à l'école. Il soupire avant de sortir une tête hasardeuse de la chambre. Lee Hae est bien dans la cuisine, il n'a pas vraiment le choix. Il se lance, décidé à faire un effort, ne serait-ce que pour le remercier d'avoir été là pour Jae Ji tout le temps de sa disparition.

Dès qu'il pose un pied dans la cuisine, il avale sa salive. Il aimerait pouvoir prendre son livre et repartir en ignorant la présence de l'artiste mais il n'est pas comme ça. Au fond, il aimerait bien s'entendre avec lui et ça le fait souffrir de se dire souvent que le jeune homme ne l'apprécie pas. Lui, il ne veut pas se mettre entre lui et Jae, il ne veut pas déranger qui que ce soit. Il lève un regard hésitant vers le plus jeune, qui se dépêche d'écrire quelque chose sur une ardoise. Il lui demande ce qu'il veut boire pour le petit déjeuner. Seung Joo réfléchit un instant, il n'aime pas le café. Il a découvert le chocolat chaud récemment, mais il préfère quand même le thé, seule boisson hormis l'eau qu'il ait eu le droit de goûter durant son enfance. Sa voix se fait timide alors qu'il répond en coréen.

- Du thé s'il te plaît. Merci.

Sauf que voix timide ou non, ça ne change rien. Lee Hae ne peut pas l'entendre, il est sourd, et le plus vieux ne sait pas s'il a réussi à capter sur ses lèvres ce qu'il désire. Il lève alors deux doigts pour lui faire comprendre que c'est la deuxième proposition qui l'intéresse. Il voudrait bien lui lancer un sourire mais on lui a toujours interdit de le faire, alors il se retient. Le colocataire de Jae Ji lui fait comprendre qu'il peut s'asseoir et il obéit docilement, n'osant cependant pas le regarder. C'est souvent compliqué de communiquer, puisqu'il ne connaît pas la langue des signes et qu'écrire n'est pas le plus pratique. C'est bien pour ça qu'il s’attelle, la plupart du temps, à ne pas communiquer avec lui. Cependant, il arrive à comprendre la question et répond qu'il va bien, aussi bien qu'il puisse aller après ce qu'il s'est passé à Halloween. Par contre, il ne sait pas comment retourner la question, alors il ne fait rien, un air gêné sur le visage.

Seung Joo, il a l'impression qu'il n'est pas à sa place. Lee Hae s'installe en face de lui et un instant, il a juste envie de s'enfuir pour aller s'enfermer dans la chambre. Il y resterait toute la matinée et irait travailler l'après-midi, chez les particuliers. C'est quand même une honte d'avoir si peur d'un être humain mais il ne peut pas s'en empêcher. Après quelques instants très gênants, la petite ardoise est de nouveau levée. Le jeune homme lit les quelques mots inscrits et n'en croit pas ses yeux. Il sait qu'il a parfois du mal à lire correctement, mais sur ça, il ne se tromperait jamais. Lee s'excuse, il est désolé. Mais de quoi au juste ? Même s'ils ne s'entendent pas, il ne lui a jamais rien fait de mal. La bouche ouverte, le garçon s'apprête à demander pourquoi quand il voit l'autre écrire de nouveaux mots. Encore une fois l'ardoise se dresse fièrement. Il veut que les choses changent entre eux, il admet ne pas avoir été toujours bien avec lui. Non, au contraire, il n'a jamais été méchant, Seung Joo ne lui reproche rien, c'est lui qui est arrivé comme ça, qui a dérangé les deux colocataires très proches l'un de l'autre, c'est lui qui est venu se rajouter sur un duo peut-être un peu plus fusionnels que de simples amis. C'est l'idée qu'il se fait, même s'il a tort, au final. En lisant ces mots, Seung Joo se trouve horrible d'être si distant, d'être si fuyant. Lui aussi aimerait que ça s'arrange. Il sent ses yeux devenir humides et détourne la tête. Sauf qu'il ne peut pas rester dans cette position, sinon Lee Hae ne pourra pas lire sur ses lèvres. Il tente de parler à une allure normale, pas trop rapide, en coréen et en articulant du mieux qu'il le peut.

- Je suis désolé aussi. C'est de ma faute, je suis arrivé comme ça, je vous dérange. Je te vole Jae Ji. Je suis un boulet pour vous. J'aimerais aussi que ça change, quand je serais prêt, je retournerai dans mon appartement pour vous laisser tranquilles tous les deux.

Seung Joo, au final, il a juste trouvé une autre manière de fuir. Mais ce n'est pas pareil, parce qu'il veut aussi que les choses s'arrangent, il voudrait bien voir Lee Hae sourire de temps en temps. Il voudrait aussi l'entendre parler, rien qu'une fois, mais il sait qu'il ne faut pas trop en demander. La voix de Lee, c'est Jae, tout comme les yeux de Jae sont Lee. C'est à double sens et Seung Joo n'oublie jamais ce lien entre les deux garçons. Les mains légèrement tremblantes, le brun lève la tasse jusqu'à ses lèvres avant de boire quelques gorgées. Il ne sait pas s'il doit dire ce qu'il a en tête mais il se dit aussi que c'est la base d'une relation de confiance, dire les choses. Les vraies choses. Finalement, il se lance, il n'y a pas grand-chose à perdre.

- Je sais que c'est ridicule mais… tu me fais peur. Je suis désolé de m'enfuir à chaque fois, je n'ose pas rester. Pourtant tu n'as rien fait de mal. Au contraire, tu aides Jae Ji bien plus que moi.

Alors que le plus vieux d'entre tous, c'est bien Seung Joo. Le garçon, il travaille déjà, ça fait bien longtemps qu'il ne fait plus d'études, il n'a aucune famille et malgré ses peurs d'enfants, c'est celui qui est censé être le plus adulte. Il essaie de tenir son rôle, parfois, mais il échoue souvent lamentablement. Il sourit doucement, il se l'autorise pour une fois, surtout parce qu'il est content de la tournure des choses. Il a peur, bien évidemment, mais pour la première fois depuis qu'il le connaît, il se sent aussi un peu détendu en compagnie de Lee Hae.

- Tu veux que j'écrive ou tu arrives à suivre ?

En fait, au fond, Seung Joo espère qu'il n'aura pas besoin d'écrire, parce qu'il ne sait pas trop bien le faire. Même en coréen, sa langue natale, il n'est pas très doué. Il fera l'effort, c'est certain, mais il se dit que ça sera peut-être pire qu'autre chose.

_________________
J'ai appris que le courage n'est pas l'absence de peur, mais la capacité de la vaincre.
Nelson Mandela
(c) Arwy


Seung Joo parle en navy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le vrai plaisir de la dispute, c'est la réconciliation — Seung Joo *O*
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Derek de Saxe,« En amour comme à la chasse, le vrai plaisir est de braconner. »
» Photo de la restauration de mon DEUTZ F4L514 ( un vrai plaisir de rouler avec un tracteur pareil!!)
» Hermy: Un vrai panier percé.
» Partie de plaisir
» Le vrai masta

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life in Boston rpg :: Boston City :: Charlestown :: Appartement de Jae Ji Choi & Seung Joo Park-
Sauter vers: