AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Demande de partenariat
CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun) EmptyVen 26 Fév - 20:51 par Invité

» 16.02.16 - LE FORUM FERME SES PORTES.
CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun) EmptyJeu 18 Fév - 15:51 par Miss Petunia Garner

» Flash | ft. Lily-Rose Rivest
CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun) EmptyLun 15 Fév - 21:05 par Lily-rose F. Rivest

» Never say goodbye because saying goodbye means going away and going away means forgetting (Ninette ♥︎)
CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun) EmptyLun 15 Fév - 20:27 par Isobel W. McCoy

» Mon Voisin Du Dessus (MVDD)
CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun) EmptyDim 14 Fév - 17:55 par Invité

» À quoi te fait penser ce mot
CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun) EmptyDim 14 Fév - 17:55 par Invité

» Le changement, c'est maintenant !
CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun) EmptyDim 14 Fév - 12:18 par Shivani K. Shukia

» Une rose à dix
CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun) EmptyDim 14 Fév - 12:11 par Isobel W. McCoy

» L'horloge parlante
CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun) EmptyDim 14 Fév - 12:10 par Isobel W. McCoy

Points confréries
Delta Upsilon — 825 pts
Kappa Pi — 777 pts
Sigma Nu — 535 pts
Delta Gamma — 510 pts
Pi Bêta Phi — 300 pts
Thêta Xi — 60 pts
Vidéo

Partagez
 

 CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PNJ
Petit nouveau
Messages : 37
Date d'inscription : 14/06/2015
MessageSujet: CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun)   CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun) EmptyDim 14 Juin - 23:36

Summer Party

Aujourd'hui sonnait la fin de l'année scolaire. Les étudiants étaient tous de bonne humeur, ou presque, alors que d'autres futurs diplômés attendaient avec impatience leurs résultats. Aujourd'hui, on pouvait aussi dire bonjour aux vacances d'été et même si le jour annonçant la saison n'était pas le 14 juin, le temps estival était au rendez-vous à Boston. Certains vont devoir laisser leur place à de nouveaux venus et d'autres devront très probablement recommencer leur année, mais perdront-ils pour autant cette bonne humeur ? Non, parce qu'il y avait cette soirée qui se préparait. C'était une tradition à Boston, chaque année, le jour annonçant le début des vacances se terminait par une soirée dans une des plus grandes salles de réception de l'université. La salle était décorée de manière festive, des spots et des néons inspirait la fête. D'un coin à l'autre de la salle, des petits salons étaient aménagé pour ceux qui voudraient reprendre leur souffle, un DJ faisait chauffer ses platines et au fond de la salle, une scène. Sur cette scène, des artistes en herbe voulant se faire connaitre s'emparent du micro pour tenter de déchainer la foule et puis sur la gauche, de longues tables avec de quoi se restaurer, mais aussi et surtout de quo boire. Soda, bière, alcool, de tout pour plaire aux plus grands comme aux plus petits. Aujourd'hui, vous allez fêter le début de l'été, mais aujourd'hui vous allez aussi faire un premier pas vers une nouvelle vie. Alors, êtes-vous prêt à fêter cette nouvelle vie ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun)   CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun) EmptyLun 15 Juin - 16:14

Robe Iris *

Depuis plusieurs jours maintenant, Iris se trouvait à Boston. Avant ça, elle avait passé quelques mois à Miami, elle s'y était certes bien amusée, elle y avait fait des rencontres plus intéressantes les unes que les autres, mais aujourd'hui ses parents en avaient décidé autrement. Le sujet du mariage était toujours d'actualité, mais il fallait aussi qu'elle pense à son avenir. Sa mère était assez conne pour ne pas comprendre que si Cobb avait décidé de la faire redoubler, c'était parce qu'elle était arrivée trop tard. Et oui, c'était ça de changer ses enfants d'endroit pour un mariage. Elle n'aurait jamais pu s'en sortir à l'université en ayant vu le quart du programme de Senior. Catherine avait caractérisé cette école de mauvaise, ne comprenant pas pourquoi il avait refusé qu'elle passe en classe supérieur et donc, s'était mise en tête de la changer d'endroit, encore. Finalement, le résultat était le même, puisque Iris devait quand même recommencer sa senior. Pendant que sa mère s'époumonait dans le bureau de Cobb, elle se demandait quand allait-elle pouvoir rentrer chez elle pour préparer ses affaires et décoller pour Boston. Elle n'en avait rien à faire de recommencer, elle trouvait d'ailleurs ça normal finalement. Une fois les pieds sur le sol bostonien, elle avait fait ce qu'il fallait pour pouvoir intégrer une confrérie et commençait une nouvelle vie. Elle ne vivait plus dans le luxe de papa et maman, elle vivait à la confrérie en partageant une chambre avec une autre fille. A première vue, Iris avait été sceptique quant à leur entente mutuelle, mais avec les jours qui passèrent, les deux jeunes filles se rapprochaient au point de finalement s'entendre parfaitement bien. Un point pour Boston, 0 pour Miami.

Ce soir sonnait la fin des cours. La jeune Stewart n'était pas concernée, mais comptait bien fêter ça dignement avec les autres étudiants concernés. Elle ne connaissait pas encore grand-monde, mais comptait bien participer et se faire connaître. Elle était une Delta Gamma, c'était leur but et même sans ça, elle arrivait facilement à ce qu'on sache qui elle est. Beaucoup avaient du mal avec ses airs de petite princesse, mais d'autres s'y faisaient et arrivaient à la tempérer, mais ceux-là se faisaient rare. Assise sur son lit, en affichant une mine boudeuse, elle regarda ses vêtements éparpillés sur le sol de la chambre. Elle avait retourné toute sa garde-robe pour pouvoir trouver quelque chose à se mettre et finalement, quitta l'endroit pour se rendre en ville. Elle n'avait rien à se mettre et il était hors de question qu'elle y aille en short, ici on n'était pas à Miami et on ne se baladait pas en tong quand on le souhaitait sous prétexte que plus loin se trouvait la plage. Iris entra dans le premier magasin Dior qu'elle croisa et en fit le tour. Elle tomba sur une robe plutôt jolie, mais en cherchant sa taille, elle ne trouva rien. Toutes celles qui se trouvaient là étaient beaucoup trop grande et c'était ce genre de détails qui pouvaient l'exaspérer plus qu'autre chose. "Excusez-moi, je ne vois pas la taille S" Une femme tirée sur quatre épingles vint à sa rencontre, sourire commerciale aux lèvres "Je suis désolée, ce coloris n'existe pas en taille S, mais nous avons le même modèle en bleu si vous le souhaitez ?" Iris dévisagea la vendeuse. Comme si elle allait mettre du bleu. "Je vais à une soirée, pas au carnaval. J'ai pas envie de mettre du bleu, je la voulais en blanc. Comment se fait-il que vous ne vendiez pas cette robe en blanc ? Dior a décidé de donner dans les hippopotames ou quoi ?!" La jolie blonde sortit de la boutique sans se retourner, à la recherche d'une jolie robe blanche, pas trop longue, et surtout à sa taille. Elle entra dans une autre boutique de luxe et enfin, elle trouva son bonheur. Certes, le prix de la robe équivalait à un nombre à 3 chiffres, mais elle s'en fichait, puisque de toute façon sa mère allait la lui rembourser. En repassant devant la boutique Dior, elle présenta sa robe à la vendeuse en lui soutenant bien qu'elle avait trouvé mieux, ailleurs et tout ça, accompagné d'un de ces sourires hypocrites dont elle avait le secret.

Une fois de retour à la confrérie, Iris montra sa robe à sa nouvelle colocataire "Tu sais quoi ? Dior fait dans les grandes tailles maintenant, pas moyen de trouver une robe blanche en taille S ! Elle voulait me vendre son horreur bleue. En bleu ! C'était immonde" En voyant l'heure défiler, Iris s'empressa de se doucher et de s'apprêter. Elle opta pour des Louboutins blanche et une fois prête, attendit que Marine le soit à son tour. "J'espère que ce ne sera pas tarte cette soirée, sinon je vais me pendre". Les deux jeunes filles finirent par se rendre au lieu dit où se déroulait la soirée. En voyant les invités, Iris ne pu s'empêcher de sourire, parce qu'elle savait bien qu'elle trouverait bien de quoi s'amuser dans tout ce beau monde. Elle se dirigea vers les tables et pris deux verres de vodka pour en rapporter un à Marine "Une bonne soirée commence avec de l'alcool, ma chère !"
Revenir en haut Aller en bas
Jae Ji Choi
Colors Around Me They're Fading Away
Disponibilité pour RP : Disponible :D
Featuring : Yoon Doojoon
DC : James P. Cobb E.
Eoin Johnstone
Gwen E. Foster
Soon: Nikolaï A. Koslovski

Messages : 145
Who I am? : A Brigh Red Rose Who Comes Bursting Out of the Concrete.
People around me : They Are Green or Red... Well Red or Red in fact...
What I've done : CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun) L6tx
Relations : Lee Hae Hyuk -> Grand ami/Essentiel *-*
Seung Joo Park -> Pillier de ma vie
Maïa R. Hope -> Muse
Iris E. S. Min -> Pride & Prejudice...

Date d'inscription : 12/06/2015
Age : 24
Localisation : Boston Yeaah
MessageSujet: Re: CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun)   CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun) EmptyLun 15 Juin - 22:58

Champagne !
Interactions: Lee Mention: Maïa

Est-ce que j'ai pas fait une connerie en partant de Corée ? C'est vrai que je me lance totalement dans l'inconnu et même si je ne veux pas le montrer à mes parents au fond ça me fait quelque chose de quitter cet endroit qui a été ma maison pendant 20 ans et je partais pour une ville que je ne connaissais pas, dans un pays à la culture qui m'étais totalement inconnue. Mais c'était la seule chose à faire parce que je ne pouvais tout simplement pas rester là bas, avec ces deux monstres, j'imagine que c'est un soulagement pour eux de ne plus m'avoir dans leurs pattes, je suis même sûr qu'ils disent autour d'eux qu'ils n'ont pas de fils, c'est tellement plus simple que d'admettre que leur fils a un handicap qui l'empêchera de remplir tout les grands espoirs de la famille et puis un fils artiste vous imaginez la honte pour une famille respectable et travailleuse comme la notre ? Enfin je dis la notre, je ne sais même pas si j'en fais encore partie de cette famille mais je porte toujours leur nom de famille, histoire de bien leur rappeler que j'existe encore, qu'ils ont un fils. Je crois qu'un truc qui me plairait bien ce serait que je devienne célèbre et qu'ils soient confrontés à cette popularité, qu'il s'en rende compte, je pense que ça me ferait bien rire. Mais il me reste un grand parcours avant d'arriver à une hypothétique célébrité. Je devais d'abord partir à la conquête de Boston. Si la culture américaine m'est pour l'instant totalement étrangère, je n'ai pas peur de rencontrer des nouvelles personnes, de toute façon je ne suis pas très porté sur la sociabilité, je m'éloigne souvent des personnes, parce qu'on a pitié de moi et que je ne supporte pas çà, je suis normal, ce n'est pas parce que je vois différemment que les autres que je suis tout de suite à plaindre, alors oui je préfère m'éloigner plutôt que de côtoyer toute cette bande d'hypocrites.

Boston donc, et dans une grande université, le truc qui me prend la moitié de ma bourse scolaire, un quart passe dans le loyer de l'appartement et ce qui me reste me sert à survivre, peut être que si je vends quelques peintures ça pourrait m'aider, mais visiblement les peintures sans vert ça rebute les gens. Quand on m'a dit en arrivant à Boston que je n'allais pas vivre seul et que j'allais devoir partager mon appartement j'ai un peu grogné, j'avais envie d'être totalement indépendant et c'est en traînant des pieds que je suis allé dans le bureau de Miss Garner la directrice pour rencontrer mon colocataire et je n'ai pas grogné longtemps. Mon colocataire s'appelle Lee Hae Hyuk, un compatriote. Il est sourd aussi, le deal c'est que j'apprenne le langage des signes pour devenir son interprète, ses oreilles et sa bouche. Et étrangement je me suis très vite lié à lui, ne pas percevoir le monde comme les autres je sais ce que c'est. Apprendre le langage des signes c'est tout sauf simple et même après trois semaines d'apprentissage je galère encore, heureusement Lee a une application qui lui permet de communiquer mais petit à petit j’apprends à parler en signant. On s'entend très bien, deux artistes dans l'âme, je suis ses oreilles et il est mes yeux, nous sommes devenus indispensables l'un pour l'autre. Ce soir nous avons nos premiers pas dans l'univers du lycée et de la faculté de Boston. Une fête est donnée pour la fin de l'année, avec tout les étudiants, nous nous ne commencerons que les cours en août mais c'était l'occasion de découvrir nos camarades et aussi les membres de notre confrérie, les artistes, les Kappa Pi. Nous aurions pu aller habiter avec eux mais vu les circonstances on a jugé mieux d'avoir un appartement à nous. Notre présidente Maïa était quelqu'un de très sympathique, j'allais souvent dans le salon de thé où elle est serveuse. La soirée donc, je ne me sens pas nerveux ni excité plus que ça, une formalité c'est tout vu que je ne suis pas du genre sociable je n'allais pas changer mes habitudes. Habillé tout de même en costume, j'attends Lee qui finit de se préparer, quand il ressort de sa chambre je signe maladroitement : « Tu es prêt ? Ok c'est parti alors. » Ensemble nous nous rendons à pied jusqu'à la salle où rugit déjà la musique, où les éclairages sont éblouissant et où tout le monde danse et se bouscule, des bouteilles et des verres sur les tables, je prend une inspiration et j'entre. La musique, je me demande comment Lee la ressent, si il ne l'entends pas il doit ressentir les vibrations, les basses, je suis fasciné par son courage d'aller dans une fête, il a tout mon respect pour çà, moi le seul risque que je prend c'est de confondre un projecteur vert avec un rouge, ou du punch pour du vin rouge. « Y'a du monde n'empêche et bien j'espère que ça se passera bien ce soir, après tout on va voir tout ce monde pendant toute l'année » signais-je à Lee avant d'ajouter. « Tu bois quelque chose ? »
Tenue de Jae

Emi Burton

_________________
Kappa Pi dans l'âme & Dans le coeur
Colors Around Me They're Fading Away And I'll Be Here Waiting Come What May I'll Find You, Yes I'll Find You, If I've Gotta Be The Man Who Walks The Earth Alone (Noel Gallagher's High Flying Birds-Ballad of The Mighty I).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marine Martel
Présidente des Delta Gamma
Disponibilité pour RP :
Featuring : Jessica Stroup
DC : Kyaw Ne Min, Logan C. Maxwell, Alayna Keane, Seung Joo Park & Jake I. Wilson
Messages : 137
Who I am? : La Princesse
People around me : Et ses sujets
Where I'm going : Dans son Royaume
Social Network : Tumblr
CellPhone : Téléphone & casier
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 25
MessageSujet: Re: CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun)   CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun) EmptyLun 15 Juin - 23:19

Tenue de Marine

Il y avait certaines recrues pour lesquelles c'était très long, et d'autre pour lesquelles c'était hyper rapide. Je faisais partie de ces dernières et ma colocataire, Iris, également. Il ne nous a pas fallu très longtemps pour montrer qui nous étions et pour être reconnues à notre juste valeur. Étant récemment arrivée et elle encore plus, nous avions été mises dans la même chambre. Au départ je dois avouer que je me méfiais, mais j'ai eu tort. Elle était le type de personne que j'appréciais et nous nous entendions très bien. Ce soir d'ailleurs, nous allions au bal même si nous n'avions pas été là de l'année. J'étais là depuis un mois, j'avais eu le temps de me faire des connaissances et surtout la chef des Delta Gamma, ce qui était très important.

J'avais acheté pour l'occasion une petite robe, assez chère mais pas trop trop non plus. Je devais m'y faire, je ne pouvais plus, pour le moment, faire autant de dépense qu'avant. Avec les shooting, ça allait revenir, je devais être patiente. Alors que j'étais en train de me maquiller, Iris revint justement pour se préparer aussi. Elle me montra sa robe tout en se plaignant.

- Ah ouais, dans les grandes tailles ? Eh bah, j'aurais pas pensé ça d'eux, ça me déçois tiens. Elle t'a pas donné d'excuse pour pas avoir de taille plus petite ?

D'ordinaire, je n'ai pas de mal à trouver chez Dior, mais la mode est à assumer ses rondeurs, peut-être qu'ils s'y sont mis aussi ?

- En tout cas elle est très jolie, moi aussi j'ai misé sur le blanc d'ailleurs.

Elle fila à la douche, moi je l'avais déjà prise. Je finis de coiffer mes mèches rebelles avant d'enfiler à mon tour ma robe. J'aimais bien la mettre en dernier, comme pour bien compléter tout. Puis surtout ça évitait que du maquillage tombe dessus, blanche et chère comme elle était ça aurait été une catastrophe. Je regardai Iris en souriant.

- Elle te va bien. Je mets mes chaussures et je suis prête à y aller.

J'enfilai mes talons et vérifiai une dernière fois que j'avais bien tout. Ça semblait être bon, nous pouvions partir.

- J'espère aussi, mais tu sais, on peut toujours mettre un peu d'ambiance nous…

Je ne connaissais pas encore trop Boston et Iris encore moins. Elle avait passé un petit temps à Miami, ça devait être bien différent. Sans compter qu'ici Miss Garner veillait sur tout et donner vraiment envie de foutre le bordel rien que pour voir la colère sur son visage. Je souriais alors que nous partions. J'avais un petit secret que je comptais bien dire à Iris une fois arrivée là-bas. J'étais fière de mon coup, je ne pouvais pas vraiment attendre plus longtemps. Je constatai, arrivée sur place, que c'était un bal de promo assez standard, il n'y avait rien d'étonnant à ça. Je fus tout de même étonnée de voir l'alcool quand Iris me tendit un verre de vodka.

- Toi tu connais les bonnes valeurs !

La première gorgée me brûla un peu la gorge mais les suivantes furent du pur bonheur. Ainsi Miss Garner avait accepté ça ? Ou peut-être n'était-elle pas au courant, ce qui était encore mieux. Visiblement quelques personnes avaient déjà bien abusé sur les verres et les autres dansaient joyeusement sur la piste de danse. Du regard, je repérai notre chef puis me tournai vers Iris.

- Tu te souviens notre chef ? On la voit pas trop trop en ce moment, elle prépare son dossier pour Harvard.

Ce qui était vrai, elle partait là-bas l'année prochaine. Peut-être que la blonde ne voyait pas où je voulais en venir et moi j'affichais un petit sourire malicieux.

- Elle vient d'avoir son diplôme, donc elle s'en va l'année prochaine. Ce qui veut dire qu'on n'aura plus de chef… A moins qu'ils en aient déjà trouvé une nouvelle…

A mon ton, le doute ne pouvait pas planer très longtemps. J'étais très excitée par cette nouvelle responsabilité. J'avais un peu peur que les autres filles le voient mal, étant donné que certains étaient là bien avant moi, mais Jessica m'avait assuré qu'il n'y avait pas de problème. Les plus jeunes ne se sentaient pas prêtes, les plus vieilles ne voulaient pas non plus. Il y aurait sans doute quelques jalouses, c'était sûr, mais pas de quoi réveiller un mort, je l'espérais.

- Bientôt je serai à la tête des Delta Gamma, c'est génial ! Puis yaura aussi les cheers à s'occuper, mais je comptais pas le faire toute seule, ça te dirait ce poste ?

Une fois une réponse obtenue, je balayais de nouveau la salle jusqu'à ce que mes yeux se posent sur une personne en particulier. Je connaissais ces cheveux, j'en avais même été folle. Je m'attendais bien à le croiser à Boston, mais je ne pensais pas voir James au bal ce soir, c'était encore mieux que ce que je pensais. Bon, ça ne m'arrangerait pas qu'il soit là ce soir, encore plus s'il était accompagné mais ça n'avait pas l'air, aucune grognasse pour se coller à lui. J'avais une petite idée mais je comptais attendre un peu pour ça. Je continuai pour tomber sur un autre visage connu. Légèrement halé et bridé, je l'ai croisé une ou deux fois. Il n'a pas été très causant et ce soir aussi il a l'air seul.

- Tu viens, on va voir un ami ?

Iris me suivit et en chemin je lui glissais quand même ce que je savais sur lui.

- Il est nouveau aussi, et les Pi Beta Phi l'ont repéré, il devrait pas tarder à rentrer dans la fraternité. On sera amené à le voir de toute façon, s'il est vraiment chez les Pi.

On ne le voyait que de dos pour le moment, mais j'étais sûre que c'était bien lui. Kyaw Ne Min, je ne savais plus trop d'où il venait d'ailleurs mais pas des États-Unis. Arrivées à sa hauteur, je posais pas main sur son épaule pour qu'il prête attention à nous et lui souris.

- Bonsoir Kyaw ! Tu vas bien ? Je te présente Iris, c'est ma colocataire chez les Delta et une amie.

Pendant que je parlais, la musique changea pour quelque chose de plus doux, type slow. Je pouvais saisir l'occasion et je ne m'en privais pas.

- Et si vous dansiez tous les deux pour faire connaissance ?

Honte à moi de les abandonner mais j'avais en tête d'aller chercher mon propre cavalier, qui attendait toujours dans l'ombre de la fête. La tête de James en me voyant vaudrait de l'or, à coup sûr.[/color][/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lee Hae Hyuk
Kappa Pi
Disponibilité pour RP : Toujours :P
Featuring : U-Kwon
DC : Ashton D. MyersEnzo MillerFrank EarendNicholas TompkinsGemma OsborneAlexis T. Hoffman
Messages : 136
Who I am? : Un coréen de vingt-deux ans, qui a sa propre histoire, son propre caractère et qui est pas forcément là pour se faire des amis. Qui cherche pas à devenir forcément quelqu'un. Qui a tout perdu, mais qui cherche à tout récupérer. Un gars avec un passé, un présent mais en quête de son futur.
People around me : La bonté s'efface et se perd, et tomber sur celui qui sera ton allié n'est qu'un coup du hasard, un signe que tout n'est pas perdu.
What I've done : Le futur est fait de rencontres, d'incidents, d'évènements, mais surtout de souvenirs et d'expériences. La vie, malgré les obstacles et ses coups du destin parfois fatals, se vit pour chaque instant, pour découvrir, connaitre et se sentir vivre, tout simplement.
Where I'm going : CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun) L6tx
Social Network : A l'époque, il y avait les messagers, les pigeons voyageurs, les courriers, mais aujourd'hui il y a les mails, les réseaux sociaux. On s'y fait, on s'y habitue, même si on a toujours une boite aux lettres devant la porte, pour la pub et autres courriers déplaisants. Mais moi, je me suis limitée à un casier.
CellPhone : La technologie, ça permet d'avoir ses amis dans sa poche. Les appeler quand t'es dans le fond. Les joindre, en tous lieux, toutes situations. La magie du téléphone.
Relations : - Colocataire et complément de Jae Ji Choi.
- Amélioration croissante avec Seung Joo
- Harper Cool
- Jake, le partenaire de jeu implacable.

Date d'inscription : 12/06/2015
Age : 27
Localisation : Boston City.
MessageSujet: Re: CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun)   CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun) EmptyMar 16 Juin - 16:14




Tenue
de
Lee
Jae & Lee
« CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade »

Boston, je m’y plais déjà. C’est un peu cette ville intemporelle qui mêle passé et présent, où en se promenant tu peux visiter et découvrir les époques, les blessures qu’a connu la ville, et les pansements qui sont le fruit d’une collaboration sans faille de la part des habitants. Boston, c’est une belle ville, émouvante, qui m’attire particulièrement pour son histoire très riche et tous ces changements qui ont contribué à donner une société diversifiée, et malgré tout soudée. Et ce schéma se voit également au sein de la fameuse Boston High School, où je suis désormais inscrit en tant qu’élève, prêt à entamer sa troisième année de Master en Littérature à la rentrée, au travers des confréries. Typiques de l’image que nous renvoie les Etats-Unis partout dans le monde, c’est un système merveilleux que je ne cesse d’admirer. Six confréries, six groupes sociaux, six rassemblements d’élèves tous différents, mais tous pareils. Conflits et rivalités sont peut-être en œuvre, mais entraide, et sentiment de famille sont au rendez-vous. Pour ma part, je suis devenu très vite un membre des Kappa Pi, la maison des artistes, ceux qui sont souvent dans la lune, et ne s’arrêtent pas devant une œuvre juste pour dire que c’est moche. Pourquoi chez eux, alors que j’ai coupé le cordon avec le monde de la musique d’où je viens ? Par simple nostalgie, et par désir de réintégrer une communauté, prouver que je suis comme tout le monde, et que la sensibilité ne nécessite pas toujours d’avoir ses cinq sens en actif. Pour preuve, suffit de demander à un Pi Beta Phi en parfaite condition physique ce que représente l’art pour lui, et il pourra se montrer digne d’un crétin sans l’once d’une sensibilité artistique. Or moi, l’art ça toujours fait parti de ma vie, sous toutes ses formes, même si aujourd’hui tout a changé. Mais j’ai intégré une licence de littérature pour la garder près de moi, et aussi je ne me voyais nulle part ailleurs. Peut-être chez les Lambdas, ceux qui revendiquent leur indépendance, mais mon désir de refaire parti d’un « groupe » a été plus fort. Et me voilà, petit membre en devenir, qui en plus de ça fait parti d’un club. Celui de radio. Et oui, mesdames et messieurs, ce n’est pas parce qu’on est aussi sourd que Papi Sam, qu’on ne peut pas faire parti d’un club qui nécessite l’usage de ses oreilles. Et je suis fier d’en être la preuve vivante, ça me donne une raison de plus de montrer que bah sans mes oreilles je suis toujours un humain, et que je suis en pleine possession de mes moyens, et fuck celui qui est pas content.

Boston me permet donc de m’épanouir en tant que nouvelle personne, celle qui a quitté le feu des projecteurs pour reprendre une vie semblable au commun des mortels. Et c’est pas si compliqué que ça finalement, de passer de la célébrité à un parfait inconnu, ça apaise et ça évite les regards incessants sur soi. Je suis donc plutôt heureux de la vie que je mène actuellement. Locataire d’un petit appartement du centre-ville, je le partage avec un arrivant de Corée, tout comme moi. Jae, c’est son prénom, et bien qu’au début c’était un peu tendu, puisque j’imagine que lui comme moi, voulions notre petit cocon individuel, la colocation se passe à merveille. Et c’est devenu je crois mon complémentaire dans cette aventure de la vie ici à Boston. Devenu mon interprète, il m’aide à faire ce que je ne peux pas : communiquer normalement. Alors oui, j’ai bien mon application qui m’aide, mais c’est relativement chiant de toujours être figé sur mon écran de téléphone, puis parfois elle me dit merde. Mais lui, il a choisi d’apprendre le langage des signes, ce que j’admire profondément. C’est loin d’être simple, mais il a relevé le défi, alors qu’il aurait très bien pu refuser, et continuer à vivre sa petite vie de son côté. Mais voilà, il y a aussi le fait que nous avons un point commun indéniable, ce qui rend sans doute notre complicité plus forte : notre handicap. Bon, peut-être est-ce fort comme terme, mais pour certains c’est exactement ce qu’ils voient chez nous, deux handicapés. Alors que bon hein, on n’est pas totalement cons, ni infirmes, ni retardés mentalement, j’entends juste pas, et lui voit juste pas le vert, où est l’handicap là-dedans ? Du coup, on s’enferme un peu tous les deux, avec notre vision des choses bien à nous, et souvent je viens à demander à Jae comment il perçoit ce qui nous entoure, curieux de savoir ce que c’est de vivre dans sa tête, la fascination de voir que malgré tout il est un fana de la vie, des couleurs, de ces explosions de sensations, qu’il retranscrit avec un pinceau et de la peinture. Bref, je l’admire, et ce soir, on va à notre première soirée organisée par le lycée. Notre entrée dans la vie américaine, la première impression de nos futures années ici. Il ne fallait donc pas manquer cette occasion.

Habillé, et prêt, je sortais de ma petite chambre, et vis que Jae avait également enfilé son plus beau costume. Je lui fis remarquer par ailleurs en signant assez lentement pour qu’il saisisse bien le message que je voulais lui faire passer. Il n’en était qu’au début de son apprentissage, et je n’allais pas le mettre plus en difficulté. Il me demanda ensuite si j’étais prêt et j’acquiesçais simplement, avant de le suivre calmement.

Le trajet, on le faisait à pied. J’observais les alentours, toujours curieux d’en découvrir un peu plus chaque jour sur cette ville et culture qui m’était jusqu’il y a quelques temps inconnue. J’aime à rêvasser sur le chemin, mais il n’est pas bien long et nous voilà déjà à l’entrée de la salle des fêtes. Il y a déjà du monde, et tout le monde se trémousse, la lumière se balade de droite à gauche et de grands buffets sont disposés sur les extrémités de la salle. Belle décoration, ambiance festive, le seul hic, c’est que ça manque de vie, de mon point de vue. Un cinéma muet grandeur nature. Je ne sais pas sur quoi il danse, si c’est entrainant, si c’est de l’anglais ou de l’espagnol –j’ose pas imaginer de la musique coréenne ici- et je me contente de les observer danser au rythme de la musique. C’est assez particulier. C’est ma première vraie fête depuis que j’ai perdu l’audition, et bien que j’aie l’habitude d’être fermé aux bruits du monde extérieur, en l’occurrence, là ça fait vraiment bizarre.

- Pour le moment, ils m’ont l’air plutôt sympathiques. Je répondais à Jae qui me faisait part de ses impressions. L’idéal serait de rencontrer des Kappa Pi.

Parce qu’étant riverains d’un quartier voisin de l’école, nous ne vivions pas réellement dans la confrérie, et les chances de croiser des confrères se limitaient à les avoir dans notre classe. Les évènements de ce genre étaient donc primordiaux pour nous de rencontrer des gens comme nous. Je savais juste que notre chef s’appelait Maïa. Mais ce à quoi elle ressemblait, c’était un mystère.

- Je vais me contenter d’un Coca, pour le moment, merci.

J’avais jamais été très alcool, puis du temps où j’avais un contrat avec les BCB, le respect d’une conduite irréprochable ne me permettait pas de boire à outrance comme certains jeunes de mon âge, et en vérité ça ne m’avait jamais dérangé, étant donné l’état déplorable dans lequel finissent certains jeunes. Déjà que j’entendais rien, si en plus je ne me souvenais pas…

Jae était donc parti en quête de nos boissons, et je continuais à détailler les environs. Je repérais assez vite le coin salon, où je rêvais d’y poser mes fesses, ne me sentant pas très apte à danser sachant que le manque de rythme me freinait considérablement. Bien sur, je pouvais me déhancher, mais c’était assez particulier comme situation. Jae revint bien vite avec nos boissons et me tendait mon gobelet. Je le remerciais et pris une gorgée, avant de constater le liquide verdâtre dans le sien. Le punch concocté sans doute par les Sigma Nu et Pi Beta Phi, qui ne lésinaient pas trop en terme d’alcool. Je m’agitais donc, tentant de lui faire comprendre qu’il s’était trompé.

- Jae, c’est pas du jus de grenadine, c’est du punch !

Et sur le coup de la catastrophe, je ne prenais pas le temps de me poser dans mes gestes, tentant d’éviter le pire : qu’il porte le gobelet à ses lèvres. Mais vu son incompréhension, je devais passer pour un fou qui tentait sans doute de lui mimer un zèbre atteint de la vache folle.

- Bois pas ça, bois pas ça !

Mais bon, aucun son ne devait sans doute franchir la barrière de mes lèvres et à l’heure actuelle je devais donner l’image d’un singe qui venait de s’asseoir malencontreusement sur un cactus.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enzo Miller
Président des Sigma Nu
Disponibilité pour RP : Yep.
Featuring : Zico (Wu Ji Ho)
DC : Lee Hae HyukAshton D. MyersFrank EarendNicholas TompkinsGemma Osborne
Messages : 191
Who I am? : Un opportuniste, qui profite de la vie, et le chef des Sigma Nu, accessoirement. Et Cornerback chez les YB, alors si tu me cherches, j'te plaque Wink
People around me : La famille, les amis, les ennemis, bref la smala au complet.
Social Network : J'suis pas Facebook, Instagram et compagnie. Les selfies c'est réservés aux narcissiques, et encore selfie, si c'est égal à se prendre en photo que l'menton... Mais j'ai un casier.
CellPhone : J'te préviens, ce numéro est à joindre en cas d'urgence, ou si on a un minimum de choses en commun. Ceux que j'aime pas, je réponds pas Very Happy
Relations : - Ami d'enfance de Gwen Foster
- Protecteur de Seung Joo, tu touches un d'ses cheveux, t'es mort, pigé ?
- Sous le tutorat d'Hanaé Nguyen
- Travaille pour Eo-w-yn !

Date d'inscription : 14/06/2015
Age : 21
Localisation : Dans ton cul.
MessageSujet: Re: CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun)   CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun) EmptyMar 16 Juin - 17:58




Mention : Iris.
Interaction : Qui veut ?
« CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade »

click

L’annonce d’une fête, chez les Sigma Nu, ça a toujours un effet particulier. Une sensation de regain, et de bonheur. C’est bien connu, la fête, c’est notre dada, et le mien en particulier. J’aime pas me tourner les pouces, et rien faire, assis le cul sur une chaise. Une fête, c’est une occasion de bouger un peu, s’éclater, voir du monde, et surtout casser la baraque. En plus là, c’était organisé à l’école, et nous étions conviés par Miss Garner en personne, et croyez-moi elle va vite avoir le droit à mes premières impressions sur sa merveilleuse fête. Je ne savais pas ce qu’elle nous avait prévu. Et à vrai dire, ça me faisait peur. La connaissant, elle serait capable de tous nous réunir autour d’un petit thé, accompagné de biscuits pour jouer au Rami. Et cette idée me déplaisait fortement, surtout qu’il était toujours très dur d’imaginer la directrice donner son approbation pour des choses telles que des fêtes, ce qu’elle a en horreur. Elle trouve ça dénué d’intérêt, dénigre notre musique de « brute » comme elle aime à l’appeler, et s’évanouit à la vue d’une bouteille où y aurait marqué alcool. Alors bon, imaginez bien mes craintes. D’autant plus que j’aime pas le Champomy. Mais le comble, c’est que j’avais pas le choix que d’aller y foutre mes pieds à cette fête. C’est le soir où l’autre zozo qui dirigeait la confrérie, a décidé de me passer le flambeau. Cérémonie et tout le pataquès, ça m’enchantait guère, mais ça concernait la confrérie alors j’allais faire l’effort. Pour le reste,  on verra bien sur place.

L’après-midi, je la passais à trainer dans la confrérie avec d’autres gars, à spéculer sur la soirée, qui était devenu le sujet phare des derniers jours, et nous n’étions tous pas très rassurés. Certains commençaient même à échafauder des plans pour faire passer de l’alcool en douce s’il n’y en avait pas. D’autres ajoutaient même qu’ils étaient prêts à en verser dans le thé de Miss Garner, pendant qu’elle aurait le dos tourné. Et je riais en imaginant la directrice titubant sur la piste de danse. De toute façon, je ne comptais pas rester sagement dans mon coin, j’avais toujours tendance à venir ajouter mon grain de sel, et cette soirée ne dérogerait pas à la règle.

Quand j’arrivais sur place, c’était tout sauf des parties de Rami à la mamie style que j’observais, mais bel et bien une piste de danse, de la bouffe et DE L’ALCOOL. MAMIE GARNER AVAIT AUTORISE L’ALCOOL. Ou alors, elle était pas au courant. Enfin bref, ça je m’en foutais, c’était une vraie fête et ça me plaisait déjà beaucoup plus. Je m’avançais et remarquais très vite la différence entre moi, et ces crétins de PBP. On voit tout de suite qui a les moyens de passer son budget dans un costume Prada dernier cri, et qui ne les a pas. Mais à vrai dire, je m’en fichais bien d’être bien taillé dans un costume sur mesure, et me réjouissais de ma tenue, pas très approprié au thème classe et sans doute dandy de la vieille croute. Je ne suivais déjà pas le style vestimentaire qu’elle nous imposait, et qui était en l’occurrence de revêtir un uniforme scolaire, alors j’allais pas commencer maintenant. Au contraire, je me sentais plus à l’aise dans mes vieilles fringues, et j’emmerdais profondément tous ceux qui disaient le contraire. On m’a toujours trouvé décalé, parce que j’aime bien tout ce qui est noir, parfois rouge, destroy, un peu hors du commun. Foutre de l’eye liner et des accessoires à ne plus en pouvoir. Mais bon hein, je préfère ça que de me trimballer avec un futal à deux-cent dollars, du genre celui avec lequel t’as peur de t’asseoir. Je trouvais les riches un peu pathétiques, d’autant que certains jetaient l’argent par les fenêtres, comme si c’était normal pour eux de claquer pour une soirée cinq-cents balles. Décidément, nous ne venions pas du même monde et je préférais de loin ma confrérie de pieds niclés, à celle de nos très chers rivaux, les Pi Beta Phi.

Mais trêves de bavardages, nous étions surtout là pour nous amuser, et j’épiais chaque nouvelle venue pour trouver une cible pour m’amuser. Généralement, je chope dans un coin un Theta Xi un peu coincé, qui est en train d’essayer de danser, et je le persuade de faire deux trois trucs pour moi, et je me marre souvent bien. Mais là, ce soir, j’avais envie de changer de proie. Ca m’énervait un peu les soumis terrorisés. Et pour le coup, je visais plus haut, dans l’élite, et je réperais au loin une fille que je n’avais jamais vu auparavant. Blonde, fine et élancée, au visage angélique. Putain qu’elle est bonne celle-là.  Je savais pas son nom, mais il allait très vite falloir remédier à ça. Seulement, bah voilà une Delta Gamma –puisqu’il était évident qu’elle en était une, elle et sa robe qui respirait l’argent à plein nez- ça danse avec les Pi Beta Phi. Ca a toujours marché comme ça, avec cette bande de consanguins. Ils se reproduisent qu’entre eux, ces gredins. Et bon, ça peut paraître peine perdue, mais moi j’m’en fous, je me lance toujours même quand y a pas d’espoir, parce que je suis pas du genre à pas tenter. Sur un malentendu, ça peut marcher, puis je suis surtout là pour m’amuser. A ne pas oublier. Cependant, j’attendais tranquillement dans mon coin, et je commençais à entamer la première bouteille de vodka, en en versant dans mon jus d’orange. A côté de moi, un autre élève hésitait quand au choix de sa boisson, alors je me tournais vers lui.

- Cap ou pas de boire un shooter cul sec de vodka ?

Et pour les défis, c’est parti !

HRPG:
 

© 2981 12289 0

_________________
SIGMA NUENZO MILLER
King of the jungle, kkomadeul jaerongjanchireul meomchwo, bunwigineun beolsseo mureuigeotgo, sunsikgane gaekseogeul jeongbok.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James P. Cobb Earend
Lost But Not Stranded Yet
Disponibilité pour RP : Dispo
Featuring : Xavier Dolan
DC : Jae Ji Choi
Eoin Johnstone
Gwen E. Foster
Nikolaï A. Koslovski

Messages : 202
Who I am? : Logan and I Going Into an Adventure
People around me : It's A New Dawn, A New Day, A New Life for Me, And I'm Feeling Good !
CellPhone : Mes Messages
Relations : le parfait Logan Maxwell *-* <3
Date d'inscription : 14/06/2015
Age : 26
Localisation : Boston
MessageSujet: Re: CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun)   CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun) EmptyMer 17 Juin - 20:36

Champagne !
Interactions: Logan, Marine.

Je n'ai jamais rechigné pour aller à une petit fête au lycée, généralement c'est toujours une bonne occasion de bien s'éclater, donc oui les fêtes au lycée et à la fac ne m'ont jamais dérangées, rien qu'à voir celles que j'ai pu faire à Miami avec Sasha ou Logan. J'aime beaucoup les fêtes et généralement je suis plus quelqu'un de la nuit que du jour, j'aime les fêtes, j'aime qu'on me prévienne à l'avance de certains détails qui pourraient sérieusement dégrader l'atmosphère genre mon ex copine québécoise qui dieu sait ce qu'elle fait à Boston et aussi la fille qui a essayé de pourrir la vie de mon petit frère. Encore Iris qui débarque à Boston ça ne m'étonne pas, avec Logan on faisait bien la même chose, mais que Miss Marine Martel débarque du Québec ça me la coupe, je dois avouer que pour le coup je ne m'y attendais pas du tout et ça ne veut rien dire de bon pour moi. Mais on est pas encore vraiment rendu là, il y a des choses qui se sont passées avant que j'entre dans cette salle avec Logan et que je me retrouve face à Marine. Pas mal de choses en vérité. Qu'est ce que je dois vous raconter, il y a tellement de choses et tout semble s'être passé si vite que je n'ai pas vraiment eu le temps de me rendre compte ce qu'il se passait. J'ai fais bien plus que retrouver mes frangins en arrivant à Miami pour finir ma dernière année de licence en arts appliqués, j'avais vécu des expériences riches en émotions, certaines totalement traumatisantes et d'autres beaucoup plus agréables. Par où commencer ? Pendant trois ans je suis parti à l'étranger pour mes études, d'abord au Québec où j'ai rencontré Marine d'ailleurs, nous avons été ensemble pendant une courte période finalement, je n'ai jamais été à l'aise avec le fait d'être amoureux, c'est moi qui ai mit fin à notre histoire et ce serait un euphémisme de dire qu'elle m'en veut. Après le Québec, c'est deux ans passés en Italie, à Florence dans sa célèbre faculté d'Arts Appliqués. Là bas non plus je ne me suis pas fais que des amis, mais ça après c'est un autre problème, si ils croyaient qu'ils allaient me vexer en me répétant que j'étais trop prétentieux, trop arrogant, trop ceci ou trop cela… Si ils savaient à quel point je m'en fous de ce qu'ils pensent de moi de plus tout ces traits de caractère je serai plutôt du genre à les revendiquer. Mais au bout de deux ans j'ai ressentit le besoin de retrouver mes frangins et puis je devais faire des recherches sur mon vrai père, ce que je ne pouvais pas faire depuis l'Italie. Parmi toutes les choses inoubliables de mon année à Miami, il y a ma rencontre avec Logan, à la base c'est mon colocataire, mais très vite nous sommes devenus pour ainsi dire totalement inséparables. Potes de conneries, nous sommes devenus les terreurs de la patinoire municipale de Miami, les fauteurs de troubles, les deux abonnés aux heures de colle, un miracle qu'on ai validé notre année tout les deux. Mais de inséparables c'est passé à indispensable et de ça c'est passé à « je suis totalement fou de ce mec, je ne supporterai pas qu'il lui arrive quelque chose ». Et plusieurs choses vous pousse comme çà à prendre conscience de cette réalité, une tempête dévastatrice, une fusillade le jour de la Saint-Valentin, tout ça vous font comprendre à quel point une personne est importante pour vous. On peut le dire maintenant je pense que Logan et moi nous sommes ensemble, et heureux de l'être, même si c'est encore un peu étrange pour nous deux, tout les deux nous ne savions pas vraiment ce que c'était être amoureux et nous ne soupçonnions pas pouvoir avoir des sentiments pour des garçons. Et pourtant c'était bien le cas et franchement je le vis très bien. Audrey et Ian ne sont pas au courant, et le jour où ils l'apprendront je pouvais dire adieu à mon pognon, et vous savez quoi ? Je me fous totalement de ce qu'ils pensent ou font. J'allais retrouver mon père et bientôt les mensonges de Ian et Audrey Cobb seraient loin. Seuls conteraient Logan, Sasha, Eden et Frank Earend. Oui parce que Ian Cobb n'est pas mon père biologique, Audrey a eu quelques égarements avec un monsieur qui vit maintenant à Boston et c'est en partie pour le retrouver que je suis ici.

Boston, ça fait quelques semaines que nous y sommes maintenant, nous reprendrons les cours qu'en août maintenant ça nous laissait le temps de nous installer et de souffler un peu avant que les choses sérieuses ne reprennent. Dans les choses sérieuses il y a la présidence des Pi Beta Phi, la confrérie qui correspond à celle que dirige Sasha à Miami, quand je suis arrivé à Boston on m'a annoncé que j'étais en bonne voie pour diriger la Confrérie, enfin on verrait bien si ça officialise ou pas, çà sera peut être ce soir, à la soirée. Oui parce que ce soir il y a une soirée pour la fin de l'année et on y était invité, en tant que nouveaux élèves. Comme je disais je ne suis pas le dernier pour assister à une fête et celle ci n'allait pas faire exception, je ne savais seulement pas qui m'y attendais. Je crois qu'on peut dire que nous sommes prêts, j'ai fais sobre, une simple chemise blanche et un pantalon noir. « Tu es prêt ? » demandais-je à Logan avant de planter un timide baiser sur ses lèvres. Timide oui, mais ça n'enlevait pas le fait que je l'aimais. Souriant je pris le chemin de la porte et avec lui nous partîmes jusqu'à la salle. Une chose est sûre c'est qu'à Boston ils savent faire la fête, son et lumière, boissons et bouffe, tout semblait vraiment parfait, digne des grandes soirées de Miami. « Ah ouai quand même ils se fichent pas de la gueule du monde niveau fête les m... », coupé en plein élan, mes yeux avaient captés ceux d'une autre personne. Une personne que je croyais loin, au Nord, au Québec ou au Canada, mais pas ici, pas à Boston. Qu'est ce que Marine faisait ici ? Quelque chose me disait que si elle me mettait la main dessus ça allait chauffer pour mon matricule. J'avais parlé à Logan de Marine et il connaissait toute l'histoire, pourtant j'aurai préféré ne pas confronter les deux. « Punaise… ça commence bien... » Logan avait vu Marine maintenant lui aussi, je me tourne vers lui. « Je… On peut aller vers le bar s'il te plait ? Il y a quelqu'un que je n'ai pas vraiment envie de voir ce soir… Désolé j'avais pas prévue qu'elle serait là… » Une colère sourde commençait à gronder en moi mais je ne voulais pas le montrer, si Marine nous voyait elle n'allait pas rester là à rien faire et je refusais qu'elle s'en prenne à Logan…

Emi Burton

_________________
James parle en: #0099ff


We Are Infinite
“And in that moment, I swear we were infinite.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Logan C. Maxwell
Pi Beta Phi
Disponibilité pour RP :
Featuring : Cameron Dallas
DC : Kyaw Ne Min, Marine Martel, Alayna Keane, Seung Joo Park & Jake I. Wilson
Messages : 72
Who I am? : Un petit con
People around me : Mais pas avec tout le monde
Where I'm going : Et pas tout le temps
Social Network : Tumblr
CellPhone : Téléphone & casier
Relations : Amoureux du plus parfait des garçons *o*
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 24
MessageSujet: Re: CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun)   CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun) EmptyDim 21 Juin - 2:51

Qui aurait cru que je partirais de Miami si facilement ? Pas moi et pourtant voilà, je n'y suis plus. Je suis là de ce soleil, de cette mer que j'aime tant. Je suis loin de ma famille, enfin surtout de ma mère puisque de toute façon je ne vois quasiment jamais mon père. Justement, je suis loin de ma génitrice mais c'est à cause d'elle. Enfin, grâce à elle. Elle m'a offert la direction -assistée bien sûr- d'une filière « accessoires » dans une autre ville. Au départ, je ne savais pas trop quoi choisir, les États-Unis sont grands et j'avoue que me retrouver loin de mes repères est un peu stressant. Puis finalement le choix s'est imposé à moi : Boston. Pourquoi ? James y a retrouvé la trace de son père biologique. Beaucoup de choses ont bougé dans nos vies, nos vies qui ne vont plus l'une sans l'autre.
Miami a connu de grands rebondissements ces derniers temps qui me font penser que ce n'est pas plus mal de la quitter. Le meurtre, et avant la tempête. C'est la peur, c'est la destruction, c'est la mort. Je n'aime pas ça. Je me suis senti vulnérable mais ce n'est pas le pire. J'ai surtout eu peur pour quelqu'un en particulier et je serais devenu fou s'il était arrivé quelque chose à James. J'ai mis du temps à comprendre, à accepter l'idée que lui et moi, ça pouvait être autre chose que de l'amitié. Ça ne m'est jamais arrivé avant, avec personne, mais je suis amoureux de lui. C'est étrange comme sensation mais je me laisse aller avec lui, je me sens bien. Je n'ai rien perdu de ma connerie, j'ai juste gagné de l'amour.

C'est ce qui m'a fait le suivre. On ne peut pas se trouver pour déjà se quitter, alors nous sommes partis tous les deux. Nous pouvons, de toute façon, revenir souvent à Miami. James pourra revoir ses frères et moi ma mère -voire mon père s'il est là- aussi souvent que nous le voudrons. Je sais que c'est important pour lui de retrouver Frank, je le soutiens autant que je peux. Nous venons de nous installer à la confrérie ressemblante à celle des PS, où nous avons une chambre tous les deux. Et vous savez quoi ? James en sera le président. Le président actuel s'en va, il doit céder sa place et c'est James qui a été désigné. Si c'est pas la classe. C'est pour cette raison que nous devons aller au bal de fin d'année, même si nous n'avons pas suivi un seul cours dans l'année. Nous sommes nouveaux, c'est important, et puis on ne dit jamais non à une fête ! Là, on se prépare, histoire d'être quand même présentable. Un costume noir me suffit, si j'ai trop chaud j'enlèverais la veste. James est très beau dans sa chemise, comme toujours, et j'avoue être un peu jaloux maintenant que beaucoup de monde puisse le voir. Si à Miami beaucoup savent que James, on ne peut pas l'approcher, et encore moins depuis que nous sommes ensemble, ici ils ne le connaissent pas. Je démolis le premier qui lui adresse un mot et un sourire.

- Oui, on peut y aller.

Il vient m'embrasser timidement et je souris comme un idiot. Oui, on est un pe… hum beaucoup maladroits. Mais on s'aime, alors on s'en fiche si parfois on ne sait pas trop comment agir l'un envers l'autre, on se laisse du temps. Nous sortons pour nous diriger vers le lieu du bal. Ça ne m'intimide absolument pas, même si je ne connais aucune tête. Ils vont vite découvrir qui est le grand Logan et ils vont vite apprendre qu'avec nous, ça bouge toujours ! En entrant, on a pu constater à quel point cette école n'est pas une école en carton. Bah, certaines fêtes de Miami en foutaient vraiment plein les yeux, mais Boston se défend bien. Je veux répondre à sa phrase mais il ne la finit pas. Je ne comprends pas vraiment pourquoi, je suppose qu'il a dû voir un truc qui lui coupe les mots. Je pense à un truc positif moi, mais non, je me trompe. J'essaie de suivre son regard pour capter ce qui se passe et je vois une demoiselle. Son visage me dit quelque chose, mais sur le coup j'arrive pas vraiment à savoir qui c'est. Il n'est pas content de la voir, je le sens tout de suite. Il veut qu'on aille vers le bar et je ne vais certainement pas lui dire non. Je crois que c'est à ce moment là que je pense la reconnaître, c'est son ex. Je me demande bien ce qu'elle fout là, tout comme lui, elle qui est censée être dans le pays des caribous. Un instant, j'hésite sur ce que je dois faire, et je décide que cette pouffiasse va en avoir pour son grade.

- Oui, un verre nous fera du bien. T'as pas choisi qu'elle soit là, laisse, on va juste l'éviter.

Mais avant on va lui montrer qu'elle ferait mieux de pas venir nous voir et qu'elle n'est pas la bienvenue. Je me penche vers James pour lui déposer un court et tendre baiser. Je ne suis pas très à l'aise en public mais je suis presque certain que l'autre a vu. Pourtant James ne veut pas la voir, il est avec moi, mais je ne peux pas m'empêcher de la regarder d'un mauvais œil, parce que je sais qu'elle a mal accepté leur séparation. Et si elle veut le récupérer ? C'est un peu soucieux que je me dirige vers le bar, en espérant qu'elle ne vienne pas foutre sa merde. Arrivés sur place je prends un verre et j'en tends un à James.

- Tiens, t'en as besoin. Je pense pas qu'elle vienne te voir ce soir, elle devait même pas savoir que t'étais sur Boston.

Au fond j'essaie juste de me convaincre, sans trop de conviction. Elle a le regard braqué sur nous et elle me met mal à l'aise. Je n'ose rien dire mais du coin de l’œil, j'ai l'impression de la voir avancer lentement vers nous.  On ne pourra pas la fuir toute la soirée et je n'ai pas envie de faire une scène. Je prie pour qu'elle bifurque avant, je ne supporte tout simplement pas qu'elle respire le même air que lui. Je tente maladroitement d'entamer une conversation.

- Alors comme ça, tu vas sans doute te faire démolir à la rentrée ? C'est dommage de vouloir abîmer ton si beau visage…

S'il y a encore quelques mois ça aurait été une pique moqueuse, aujourd'hui je le pense. J'ai du mal à l'imaginer pratiquer ce sport de brutes, mais après tout, tant qu'il revient toujours entier, ma foi, ça me va.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun)   CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun) EmptySam 27 Juin - 13:38

Champagne ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade !
Everyone

Mention: Enzo
Interaction: Enzo/n'importe qui

Elle n'était pas le genre de personne qui faisait la fête. Ou plus simplement, elle n'était pas le genre de personne qui aimait sortir. Elle préférait l'obscurité d'une chambre aux volets fermés plutôt que celle d'une boite de nuit où se déhanchait tout un tas d'abrutis un peu trop alcoolisé. Non, vraiment ... Abigaïl n'était pas ce genre de filles. Et ne l'avait jamais été. Pourtant, ce soir, elle s'était préparée pour aller à la soirée tradition de sa nouvelle école. Plus pour voir le style de la maison que pour s'amuser. Elle ne savait pas s'amuser. C'était stupide, mais elle n'avait jamais su faire. Disons que les occasions avaient souvent manqué dans sa vie et qu'elle n'était pas prête à en profiter. On pouvait même se poser la question suivante : savait-elle ce que signifiait réellement le mot "amusement"? Surement, mais elle n'avait jamais appliqué dans les faits le sens de ce terme. Et ce n'était pas à cette soirée de début des vacances que ça allait arriver ... Elle avait enfilé une tenue sombre, à son image. Une robe noire, avec des chaussures simple. Elle qui avait pour habitude de coiffer sa tête d'un chapeau, elle avait préféré laisser celui assorti à la robe dans sa chambre et s'était contentée d'une montre et d'un peu de rouge à lèvres foncé pour accessoire. Avec ça, elle ne risquait pas de se faire remarquer, loin de là. Et c'était tant mieux, passer inaperçu était une des choses qu'elle savait, en général, faire à la perfection. Et une nouvelle fois, elle allait surement mettre son talent en pratique.

Elle ne connaissait encore personne et ne s'en plaignait pas. Son but n'était pas de se trouver des amis, et de se faire apprécier. Elle préférait de loin la solitude, et elle savait déjà qu'elle risquait de ne pas rester longtemps à cette "fête super" dont elle avait entendu beaucoup de gens en dire du bien. Elle avait pour seules affaires personnelles une pochette, noire -encore- et son téléphone portable dont elle ne se servait jamais. Ne connaître personne impliquait de ne pas recevoir de coup de fil, et ce n'était pas ses parents qui allaient lui téléphoner. Ah ça, elle n'y comptait pas. Et si par malheur, cela devait arriver, elle savait ce qu'elle aurait à faire : raccrocher. Enfin, elle n'avait pas à y penser. Elle n'avait à penser à rien, en fait. Les vacances commençaient tout juste et elle avait du temps devant elle pour se faire à ses nouvelles habitudes. Le calme de son lieu de vie était impressionnant. Pas de hurlements, pas de pleurs, pas de coups. Tout était paisible. Ou tout aurait pu l'être, si elle n'avait pas tant de pensées horribles dans la tête. À une époque, l'alcool servait assez bien à les faire disparaître, mais non, elle ne comptait pas boire ce soir ! Elle en avait terminé avec ça, même si elle s'accordait toujours quelques passages dans un bar, si l'envie lui prenait de noyer ses souvenirs dans un peu de rhum. Ça lui arrivait parfois, et ça lui faisait du bien, si on pouvait le dire ainsi.

La musique battait déjà son plein lorsque la jeune fille débarqua sur le lieu de la soirée. Beaucoup de monde était déjà présent et certain n'avaient pas freiné sur la boisson. En entrant, Abigaïl avait croisé deux mecs, l'un tenant l'autre qui titubait comme s'il venait de se lever d'un long coma. La seule chose à laquelle elle avait pensé en voyant le spectacle, c'était qu'elle espérait ne pas finir ainsi. Après tout, on n'était jamais à l'abri d'un trop-plein d'alcool, surtout avec les antécédents qu'elle avait.
Comme elle s'y attendait, la salle était plongée dans le noir et seuls des néons multicolores rendaient visibles les visages de temps à autre. Le plus dur avait surement été de se faufiler jusqu'à un endroit tranquille, ou du moins, un endroit où elle pouvait s’asseoir. Rapidement, elle s'était installée près d'un type qu'elle n'avait pas vraiment pris la peine d'observer, mais la bouteille de vodka qu'il avait, n'était pas passée inaperçue auprès de la demoiselle. Et pourtant, elle avait fait comme si elle n'avait rien vu. Tu ne vas pas commencer maintenant Abigaïl. Non... Ou plutôt, elle n'aurait pas dû commencer, et surtout pas avec de la vodka. Pourtant, il y avait ce gars qui s'était retourné. - Cap ou pas de boire un shooter cul sec de vodka ? Elle avait été un peu surprise, mais rien n'était paru sur son visage. Elle avait seulement laissé son rictus habituel prendre possession de ses lèvres. Sans répondre, elle tendit la main pour rendre un verre, et le plaça en direction de l'inconnu. Elle attendait qu'il la serve. Tu ne devrais pas ... Oh ça, elle le savait. Mais au diable, les règles. Alors que le liquide remplissait son verre, la jeune fille ancra son regard dans celui du lanceur de défi.

"Tu ne sais pas à qui tu t'es adressé..."

Sur ses mots, la jeune femme avala son verre et le reposa. Elle se connaissait. Un verre, puis deux, puis trois. Et ça ne s'arrêtait plus. Et comme pour prouver sa théorie, elle se servit un nouveau verre et disparu dans la foule, laissant le mec seul avec sa bouteille. Une nouvelle fois, elle essayait de se frayer un chemin vers un endroit où l'air été plus respirable pour boire tranquillement, le deuxième et dernier verre, elle se le promettait, intérieurement. Elle n'avait aucune envie de galérer à retrouver le chemin des bâtiments de sa confrérie. Et elle n'avait aucune envie non plus de finir, elle ne savait pas où. Non, ça c'était hors de questions. C'était bel et bien le dernier verre. Elle était une petite joueuse, certes, mais elle ne savait que trop bien ce que c'était que de se mettre minable. Et elle avait dit stop, il y avait maintenant deux petites années. Enfin ... Elle avait donc prévu de boire tranquillement ce qui restait dans son verre et de s'en aller. Elle n'avait juste pas prévu que par choc, sa boisson allait se retrouver sur les fringues d'un ou une étudiante. Impossible de distinguer correctement la personne. Abigaïl se contenta de soupirer. Merde ...  

HRP:
 
© flappy bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun)   CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun) EmptyJeu 2 Juil - 11:21

Champagne !
Interactions: Abigail M. O'Hara

C'était enfin la fin de l'année! Les cours avaient été laborieux, les examens difficiles. Mais je passais en année supérieure. Mes parents étaient fiers de moi.
Ce soir, c'était la fête. Je comptais bien y aller pour m'amuser. Je ne ratais jamais une seule fête même en semaine. Danser, Boire, se faire draguer (ou draguer), rencontrer du monde, m'amuser...c'est tout ce que je recherchais dans une fête. Les fêtes étudiantes étaient en général sympa, mais je préférais les fêtes avec des amis.
Cela faisait un an que j'étais à Boston, mais je ne connaissais pas grand monde, pas comme dans mon ancien établissement à L.A. Rencontrer de nouvelles personnes étaient donc vivement conseillé.

Une fois rentrée dans ma chambre, je filais choisir une tenue. Sexy et chic à la fois. Je me préparais minutieusement quelques minutes avant la fête. J'enfilais mes talons hauts et parti sur les lieux de la Party. Il y avait beaucoup de monde et de la bonne musique. Je n'allais pas m'ennuyer ici!
Je me rendis directement au bar pour me servir de vodka comme à mon accoutumée. L'alcool coulait dans mes veines. Je bu mon verre en cherchant des yeux quelqu'un que j'aurais connu au cours de l'année ou bien de nouvelles personnes avec qui faire connaissance.

Soudain j'apperçu quelqu'un que je connaissais. Je m'avançais dans la foule pour la rejoindre, quand je me fis percuter.
Ma belle robe de The Grove était fichue! C'était une robe de marque qui coutaît très cher.
Je relevais mon regard sur le responsable de l'accident. C'était une jeune-fille. Elle n'allait pas s'en tirer comme ça!
"Non mais ça ne va pas ??? Tu ne peux pas faire attention? Tu sais combien elle a coûté cette robe?"
Je regardais la responsable avec un regard aussi noir que la nuit. Elle avait intérêt à s'excuser. Si elle ne le faisait pas, elle aurait affaire à moi. Elle ne savait pas sur qui elle était tombée.
TENUE DE SELENA

Emi Burton


Dernière édition par Selena A. Mils-Parker le Dim 5 Juil - 14:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Enzo Miller
Président des Sigma Nu
Disponibilité pour RP : Yep.
Featuring : Zico (Wu Ji Ho)
DC : Lee Hae HyukAshton D. MyersFrank EarendNicholas TompkinsGemma Osborne
Messages : 191
Who I am? : Un opportuniste, qui profite de la vie, et le chef des Sigma Nu, accessoirement. Et Cornerback chez les YB, alors si tu me cherches, j'te plaque Wink
People around me : La famille, les amis, les ennemis, bref la smala au complet.
Social Network : J'suis pas Facebook, Instagram et compagnie. Les selfies c'est réservés aux narcissiques, et encore selfie, si c'est égal à se prendre en photo que l'menton... Mais j'ai un casier.
CellPhone : J'te préviens, ce numéro est à joindre en cas d'urgence, ou si on a un minimum de choses en commun. Ceux que j'aime pas, je réponds pas Very Happy
Relations : - Ami d'enfance de Gwen Foster
- Protecteur de Seung Joo, tu touches un d'ses cheveux, t'es mort, pigé ?
- Sous le tutorat d'Hanaé Nguyen
- Travaille pour Eo-w-yn !

Date d'inscription : 14/06/2015
Age : 21
Localisation : Dans ton cul.
MessageSujet: Re: CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun)   CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun) EmptyDim 5 Juil - 12:02




Interaction : Selena & Abi !
« CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade »

click

La fête bat son plein, l’alcool coule à flots, et y a déjà toute une bande d’harengs saurs complètement ivres morts qui chantent à tue-tête sur la piste de danse. Un joyeux spectacle qui ne manque pas de m’arracher un rire au passage. J’en pousse un, et c’est l’effet domino qui se coule. Pouf, un à un, ils s’écroulent sur le sol dans un rire glauque et morbide, avant de s’insulter bruyamment à tour de rôle. Je rigole, en m’imaginant la tête qu’ils feront le lendemain, à chercher pourquoi chacun a un bleu sur le côté gauche de leur hanche. C’est un véritable plaisir de jouer avec les personnes bourrées. Déjà à la base, elles sont pas super fut fut, mais un coup dans le nez et c’est l’extase. On en fait ce qu’on veut, c’est des légumes mous complètement cons qui jubilent et rigolent à gorge déployée à chaque blague débile que tu leur fais. Même la très fameuse sur le poussin qui mange des chips a le don de les faire s’écrouler comme de pauvres âmes sans squelette jusqu’à se pisser littéralement dessus. Et moi, je filme, je rigole, je profite. Et c’est mon but à une soirée, profiter. Surtout des autres, parce qu’ils restent à mon sens les meilleurs acteurs d’une soirée réussie.

Laissant de côté mon quatuor bancal, je m’attable avec une bouteille de vodka, et en voyant une jeune fille s’asseoir à son tour je ne peux m’empêcher de la défier, elle qui paraît si seule, si fragile, si timide. L’alcool ça décoince, puis elle n’est pas trop moche. Du coup, je lui propose mon premier pari de la soirée : boire un cul sec de vodka, et elle accepte. Je souris. En voilà une qui ne se laisse pas abattre, j’aime ça. Souvent on me regarde comme deux ronds de flanc en me demandant « puuuuur ? » avec la peur de se retourner les boyaux, mais elle rien, elle accepte et enchaine même avec un deuxième, avant de disparaître dans la foule.

- Mais attends !

Je tends le bras, comme si j’allais pouvoir l’attraper en vol, ce qui est peine perdue, et la voit s’éloigner un peu plus. Et merde, pour une fois qui en avait une qui avait l’air intéressante, la voilà qui prend le large. Je me décide donc à la suivre, bêtement, sans trop comprendre pourquoi, pas complètement satisfait que notre petit défi s’arrête là. J’en voulais un, moi aussi !

Suivant le chemin par lequel elle s’était enfouie, je finis par la retrouver, mais visiblement ça se passe mal pour elle, une jeune brunette sacrément canon lui hurle dessus. Pourquoi ? Je l’ignore, mais je m’approche, curieux. Je passe mon bras autour des épaules des deux filles, comme ça sans gêne, et les regarde à tour de rôle.

- Bah alors, c’est la fête, faut pas tirer cette tête, on va pas se mettre à s’engueuler pour rien alors que ça vient seulement de commencer.

Je regarde la robe de la brunette, trempée. Visiblement, le choc avait été sans appel. Je ne fais cependant aucune remarque, et me contente de continuer à sourire.

- Dis-donc, t’es partie bien vite, tu me donnes pas un défi en retour ? Sinon, très belle descente.

Détourner l’attention, ok. Manque plus qu’à voir si l’autre va se calmer, ou pas.

- Au fait, très jolie robe.

Bon, ok, ça j’aurais peut-être pas du, c’est un peu de la provocation, sachant qu’elle devait bouillir de l’intérieur pour avoir eu le droit au supplément tissu qui colle, à cause de la boisson, mais bon, moi je m’en fichais bien. Je suis comme ça, un point c’est tout.
© 2981 12289 0

_________________
SIGMA NUENZO MILLER
King of the jungle, kkomadeul jaerongjanchireul meomchwo, bunwigineun beolsseo mureuigeotgo, sunsikgane gaekseogeul jeongbok.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun)   CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun) EmptyDim 5 Juil - 21:02

Summer Party

Interraction: Selena, Abigail et Enzo
La soirée... j'avais longuement hésité avant d'y aller. Non pas parce que ce n'était pas raisonnable. Après tout, je méritais autant que les autres de me détendre après les examens. Non en fait, j'avais hésité parce que j'avais peur de dépasser les bornes. J'avais peur de prendre le verre de trop, de faire la chose qu'il ne fallait pas et d'en venir au pire. Merci papa pour les hérédités de malade que tu m'as filé!
Mais c'était la fin de l'année. Tout le monde sera là. Les gens que j'aimais pas bien entendu, mais mes amies aussi, que je ne reverrais sans doute plus à la rentrée...
Bon, pas le choix. Il fallait que j'y aille. C'était une obligation pour moi: j'avais le droit d'en profiter. Il fallait juste que j'évite de boire de l'alcool et tout ira pour le mieux. Enfin, j'espérais.
Le seul souci étant que j'avais décidé au dernier moment, alors que j'avais prévenu quelques amies, dont Selena et Maïa, que je ne serais sans doute pas présente.

Je fouillais alors dans mon armoire pour trouver une robe bustier pas trop courte que ma mère m'avait donné cette année (ma mère est toujours aussi trop gentille…) assez élégante et modeste. Ma mère avait de très bon goût ! Après avoir vérifié que je n'avais pas un mini chien en guise de cheveux (c'est une expression que j'ai inventé), je descendis à la salle de fête. En espérant que les filles étaient déjà là. Sinon, je sentais que j'allais me ruer au bar.

J'avais réussi à y accéder sans trop de difficulté, il fallait dire que j'avais un bon sens de l'orientation. Je regardais autour de moi. Il y avait encore que très peu de monde et je ne voyais pas Maïa. Et si elle était allée au bar ? Je jetais un bref coup d’œil afin de ne pas être tenté mais non, pas de Maïa en vue. Peut-être qu'elle n'était pas encore arrivée. J'avançais alors, en m'éloignant du bar le plus possible. Ne pas craquer, ne surtout pas craquer.

Je vis alors une tête qui dépassait… SELENA. Oh merci ! Je n'étais pas seule. Alors que je m'approchais de la jeune fille, je vis ses traits. Oh oh… mauvais signe.

-Tout se passe bien Selena ?

Je regardais la scène : Enzo (c'est le seul homme de la confrérie, alors je suis censée connaître son prénom) était avec une fille plus jeune que moi il me semble, un verre vide à la main. Elle semblait embarrassée. En face, Selena, aussi un verre à la main, qui avait une robe plutôt chic (elle m'en avait beaucoup parlé il me semble)… trempée.
Un autre détail, ça sentait l'alcool à plein nez. La vodka. Je compris alors ce qui s'était passé.

-Eh bien… la soirée commence bien…

Selena était furax. Ça sentait l'engueulade… Je toussais légèrement, refoulant l'odeur de l'alcool dans mes narines.

-Je suis certaine qu'on peut arranger les choses. Selena, on peut toujours la passer à la machine et changer de tenue en attendant, non ?

Je connaissais sûrement la réponse, mais autant essayer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun)   CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun) EmptyVen 10 Juil - 10:04

Interactions : Cameron, Lee, Jae

« Franchement, Fletcher, tu vas quand même pas sortir comme ça. »

Je roulai des yeux, jetant un regard à ma mère qui sous-entendait « Mais quoi encore ? ». J’étais en route pour la fête de fin d’année organisée par le lycée. Enfin « par le lycée », car j’étais encore surpris que miss Garner ait accepté un événement de la sorte. C’était une directrice excessivement coincée, stricte et irritante, alors à mon avis, on avait dû la mettre sous des drogues pour qu’elle accepte ce genre de soirées.  Ou alors cela allait ressembler aux genre de célébrations qu’on retrouvait dans les églises. Venant d’elle, cela ne serait pas étonnant. Pas que je m’en plaignais, au contraire : je trouvais toujours un moyen de m’amuser quel que soit le thème. À mes yeux, une fête était une fête et j’en avais participé à plusieurs, donc je m’attendais à tout maintenant.

J’étais conscient qu’à ce type de soirées, la plupart des convives allaient s’habiller de manière élégante, souvent allant jusqu’à vider la moitié de leur porte-feuille. Cependant, par expérience, je savais que c’était une mauvaise idée. On pouvait difficilement s’amuser avec un costume complet sur le dos et d’habitude, la température lors de ces fêtes augmentaient rapidement à cause des nombreuses danses ou la grande quantité de personnes qui nous collaient à la peau. Dans ce cas, je me voyais mal débarquer en manches longues ou en costume, cravate. J’avais plutôt opté pour un jean bleu  pâle suivi d’un simple t-shirt blanc en V. Je ne me rendais pas à une parade sur le tapis rouge, alors je n’avais pas l’intention de me casser la tête.

Ma mère s’approcha de moi, puis se contenta de passer une main dans mes cheveux. Ces derniers n’étaient pas toujours faciles à dompter et se trouvaient en dernier dans ma liste de soucis. Elle les rendit plus présentables et lorsque son travail prit fin, j’enfilai rapidement mes sneakers. J’étais déjà en retard et avais prévenu Cameron que je le rejoindrais sur place. J’avais dû attendre que le chauffeur dépose mon père à une rencontre ayant lieu à l’autre bout de la ville et il venait tout juste d’arriver. Alors que je m’apprêtais à sortir, ma mère m’arrêta une nouvelle fois dans mon élan.

« N’oublie pas : pas d’alcool— »

« pas de drogue et je mets personne enceinte, je sais maman. »

Ma mère me répétait ce même discours dès que l’occasion se présentait à elle. Exaspéré, je levai les yeux au ciel tandis qu’elle m’adressa un sourire. Les deux derniers points, elle n’avait aucun tracas à se faire, sauf que ce n’était pas tout à fait le cas pour l’alcool. En raison des nombreuses fêtes auxquels j’avais participé ou lancé, j’avais pris l’habitude de consommer quelques bières ici et là. J’étais loin d’être légal, mais ce n’était qu’un détail pour les jeunes de nos jours.  De toute manière, cela serait étonnant que des boissons alcoolisées atterrissent lors d’une fête dans un lycée administré par miss Garner. Je déposai un petit bisou sur sa joue avant d’accourir vers la voiture.

J’arrivai à destination cinq minutes plus tard. Ce lycée était le premier établissement que je fréquentais qui était public. Après avoir passé des années à étudier dans des écoles privées, l’ambiance commençait à me saouler. La plupart des étudiants étaient trop coincés et j’en avais un peu marre de me retrouver avec le même type de personnes. Même si je n’étais pas un grand partisans des règles autant sévères qu’absurdes qu’imposaient la vielle, j’avais pris un malin plaisir à les détourner pour la faire sortir de ses gonds. Je n’étais pas vraiment le genre de personnes à constamment créer des problèmes, mais j’avais tendance à me laisser aller rien que pour la centenaire.

Après avoir remercié le chauffeur, je claquai la porte derrière moi, puis me dirigeai vers la salle où avait lieu la soirée. Je réalisai que c’était en réalité une « vraie » fête avec un grand espace et de la musique qu’on n’entendrait jamais dans les cérémonies religieuses. Je tombai même sur de la bière, ce qui était très surprenant, voire louche. Sans me poser d’autres questions, je me servis un verre, avant de partir à la recherche de Cameron. Il ne se trouvait pas bien loin, discutant avec un groupe de personnes. Je m’avançai dans sa direction et lui tapotai l’épaule pour lui faire part de ma présence.

« C’est moi où miss Garner a perdu la boule ? »

Je pris une première gorgée de ma boisson et la recracha presque, le goût causant une expression de dégoût intense sur mon visage. J’en avais avalé une grande quantité d’un seul coup et je regrettais amèrement.

« Oh putain c’est dégueulasse. »

Je tendis le verre à Cameron, jugeant qu’il le voudrait peut-être. J’avais encore du mal avec le goût de la bière et préférait de loin les boissons alcoolisées plus douces.

« Je crois que je vais me contenter du punch. »

Le cocktail devait sûrement contenir de l’alcool, mais au moins le goût était plus supportable. Alors que je me rendais au bar, j’aperçus Lee se trouvant dans un coin et décidai de le saluer. C’était une nouvelle connaissance et j’étais content de l’avoir rencontré, trouvant son handicap merveilleux. Je lui fis un coucou de la main, puis, tout fier, portai une main sur mes lèvres et la dirigeai vers lui (cf: bonjour en langage des signes).

« Comment tu vas ? »

Je l’avais aussi fait un langage des signes et je souris d’excitation. Ce n’était que des petits gestes que j’avais appris il y a quelques jours, mais j’étais extrêmement fier de moi.

Toutefois, ma bonne humeur descendit d’un cran lorsque mes yeux se posèrent sur Jae. Évidemment, si Lee était là, Jae se trouvait dans les parages. Mon corps se tendit aussitôt, soudain inconfortable. Depuis que je l’avais insulté sur son anomalie sans m’en rendre compte, je me sentais mal à l’aise dès que je sentais sa présence. À l’heure qu’il est, le Coréen devait me détester, alors je préférais éviter tout contact avec lui.

« Bon bah je vous laisse ! »

Je fis un signe d’au revoir à Lee, donnai un sourire forcé à son compagnon, puis continuai mon chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun)   CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun) EmptyLun 13 Juil - 12:34

Champagne ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade !
Everyone

Mention: Enzo/Selena/Lauren
Interaction: Enzo

La soirée s'annonçait bien. Pour une personne normale en tous les cas. Abigaïl, elle, n'était pas le genre de personnes qui s'éclatait en soirée. Elle était plutôt pour les heures de solitude, avec un livre et la tranquillité. Pourtant, cette fois, elle s'était décidé à pointer son nez dans la soirée de l'année. La soirée organisée pour marquer le début des vacances après de longs mois de travail. Abigaïl, qui venait d'arriver à Boston n'était pas réellement concernée par cette fête, et pourtant, elle s'était dite que c'était une bonne solution de cerner un peu l'ambiance de l'endroit et les gens qu'elle allait côtoyer durant les deux dernières années qu'elle devait passer au lycée. Alors oui, elle y était allée. S'était préparée à sortir et à "s'amuser", si on pouvait dire ça comme ça. Au fond, ce n'était pas vraiment le premier de ses objectifs, mais c'était une option, qu'elle n'envisageait pas vraiment. Pourtant, en se dirigeant vers un endroit avec de possibles places pour s'asseoir, elle ne put s'empêcher de relever le défi que le type bridé qu'elle ne connaissait pas lui avait lancé. Boire un shot cul sec de vodka. Elle avait laissé le rictus qui lui était propre prendre possession de ses traits. Il ne savait pas à qui il s'adressait. Se servant un verre, elle l'avala, avant d'en prendre un deuxième et de s'en aller, ne laissant aucune possibilité à l'inconnu de lui dire quoi que ce soit. Elle s'était presque enfuie, ne remarquant même pas qu'il l'avait interpellé et suivi.

Un verre à la main, elle s'était faufilée dans la foule, à la recherche d'un autre endroit où se poser. Ce qu'elle n'avait pas prévu, c'était juste qu'elle allait heurter un obstacle, un obstacle qu'elle regrettait de ne pas avoir vu. Avec le choc, son verre s'était totalement vidé sur la robe noire d'une fille qu'elle ne connaissait ni d'adam, ni d'eve, comme à peu près toutes les personnes présentes à cette soirée. Elle se retrouvait dans la merde. A voir la tronche de la jeune femme, elle avait très vite compris qu'elle ne s'en tirerait pas si facilement. Elle soupira. « Non mais ça ne va pas ??? Tu ne peux pas faire attention ? Tu sais combien elle a coûté cette robe ?» Honnêtement, elle s'en foutait totalement. Le prix de la robe lui importait peu, de même que le reste que ce qu'elle lui disait. Ce qu'elle voulait, c'était simplement la contourner pourtant, elle en fut empêcher. Un bras entoura ses épaules et quand elle posa les yeux sur l'individu, elle reconnu le lanceur de défi. Et vit en lui, une possibilité de se sauver aussi vite qu'elle l'avait fait quelque minute plus tôt, avec lui. En attendant, il avait parfaitement raison. Il n'y avait pas lieu de s'énerver. « Il a raison, tu devrais prendre de la graine sur lui, et te détendre. C'est qu'une robe, qui a coûté cher, mais bon, c'est pas mon problème.» Encore ce rictus agaçant. « Dis-donc, t’es partie bien vite, tu me donnes pas un défi en retour ? Sinon, très belle descente.»

Un défi ? Oh oui, elle en avait un. « J'suis ici qu'en coup de vent, tu sais. Un défi ? Débarrasse moi de cette prétentieuse. Bon courage.» Le rictus, cette fois, lui était directement adressée à lui. Voilà un sacré défi.Il devait la débarrasser de cette tarée obsedée par sa robe. Et oui, elle ne pouvait lui souhaiter que bon courage. Et sur ces mots, elle s'écarta de son emprise, fixa la gamine aux airs de pourrie gâtée et lâcha « Tu devrais essayer de t'intéressais aux choses moins matérielles. C'est pas la robe le plus important. Les cruches, restent des cruches.» Et une nouvelle fois, elle disparut dans la foule en contournant les deux jeunes femmes en direction de la sortie. L'envie d'une clope était trop forte à présent. Heureusement, elle avait pensé à prendre son paquet.
L'air était meilleur à l'extérieur. Plus frais, plus agréable, malgré les chaleurs de ses derniers jours. Portant une cigarette à sa bouche, elle l'alluma et explusa la fumée dans l'air. Elle hésitait fortement à rester ou out simplement rentrer. Mais pour l'instant, elle voulait fumer sa cigarette tranquille et espérait ne pas avoir été suivi par la nana tachée de vodka ... D'ailleurs, elle se demandait si le bridé était parvenu à se débarrasser d'elle ... Le pauvre.

© flappy bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun)   CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun) EmptyMer 15 Juil - 15:49

Champagne !
Interactions: Abigail, Laureen, Enzo


La soirée avait pourtant bien commencée, mais il avait fallut que je tombe sur cette fille qui avait une boisson dans les mains. Comme je m'énervais et que bien sûr ça ne passais pas inaperçu, un mec débarqua et passa ses bras autour de nos épaules pour nous demander de nous calmer. Ne pas s'engueuler pour rien? RIEN? Ma robe c'était "rien"? Je préférais garder le silence en jetant un regard noir à la responsable de ce désastre qui osait faire des commentaires. L'asiatique tentait de détendre l'atmosphère comme il pouvait, mais même son compliment sur ma robe ne pouvait me calmer. Je lui lançais un: "Merci" assez froid, étant toujours en colère contre la fille.
Visiblement, le fait que cette robe soit chère ne la dérangeait absolument pas.

Tout à coup, Laureen arriva et me demanda si ça allait. Bras croisés, je regardais d'un regard glacial la brune qui avait tâché ma robe.
Elle me devait au moins des excuses. Je ne prettais pas attention au commentaire de Lau', qui avait dit que la soirée commençait bien.
A ça pour commencer bien, elle commençait parfaitement bien!
Une proposition me fût donnée par Laureen. Changer de vêtements? Je levais un sourcil. Je n'avais aucun vêtement de rechange.
"Merci mais je me débrouillerais seule.".

La brunette me lança que je devrais m'intéresser aux choses moins matérielles. J'émis un rire. Non mais pour qui elle se prenait elle, pour me donner des conseils?
J'aurais pu rester calme mais quand elle me dit que les cruches restaient cruches, je lui versais mon verre sur sa tenue. Quelle idiote!
"Voilà, au moins, on est quitte. N'est ce pas?"
Je levais un sourcil en souriant.
"Les cruches restent des cruches, mais les blondes restent blondes."
Je fis un grand sourire hypocrite et quittais l'asiatique, Laureen et la fille.
Je me rendis aux toilettes et tentais de faire partir la tâche sur ma belle robe noire qui m'avait coûté extrêmement cher.

L'Asiat avait raison. Ce n'était pas un jour pour s'énerver. Il fallait s'amuser. Avec un peu de chance je ne recroiserais pas cette idiote l'année prochaine.
Dès que j'aurais enlevé la tâche, j'irais danser.
Ce n'était que de la vodka après tout...

TENUE DE SELENA

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Jae Ji Choi
Colors Around Me They're Fading Away
Disponibilité pour RP : Disponible :D
Featuring : Yoon Doojoon
DC : James P. Cobb E.
Eoin Johnstone
Gwen E. Foster
Soon: Nikolaï A. Koslovski

Messages : 145
Who I am? : A Brigh Red Rose Who Comes Bursting Out of the Concrete.
People around me : They Are Green or Red... Well Red or Red in fact...
What I've done : CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun) L6tx
Relations : Lee Hae Hyuk -> Grand ami/Essentiel *-*
Seung Joo Park -> Pillier de ma vie
Maïa R. Hope -> Muse
Iris E. S. Min -> Pride & Prejudice...

Date d'inscription : 12/06/2015
Age : 24
Localisation : Boston Yeaah
MessageSujet: Re: CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun)   CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun) EmptyMer 22 Juil - 17:12

Intéractions: Lee, Fletcher, Maïa.
Mentions: Enzo, Selena, Logan, James, Garner Rolling Eyes

Boston c'est quelque chose de totalement nouveau pour moi, comparé à Daejon je veux dire. J'ai été élevé dans un cadre très très strict. Quand on me parlait de liberté c'était pour moi un cadre assez utopique pour tout vous dire, cette idée que l'on puisse faire ce que l'on veut, que l'on puisse de dire ce que l'on veut sans qu'on vous le reproche, même l'idée de débat me semblait comme assez floue. J'ai grandit dans un milieu où il n'est pas permit de désobéir, faire ce que les parents disent et surtout, surtout ne pas les décevoir et je pense les avoir beaucoup déçu sur ce terrain là. Je sais que quelque part mes parents voulaient un grand avenir pour moi, que je sois un grand pilote d'avion de ligne ou un scientifique reconnu par ses pairs pour avoir fait de grandes découvertes. Seulement moi je n'ai pas cette ambition, pas que je n'en ai aucune mais je ne me vois pas comme quelqu'un de riche et célèbre, je veux qu'on me reconnaisse pour ce que je produit, pour ce que je dégage comme émotions dans mes toiles, dans ce que j'exprime. Mais hélas ce n'est pas au goût de mes chers parents, un artiste dans la famille c'est quelque chose qui ne passe pas, pas à la hauteur de leurs espérances, après tout l'art n'est qu'un passe temps, on ne réussit pas dans la vie avec l'art, tels sont les propos qu'ils m'ont toujours tenus. Ça aurait pu miner le moral de n'importe qui, mais chez moi ça n'a fait que faire vivre une flamme, de plus en plus importante, une flamme qui me dévore maintenant tout les jours et qui m'anime, qui me pousse à aller de l'avant alors qu'on pense que je ne ferai jamais rien. Je ne vais pas dire qu'un tel comportement de la part de mes parents ne m'a pas blessé, ça m'a touché énormément et ça m'a forgé comme une sorte de carapace, une hostilité naturelle envers les gens, une méfiance envers ceux qui m'entourent et leur prétendue pitié. Il paraît selon toutes ces personnes que je suis différent des autres, pourtant je ne vois pas en quoi, comme vous j'ai bien deux yeux, une bouche et un nez, il est où le problème ? Mes yeux ne fonctionnent juste pas comme ceux des autres, qu'est ce que ça peut faire que je ne vois pas le vert ? D'ailleurs j'ai du mal à nommer cette couleur parce que je ne sais à quoi ça ressemble. Que çà ne plaise pas à certaines personnes personnellement je m'en fous, que ça ne plaise pas à mes parents ça me fait mal. Pour une eux c'est juste une déception de plus. Une raison de plus pour laquelle leur fils ne fera pas de grande carrière, une raison de plus pour laquelle il ne sera pas célèbre.

Alors j'ai choisi de partir plutôt que d'affronter tout çà, j'ai préféré fuir plutôt que de garder la tête haute face à eux, parce que je sais au fond que rien ne leur fera changer d'avis. Pas question de reter en Corée non plus, je veux aller loin, dans un endroit différent où les gens peut-être penseront différemment et pour l'instant j'ai un avis plutôt contrasté sur mon nouveau chez moi, Boston. Il ya des personnes superbes, comme Lee mon colocataire, lui aussi malgré le fait qu'il soit différent il ne se laisse pas abattre lui aussi il vit sa vie à fond de train et je l'admire pour ça, mais d'un autre côté il y a des gens comme Fletcher Collins, prompt à trouver des jolies blagues sur ce sujet. Mais même si sur le moment je lui en avait voulu, je ne lui en tient pas rigueur, j'avais connu bien pire, alors si je me met à gueuler sur toutes les personnes qui me font des blagues sur mon daltonisme je suis pas rendu et je risque de ne pas me faire beaucoup d'amis ici. Mais bon je n'allais pas commencer à me faire des idées sur la ville alors que je viens juste d'arriver. En plus je ne pouvais pas rêver mieux comme nouvelle famille que les Kappa Pi, je ne les connaissaient pas encore tous mais je savais que j'allais pouvoir m'épanouir parmi eux, Lee comme je le disais est quelqu'un a qui je me suis particulièrement attaché et notre chef Maïa est une fille très sympathique et chaleureuse qui travaillait aussi au salon de thé de la ville. Peut être que ce soir nous allions faire la connaissance des nos autres confrères, oui parce que ce soir il y a une grande fête pour la fin de l'année et comme nous sommes des futurs élèves de l'institution nous sommes invités. Bon j'y vais un peu à reculons parce que je n'aime pas tellement les bains de foule mais c'est toujours une bonne occasion de découvrir mes futurs camarades, en espérant que le vieux machin qui m'a accueillit l'autre jour ne sera pas là.

Avec Lee nous sommes fin prêts pour aller à la soirée, sur le chemin nous en profitons pour découvrir les alentours du lycée et de l'université, après tout c'est là que nous allions passer le plus clair de notre temps dans les mois à venir, même si je ne suis pas le plus studieux des élèves et que pour moi l'art se ressent avant de s'apprendre, je savais bien qu'il allait falloi que je me résigne à aller en cours de façon assidue. Arrivés sur place, nous nous rendons compte que cette fête allait promettre et que ce n'était sûrement pas la directrice qui l'avait organisée, surtout quand on voyait les jolies bouteilles d'alcools rangées sur une des longues tables le long du mur. « Oui ça va tout le monde a l'air plutôt sympa » répondis-je à Lee en signant lentement, n'ayant pas encore trop l'habitude du langage des signes. « Si on la voit il faudra que je te présente Maïa notre chef de confrérie elle est super cool. » ajoutais-je avant de reporter mon regard sur la foule, des gens dansaient, d'autres buvaient et n'était visiblement là que pour ça, au loin deux garçons s'embrassaient près du bar, ce que je trouvais particulièrement courageux et honorable de leur part. En parlant de bar je proposais à Lee d'aller chercher des boissons, une fois qu'il m'eut dit ce qu'il voulait je me démenais pour arriver jusqu'au bar, ne faisant pas vraiment attention à qui je croisais, là bas je pris le coca de Lee et un verre que je pensais être de la grenadine vu sa couleur rougeâtre. Une fois de retour prêt de mon ami je lui tendis sa boisson et je portais la mienne à mes lèvres ne remarquant pas Lee qui essayait de me prévenir que j'avais tout sauf de la grenadine. En effet le goût était fort et amer avec un léger arrière goût d'orange, j'avais confondu la grenadine et le punch et pour le coup je maudissais mon daltonisme, je n'avais jamais bu d'alcool auparavant et vu ce que je venais de boire je n'étais pas prêt de recommencer de si tôt. « Désolé Lee j'avais pas vu que tu me prévenais… en tout cas je boirais plus jamais de ce truc c'est infect » dis-je en retournant poser mon verre pour prendre un verre de coca. Sur le chemin je remarquais quelqu'un qui se faisait renverser un verre sur sa robe et qui n'avait pas l'air contente du tout je haussais les épaules en me disant que la soirée allait être mouvementée.  Une fois revenu je trouvais Lee en pleine discussion avec Fletcher Collins, quand celui ci me remarqua il devient gêné et tendu ce que je ne comprenais, d'ailleurs il déguerpit presque aussi tôt. « Ben qu'est ce qui lui arrive à Fletcher ? » signais-je à Lee. Si j'avais été en colère quand il s'était moqué de moi c'était passé depuis belle lurette et je n'avais aucune raison de toujours lui en vouloir. Au loin j'aperçus Maïa et un sourire illumina mon visage, je posais ma main sur l'épaule de Lee avant de lui dire. « Viens je vais te présenter à Maïa. »

Je l'entraînais donc dans la foule pour nous diriger vers notre chef de confrérie. Une fois devant elle je la saluais. « Bonsoir Maïa comment vas tu ?  Tu profite de la soirée ? Je te présente Lee qui est aussi chez les Kappa Pi, Lee voilà Maïa notre chef, elle est super sympa et elle tient un salon de thé génial dans Boston il faut absolument que tu y ailles ! » déclamais-je tout sourire, tout en signant le mieux possible en essayant de ne pas faire d'erreur dans mes signes. La soirée ne faisait que commencer et malgré quelques détails tout se passait bien pour le moment.

_________________
Kappa Pi dans l'âme & Dans le coeur
Colors Around Me They're Fading Away And I'll Be Here Waiting Come What May I'll Find You, Yes I'll Find You, If I've Gotta Be The Man Who Walks The Earth Alone (Noel Gallagher's High Flying Birds-Ballad of The Mighty I).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun)   CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
CHAMPAGNE ! Parce qu'aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de salade (Sujet commun)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je crois que c'est le début d'une grande histoire ... (Clayton) FINI
» Parce que toute histoire a un début. (Elisabeth)
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Haiti : Cazal une ville , une histoire
» CANICHE croisé Griffon de 6 mois champagne Roubaix (59)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life in Boston rpg :: Corbeille :: Archives :: Rp's terminés & Abandonnés :: Rp's abandonnés-
Sauter vers: