AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Demande de partenariat
Ven 26 Fév - 20:51 par Invité

» 16.02.16 - LE FORUM FERME SES PORTES.
Jeu 18 Fév - 15:51 par Miss Petunia Garner

» Flash | ft. Lily-Rose Rivest
Lun 15 Fév - 21:05 par Lily-rose F. Rivest

» Never say goodbye because saying goodbye means going away and going away means forgetting (Ninette ♥︎)
Lun 15 Fév - 20:27 par Isobel W. McCoy

» Mon Voisin Du Dessus (MVDD)
Dim 14 Fév - 17:55 par Invité

» À quoi te fait penser ce mot
Dim 14 Fév - 17:55 par Invité

» Le changement, c'est maintenant !
Dim 14 Fév - 12:18 par Shivani K. Shukia

» Une rose à dix
Dim 14 Fév - 12:11 par Isobel W. McCoy

» L'horloge parlante
Dim 14 Fév - 12:10 par Isobel W. McCoy

Points confréries
Delta Upsilon — 825 pts
Kappa Pi — 777 pts
Sigma Nu — 535 pts
Delta Gamma — 510 pts
Pi Bêta Phi — 300 pts
Thêta Xi — 60 pts
Vidéo

Partagez | 
 

 Number one, tu peux rien contre ça | Kyaw Ne Min

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pi Beta Phi
Disponibilité pour RP :
Featuring : Min Thein Khant
DC : Logan C. Maxwell, Marine Martel, Alayna Keane, Seung Joo Park & Jake I. Wilson
Messages : 102
Who I am? : Dieu
People around me : Les pauvres mortels
Where I'm going : Beaucoup de mauvaises choses
Social Network : Tumblr
CellPhone : Téléphone & casier
Date d'inscription : 09/06/2015
Age : 22
MessageSujet: Number one, tu peux rien contre ça | Kyaw Ne Min   Dim 14 Juin - 17:28




Kyaw Ne Min
ID Card

Age : 21 ans
Date de naissance : 10 février 1994
Lieu de naissance : Magwe, Birmanie
Statut Civil : Célibataire Cool
Statut Social : Riche
Métier/Etudes : Etudiant
Classe : L3 de Management & Finances, options Management, Commerce international et droit (droit des économies)
Groupe : Pi Beta Phi
P.I ou Scénario ? PI
Avatar : Min Thein Khant
Secret envoyé : Ok by Ninou
Caractère

- Casse-toi !
- Mais…
- Ya pas de mais, je t'ai dit de te barrer.

La jeune fille ne comprend pas vraiment mais elle est poussée par l'homme en face d'elle. Elle doit récupérer ses affaires rapidement mais elle est trop sonnée pour être efficace.

- Qu'est-ce que tu croyais hein ? Que j'allais tomber fou amoureux, t'épouser et qu'on vivrait heureux jusqu'à la fin des temps ? J'suis pas comme ça.

Son ton froid étonne la brune, qui ne s'attendait pas à ça. Elle ne le connaît pas vraiment, elle ne le voit que pendant les cours, mais il n'est absolument pas comme ça. Mystérieux, certes, mais pas méchant. Là, elle a l'impression que ce n'est plus Kyaw devant elle.

- Eh oui, surprise ! Je me suis bien amusé avec toi, ça m'a même flatté que je t'intéresse. Aaaah, mon ego, il faut toujours le nourrir, c'est comme ça. Tu n'avais jamais eu de face à face avec lui ? C'est la chose la plus importante pour moi pourtant ! Être connu, reconnu, admiré. Le reste, je m'en fiche. De toi, je m'en fiche. Tu veux que je te dise ? Tout ça, c'est pas pour moi. Batifoler, jouer l'amoureux transis, ou même être sérieux avec une fille. J'en ai autant que je veux, que ce soit grâce à mon argent ou mon charme naturel. Toi, t'es rien, juste un vieux torchon que je jette après utilisation.

Kyaw sourit, il est content de son coup. A vrai dire, New-York était un coup d'essai. Il ne s'y est pas vraiment intégré, il n'a pas cherché à le faire. Il aime être entouré, respecté, que tout le monde se tourne sur son passage. A Boston, ça sera différent. A Boston il pourra être lui-même.

- Tu sais, t'as pas eu de chance. Tu m'aurais connu plus tard, j'aurais pu être plus sympa. Quoi que, si tu m'avais servi à quelque chose, ouais, j'aurais pu même maintenant. J'suis comme ça. J'suis prêt à tout pour avoir ce que je veux, je suis de ceux qui pensent qu'il faut parfois donner de l'aide au destin. Donc si tu m'avais été de la moindre utilité… Mais même pas tu vois !

La demoiselle choquée puis déterminée se relève et récupère son sac à main. Elle lance un regard noir au brun.

- Tu dois être patient si tu nous déteste tant, pour nous avoir supportés.
- Oui je suis patient, mais je vous déteste pas. Je suis juste indifférent. Je sais que je suis mieux que vous, de toute façon. Je sais aussi que je vais pas rester ici, alors je m'en fiche, c'était qu'un passage éclair. T'es loin de me connaître. Je réserve toujours beaucoup de surprises. D'ici une semaine, je serais dans une école réputée de Boston, parce que je suis aussi très intelligent. Je te conseille de m'oublier.

L'homme va à sa porte pour l'ouvrir, la tapotant légèrement des doigts. S'il peut être patient, il peut aussi s'emporter vite et si la jeune fille ne s'en va pas rapidement, ça risque de faire mal.

- De toute façon, tu pourras pas m'oublier. Un jour, tout le monde me connaîtra, et là, tu pourras juste être contente d'avoir pu finir une fois dans mon lit. Maintenant, dégage.

Elle ne demande pas son reste et file. C'est un manipulateur, avec son grand sourire. Hypocrite. Il s'est foutu d'elle, il ne pense qu'à Boston ou à son futur. A croire que ça sera un homme différent. Patient, sympathique, populaire. Elle n'a pas de mal à le croire. Après tout, il est bon comédien, reste à savoir à quel moment il joue et à quel moment il ne joue pas.
Histoire

Mai 1977, Birmanie

Il ne le sait pas, mais un homme vient de découvrir ce qui va le faire devenir plus riche que dans tous ses rêves. De l'or liquide, de l'or noir, voilà ce qu'il a sous son nez et ce qui va lui rapporter des billets comme il n'en a jamais vu. Il a misé, il a gagné. La région de Magway est connue pour ça et peu de raffinerie sont installées pour le moment, il avait tout à y gagner. Ses deux fils ont maintenant un avenir assuré.

Février 1994, Magwe

Un enfant vient de voir le jour, mais pas n'importe lequel. Un de la famille Min. Si petit, dans les bras de sa mère de 18 ans, son importance est déjà énorme. Pas aussi énorme que son cousin, encore bien à l'abri dans le ventre rond d'une future mère. Mais pas à mettre de côté. Kyaw est désiré et promet d'être aimé par ses parents qui découvrent tout juste les joies d'être une famille.

Jusqu'aux années 2000, Birmanie

L'enfance de Kyaw a été normale. Enfin, normale pour une famille aussi riche que la sienne. Élevé souvent par une nourrice, mais aussi par sa mère et son père. Il n'a jamais manqué de rien d'ailleurs, et c'est peut-être ça le problème. Le manque de manque, voilà le problème. Le petit Kyaw, à 6 ans, n'a jamais entendu un « non » de sa vie. Il a déjà presque une villa à son nom, une dizaine de serviteurs en plus de sa nourrice, un parc pour enfants que son père lui a acheté l'an passé et bien d'autres choses encore. La seule chose qu'il n'a pas, c'est le statut d'héritier, puisque son père est le deuxième né. A cet âge, bien sûr, il ne comprend pas ce que ça veut dire.

Janvier 2005, USA

- Je veux pas y retourner !
- Mais, mon chéri, tu n'as pas le choix, il faut apprendre. Tout le monde va à l'école.
- Ils sont méchants avec moi !
- Écoute, reste ici aujourd'hui, et on trouvera une solution lundi, ça te va ?

Le petit garçon part en pleurs dans sa chambre sans répondre à sa mère. Il est dans l'école internationale la plus prestigieuse des Etats-Unis et il ne s'y sent pas bien. La famille vient tout juste de déménager dans ce pays, sauf que Kyaw a du mal. Il est loin de tout ce qu'il a toujours connu et il ne parle pas vraiment anglais. Les autres élèves sont jaloux et se moquent de lui à cause de ses difficultés pour parler. Finalement, c'est ce qui pousse son père à le renvoyer un Birmanie, au moins le temps qu'il se sente plus à l'aise avec cette langue. Un professeur particulier est engagé pour venir une heure chaque jour et les joues de Kyaw ne sont enfin plus noyées.

Juillet 2009, Magwe

Kyaw est en bas de l'escalier et il écoute la conversation qui se passe dans le salon. Son père parle à des policiers qui lui posent plein de questions. Ce même père qui ne veut pas lui dire où est passée sa mère parce qu'il n'en a pas la moindre idée. Kyaw comprend qu'il ne la verra plus, sans doute plus, et que son père risque d'être accusé pour la disparition -et peut-être le meurtre- de sa femme. Il refuse d'y croire et c'est pour cette raison qu'il retourne se coucher sans aucune émotion vis à vis de la perte de sa mère.

Octobre 2010, Magwe

La mère de Kyaw est toujours disparue. Son père a été lavé de tout soupçon mais il fait face à un autre malheur. Désormais, c'est la tête de l'empire Min qui vient de les quitter. Crise cardiaque selon les médecins. Kyaw ne connaît pas trop trop son grand-père, mais il le savait trop jeune pour partir ainsi. Alors que le prêtre dit quelques mots devant le cercueil, il voit son cousin pavaner au premier rang. Il s'en fiche lui, il sait que maintenant ça sera lui à la tête de la raffinerie. Kyaw a toujours trouvé ça injuste, il est né avant lui, il devrait être l'héritier. Mais ce n'est pas comme ça que leur grand-père a décidé. Un jour, son cousin verra qui pavanera.

Décembre 2014, New-York

Kyaw découvre la neige. Dans son pays, ils n'ont que la pluie et le beau temps, jamais de flocons. Alors qu'il regarde le ciel qui pleure des glaçons, il reçoit un appel. Il décroche, sérieux en voyant le nom de son père, et son sourire disparaît. Son oncle a été retrouvé mort. Il avait disparu depuis août, visiblement victime de la mousson. Son corps vient d'être repéré et l'information est confirmée. Le brun fronce les sourcils en raccrochant. Pour lui, ce n'est pas un accident, c'est certain. C'est son cousin, qui profite largement pour éliminer ce qui l'éloigne encore du bureau de président de l'entreprise familial. Son propre père, cet enfant n'a aucune limite. Ils étaient en voyage ensemble quand son père a disparu, de toute façon, et il a toujours dit qu'il ne savait rien. Quel menteur. Kyaw s'estime heureux alors d'être aux USA. Même s'il ne représente aucun danger étant héritier après son cousin et pas avant, il se méfie. Tout le monde sait qu'il aurait préféré être président, lui aussi, et même si ce n'est pas possible, tout le monde se méfie de lui. Et puis peu avant la disparition de sa mère, Kyaw a entendu son cousin dire à un ami qu'il en avait marre d'elle et qu'il voulait qu'elle crève. Autant dire que tout ça attise la haine qu'il a envers lui.

Juin 2015, Boston

Kyaw dépose ses valises. Il a hâte. Il a choisi cette école, il sent qu'il y sera bien mieux qu'à New-York. Son niveau en anglais s'est grandement amélioré, même s'il lui reste un petit accent, et il a des résultats excellents. Fini les cours à domicile, bonjour la vie avec les autres ! Il a même choisi, tenez-vous bien, de vivre à l'internat. C'est une nouvelle vie, un grand changement même si au fond il reste lui-même. Hypocrite et calculateur. Souriant et chaleureux. C'est tout Kyaw. Boston devra le déchiffrer.
A propos de toi

Pseudo : Arwy
Age : 20 ans
Comment as-tu connu le forum ? Fondat'  
Fréquence de connexion ? Tous les jours
Quelque chose à ajouter ? J'aime le poulet
Code du règlement : Des couteaux (charmant n'est-ce pas ? Rolling Eyes )

Code:
Min Thein Khant [color=#ff0000]~[/color] Kyaw Ne Min


Dernière édition par Kyaw Ne Min le Lun 15 Juin - 11:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Number one, tu peux rien contre ça | Kyaw Ne Min   Dim 14 Juin - 17:37

dance love
dance love
dance love
dance love
dance love
dance love
dance love
dance love
dance love
dance love
dance love
dance love
dance love
dance love
dance love
dance love
dance love
dance love
dance love
dance love
dance love
dance love
dance love
dance love
dance love
dance love
dance love
dance love
dance love
dance love
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Number one, tu peux rien contre ça | Kyaw Ne Min   Lun 15 Juin - 11:42

Félicitations !

« Tu es validé(e) Arwyyyy ce perso *O* j'ai tellement hâte de le découvrir en RP, bref j'en suis déjà amoureuse à la place d'Iris /PAN Bienvenue en tout cas sur notre beau forum et puis bon jeu avec ton monsieur    »

   Tu peux désormais aller faire ta fiche de liens, ainsi que répertorier tes futurs RPs. Mais tu as aussi désormais accès à tout un tas d'autres topics. Demander un rang, mais aussi un logement et l'adhésion à une confrérie si ton personnage est un étudiant. A toi d'aller te renseigner et lire les différentes histoires de nos confréries pour mieux les comprendre. Tu pourras par la suite te renseigner sur les cours qui ont lieu à l'école, les options ainsi que les clubs et comment y adhérer. Néanmoins, si jamais tu as la moindre question, le staff sera toujours là pour te venir en aide, donc n'hésites pas à leur envoyer un MP si jamais tu es dans une impasse ! Bon jeu parmi nous <3
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Number one, tu peux rien contre ça | Kyaw Ne Min   Aujourd'hui à 13:31

Revenir en haut Aller en bas
 
Number one, tu peux rien contre ça | Kyaw Ne Min
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je n'ai rien contre tes terres! [PV Loki]
» Je ne peux rien te caché [Xéno]
» Jean Ferrat est mort
» Brownie, j'y peux rien si j'ai un nom de biscuit
» J'en peux rien, je peux pas changer..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life in Boston rpg :: Who are you ? :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: