AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Demande de partenariat
Ven 26 Fév - 20:51 par Invité

» 16.02.16 - LE FORUM FERME SES PORTES.
Jeu 18 Fév - 15:51 par Miss Petunia Garner

» Flash | ft. Lily-Rose Rivest
Lun 15 Fév - 21:05 par Lily-rose F. Rivest

» Never say goodbye because saying goodbye means going away and going away means forgetting (Ninette ♥︎)
Lun 15 Fév - 20:27 par Isobel W. McCoy

» Mon Voisin Du Dessus (MVDD)
Dim 14 Fév - 17:55 par Invité

» À quoi te fait penser ce mot
Dim 14 Fév - 17:55 par Invité

» Le changement, c'est maintenant !
Dim 14 Fév - 12:18 par Shivani K. Shukia

» Une rose à dix
Dim 14 Fév - 12:11 par Isobel W. McCoy

» L'horloge parlante
Dim 14 Fév - 12:10 par Isobel W. McCoy

Points confréries
Delta Upsilon — 825 pts
Kappa Pi — 777 pts
Sigma Nu — 535 pts
Delta Gamma — 510 pts
Pi Bêta Phi — 300 pts
Thêta Xi — 60 pts
Vidéo

Partagez | 
 

 “Les grandes choses peuvent se manifester par de petits signes.” — HARPER <3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kappa Pi
Disponibilité pour RP : Toujours :P
Featuring : U-Kwon
DC : Ashton D. MyersEnzo MillerFrank EarendNicholas TompkinsGemma OsborneAlexis T. Hoffman
Messages : 136
Who I am? : Un coréen de vingt-deux ans, qui a sa propre histoire, son propre caractère et qui est pas forcément là pour se faire des amis. Qui cherche pas à devenir forcément quelqu'un. Qui a tout perdu, mais qui cherche à tout récupérer. Un gars avec un passé, un présent mais en quête de son futur.
People around me : La bonté s'efface et se perd, et tomber sur celui qui sera ton allié n'est qu'un coup du hasard, un signe que tout n'est pas perdu.
What I've done : Le futur est fait de rencontres, d'incidents, d'évènements, mais surtout de souvenirs et d'expériences. La vie, malgré les obstacles et ses coups du destin parfois fatals, se vit pour chaque instant, pour découvrir, connaitre et se sentir vivre, tout simplement.
Where I'm going :
Social Network : A l'époque, il y avait les messagers, les pigeons voyageurs, les courriers, mais aujourd'hui il y a les mails, les réseaux sociaux. On s'y fait, on s'y habitue, même si on a toujours une boite aux lettres devant la porte, pour la pub et autres courriers déplaisants. Mais moi, je me suis limitée à un casier.
CellPhone : La technologie, ça permet d'avoir ses amis dans sa poche. Les appeler quand t'es dans le fond. Les joindre, en tous lieux, toutes situations. La magie du téléphone.
Relations : - Colocataire et complément de Jae Ji Choi.
- Amélioration croissante avec Seung Joo
- Harper Cool
- Jake, le partenaire de jeu implacable.

Date d'inscription : 12/06/2015
Age : 24
Localisation : Boston City.
MessageSujet: “Les grandes choses peuvent se manifester par de petits signes.” — HARPER <3   Ven 4 Déc - 9:50


   
Harper & Lee
   
   
Les grandes choses peuvent se manifester par de petits signes
   
Tenue de Lee

Les gens ne trouvaient peut-être pas ça normal, que je fasse partie d’autant d’associations et clubs, qui étaient en totale contradiction avec mon handicap, mais c’était sans doute une des seules choses qui me permettait de me réaffirmer en tant que personne normale. Et ça j’avais peur que les gens ne veuillent pas le comprendre. Pourtant ça n’était pas bien compliqué, ce n’était pas parce que je n’entendais rien, que j’étais totalement débile et doté de deux grille-pains à la place des mains. Preuve étant, que le club de radio fonctionnait bien, et que chacun des membres ne me jugeait pas le moins du monde. Au contraire, ils me soutenaient, m’aidaient quand il y en avait besoin, et me laissait faire au maximum, pour que je me sente autant apte que eux à mener à bien une chose qui me tient à cœur. Aujourd’hui, c’est différent. Je m’ouvre à quelque chose d’un peu plus grand, qu’un simple club journalier dans un campus scolaire. A une association. Et en tant que bénévole, à échelle de la ville. C’est déjà un projet un peu plus imposant, et un peu plus contraignant, mais qui me pousse à toujours aller de l’avant et me donner constamment. Cette association, aussi, je ne la dirige pas seul –on ne me laisserait sans doute pas le faire, et Tara ne pouvait pas me suivre hors d’un contexte scolaire auquel elle était rattachée-. J’avais beau avoir vingt-deux ans, la majorité donc, je ne passais aux yeux de personne comme quelqu’un de véritablement responsable, du simple fait que j’étais incapable de capter le moindre son. Mais au fond, je n’étais pas plus que ça déçu de m’être retrouvé à codiriger l’association avec une jeune fille du nom de Harper.

Harper, je la connais depuis quelques temps maintenant, c’est une jeune étudiante de New York, qui connaît tout autant Boston que moi. C’est une jeune fille, que ses passions ont permis de nous rapprocher. En traduction Chinois, elle avait donc un intérêt tout particulier pour l’Asie, et donc je me sentais légèrement concerné. Néanmoins, ça n’était pas ce point tout particulier, qui nous avait rapproché, mais bel et bien une façon inédite de voir les choses. On avait, à nous deux, inventer notre propre système de communication, sous forme de rébus, si vous voulez. C’était bien plus original, et ça me faisait oublier mon handicap, en transformant tout cela en jeu. Tenter d’être original, faire des petits dessins, et ne s’exprimer qu’exclusivement par ça. C’était une nouvelle manière pour moi de concevoir la vie, et même si je n’étais pas un grand artiste et que bien souvent mes personnages étaient l’addition de bouboules difformes sur des grands bâtons. En somme, je m’amusais bien, et ça m’avait permis de sortir un peu de cette période où je broyais du noir à longueur de journée. Et puis, avec le temps, après m’être réconcilié avec Seung Joo, j’avais décidé d’arrêter de jouer au con égoïste, qui en veut à la terre entière, et donc de m’ouvrir davantage en me promettant de côtoyer un peu plus souvent mère optimisme.

Ce qui nous réunit encore une fois aujourd’hui, donc, c’est cette association basée sur la culture étrangère. Pile poil notre domaine à tous les deux, et nous avions pour l’occasion et parce que Miss Garner trouvait ça enrichissant pour ses élèves, d’organiser une petite exposition pour les étudiants, sur la Chine, pays qu’Harper affectionnait tout particulièrement, et qui au fond me plaisait tout autant. C’était une petite exposition, pas bien longue, avec des ateliers, des œuvres et même des mini-films, et chacun de nous devait s’occuper de présenter l’exposition. J’appréhendais énormément, n’ayant que mon application sur le Smartphone, et un marqueur à ardoise pour m’exprimer. J’avais peur de ne pas intéresser les gens, et de les rebuter en voyant qu’ils allaient devoir faire un effort tout particulier pour me comprendre. Pourtant, ça ne se passait pas trop mal.

Les gens étaient compréhensifs, ils suivaient avec grande attention, certains ont même ris. Alors ça m’a rassuré, je lançais parfois des petits signes à Harper, pour lui signifier que tout allait bien en levant bien haut ma main dans laquelle était dessinée un petit smiley qui souriait. C’était une exposition, qui s’annonçait bien, et je retrouvais foi en moi.

Sauf, que comme toujours, y a une couille dans le potage. Et la couille, pour le coup, c’était le petit groupe de Pi Bêta Phi, qui venait de pénétrer dans le bâtiment. Ce qu’ils foutaient là, honnêtement, je l’ignorais. Même si Miss Garner avait conseillé l’exposition à certains, je n’avais pas entendu que celle-là ait été rendue obligatoire. Je n’étais pas du genre à refuser un groupe de gens intéressé, même si aux premiers abords ils avaient tout sauf la gueule de l’emploi, mais je ne pouvais m’empêcher de trouver ça bizarre, et de me demander ce qu’ils pouvaient bien foutre là, avec leurs grands sourires niais. Si c’était pour foutre le bordel, j’osais espérer que ça n’aille pas trop loin. Du coup, je me tenais sur mes gardes, vigilent, en gardant un œil sur eux, jusqu’à ce qu’ils pointent face à moi. Evidemment, là, je n’avais pas trop le choix que de faire ce pourquoi j’étais ici, mon petit speech sur l’écriture chinoise, l’origine des signes utilisés, et leur utilisation. C’était ce pourquoi j’étais là, pas payé, mais parce que ça me passionnait, en tant qu’écrivain et littéraire à temps plein. Eux, je ne savais pas trop ce qui les passionnait, hormis tirer une tronche de six pieds de longs, en se demandant intérieurement ce qu’ils foutent ici.

Prenant mon courage à deux mains, et parce qu’au fond je m’en fichais bien de savoir ce qu’ils pensaient de moi, je pris mon Velleda et inscrivais au tableau les deux caractères suivants : 中文 sous lesquels j’inscrivais le mot chinois, pour leur faire comprendre à ces bêtas, que ces deux symboles voulaient dire : langue chinoise. Suite à ça, je faisais une première petite flèche et indiquais le mot sémiologie, prêt à détailler le fait que l’étude de ces symboles/signes, relevait de la sémiologie, mais évidemment, je n’eus même pas le temps de finir mon mot. Parce que je n’étais pas à l’aise, j’avais tendance à me retourner régulièrement pour voir qu’ils ne fassent rien de débile, et ceux-là parlaient à mon attention. Sauf qu’évidemment, je n’entendais strictement rien. Je les voyais rire, bêtement, alors je tapais rapidement sur mon téléphone : « qu’est-ce qui vous fait rire ? » la voix robotique devait sans doute avoir été entendue, puisqu’ils riaient de plus belle, alors je me concentrais sur leurs lèvres, et la raison était pourtant toute bête : je ne parlais pas, j’étais un putain d’assisté complètement débile.

- Bah allez parle, t’as peur ou quoi ?

Arrivais-je à lire chez l’un d’eux. Une bande de crétins, voilà ce qu’ils étaient. J’haussais le sourcil en signe de désespoir pour leur montrer qu’au-delà de me faire de la peine avec leurs réactions, ça ne me faisait aucun effet, les trouvant plus immatures qu’autre chose. Au fond, j’avais passé l’âge de pleurer quand une remarque déplaisante à mon sujet était faite.

- Si ça ne vous intéresse pas, dégagez !

Fis-je dire ensuite à mon téléphone, mais ça n’eut pas l’effet de les calmer au contraire. Ils continuaient à batifoler, et à se moquer ouvertement, de ce que je pouvais comprendre. Jusqu’à ce que l’un d’eux, celui qui avait le plus de masse cérébrale du groupe –de l’ordre d’une tête d’épingle et demi-, comprenne le problème : je ne les entendais pas, et là c’était l’effusion. « Oh mais c’est le sourd du club de radio. » « J’arrive pas à croire qu’ils laissent un gars comme ça présenter une expo, il peut même pas parler. » Bref, les phrases usuelles, qui commençaient à me courir sur le haricot. Le problème, c’est qu’ils avaient raison, dans le fond. J’étais un assisté, je ne savais pas quoi faire pour leur dire de dégager, j’étais pris au piège, ils ne voulaient pas partir.

(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah & gifs:


   

_________________
Kappa Pi dans l'âme & Dans le coeur
I want someone to love me, for who I am. I want someone to need me, is that so bad? I wanna break all the madness, but it's all I have. I want someone to love me. For who I am —
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: “Les grandes choses peuvent se manifester par de petits signes.” — HARPER <3   Jeu 17 Déc - 17:23

Les grandes choses peuvent se manifester par de petits signes.

 
feat. Lee

 


Tenue de Harpette

A New-York, les associations n'attiraient pas plus que ça Harper. C'était une autre ville, une autre façon de vivre. Avec cette impression que la ville ne dort jamais, on a toujours envie de continuer à vivre, sans jamais vraiment s'arrêter. Les associations sont secondaires et un peu trop ouvertes à n'importe qui, n'importe quoi. Ville déjà très cosmopolite, Harper aimait y faire des rencontres, y trainer ou y passer son temps, mais la demoiselle avait toujours espéré pouvoir faire de ces rencontres, des personnes importantes dans sa vie à qui elle pouvait consacrer du temps. Peut-être que cet éloignement lui était bénéfique, elle en était même certaine. A New-York il y avait des souvenirs et des personnes qu'elle voulait oublier et laisser là. Harper espérait avancer et prendre un nouveau départ sans non plus oublier d'où elle venait. Sans doute aurait-elle préféré vivre avec sa mère, mais pour ça il aurait fallut qu'elle et Alexis soient séparés. Lui à NYC, elle ici et dix ans plus tard, ils auraient été des étrangers l'un pour l'autre, ou peut-être qu'ils n'auraient pas le lien qu'ils ont aujourd'hui et qui était important pour elle. Ils avaient pourtant des centres d'intérêts différents: lui était pour l'architecture, l'histoire alors qu'elle préférait de loin les langues, la géographie et la culture, mais ça ne l'empêchait pas d'en être très proche et de s'intéresser aussi à ce qu'il aimait. Les associations caritatives faisaient d'ailleurs partie de ce qui attirait son attention et au fond, depuis qu'elle se trouvait sur le sol bostonien, elle en venait même à se demander si, inconsciemment, il n'était pas pour quelque chose pour la nouvelle passion d'Harper. Certes, ce n'était pas encore une association des plus caritatives, mais ça restait un endroit où on pouvait partager des informations, des cultures et faire découvrir son pays à des personnes qui n'ont pas forcément les moyens pour pouvoir prendre l'avion et s'offrir le luxe de visiter l'Asie, l'Europe ou encore l'Océanie.

Depuis deux ans déjà, Harper suivait des cours de traduction en chinois, anglais et Français. Elle avait vite compris que pour s'en sortir dans une langue asiatique, il fallait adopter une mentalité différente et apprendre des cultures. Sans doute est-ce de là que part son goût pour l'Asie, un continent qui autre fois ne l'intéressait pas plus que ça. Lorsqu'elle était petite, son père n'avait cessé de lui dire qu'elle devrait apprendre le chinois étant donné l'évolution économique, mais aussi démographique de ce pays. Du temps où son père était encore quelqu'un important pour elle, Harper s'était rattaché à cette idée au point d'en faire un rêve et aujourd'hui, elle arrivait à le toucher du bout des doigts. Elle devrait se trouver de nouveaux rêves, mais pour l'instant, la seule chose qu'elle voulait vraiment était de pouvoir profiter de la vie, de ce qu'on lui a donné la chance d'avoir et d'aller de l'avant, toujours. Ca faisait d'elle une jeune fille encadrée, entourée, toujours sur les chemins plutôt qu'une geek enfermée dans sa chambre à ne voir que la lueur du jour seulement lorsqu'elle acceptait de relever ses yeux de l'ordinateur. Aujourd'hui Harper avait fait des rencontres, certaines plus intéressantes que d'autres, mais à ses yeux elles avaient toutes leur importance. Lee faisait partie de ces personnes qui avaient desormais de l'importance dans la vie de la jeune New-Yorkaise. Ils travaillaient tous les deux bénévolement à cette association et ce, toujours avec le sourire. A eux deux, ils trouvaient des activités intéressantes qui permettaient à chacun et chacun de pouvoir parler et apprendre à connaitre d'autres personnes, mais aussi d'autres pays.

Notre objectif aujourd'hui était une exposition sur la Chine, un pays qu'Harper connaissait bien et qui intéressait aussi Lee. Ils avaient mis du leur pour faire de cette expo quelque chose de super intéressant. Des petites dégustations, des petits documentaires ou encore de l'art chinois. Harper avait hâte, elle était assez enthousiaste à l'idée de pouvoir commencer. Lee semblait lui un peu plus sceptique, mais finalement sa prestation intéressait le public qui respectait l'handicap qu'il éprouvait et au fond, ça faisait plaisir à la new-yorkaise. Elle n'avait jamais douté de sa faculté à attirer l'attention et ce, malgré sa surdité. Harper l'avait trouvé attachant et courageux, mais aujourd'hui elle vivait avec et ça ne l'empêchait pas d'apprécier de passer du temps avec lui. Ces moments faisaient même partie de ceux qu'elle attendait comme une petite fille qui attendait d'ouvrir son cadeau de Noël au pied du sapin et à chaque fois, le temps ne faisait que filer un peu trop vite à son goût. L'arrivée d'un groupe de gars qui semblaient tous cons comme leurs pieds n'annonçait rien de bon et aussi bien Lee que Harper l'avaient remarqué. Cependant, il n'eut pas d'autres choix que de continuer comme s'ils n'existaient pas. Le problème chez ce genre d'énergumène, c'est que lorsqu'on y fait pas attention, ils trouvent toujours une façon ou une autre pour devenir le centre de cette attention et rarement de manière charmante. Malgré tout, les gens intéressés tentaient tant bien que mal de faire abstraction à leur présence et écoutaient ce que leur montrait le Kappa Pi et au fond, Harper en fut soulagée. Plus les secondes s'écoulaient et plus le malaise de Lee se faisait ressentir. Harper, quant à elle, gardait aussi un oeil sur ces zouaves qui pour l'instant ne se contentaient de ne pas trop perturber si ce n'est de faire les pitres dans le fond de la salle. Ce qu'elle entendait ne lui faisait pas plaisir et pas moins impulsive, elle sentait que dans ses veines son sang bouillait un peu trop pour faire d'elle quelqu'un de calme et paisible. Un tempérament de feu, disait-on. Certains même la qualifiait de volcanique et si ces débiles ne cessaient pas, ils allaient probablement en subir les foudres.

L'échange était irrespectueux et puéril de la part de ces garçons. Harper se dirigea vers un évier pour remplir un seau d'eau, totalement imprévu dans l'exposition, puis non sans un signe pour rassurer son ami, elle se dirigea vers le fond de la salle "Votre attention s'il vous plait, je vais vous demander de vous tourner par ici un instant." Elle tira un tableau blanc à roulette afin qu'aucun des visiteurs n'attrape un torticolis et sur ce tableau indiqua un autre signe chinois signifiant le mot "eau". "L'eau est une ressource très importante en Chine. Non seulement elle représente des fleuves sacrés traversant le pays, mais pas seulement. Dans les croyances chinoises, elle a aussi sa symbolique. Par exemple, l'eau est utilisée pour des rites de purification. On dit aussi que l'eau protège les gentils et punit les méchants…" Harper prit ensuite le seau d'eau et le balança sur le groupe de Pi Beta Phi qui n'avait pas l'air de s'attendre à une telle réaction de la part de la demoiselle "Malheureusement, ça ne fonctionne pas pour tout le monde, parce que certains sont tellement écervelés et irrespectueux, voir même méchants qu'on ne peut plus rien pour eux. Du coup, ils se retrouvent tout mouillés et toujours aussi bêtes." Elle haussa les épaules, mimant une moue désolée alors qu'elle ne l'était pas du tout. Elle se retourna vers les types et plus sérieusement, elle reprit "Tu vois, c'est ça la différence entre vous et lui. C'est que vous, vous êtes débiles et on peut rien y faire. Lui, avec un sens en moins, il est capable de mener une exposition sans donner l'impression d'être un clown. Maintenant vous dégagez". Certains visiteurs rigolaient alors que Harper rejoignis Lee en lui adressant un clin d'oeil pour lui redonner du courage et de l'assurance. Elle savait que, sans entendre, il comprendrait ce qu'elle faisait et ce qu'elle expliquait concernant l'eau et peut-être qu'il ferait le lien entre la débilité de certain et l'eau, comme elle avait essayé de le démontrer. En attendant que Lee termine son explication sur le prochain signe, elle dessina sur un petit morceau de papier un garçon qui avait bien géré l'exposition et ce, malgré cette interruption imprévue et le lui tendit avec un autre descend où une petite fille la représentant s'inquiétait du bien être de son ami. Lorsqu'il s'approcha, elle lui tendit les deux dessins. D'un stylo, elle s'empara de sa main et inscrivit dessus à l’indélébile, pour qu'il ne risque pas de l'oublier de si tôt "t'as été super"



 
 
made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Kappa Pi
Disponibilité pour RP : Toujours :P
Featuring : U-Kwon
DC : Ashton D. MyersEnzo MillerFrank EarendNicholas TompkinsGemma OsborneAlexis T. Hoffman
Messages : 136
Who I am? : Un coréen de vingt-deux ans, qui a sa propre histoire, son propre caractère et qui est pas forcément là pour se faire des amis. Qui cherche pas à devenir forcément quelqu'un. Qui a tout perdu, mais qui cherche à tout récupérer. Un gars avec un passé, un présent mais en quête de son futur.
People around me : La bonté s'efface et se perd, et tomber sur celui qui sera ton allié n'est qu'un coup du hasard, un signe que tout n'est pas perdu.
What I've done : Le futur est fait de rencontres, d'incidents, d'évènements, mais surtout de souvenirs et d'expériences. La vie, malgré les obstacles et ses coups du destin parfois fatals, se vit pour chaque instant, pour découvrir, connaitre et se sentir vivre, tout simplement.
Where I'm going :
Social Network : A l'époque, il y avait les messagers, les pigeons voyageurs, les courriers, mais aujourd'hui il y a les mails, les réseaux sociaux. On s'y fait, on s'y habitue, même si on a toujours une boite aux lettres devant la porte, pour la pub et autres courriers déplaisants. Mais moi, je me suis limitée à un casier.
CellPhone : La technologie, ça permet d'avoir ses amis dans sa poche. Les appeler quand t'es dans le fond. Les joindre, en tous lieux, toutes situations. La magie du téléphone.
Relations : - Colocataire et complément de Jae Ji Choi.
- Amélioration croissante avec Seung Joo
- Harper Cool
- Jake, le partenaire de jeu implacable.

Date d'inscription : 12/06/2015
Age : 24
Localisation : Boston City.
MessageSujet: Re: “Les grandes choses peuvent se manifester par de petits signes.” — HARPER <3   Dim 17 Jan - 10:41


   
Harper & Lee
   
   
Les grandes choses peuvent se manifester par de petits signes
   
Tenue de Lee

Des gens cons, c’était monnaie courante partout où on se rendait. Mais parfois, je me demandais vraiment s’ils ne se concentraient pas uniquement tous sur Boston. Ou alors c’était moi, qui avais un sérieux problème. Pourtant, encore aujourd’hui, j’avais eu la preuve qu’il y avait une colonie d’imbéciles profonds qui résidaient entre les murs de l’école de Boston.

Tout avait pourtant bien commencé. L’exposition, que nous organisions avec Harper sur la Chine, avait du succès, puisque même des gens qui n’étudiaient pas à la Boston High School venaient faire un tour dans nos locaux. Intéressés, voilà ce qu’ils étaient. Et curieux. Et donc agréables à guider au cœur même de notre projet. Le fait que je ne parle pas, n’en choqua aucun, et ils me posèrent des questions avec une grande patience, ce qui faisait de cette journée, une belle journée. En compagnie de Harper, qui plus est, que j’arrivais à apercevoir et à saluer, malgré le fait que nous n’étions pas réellement ensemble, mais dispatchés dans la salle pour gérer le plus de monde possible. Souriante, comme à son habitude, je la voyais épanouie, et ça me faisait plaisir. C’est vrai que j’avais toujours tendance à partir dans les préjugés stupides, me poussant à croire que les filles de nos jours se préoccupent davantage de leur apparence qu’autre chose, ce qui m’avait fait oublié qu’il y en avait, pour qui la vie, la culture était plus importante que le dernier mascara effet mille fois plus de volumes. Et ça se voyait bien, qu’elle n’avait pas que trois neurones actifs, contrairement à certaines. Et pour cause, je l’admirais beaucoup.

En résumé, tout se déroulait à merveille, et ma carapace se brisait peu à peu. Seulement, une carapace ça se reconstitue aussi vite que ça s’enlève, et l’arrivée d’un groupe de jeunes grands dadais me glaça le sang. Mon objectif était de continuer ce que j’avais commencé à entreprendre, évidemment, mais aussi de faire en sorte que tout se passe bien en cas de pépin. Mais voilà le hic, c’était qu’ils étaient souvent bien plus doués que moi pour foutre la merde. Et ce n’était pas seul face à eux que j’allais m’en tirer. Je partais déjà perdant, mais parfois il fallait savoir être réaliste. Néanmoins, je ne tirais pas de suite la sonnette d’alarme et redoublais juste de vigilance. Ils pouvaient très bien cacher un grand savoir et un amour inconditionné de la culture chinoise, sans qu’on le sache. Bien que j’en doute. Mes craintes furent d’ailleurs vérifiées, quand ils passèrent près de mon stand, et qu’ils se placèrent de sorte à ce que je puisse commencer ma présentation. Une position qui m’obligeait à ne pas céder, et je débutais mon speech aussi bien que possible, en espérant que ça se passerait bien. Mais espérer quand il n’y a plus d’espoir, c’est comme pisser dans un violon, et on ne pouvait plus rien faire pour eux. Preuve en était qu’ils préféraient davantage se préoccuper de mon mutisme, que de ce qui était inscrit sur le tableau. Pauvre monde. Mais c’est comme ça, que tout dégénéra.

Il ne fallut pas moins de cinq minutes, pour que ces petits singes échappés d’un zoo se mettent à se comporter en tant que tel. Cherchant sans doute à amuser la galerie, c’était un florilège d’insultes qu’ils débitaient, bien que j’en capte la moitié. Je ne pouvais m’égosiller pour leur dire de se calmer, et m’imposer physiquement n’allait en rien arranger les choses, alors j’essayais comme je pouvais de me faire respecter. En vain. La réalité me frappa de plein fouet. Pourtant, je ne voulais pas me laisser abattre, et tentais de trouver une solution miracle. Et elle arriva. Harper. Sans prévenir, elle débarqua, armée d’un seau d’eau. Il fallait dire que ça n’avait pas mis bien longtemps à monter à mon cerveau : elle allait leur arroser la tronche. Eux, en revanche, bien trop stupides pour connecter les morceaux du puzzle ensemble, ne devaient sans doute pas capter ce qu’elle faisait. Peut-être arrosait-elle les plantes ? Quoiqu’il en soit, j’étais captivé par la scène, complètement hilare. Elle leur balança au passage quelques amabilités bien placées, tout en restant dans le thème de l’expo, ce qui relevait du spectacle presque travaillé à l’avance. Autant dire que j’étais fier de la connaître, et admiratif face à une fille aussi forte, qui tenait tête à d’affreux jojos, qui du coup étaient complètement pris par surprise. Bien fait ! D’ailleurs, alors que je me marrais, et qu’elle leur fit comprendre qu’il était temps pour eux de retourner jouer en maternelle, j’attrapais mon velleda et écrivais sur chacun de leur front, le symbole suivant : qui voulait dire littéralement « Bèn » et donc « Débile ». Je ne leur fis pas la fleur de leur expliquer, ils avaient l’air suffisamment cons comme ça, mouillés et marqués comme des vaches dans leur pâturage. N’empêche, que cette petite intervention eut l’effet de faire rire les autres invités, qui applaudissaient généreusement Harper pour cette belle leçon. Je fis de même par ailleurs, vraiment reconnaissant, oubliant de suite l’humiliation que j’avais pu subir, puisqu’ils étaient désormais à ma place. Et toujours aussi cons.

« Tu as été super »

Harper inscrivit cette petite phrase sur ma main, et je lui offris un large sourire en réponse, ainsi qu’un petit cœur discret que je dessinais sur sa main. Après quoi, je m’attelais pour essuyer vite fait l’eau, afin d’éviter que de pauvres gens glissent dans la flaque, puis nous nous remettions au travail tous les deux, les gens ne cessant d’affluer, tout en nous en remerciant, en nous félicitant pour notre réussite, d’avoir réussi à les intéresser, tout en s’impliquant vraiment dans cette exposition. En bref, une belle récompense que des sourires et remerciements, qui montraient qu’on avait su toucher les cœurs. A la fin de l’exposition, alors que je remballais mes affaires, et recouvrais certaines œuvres pour la visite des jours suivants, j’eus une idée. A la fois pour faire découvrir quelque chose à Harper, puis pour la remercier d’avoir été une vraie Wonder Woman pour moi aujourd’hui. Je lui devais énormément, et je voulais lui montrer, que j’appréciais énormément, même si mon idée était loin d’être quelque chose de véritablement impressionnant. Je me dirigeais donc vers elle, avec ma petite ardoise, sur laquelle j’avais dessiné une fille, et une maison avec un point d’interrogation, voulant d’abord savoir si elle devait obligatoirement retourner chez elle, ou si elle avait encore un peu de temps à m’accorder. Elle me répondit donc qu’elle était libre, et ça me soulagea. J’effaçais alors mon dessin et l’invitais à me suivre.

Dans les rues de Boston, je savais exactement où aller. Cela ne faisait pas beaucoup de temps que j’étais là, quoique maintenant un an presque, et j’avais l’habitude de parfois déjeuner dans un restaurant vraiment sympathique, très convivial, avec des patrons vraiment charmants, avec qui j’avais beaucoup sympathisé. C’était un restaurant chinois, pour continuer dans notre lancée, et ne pas nous arrêter en si bon chemin. Une fois devant, je lui pointais du doigt l’enseigne, sans en dire plus, voulant qu’elle croie encore un petit peu que nous ne serions que clients dans cette enseigne. En pénétrant dans la grande salle, décorée comme un temple chinois, avec des petits cours d’eau, des ponts et de grands bambous, une des serveuses me repéra, armée d’un joli sourire. Je lui fis comprendre que je voulais voir le chef, et elle ne mit pas plus de cinq minutes pour accéder à ma requête. Cinq minutes, durant lesquelles, j’expliquais à l’aide de mon ardoise deux-trois choses à Harper.

- Le patron est un ami, il m’a beaucoup aidé pour l’exposition, pour la symbolique des signes. Très gentil homme.

Et je le pensais. Alors quand il arriva, nous nous serrions chaleureusement les mains, puis je lui présentais Harper, en parlant d’elle comme une vraie justicière, qui s’intéressait énormément à la Chine. Bref, c’était aussi l’occasion pour elle de connaître un natif, chez qui elle pourrait venir en cas de problèmes pour ses cours.

- Quelle est la raison de ta venue ?
- Je voulais savoir si c’était possible qu’on t’emprunte une partie de ta cuisine, je voulais lui apprendre à faire un plat chinois, tu sais, celui qu’on avait fait ensemble la dernière fois ?

J’utilisais mon application pour que tout le monde autour entende la requête, n’ayant pas la place nécessaire, ni le courage de tout faire à la main. J’espérais qu’il accepte, même si je n’en doutais pas. Souvent, j’avais eu l’habitude de parfois les aider, la nourriture chinoise se rapprochant pas mal de la nourriture coréenne. J’aimais beaucoup cuisiner, au-delà des apparences, et je voulais montrer cette petite compétence à Harper, avec qui nous allions allier plaisir et dégustation. Bien sur, il accepta, et j’attirais Harper avec moi dans l’antre même d’un cuisinier, une grande cuisine toujours aussi impressionnante. A l’intérieur, il me tendait deux tabliers, dont un que j’accrochais à Harper, avant de mettre le mien.

- Alors commis Harper, es-tu prête à découvrir la Chine sous un nouvel angle ? La gastronomie est très importante, et c’est sans doute ce qui marche le mieux en Occident.

J’étais pressé, et à la fois curieux de savoir si ma petite idée allait lui plaire. Après tout, nous allions bien nous amuser, car la cuisine c’était ça : un passe-temps, une passion, de la joie et du partage.

- On va commencer par un classique, le canard laqué.

Mais je voulais attendre son approbation, avant de tout de même me lancer dans l’aventure, alors je lui tendais ma main, sourire aux lèvres.


(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah & gifs:


   

_________________
Kappa Pi dans l'âme & Dans le coeur
I want someone to love me, for who I am. I want someone to need me, is that so bad? I wanna break all the madness, but it's all I have. I want someone to love me. For who I am —
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: “Les grandes choses peuvent se manifester par de petits signes.” — HARPER <3   Aujourd'hui à 13:30

Revenir en haut Aller en bas
 
“Les grandes choses peuvent se manifester par de petits signes.” — HARPER <3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» une recontre aux dents pointues (pv Antonio et Jasper Torn)
» " Comme quoi de belles choses peuvent naître d'un drâme " Pv Dani'
» Affaire sensible et Reportage : Vous serez ravie d'apprendre que les deux choses peuvent très bien s'assembler. [Carl Mercier]
» Parfois, les plus beaux sourires peuvent cacher de grands secrets, les plus beaux yeux peuvent avoir pleuré durant des heures et les coeurs les plus purs peuvent avoir souffert de grandes peines.. Feat Bambi, Wasoo, Canada and Pompom
» Les Grandes Citations

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life in Boston rpg :: Boston City :: Les Associations :: Around the World-
Sauter vers: