AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Demande de partenariat
Ven 26 Fév - 20:51 par Invité

» 16.02.16 - LE FORUM FERME SES PORTES.
Jeu 18 Fév - 15:51 par Miss Petunia Garner

» Flash | ft. Lily-Rose Rivest
Lun 15 Fév - 21:05 par Lily-rose F. Rivest

» Never say goodbye because saying goodbye means going away and going away means forgetting (Ninette ♥︎)
Lun 15 Fév - 20:27 par Isobel W. McCoy

» Mon Voisin Du Dessus (MVDD)
Dim 14 Fév - 17:55 par Invité

» À quoi te fait penser ce mot
Dim 14 Fév - 17:55 par Invité

» Le changement, c'est maintenant !
Dim 14 Fév - 12:18 par Shivani K. Shukia

» Une rose à dix
Dim 14 Fév - 12:11 par Isobel W. McCoy

» L'horloge parlante
Dim 14 Fév - 12:10 par Isobel W. McCoy

Points confréries
Delta Upsilon — 825 pts
Kappa Pi — 777 pts
Sigma Nu — 535 pts
Delta Gamma — 510 pts
Pi Bêta Phi — 300 pts
Thêta Xi — 60 pts
Vidéo

Partagez | 
 

 Je ne trouve pas vraiment les mots pour expliquer l'inexplicable (With Sasha & les McCoy ♥︎)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Je ne trouve pas vraiment les mots pour expliquer l'inexplicable (With Sasha & les McCoy ♥︎)   Jeu 26 Nov - 20:18

    La plupart n'y croyait plus et pourtant continuait d'espérer. Moi aussi, au fond, je continuais d'espérer que tout se termine bien, ou presque. Heureusement, il n'y avait aucun mort, pas comme il y a deux ans où Trent avait réussi à voler des vie mais s'était aussi fait prendre la sienne, aussi naïvement qu'il avait réussi à prendre celle des autres. J'étais contente que, quelque part, tout se termine bien. Ils en sortait tous indemnes, ou presque. Psychologiquement, c'était une autre histoire et même moi j'étais passée par là. On avait tous mis plusieurs semaines à s'en remettre, n'osant même plus mettre les pieds au lycée.  Ca allait sans doute être la même histoire à Boston, à part peut-être pour Jewel qui elle, ne vivait pas à Boston, mais bien à Miami. A sa place, j'aurais tendance à vouloir retourner à Miami, pour laisser ça derrière moi. Néanmoins, il était tard et espérer avoir un avion directement relevait presque de l'impossible. De plus, ici elle avait tout le monde qui l'entourait, à Miami, même sa mère ne s'y trouvait pas. Elle pouvait encore passer du temps avec son père, son frère, son copain alors que demander de plus ? Chris nous avait proposé de retourner chez lui pour nous éviter d'aller à l'hôtel. Sa fille y vivait à temps partiel et Isobel pouvait elle aussi profiter de son fils encore quelques heures avant de retrouver sa vie à Miami.

    Chez Chris, tout le monde vaquait à ses occupation, Isobel et lui cuisinaient alors que le reste des jeunes étaient presque tous dans le salon à profiter du calme et de la sérénité qu'offrait la maison. Jewel et Sasha étaient sans doute en train de se remettre de leurs émotions, Nathan récupérait ses heures de sommeil et moi j'essayai d'avoir des nouvelles de Justin dans le couloir à côté. La voisine n'avait pas l'air d'avoir son téléphone près d'elle et le fait qu'elle ne réponde pas m'inquiétait un peu. Je tentai de faire preuve de self-control, en faisant les cent pas dans le couloir avant d'essayer d'appeler à nouveau et à force de faire preuve de patience, je réussis à avoir la dame qui gardait Justin. Elle disait que tout allait bien, même s'il réclamait beaucoup ses parents, elle arrivait néanmoins à calmer ses pleures avec l'aide de ses jouets ou encore des dessins animés à la télévision. Soulagée que tout aille bien quand même, je raccrochai rapidement et rejoignis le reste des jeunes en prenant place dans un des divans. A côté de ça, mon téléphone que j'avais mis en silencieux ne cessait d'être harcelé par de multiple appels que je n'avais pas envie de prendre. Entre le tribunal ou d'autres avocats qui demandaient des comptes que j'avais pas à rendre concernant Cazey Laskin et mon père qui voulait s'assurer que tout allait bien, pour, par la suite me poser cinquante questions, j'étais servie. Je n'étais pas psychiatre, je n'y connaissais rien en schizophrénie et aujourd'hui, pour cette histoire, je n'étais pas plus l'avocate de Cazey que celle d'un autre. Je n'avais pas prémédité ça, Cazey n'allait certainement pas s'en venter et à l'heure qu'il était, je ne m'inquiétais même pas pour lui. J'avais aucun compte à rendre le concernant. En acceptant de le défendre il y a de cela quelques mois, je n'allais jamais m'imaginer que malgré son passé, il irait jusqu'à kidnapper des personnes et les enfermer quelque part pour leur faire vivre un vrai traumatisme et tout ça pour quoi ? Pas grand-chose si ce n'est une histoire de vengeance peut-être. Si j'allais continuer le concernant ? C'était encore un grand point d'interrogation. J'avais pas spécialement envie de me mettre tout le monde à dos pour une histoire de client et si à chaque fois que l'un d'entre eux faisaient un pas de travers aussi grave que celui de Cazey, je ressentis cette culpabilité et l'impression d'être complice de quoi que ce soit que je n'approuvais pas, alors je préférais autant mettre le pénal de côté et opter pour une autre spécialité. J'avais beaucoup de mal à comprendre comment Isobel arrivait à se regarder encore dans le miroir si, comme moi, elle avait accepté de jouer les avocats du diable pour se faire un nom. A cette pensée, je soupirai, déposant mon portable à côté de moi. Les yeux sur la télévision qui continuait de diffuser le film, j'essayai de distraire mon esprit. En regardant Nathan, j'enviai presque sa sérénité et puis la voix de Jewel finit par me sortir de mes pensées

    "Comment tu le connais, Cazey Laskin ? J'arrive pas à comprendre comment tu fais pour travailler avec lui. Il est effrayant"

    C'était une question à laquelle je m'attendais, mais au fond que je redoutais. Si je ne devais pas rendre de compte aux personnes externes, j'estimais que Jewel avait le droit d'avoir des réponses sur mes motivations ou intentions.

    "Je le connais par mon père en fait. Ils ont, ou avaient je sais pas trop, des affaires ensemble et en échange de ces affaires, Cazey pouvait m'avoir comme avocate et moi ça me permettait de me faire un nom. Il a un dossier bien fourni, c'est un cas intéressant pour un avocat tu sais. Mais en acceptant je ne me douterais quand même pas qu'il en viendrait, avec sa soeur, à organiser un kidnapping." Ne sachant pas trop quoi en penser je repris, un peu évasive "Il est normal avec moi. A la limite, on se rend pas compte que le dossier qu'il a c'est le sien. Je ne dis pas qu'il est gentil et qu'il a un bon fond, parce que c'est faux, sinon il aurait pas une bible en guise de dossier, mais je comprends pas trop pourquoi il est compréhensif quand je lui demande de signer un document qui l'oblige à ne jamais faire de mal à Nathan et Justin, par exemple, mais qu'il en arrive à faire ce qu'il a fait. C'est qu'au fond il se rend compte qu'il peut être dangereux. Puis s'il arrive à signer un document pour garantir leur sécurité, pourquoi il ne comprend pas que c'est pas en kidnappant des gens et en leur faisant du mal qu'il arrivera à avoir ce qu'il veut ? Après ils sont instables psychologiquement tous les deux, mais c'est trop facile de plaider ça. S'il se fait choper, il va être juger et si on plaide l'instabilité psychiatrique, il va se retrouver en HP pour 5 ans peut-être et après il sera relâché. En fait, plus il déconne et moins j'arrive à le défendre parce que c'est trop facile d'envoyer des gens en hôpital psychiatrique. Rien que sa soeur qui a déjà fait de la prison, ça lui a rien appris, elle est toujours aussi mauvaise, donc lui l’hôpital psychiatrique à part le rendre encore plus malade et peut-être plus dangereux ça va pas l'aider et honnêtement, même s'il finit en prison, ce qui sera le cas parce que faut pas s'attendre à des tours de magie, l'avocat qu'il aura va peut-être faire en sorte d'écourter sa peine, ce qui n'est pas une bonne chose. J'ai l'impression de brasser de l'air avec lui. Tu l'aides à plus ou moins s'en sortir et il réduit tout à néant."

    Je ne savais pas trop quoi en penser et au final, j'étais contente de ne pas devoir le défendre pour cette histoire de kidnapping. Peut-être qu'au fond elle devrait tout simplement changer de spécialité, oui. En regardant Jewel et Sasha qui avaient l'air totalement exténués je repris "Vous ne voulez pas l'imiter ?" en désignant Nathan "Jewel t'as des petits yeux de chaton fatigué".
Revenir en haut Aller en bas
Perso Crossover
Disponibilité pour RP : Oui
Featuring : Ariana Grande
DC : Lwyn Sein Zaw
Audrey K. Cobb

Messages : 95
Who I am? : Une jeune fille vivant à Miami, chez sa maman, mais qui parfois vient voir son papa à Boston.
People around me : Plein d'amis, mais principalement à Miami !


What I've done : //
Where I'm going : //
Social Network : //
CellPhone : //
Relations : Un beau Pi Sigma répondant au doux prénom de Sasha ♥︎
Date d'inscription : 21/06/2015
MessageSujet: Re: Je ne trouve pas vraiment les mots pour expliquer l'inexplicable (With Sasha & les McCoy ♥︎)   Dim 29 Nov - 13:27

      Depuis qu'elle était sortie de cet endroit lugubre, froid, humide et tout ce qu'on pouvait imaginer, Jewel essayait tant bien que mal de ne pas y penser. Pourtant c'était encore bien trop frais pour tirer un trait là-dessus, même si au fond, elle était soulagée de se trouver ailleurs, d'être avec des personnes qu'elle aime et en sécurité. Elle n'aurait jamais pensé s'en sortir vivante, surtout après un premier Halloween passé du même genre que celui de cette année. Une chose est sûre, l'année prochaine, elle resterait bien baricadée chez elle pour être certaine de ne pas se retrouver enfermée quelque part, sans certitude de pouvoir ressortir vivante. Durant ces longues heures à attendre qu'on vienne les sortir de là, son coeur n'avait jamais autant battu la chamade qu'à ce moment-là et maintenant qu'elle était seine et sauve, elle essayait de lui offrir des moments de répis, mais ça ne durait jamais longtemps. Une porte qui claque, un silence trop pesant, ou simplement son esprit qui part à la dérive enclenchaient cette course folle aux battements/ Pour se faire des films, elle était championne depuis une ou deux heures. L'idée qu'un des deux malades se glissent dans la maison de son père pour venir la kidnapper à nouveau, elle n'arrivait pas à l'exclure. Rester toute seule à l'étage le temps de se doucher était un vrai parcours du combattant psychologiquement, mais elle n'avait pas non plus envie d'embêter son monde avec ça et tentait de prendre sur elle. Jewel essayait de se rassurer toute seule, comme une grande, en se disant que si ces malades venaient alors qu'ils étaient six dans la maison, c'est qu'ils étaient vraiment débiles. Mais d'un autre côté, d'autres avaient été kidnappés dans une confrérie: un endroit bien plus fréquenté. Sauf que dans une confrérie, en journée, on peut presque y rentrer comme dans un moulin, alors que chez un particulier c'est beaucoup moins facile. Pour être sûre que personne ne vienne la kidnapper dans sa douche, Jewel avait fermé la porte de la salle de bain à double tour, puis vérifié qu'on ne sache pas ouvrir la ou les fenêtres trop facilement et même avec ça, son petit coeur reprenait sa course folle dans sa poitrine à chaque fois qu'elle entendait un bruit anormal au bruit de la douche et de l'eau qui coule.

      Sa maman était repartie à New-York, chez ses grands-parents maternels. Encore une fois, elle lui avai proposé de l'accompagner, mais Jewy avait préféré rester avec son père. Dans ce genre de moments angoissants, un père était beaucoup plus rassurant pour une jeune fille qu'une maman et deux personnes âgées. De plus, la jeune fille en voulait à Sarah d'être aussi froide et méchante envers Chris, comme si c'était de sa faute; et donc, avait préféré rester avec lui. Certes, elle devait supporter la présence d'Isobel, mais finalement, ce n'était pas si terrible que ça. Jewel s'était fait une raison sur ses parents et si c'était pour les voir se disputer tout le temps, peut-être que finalement ils étaient mieux séparés. La jeune fille se doutait bien que son père espérait récupérer son ex femme. Il n'y avait qu'à le regarder lorsqu'elle se trouvait dans les parages. Ca fait un moment qu'elle le remarque, mais aujourd'hui elle avait enfin fini par l'accepter. Il était temps pour elle d'accepter le fait que ses parents ne se remettraient jamais ensembles, tout comme il était temps aussi d'accepter que son père ne resterait pas seul toute sa vie et si Isobel devenait sa belle-mère, ben elle devrait au moins se dire que sa belle mère ne serait pas une femme méchante et acariatre, parce qu'elle avait au moins l'honnêteté d'avouer qu'elle avait beau ne pas l'aimer beaucoup, Isobel restait une femme très douce et très gentille, sans compter que c'est sans doute une des personnes avec qui son père avait le plus vécu. Si avant, elle et Nathan espéraient chacun que leur père finisse avec leur mère respective ; aujourd'hui, Jewel se retirait de cette compétition et laissait à Chris le choix et le droit de décider avec qui il voulait vivre sa vie, de toute façon, quoi qu'il arriverait, elle arriverait bien par l'accepter parce qu'à ses yeux, le bonheur de son papa était beaucoup plus important qu'un caprice d'adolescente.

      La douche terminée, Jewel enfila des vêtements dans lesquels elle avait l'impression d'être confortable. Pas de talons, pas de jeans moulant, juste un pantalon molleton légèrement slim et gris afin d'avoir cette impression de chaleur et un haut de sweet à capuche rose ; le tout de la marque Victoria Secret. Elle attacha ses cheveux mouillés d'une queue de cheval et puis se chaussa de ugg boots. Lorsqu'elle fut douchée et habillée confortablement, Jewel s'empressa de retourner près des autres. Dans le hall, Nina cherchait à capter quelqu'un et sans un bruit, Jewy la dépassa pour rejoindre le salon. Nathan avait l'air de s'endormir petit à petit devant le film alors sa seule préoccupation et envie était d'aller se coller près de Sasha et de ne plus bouger, ce qu'elle fit. Ces jours dans cette cave lui avaient semblés tellement longs et encore plus sans Sasha près d'elle qu'aujourd'hui, elle avait l'impression de devoir profiter de chaque instant à ses côtés. Sans parler que sa présence la rassurait beaucoup alors l'idée de s'en éloigner avait beaucoup de difficulté à faire son chemin. Jewel se lova contre lui et d'un coup, les angoisses qu'elle ressentait en se trouvant toute seule à l'étage, s'évaporèrent pour laisser place à cette sérénité qu'elle croyait perdue pour un long moment. –"Tu repars déjà demain à Miami ?" Mini McCoy avait fait attention de ne pas parler trop fort afin de ne pas réveiller Nathan. Elle observait le garçon avec qui elle se sentait bien et heureuse. Elle aurait aimé avoir la même tranquilité d'esprit en regardant son frère dormir, alors qu'elle osait à peine fermer un oeil. Lui avait l'air paisible, calme et totalement rassuré -"Comment il fait pour dormir ausssi paisiblement ?" Evidemment, il n'avait pas vécu ce qu'elle avait vécu ces derniers jours, parce que sans cela, elle aussi pouvait le faire et pourtant la peur lui donnait l'impression qu'à chaque fois qu'elle fermerait les yeux, l'angoisse reviendrait.

      Nina fit son apparition quelques minutes plus tard et Jewel la regardait s'installer près deux, pas franchement partante pour suivre le film. Peut-être que dans une autre vie, elle lui en aurait voulu de défendre quelqu'un comme Cazey, mais ce n'était même pas le cas. Elle savait très bien que Nina n'était pas au courant du kidnapping et au fond, elle n'y était pour rien elle. Elle ne l'avait pas commandité. Alors même si ça pouvait sembler bizarre, Jewel ne lui en voulait pas le moins du monde. Néanmoins, plusieurs questions lui venaient à l'esprit: Comment pouvait-elle travailler avec un malade comme lui ? Pourquoi elle ne risque rien alors qu'il avait bien organisé un kidnapping avec des adultes, des adolescents et même avec une enfant ? Avait-elle pensé à Nathan et Justin en acceptant tout ça ? Comment le vivait-elle réellement ? En repensant à tout ça, Jewel se demandait vraiment comment elle faisait pour y arriver et quelles étaient ses motivations. Tout en jouant avec les doigts de Sasha, elle écoutait ce que Nina lui expliquant suite à sa question.

      - "Parfois ils donnent des peines de prison tellement longues que lorsqu'ils sortent, ils sont trop vieux pour faire quoi que ce soit, pourquoi ici ils ne feraient pas ça ? Et puis en Hopital psychiatrique on peut pas y rester à perpetuité ? De toute façon il ne peut pas être plus fou qu'il ne l'est et sa soeur non plus…"

      Inconsciemment, Jewel repensait à ces deux frères et soeurs qui étaient complètement fous, c'était le cas de le dire. Devait-elle se plaindre d'avoir Nathan comme frère quand elle voyait qu'on pouvait avoir des frères et soeurs aussi tarés que ces deux là ? Non, finalement elle était chanceuse. Il avait un caractère de merde qu'elle supportait difficilement, mais elle ne se permettait pas de le comparer à eux. Jewy s'écartait de Sasha de sorte à pouvoir le voir lui, mais aussi Nina -"C'est vous qui lui avez demandé de venir ? Ou c'est mon père ?" Non, elle avait beaucoup de mal à penser qu'il aurait pu venir tout seul, de son plein gré. Nina leur demanda ensuite s'ils n'avaient pas envie de l'imiter et donc, de dormir. Sasha pouvait aussi dormir s'il le souhaitait, mais la concernant, même si elle en mourrait d'envie elle n'avait juste pas le courage de fermer les yeux. Son esprit était encore bien trop embrouillé, trop en désordre, trop tachés de mauvais souvenir.

      -"J'ai pas envie de dormir. J'ai envie qu'on passe de maintenant à demain sans dormir, qu'on zappe la nuit à l'aide d'une télécommande comme on fait pour les chaines télévisées." Elle se tourna ensuite vers Sasha –"Si tu veux dormir aussi je peux aller m'asseoir plus loin comme ça t'es tranquille pour te reposer". Jewel entendait son père et Isobel discuter dans la cuisine, alors d'une voix toute calme elle laissa ses pensées prendre le dessus sur sa parole -"Je pense qu'ils vont se remettre ensemble. Toi t'aimerais bien, non ?" En effet, Nina avait l'air de s'entendre avec Isobel et pour soutenir son monsieur, sans doute qu'elle le voulait elle aussi. Puis enfin, elle posa une dernière question à Sasha, peut-être que pour le coup elle aurait mieux fait de se taire, mais après elle n'avait pas été là pour voir quoi que ce soit -"Ta mère elle est pas venue pour Iris et Anastasia ? Iris c'était quand même sa chouchoute pour votre super mariage arrangé"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perso Crossover
Disponibilité pour RP : /
Featuring : Harry Styles
Messages : 18
Date d'inscription : 21/06/2015
Age : 20
MessageSujet: Re: Je ne trouve pas vraiment les mots pour expliquer l'inexplicable (With Sasha & les McCoy ♥︎)   Dim 17 Jan - 11:51

Cela faisait maintenant quelques jours que j’étais sur Boston, et je n’étais pas franchement décidé à repartir. Cette dernière semaine avait été très chargée en émotions, passant de la joie, de l’angoisse, de la tristesse, de la colère, à finalement un soulagement. Subir la perte d’un proche, sans pouvoir y faire quoique ce soit était sans doute le pire sentiment au monde. Il y avait de ça une semaine, j’avais appris via mon frère, que Jewel avait été kidnappé, ainsi que de nombreuses autres personnes résidant à Boston. Il ne m’a pas fallu plus de cinq minutes pour prendre une des dernières places dans l’avion en direction de Boston. Et jamais le trajet, ne m’avait semblé être aussi long, alors qu’il ne dépassait pas plus de quatre heures. Mes voisins avaient sans doute du se demander tout du long ce qu’ils avaient mérités pour se taper un chieur comme moi. Mais dans ma tête, il n’y avait qu’une chose : Jewel, le tout doublé d’une angoisse profonde. Repenser à Halloween est toujours douloureux. Il y a deux ans, on était pris au piège dans notre propre lycée, menacés par un élève instable armé, et cette année, c’est comme si tout recommençait, sauf que je n’étais pas là pour veiller sur Jewel. Et ça m’était purement insupportable. Fort heureusement, tout se termina beaucoup mieux, puisqu’il n’y avait aucun mort, même si savoir les deux jumeaux au fond d’un caveau me rassurerait davantage aujourd’hui. Trent nous avait quitté, et il ne pourrait plus nous hanter, eux, c’était le mystère le plus profond quand à leur position actuelle. S’ils allaient encore frapper, personne ne pouvait le dire, et je n’étais pas tranquille à cette idée. Mais, le mieux restait tout de même, que Jewel était saine et sauve, et c’était tout ce qui comptait.

Aujourd’hui, j’avais été invité à passer une petite journée avec la famille McCoy au grand complet, ce qui ne me déplaisait pas, c’était toujours apaisant de les voir, de se savoir entouré de personnes qu’on connaît depuis maintenant très longtemps, et avec qui on sait qu’on se sent comme dans une vraie famille. Pendant que Chris et Isobel étaient enfermés dans la cuisine à concocter un petit plat pour toute la tablée, un film était diffusé à la télé. Sans grand intérêt le film, puisque je voyais Nathan piquer du nez toujours un peu plus. Je me marrais d’ailleurs face à cette scène particulièrement inédite.

- Je vois que plus on vieillit, moins on tient le choc, pas vrai vieux ?

Je le taquinais gentiment, alors que moi-même j’aurais pu avoir une facilité toute particulière à m’assoupir devant un tel navet. Mais j’étais étrangement assez en forme, et donc, je n’étais pas en condition pour réussir à dormir comme un bébé. De plus, j’attendais de revoir Jewel pointer son joli petit nez dans le salon, ayant vraiment du mal à la voir s’éloigner, ne serait-ce que quelques secondes. Ce besoin de l’avoir à mes côtés s’était amplifié depuis le kidnapping, et ne voulant absolument pas que ça se reproduise, j’étais devenu presque parano. De plus, je doutais fort que ça ne devait vraiment pas être de tout repos pour elle, et je ne voulais pas être ce petit copain indifférent, même pas fichu de s’occuper d’elle. Alors mon sommeil, il pouvait bien attendre, pour une fois. Du coup, je me forçais à mater ce truc débile à la télé, jusqu’à ce qu’une petite masse vienne se coller contre moi. Une présence rassurante. Je fis de même, tout en passant mon bras autour de ses épaules, avant de lui déposer un baiser sur le front.

- Elle t’as fais du bien, ta douche ?

Je devais sans doute avoir bien changé depuis mon arrivée à Miami, mais s’il y avait bien une chose qui n’avait pas évolué, c’est l’attention que je portais à Jewel. Depuis toujours, elle était la petite princesse, la seule avec qui je n’avais jamais eu l’intention de jouer au con, et pourtant Dieu seul sait ô combien je l’étais en étant fraichement débarqué chez les Pi Sigma. Elle me répondit alors, et me demanda ensuite si je comptais bel et bien rentrer à Miami le lendemain. Mes cours allaient reprendre, j’en étais conscient, mais j’étais aussi incapable de partir en sachant Jewel toute seule. Chose que je pensais compréhensible aux yeux d’Eden, même si sécher n’était pas bénéfique.

- Je ne pense pas. Je n’ai pas envie de repartir sans toi.

J’angoissais surtout à l’idée de partir et que quelque chose encore arrive, et qu’encore une fois je ne sois pas là pour éviter que ça se produise. Je n’étais pas du genre collant, et cela ne voulait donc pas signifier que j’allais la stalker, mais je voulais m’assurer qu’elle aille mieux, et donc par soucis de protection, je ne pouvais partir.

- Sauf si t’as envie que je m’en aille.

Cette fois-ci, je pris un ton un peu plus détendu, pour détendre l’atmosphère, même si elle était déjà relativement détendu, on avait un Justin bis qui rejoignait tout doucement Morphée, et avait définitivement quitté le monde des éveillés.

- Tu sais, je crois qu’être jeune papa, ça demande de la force, et notre cher Nathan doit jongler entre des courtes nuits et de longues journées.

Puis, il avait toujours été quelqu’un de très résistant. Le voir ainsi me faisait presque sourire, comme s’il montrait un Nathan faible, touchant et très humain. Puis, il n’avait sans doute pas autant d’angoisses qui le rongeait, et donc il pouvait dormir paisiblement.

Nina vint nous rejoindre quelques minutes après, et le sujet tabou de la semaine refit surface. Il avait été révélé que Nina était l’avocate de Cazey, et Jewel voulait comprendre comment en tant que figure de la justice on pouvait défendre un type pareil. Evidemment, dis comme ça, on avait bien du mal à voir un sens concret dans cette démarche, mais quand on y regardait de plus près, c’était la profession, et Nina n’avait rien à voir avec les actes de ses clients. A chaque procès, après un meurtre ou autres faits divers, il y a toujours un avocat pour l’accusé et un pour la victime. Toujours. Et souvent, on se demande comment celui qui défend le méchant, peut réussir à se batailler pour lui obtenir des peines moins lourdes. Et bien tout simplement par principe de justice. Souvent, c’est dur, mais c’est comme ça. Pour ma part, je ne pouvais en vouloir à Nina, je la trouvais même courageuse de se dire qu’un de ses clients est une pourriture de la pire espèce, et lui en vouloir serait la culpabiliser pour rien. Son métier l’exigeait, et elle devait déjà sans doute se sentir assez mal pour qu’on vienne mettre la faute sur son dos.

- Ah bah c’est clair, qu’atteints comme ils sont, on ne peut plus rien faire pour eux. Je doute même que l’hôpital psychiatrique soit sage comme lieu où les garder, il leur faut la cellule d’isolement. A vie, si possible, c’est plus rassurant que de ne pas savoir où ils sont.

Et c’était ça au fond, la question sur toutes les lèvres : où trainaient-ils, ces deux fous furieux ? Je n’osais pourtant pas la poser, ayant peur de dire la mauvaise chose. Savoir son ravisseur mort était une chose, mais toujours en fuite en était une autre. Le ressenti n’était pas le même. On confrontait le soulagement d’être en paix et celui de ne pas savoir ce qu’ils peuvent encore faire. Et même moi, je ne pouvais oublier ça. D’ailleurs, je n’étais même pas spécialement pour continuer à parler de ça, n’ayant pas envie de traumatiser plus Jewel, même si le fait de chercher des réponses à ses questions était une chose normale. Qui ne se posait pas des questions ? Pourquoi eux ? Pourquoi tout court, d’ailleurs. Mais ça, les gens sont parfois complètement dérangés, et on ne peut plus rien pour eux. Triste à dire, mais véridique.

- Ce serait quand même triste de zapper tout de suite, et louper le bon plat que Chris et Isobel nous concoctent.

J’essayais malgré tout d’appuyer sur les points positifs qui nous entouraient. Afin de continuer à profiter des choses simples, en montrant finalement, que la vie ne s’arrête pas, qu’elle continue.

- Oh non, j’ai pas le cœur à dormir non plus, j’ai trop bien dormi cette nuit. Puis on est bien comme ça, non ?

Je resserrais davantage l’étreinte, pour sentir davantage le parfum de Jewel qui m’enivrait. J’aurais voulu que le temps s’arrête, et que ce moment dure une éternité. Mais comme toujours, toutes les bonnes choses ont une fin, mais je profitais de chaque instant.

Le sujet dévia sur les parents de Nathan, qui s’étaient franchement rapprochés depuis quelques temps. Ce qui au fond, me faisait plaisir. C’est vrai, au fond je connais la famille de Nathan depuis qu’on peut courir et faire des bêtises seuls comme des grands. Et j’ai toujours perçu Isobel et Chris comme un couple que rien ne pouvait détruire. Alors même si ça ne me regardait pas plus que ça, ça n’était pas anodin comme question et parce que je soutenais Nathan depuis toujours, savoir que ça pourrait lui faire plaisir ne pouvait que me conforter dans cette pensée. Néanmoins, je ne dis pas à haute voix, et préférais attendre que Nina réponde, étant la réelle destinataire de cette question. Quand ce fut à mon tour, c’était pour parler d’une chose un peu moins sympathique qu’une potentielle réconciliation. Mon expression changea d’ailleurs du tout au tout, en repensant à ça. Ma mère était bel et bien venue, oui, elle m’avait d’ailleurs offert le plus fort moment de tendresse dont elle était capable, alors que j’étais en train de la poignarder dans le dos, pour éviter qu’il arrive le moindre malheur à Jewel. Je ne pouvais d’ailleurs rien lui dire, alors je ne savais pas comment aborder la question, étant encore et toujours très mal vis-à-vis de ça, la culpabilité ne voulant partir, même si je l’aurais refais si ça avait été à refaire, ayant trop peur de perdre Jewel à jamais.

- Si, si elle est passée, mais pas pour elle. Elle voulait voir comment j’allais, c’est tout.

Je restais très évasif, et un peu moins enthousiaste dans ma réponse qu’auparavant. Mais ne voulant plomber l’ambiance, je tentais de remettre de l’aplomb dans ma voix, même si c’était peine perdue.

- D’ailleurs, ils nous font quoi de bon ? On ne peut pas faire un jeu de société en attendant, ce film est vraiment nul.

Changer de sujet, une spécialité, mais pas forcément la solution que je préférais. Pourtant, celle qui allait éviter de définitivement foutre l’ambiance en l’air.

_________________

L'amour fait ce qu'il veut — Jewy & Sasha
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Je ne trouve pas vraiment les mots pour expliquer l'inexplicable (With Sasha & les McCoy ♥︎)   Aujourd'hui à 9:13

Revenir en haut Aller en bas
 
Je ne trouve pas vraiment les mots pour expliquer l'inexplicable (With Sasha & les McCoy ♥︎)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 3 Mots pour une phrase
» Le mot pour rire
» Il n'y a pas que les mots pour se communiquer...
» Je suis vraiment désolé pour tout mes mensonges - Kelly & Tessa
» Compteur de mots

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life in Boston rpg :: Boston City :: Beacon Hill-
Sauter vers: