AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Demande de partenariat
Ven 26 Fév - 20:51 par Invité

» 16.02.16 - LE FORUM FERME SES PORTES.
Jeu 18 Fév - 15:51 par Miss Petunia Garner

» Flash | ft. Lily-Rose Rivest
Lun 15 Fév - 21:05 par Lily-rose F. Rivest

» Never say goodbye because saying goodbye means going away and going away means forgetting (Ninette ♥︎)
Lun 15 Fév - 20:27 par Isobel W. McCoy

» Mon Voisin Du Dessus (MVDD)
Dim 14 Fév - 17:55 par Invité

» À quoi te fait penser ce mot
Dim 14 Fév - 17:55 par Invité

» Le changement, c'est maintenant !
Dim 14 Fév - 12:18 par Shivani K. Shukia

» Une rose à dix
Dim 14 Fév - 12:11 par Isobel W. McCoy

» L'horloge parlante
Dim 14 Fév - 12:10 par Isobel W. McCoy

Points confréries
Delta Upsilon — 825 pts
Kappa Pi — 777 pts
Sigma Nu — 535 pts
Delta Gamma — 510 pts
Pi Bêta Phi — 300 pts
Thêta Xi — 60 pts
Vidéo

Partagez | 
 

 Event Halloween 2015 (Réservé aux Inscrits)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Event Halloween 2015 (Réservé aux Inscrits)    Ven 30 Oct - 17:44



This is Halloween


31 Octobre 2015 – 18 :02

Dans toutes les villes du monde, se prépare une farandole d’enfants, déguisés, prêts à aller réclamer des bonbons à tous leurs voisins, en clamant gaiment « Trick or Treats ? ». Dans toutes les villes ? Non. Il y en a une ce soir, qui n’a pas l’humeur à jouer à ça, qui n’a pas envie de se lancer dans de grandes parties où celui qui se fait dessus en premier, perd. Pas de marathons de la très célèbre série des Halloween, ni même de grandes parties de cache-cache dans le cimetière. Depuis deux semaines, Boston est plongé dans un silence intenable, dans une angoisse constante, et seules les bougies des cierges de l’Eglise brulent. Elles brulent pour les disparus, toutes ces personnes, qui un soir, ont plus donné de nouvelles. Comment vont-elles ? Sont-elles en vie ? Les proches se réunissent au possible et tentent d’affronter la situation du mieux qu’elles peuvent. Les élèves du Boston High School restent anormalement silencieux dans leurs dortoirs, et organisent régulièrement des réunions dans la grande salle commune, surveillés par la directrice, pour une fois incapable d’en placer une pour les blesser, elle-même atteinte par ces disparitions inexpliquées. Tous les soirs, ils espèrent entendre aux infos des nouvelles, tous les soirs, tout le monde à Boston est calé derrière son poste de télévision ou de radio. Des permanences se tiennent aux postes de polices du comté pour assurer la sécurité des habitants. Jamais la ville ne s’est sentie autant en danger.

Mais ce soir, c’est la fin. Ou du moins, le début de la fin.

Tapis dans l’ombre, deux personnes attendent sagement, derrière leurs ordinateurs, pour lancer la provocation ultime. Deux semaines ils ont attendus, sans qu’aucune réponse convenable ne leur soit fournie. Il leur fallait agir, et Halloween était la meilleure solution pour eux, pour traumatiser les gens encore plus. Dans leur sous-sol, une vingtaine de personnes attendaient, le cœur battant, sans savoir ce qui allait leur arriver. Ils les avaient vu, eux, ces deux jumeaux de 25 ans. Ces deux jeunes gens, brisés par un passé, qui n’ont plus toute leur tête. Ils savaient eux, que ce soir, ils joueraient gros.

Ligotés, assis sur le sol froid d’une cave, dont ils ne sont éclairés que par la faible lumière des ouvertures en haut de la pièce, ils ne peuvent voir et sentir que la peur sur le visage des autres. Personne n’ose pour le moment parler, séquestrés depuis plusieurs jours, tous sont arrivés au fur et à mesure sans comprendre ce qui leur arriverait. Entre tensions, angoisse et suspense, ce seront à eux seuls de déterminer leur destin, entre les mains de deux imprévisibles adultes, complètement désaxés. Un petit bruit qui grésille résonne dans la pièce humide, et une voix féminine ne tarde pas à se faire entendre.

- Tenez vous prêts, et que la fête commence !

HRPG:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Theta Xi
Disponibilité pour RP : Oui
Featuring : Jamie Campbell Bower
Messages : 88
Who I am? : Qui suis-je ?
People around me : Qui vous-êtes ?
What I've done : Qu'est-ce qu'on fait ?
Social Network : Email
CellPhone : Téléphone
Relations : Jade : meilleure amie
Elena : Confidente

Date d'inscription : 06/07/2015
MessageSujet: Re: Event Halloween 2015 (Réservé aux Inscrits)    Ven 30 Oct - 19:22

Interaction : Tout le monde, Eoin
Mention : /



Comme la majorité du temps, Edward était pris par son travail. Ou plutôt, ses devoirs, ce qui n'était pas réellement un travail. Quand il sortira des études, il découvrira la véritable définition du mot "travail". Quoi qu'il l'a connaît déjà...Mais peu importe ! Ce n'était pas le moment de chipoter ! Halloween ? Edward ne se sentait pas vraiment concerné par cette fête. C'était toujours amusant de voir les décorations dans les rues, les enfants qui quémandaient des friandises...Mais franchement, ce n'était pas pour lui. Il ne gardait jamais de bons souvenirs de cette période de l'année. Enfin, surtout dans son enfance où on prenait un malin plaisir à l'effrayer. Mais tout ceci était du passé et maintenant il regardait la fête d'un oeil lointain. C'est dans cet esprit qu'il parcourait les pages d'un livre, bien installé à la bibliothèque, son antre de paix. Il n'y avait pas grand monde. La majorité des élèves préféraient profiter des derniers beaux jours automnaux. Le jeune homme se promettait une sortie dès qu'il aura fini, histoire de se détendre un peu. Déterminé, en attendant, à poursuivre ce qu'il faisait, il ne remarqua pas l'approche qui se faisait vers lui. Soudain, une vive douleur, un bruit, un coup, une demi-seconde de sensation avant un trou noir sans fin...

..........
.........
........
.......
......
.....
....
...
..
.


Obscurité. Silence. Effroi. Un seul sentiment, celui de l'anéantissement. Le néant. L'impression de ne pas exister contrastait avec sa conscience toujours vivante mais incapable de penser. Ca semblait durer depuis une éternité et partit pour l'infinie à venir lorsqu'un léger battement, venu de nulle part, perturba le processus. Calme et régulier, il venait de plus bas mais battait dans la tête. La tête ? Oui, tout semblait revenir petit à petit, transporté par les battements d'un cœur. Ca revenait. Il revenait. Comme la braise vitale qui reprend feu, c'était comme s'il revenait à la vie. Le silence perdurait et pourtant, il était différent. Le noir était toujours là et cette fois-ci, il en était conscient. Tout à coup, un esprit, une pensée, il savait qu'il était encore vivant. Doucement, un mélange de froid et de douleur l'envahit. Petit à petit, il retrouva ses sens. Malgré son esprit embrouillé, il perçu le sol dur et gelé sur lequel il était allongé. La douleur se stabilisa au niveau de la tête, lui donnant une affreuse nausée. Le reste du corps était engourdi mais il sentait qu'il s'étalait de tout son long, ventre contre terre. Il ne l'avait pas encore remarqué, mais il soufflait par une bouche entrouverte la respiration de la vie, soulevant de petits nuages de poussière à chaque expiration. Ce même nuage se trouvait d'ailleurs dans sa tête et embrumait son esprit.

CLAC !

Une porte claquant dans les environs parue être amplifiée par cent sur ses tympans explosant de douleur tout comme sa cervelle en proie à une nouvelle souffrance. Son ouïe était revenue également et le silence lui manquait déjà. Edward gémit faiblement. Ses paupières frissonnèrent et tentèrent de s'ouvrir. D'abord mi-closes, il n'y eut aucune lumière pour aveugler ses iris. Il ouvrit alors complètement les yeux. Il quitta la noirceur abyssale de l'inconscience et posa son premier regard sur un mur de pierres noires. Il dévia ses prunelles un peu partout mais n'avait pas beaucoup de champ de vision avec son visage à moitié écrasé à terre. Il essaya de bouger, de se relever, mais en vain. Ce ne fut qu'à ce moment là qu'il comprit qu'il était solidement ligoté. Reprenant de plus en plus ses esprits et le contrôle de son corps, Edward joua un peu de tout ses muscles, ses jambes et son équilibre pour se redresser en position assise. La migraine s'amplifia alors comme si son cerveau venait de se retourner lourdement dans sa boîte crânienne.

Edward pivota sur lui même pour se servir du mur comme dossier. Tout était sombre autour de lui, mais sa condition même l'angoissait déjà depuis qu'il avait reprit la faculté de penser : il avait été enlevé ! Nouveau sursaut, il se rendit très vite compte qu'il n'était pas seul. D'autres silhouettes se distinguaient dans le noir. D'autres filles et garçons se trouvaient là, dans le même état que lui. D'un regard apeuré, Edward les observait tous et bien qu'il n'en connaissait aucun personnellement, il reconnaissait des visages provenant du lycée.

- Mais qu'est-ce que…? murmura t-il.

Sa voix fut néanmoins amplifiée par l'écho de la cave. La douleur lui donnait le tournis.

- Ma tête…gémit-il alors en agitant un peu les mains dans l'espoir de défaire les liens, en vain.

Il regarda à nouveau le petit monde qui était avec lui et déglutit, oppressé par l'obscurité, mais plus encore, comme cité jadis, par sa situation critique.

- Eh...fit-il faiblement, vous...vous allez bien ?

Il s'adressait à tout le monde. Il les voyait bouger et était rassuré de savoir qu'ils n'avaient rien de grave. Leur présence n'était pas rassurante mais dans un sens, il préférait ne pas subir cette épreuve tout seul. Soudain, son regard s'attarda sur un visage familier :

- Eoin ?!

C'était bien lui, l'homme qui avait servit de chauffeur à une bande de jeune, dont Edward, partit s'amuser dans les bois. Mais à côté des ombres de la forêt, cette cave était pire que tout.

- Vous savez ce qui se passe ? demanda le jeune homme.

Avec un peu de chance, le barman aurait une petite idée.

- Mais où sommes-nous ? poursuivit Edward en essayant de trouver des détails dans la pièce qui aurait pu échapper à son premier coup d'oeil.

A part la porte et le peu de lumière présente, il n'y avait pas grand chose. Les questions qu'il se posait à voix haute étaient aussi sa façon de se prouver à lui même qu'il n'était pas en train de rêver, bien que tout ceci s'associait parfaitement à un vrai cauchemar.

Ce n'était que le début. Le temps passait atrocement lentement sans que le jeune homme ne puisse déterminer depuis combien de temps il était retenu là. D'autres personnes arrivèrent de temps à autre, amené par des individus inconnus. Il ne pouvait voir ni les jours, ni les nuits passer, mais le temps étaient toujours aussi long. Et puis, tout à coup, une voix se fit entendre, faisant sursauter d'effroi le TX :

- Tenez vous prêts, et que la fête commence !

Impossible de savoir de quoi il s'agit, bien que Edward se doutait que c'étaient leur ravisseur qui jouaient avec leur nerf. Ils étaient à présent dix sept dans cette cave et nul ne savait ce qui leur arrivait mais cela ne présageait rien de bon. Edward avait un grand mal à réfléchir car l'obscurité pesante et constamment présente rendait son esprit défaillant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Event Halloween 2015 (Réservé aux Inscrits)    Ven 30 Oct - 19:57


When witches go riding and black cats are seen, the moon laughs and whispers: "'tis near Halloween!" Héloïse & les 16 autres captifs



Mentions: Edward
Interactions: Alix, Lily-rose

Depuis combien de temps je suis ici? Impossible à savoir. Une ampoule grésillante illumine la pièce dans laquelle nous sommes. Dix-sept. J'ai compté. Ça fait des heures, des jours peut-être, que nous somme séquestrés ici. Impossible de savoir. Nous sommes arrivés au compte-goutte. Personnellement, la dernière chose dont je me souviens, c'est d'avoir été assise dans la salle commune des DU, en train de lire le dernier numéro de National Geographic. Quelqu'un s'est glissé derrière moi, a posé un mouchoir contre mon nez et ma bouche, et quelques instants après, ça a été le trou noir. Quand je me suis réveillée, j'ai réalisé que je n'étais pas seule dans cette cave sombre et humide. D'autres sont arrivés, à intervalles irréguliers. Personne n'a parlé. Certains paraissaient morts, ils n'ont pas bougé pendant longtemps, mais au final, nous nous sommes tous réveillés, sain et sauf. Enfin, façon de parler. Je me souviens que mon mystérieux agresseur a murmuré quelque chose en rapport avec mes amis de l'association... Cela veut dire que cet enlèvement a un rapport avec le Québec? Et ce que j'y ai fait? Mais pourquoi? Pourquoi avoir enlevé seize autre jeunes que je ne connais, pour la plupart, ni d’Ève ni d'Adam? Je ne sais pas ce qu'il va advenir de nous. Je ne sais pas pourquoi nous somme là. Je ne sais rien, et ça me fait plus peur que ce que je veux bien admettre.

Enfin, un jeune homme à l'épaisse tignasse blonde se décide à prendre la parole. C'est un des derniers arrivés et il a pris un méchant coup sur la tête. Je l'entends marmonner et se plaindre avant de parler, mais je n'ai aucunement la force de répondre. Je tourne la tête dans sa direction, et je m'aperçois que ma voisine n'est autre que ma colocataire, Alix! Je sais qu'elle est instable, et je la sens tendue, apeurée, comme nous tous. La peur flotte dans l'air comme une présence, un fantôme qui nous nargue et ne semble pas pressé de repartir. J'essaye de me rapprocher de ma voisine, mais c'est difficile. J'avais oublié que j'ai littéralement les pieds et poings liés. Cependant, je lui parle à voix basse pour la rassurer: "Alix? Ça va? C'est moi, Héloïse. N'aie pas peur, je te promets, on va s'en sortir." La tête toujours penchée vers elle, j'observe les personnes qui nous entourent. Et là, le choc. Je n'avais pas vu ma jumelle. Elle a l'air perdue, une petite fille innocente aux grands yeux bleus remplis de peur. J'essaye de tendre la main vers elle, mais mes poignets sont attachés dans mon dos, et solidement. Pas moyen de briser ces liens. Je me contente de murmurer son prénom, sûre qu'elle va m'entendre. Elle relève la tête vers moi, et je lui communique tout mon amour et mon soutien par la seule force de mon regard. Je sais qu'elle ne m'aime pas, mais je tiens à elle, je l'aime plus que tout, et la perdre m'anéantirait.

Une fois certaine que le message est passé, je penche la tête en arrière afin de la reposer contre le mur, et j'attends. J'attends qu'il se passe quelque chose, n'importe quoi, et quand tout espoir est sur le point de me quitter, une voix féminine s'élève dans la salle. "Tenez vous prêts, et que la fête commence!" Je frissonne. Ce qu'elle vient de dire laisse présager que nous sommes le 31 octobre, jour d'Halloween. Qu'en est-il de ma famille? Et Elena? Et Wallis? Comment vont-ils? Ils doivent être morts d'inquiétude, et encore, c'est le meilleur scénario que je puisse imaginer. L'angoisse me prend au tripes et un goût amer me monte à la gorge. Je sens des larmes brûler mes yeux. Je refuse de les laisser sortir. Je dois être forte, aujourdh'ui plus que jamais.

Tenue de Hélo

HRPG:
 
(c) crackle bones

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Présidente des Delta Upsilon
Disponibilité pour RP : Yep
Featuring : Hannah Glasby
DC : Carry Chainsaw
Abigail m. O.hara

Messages : 205
Who I am? :

Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 19
MessageSujet: Re: Event Halloween 2015 (Réservé aux Inscrits)    Ven 30 Oct - 20:50




❝Les revenants, ne vont pas en revenir ... ❞

ft. les otages

Mentions: Héloïse, les deux tarés, les autres.
Interactions: Edward

Une odeur d'humidité parvenait jusqu'à ses narines. C'était désagréable. Ce mélange de froid, de parfum et de moisissure. Elle le sentait, ça titillait ses sens. Rien à voir avec le côté agréable de sa chambre de confrérie. C'était différent. Elle avait du mal à s'y faire, mais il le fallait, parce que tout devenait clair dans son esprit. Elle se souvenait de cette phrase, toute simple, qui l'avait fait frissonner alors qu'elle rentrait des cours, après une longue journée. Une petite phrase stupide quand on y pensait. Trop ironique, étant donné le passé de la jeune fille. "Ça glisse ?" ... Ça glisse, franchement ... Glisser, elle ne le pouvait plus. Mais tout était allé trop vite. Une main et un mouchoir, une odeur forte, puis le noir. Un noir total, et vide. Un trou béant dans son esprit, rien. Juste cette voix et ce fait: il était là. Elle en avait reçu une autre, récemment, et pour elle, c'était une évidence. Il était venu pour elle. Mais la vérité était tout autre, et ce n'est qu'en ouvrant les yeux qu'elle avait compris. Ça n'était pas ce qu'elle pensait, et vu le nombre de prisonnier -parce que c'était ce qu'elle considérait être-, c'était bien plus grave. Il n'y avait pas qu'elle. Ils étaient plusieurs. Dix. Peut-être quinze. Elle était trop sous le choc pour prendre la peine de compter. C'était le dernier cadet de ses soucis. Sa jumelle était là. Ainsi que d'autres. Leurs regards se croisèrent et pour la première fois, des mois, voir une année entière, elles s'étaient comprise, à l'aide de leur simple regard.

Sortir d'ici ? Selon Lily, ils pouvaient tous oublier, parce qu'étant donné la dureté des liens, ils risquaient d'avoir du mal. Trop loin du mur, elle ne put pas s'y appuyer, contrairement à sa soeur. Elle voulut soupirer, mais à la réflexion, elle s'en abstenu. Franchement mieux valait éviter de faire la maligne, surtout que ce n'était pas son style. Elle avait peur. Oui, elle était effrayée, mais elle devait être aussi forte qu'elle le pouvait. Et réfléchir. Énormément. Pourtant, tout le monde ne semblait pas être de cet avis. Ce blond, par exemple. Il parlait depuis un petit moment. Il parlait seule, presque, avant de s'adresser directement à quelqu'un. Eoin. Elle essaya de voir mais sa nuque lui faisait un mal de chien. Il posait trop de questions, et l'empêcher de réfléchir. S'il pouvait se taire juste ... "Je crois pas que se plaindre ou demander comment on va, nous aidera à sortir d'ic..." Mais elle fut interrompu. Une voix de femme, surgit d'un peu plus loin, et annoncé les festivités. Festivités qu'elle n'était pas sûre de vouloir vivre. C'était flippant. Pire. C'était effrayant. Elle se demandait comment tout cela allait finir, comment tout allait bien pouvoir se passer ? Puis elle pensa à Jude. Jude qui n'était pas là. Elle l'aurait vu. Jude qui n'allait surement pas pouvoir la sauver. Jude qui n'était pas là pour elle. Bêtement, elle lui en voulut. Elle lui en voulait de ne pas être avec elle, en ce moment, mais elle était rassurée de l'imaginer en sécurité. Peut-être qu'il allait s'inquiéter... Et ses parents ? Ses parents qui n'avaient plus de nouvelle ... Depuis combien de temps exactement était-elle là ? Les larmes lui montèrent aux yeux alors qu'elle se retournait vers héloïse avec cette peine, cette peur dans les yeux qu'elle n'avait plus partager avec elle depuis longtemps, mais cette fois, c'était différent. Cette fois, c'était peut être la vrai fin.

INFO:
 


© Pando


Dernière édition par Lily-rose F. Rivest le Sam 31 Oct - 12:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Présidente des Delta Gamma
Disponibilité pour RP :
Featuring : Jessica Stroup
DC : Kyaw Ne Min, Logan C. Maxwell, Alayna Keane, Seung Joo Park & Jake I. Wilson
Messages : 137
Who I am? : La Princesse
People around me : Et ses sujets
Where I'm going : Dans son Royaume
Social Network : Tumblr
CellPhone : Téléphone & casier
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 23
MessageSujet: Re: Event Halloween 2015 (Réservé aux Inscrits)    Sam 31 Oct - 0:42

Mentions : Iris, Emma, Adam, Ana
Interactions : Aria /pan Et tout le monde par la même occasion

J'étais sagement en train de discuter avec Iris dans notre chambre quand il y avait eu… rien. C'était ça, il n'y avait plus rien eu, alors que nous étions en train de parler. Souvent, c'était en fin de soirée qu'il y avait un noir total, mais là je n'arrivais pas à expliquer pourquoi, sans que j'ai bu ni rien, j'étais partie rejoindre les bras de Morphée subitement.
Et je n'arrivais pas à comprendre pourquoi j'étais installée comme une grosse merde pour dormir. Et mon lit douillet ? Et la chaleur de la chambre ? Tout ça avait disparu et quand j'ouvris les yeux, il n'y avait que l'obscurité pour me répondre dans un premier temps. Je clignais un peu des yeux, surprise, avant de m'habituer et de prendre un peu de lumière pour voir. J'étais assise, mais genre hyper mal et j'avais des fourmis dans les jambes. Il y avait d'autres gens avec moi, et surtout, il y avait Iris. On était attachés, tous, et personne ne comprenait rien. Le pire, c'est que tout le monde n'était pas là et d'autres arrivèrent.

Et puis un jour, quelqu'un décida qu'on était assez, je pense. On avait aucune info sur rien, on ne savait pas quoi faire et personnellement, je n'avais envie de parler à personne. Je vérifiais de temps en temps que ceux que je connaissais allaient bien, comme Iris, Adam ou Emma. Ils n'allaient pas mal, mais personne ne pouvait aller bien dans ces conditions. En avaient-ils après nos fortunes ? Eh bah qu'ils me laissent partir ou qu'ils trouvent ma mère d'abord, parce que là, ils allaient rien avoir de moi, je prévenais. Enfin ils donnaient pas signe de vie. Je savais même pas combien ils étaient, mais pour autant de kidnappé, il y en avaient plusieurs. Un de mes camarades voulaient parler mais je trouvais qu'il stressait plus qu'autre chose. Et si l'un de nous allait mal, qu'est-ce qu'il ferait ? Rien. Évidemment qu'on ne savait pas, on était pas de mèche avec les autres tarés là. On était pas attachés pour le plaisir non plus, on savait rien.

J'étais partagée, à vrai dire, entre être résignée et être en colère. On n'avait pas le choix que d'attendre, ça ne bougeait pas. Mais qu'est-ce qu'on pouvait bien nous vouloir ? Puis nous traiter ainsi, c'était n'importe quoi. Je ne l'avais pas remarqué parce que j'étais attachée, mais dans ma chute dans la chambre -ou bien quand ils m'avaient balancée là, qui sait- j'avais dû m'arracher un ongle et maintenant, ça commençait à me faire mal. Toujours était-il qu'une pouffiasse nous parla et là, je penchais du côté de la colère. Sans compter qu'Ana, la sœur d'Iris, pleurait. Ça me mettait sur les nerfs. C'était sans doute pas sage, mais j'avais pas envie de me retenir.

- TA FÊTE ELLE EST NULLE GROGNASSE, T'AS MÊME PAS ENVOYÉ D'INVIT.

J'hurlais mais je ne savais même pas si elle m'entendait. Ou ils, parce qu'elle pouvait pas faire ça toute seule.

- VOUS AVEZ PAS UN BÂILLON POUR LA MÔME LA, ELLE COMMENCE A ETRE LÉGÈREMENT CHIANTE ?


HRP : je m'excuse auprès de tout ceux que Marine mettra dans la merde ♥ Elle l'a mauvaise et quand c'est comme ça elle attaque et fait sa maligne, elle se calmera après, promis

_________________

La vie est meilleure quand tu es de mon côté.


Marine parle en crimson


Dernière édition par Marine Martel le Dim 1 Nov - 12:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Perso Crossover
Disponibilité pour RP : Oui
Featuring : Ariana Grande
DC : Lwyn Sein Zaw
Audrey K. Cobb

Messages : 95
Who I am? : Une jeune fille vivant à Miami, chez sa maman, mais qui parfois vient voir son papa à Boston.
People around me : Plein d'amis, mais principalement à Miami !


What I've done : //
Where I'm going : //
Social Network : //
CellPhone : //
Relations : Un beau Pi Sigma répondant au doux prénom de Sasha ♥︎
Date d'inscription : 21/06/2015
MessageSujet: Re: Event Halloween 2015 (Réservé aux Inscrits)    Sam 31 Oct - 1:28

Dans son école de danse, Jewel avait droit à deux semaines de vacances et elle en était bien heureuse. Sa mère n’étant pas à Miami la première semaine, elle lui avait laissé le choix: aller avec elle à New-York ou passer la semaine chez son père à Boston et sans hésiter, Jewel avait préféré la semaine chez son paternel plutôt que s’ennuyer comme un rat mort chez ses grands-parents à New-York. Le mieux pour elle aurait sans doute été de rester à Miami toute seule et profiter des vacances pour se reposer au soleil, et profiter des temps libres pour les passer avec Sasha ou ses amis proches. Boston, elle ne connaissait pas énormément à part les Stewart, James et Logan. Dans la famille Stewart, Jewel n’appréciait que la petite dernière qui était aussi la petite chouchoute de Sasha. En Inde, elle avait pu passer un peu de temps avec elle et aujourd’hui, à chaque fois qu’elle mettait un pied sur le sol bostonien, elle promettait à l’enfant de passer un peu de temps avec elle et ce jour là, c’est ce qu’elle avait prévu. Son père étant au travail jusque seize heure, Jewel avait proposé à Anastasia un petit tour en ville. Tout se passait comme sur des roulettes jusqu’au moment où elle abandonna Ana devant un magasin de friandises. Elle avait à peine eu le temps de se retourner pour terminer sa conversation téléphonique que l’enfant avait disparu. Plus de trace d’Anastasia, rien, à part une peluche qui trainait sur le trottoire. Jewel sentait déjà la panique lui monter au nez, attrapant par ailleurs l’ourson laissé à l’abandon à l’entrée d’une ruelle. Elle leva les yeux et en voyant Ana’ ligotée et baillonnée au bout d’une ruelle, elle s’empressa de lui porter secours. Enfin ça, c’était ce qu’elle espérant dans sa grande naïveté, parce que sans s’en rendre compte, une douleur, un trou noir et plus rien. Le néant.

Allongée sur un sol froid et humide, Jewel ressentait encore la douleur sur le haut de son crâne. Les poignets et les chevilles ligotées, elle émergea petit à petit. Dans cette pièce, il faisait sombre, il faisait froid et humide. Elle n’était pas chez elle, elle n’était pas non plus à Miami. Tentant en vain de se redresser, elle finit par appuyer son dos contre le mur et regardait le monde autour d’elle, dans la même situation. Dans sa poitrine, son coeur se resserrait. La peur était ce qui se ressentait le plus dans cette pièce et dans les grands yeux de la jeune McCoy, on pouvait y lire cette même détresse. Elle chercha un visage connu, mais à part la petite bouille humide d’Anastasia, Iris et sa super copine, elle ne connaissait pratiquement personne. Forcément, elle n’est même pas de Boston, elle. Elle ne comprenait même pas pourquoi elle en était arrivée là, il y avait erreur sur la personne, surement. La respiration rapide, Jewel tenta néanmoins de se calmer. Un garçon parle et Jewel le regarde. Elle sursaute lorsque la voix étrangère et pourtant désagréable crache ô combien une fête va commencer. Jewy comprend qu’aujourd’hui, c’est Halloween. Qu’elle est là depuis plusieurs jours et qu’encore une fois, ce jour restera gravé dans sa mémoire, comme il y a deux ans où elle s’était retrouvée enfermée avec Nathan, Sasha et un malade mental qui tirait sur tout ce qui bougeait. A côté d’elle, Ana ne cesse de pleurer et Jewel n’a rien de réconfortant à lui dire, pas même un “on va s’en sortir” parce qu’elle n’y croit pas. Elle y a échappé une fois, elle n’y échappera surement pas une deuxième fois. Quand c’est au tour de Marine de peter les plombs sur Ana, Jewel lui lance un regard noir.

-“Tu fais encore plus de bruit qu’elle, peut-être que si tu la mettais en veilleuse, ça t’énerverait moins.

Non, dans ce genre de situation, elle n’avait pas envie de copiner. Elle voulait juste retourner à Miami, là où elle est censée se trouver. Normalement, elle devrait être à Miami à une soirée, probablement avec Sasha, mais depuis une semaine, elle est ici sans rien, sans que personne ne sache rien et ne sait même pas si elle pourra s’en sortir vivante. A cette pensée, Jewel raval difficilement ses larmes, et se force d’adresser un petit sourire à Anastasia. C’est tout ce qu’elle est capable de faire.


Dernière édition par Jewel McCoy le Mer 4 Nov - 1:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Event Halloween 2015 (Réservé aux Inscrits)    Sam 31 Oct - 12:13

Avez-vous déjà fait un cauchemar où au moment de mourir, vous vous réveillez en sursaut avec des larmes aux coins des yeux ? Et bien moi, j’aurais voulu que ce soit le cas maintenant. J’aurais voulu me réveiller en sursaut et courir jusqu’à la chambre de mes parents pour me faufiler entre eux, pour que mon papa me garde contre lui et me murmure que ce n’était qu’un cauchemar et que tout allait bien. Je me retrouve actuellement enfermée et attachée dans une pièce sombre, froide et humide. Sur mes joues, des larmes ne cessent de couler, comme si au bout d’un moment, ces gens décideront que ça sera suffisant et me laisseront partir. Ou comme une petite fille de neuf ans, pétrifiée à l’idée qu’elle ne reverrait jamais ses parents, jamais la lumière du jour, rien. Je ne sais même pas comment tout ça est arrivé, je me rappelle juste que je me promenais avec Jewel et qu’une fille aux longs cheveux bruns et venue me proposer une peluche que je trouvais trop belle. Jewel était au téléphone et moi je me suis laissée attirée par cette femme et ses jolies peluches. Elle m’a plaqué un torchon sur le visage et baillonnée dans une ruelle. Quand Jewel est venue m’aider, j’ai vu derrière elle, un grand monsieur qui l’a assommée d’un grand coup et puis moi, je ne me rappelle plus de rien. Ici, je me suis réveillée à cause du froid contre ma joue que me procurait le sol humide. J’avais les mains liées, les pieds aussi et pour se relever, il fallait pousser sur ses jambes et faire preuve de souplesse. A côté de moi il y avait Jewel et puis de l’autre côté Adam. Mes larmes ont commencé à couler lorsque j’ai vu ma soeur un peu plus loin avec Marine. C’aurait pu être une mauvaise blague de sa part, je suis sûre qu’elle en est capable, mais comme moi, elle est aussi attachée. Je continue à regarder les gens qui sont présents et à part Alix, je n’en connais pas plus.

Mes larmes continuent à couler sans cesse: j’ai peur, j’ai froid, j’ai mal et je veux rentrer. J’aimerais courir près d’Iris pour qu’elle me rassure, mais je sais très bien qu’elle ne le fera pas et puis de toute façon, j’y arrive pas: je suis ligotée de partout.  Je déglutis difficilement et la tête bourrée de naïveté d’enfant, je fixe ma soeur et d’une petite voix tremblante et brisée je tente de chercher de l’assurance –“Iris, est-ce que Kyaw va venir nous aider ?” Quand Marine commence à crier, je sursaute et pleure encore plus, effrayée.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kappa Pi
Disponibilité pour RP : Oui ♥
Featuring : Phoebe Tonkin
DC : Lily-Rose F. Rivest

Messages : 250
Who I am? :
Un jour, vous agirez avec honneur... -Je les adore ces moments là ! Je les salue de la main quand je les vois passer !

People around me : Pousse toi d'mon soleil ! Tu fais éclipse avec ton cul ...


Social Network : Facebook de Carry
CellPhone : Carry's cellphone
Relations : Adam • Chien & Chat
Iris • Amie d'enfance devenue connaissance
Ashton • Rat de laboratoire, binôme de programme psychologique
Mike • Ancien compagnon de fugue
Jade • P'tite protégée
Chelsea • Blondasse à deux balles
Shivani • Amie proche au sein des Kappa Pi
Elena • Connaissance de Wynwood High School

Date d'inscription : 18/07/2015
Age : 21
MessageSujet: Re: Event Halloween 2015 (Réservé aux Inscrits)    Sam 31 Oct - 18:11




❝Les revenants, ne vont pas en revenir ... ❞

ft. les otages

Mentions: Edward & Lily & Marine & Adam & Iris & Anastasia
Interactions: Adam & la totalité des victimes (Marine & Jewel)

Ça faisait un mal de chien, de sa nuque au bas de sa colonne vertébral. Jamais l'envie de jurer n'avait été aussi forte. Sa mère lui gueulait dessus pour une raison insignifiante. Son lit. Elle ne l'avait pas fait et avait dormi par terre. D'où la douleur, sans doute. Puis, elle s'était mis à crier aussi. Plus fort que sa mère, plus fort que n'importe qui. Et Kyle et Mike avaient pointé le bout de leur nez, mais ils étaient ... Petits ? Des enfants. Elle arqua un sourcil en les voyants passés leur tête par la porte. Et une incohérence, une. Ça n'était pas normal, mais il n'y avait pas que ça. Son père. Son père venait de débarquer, lui aussi, pour la défendre. Ok. Deuxième problème. Elle ouvrit des yeux ronds comme des soucoupes quand un "laisse ma fille tranquille" parvint à ses oreilles. Il criait contre sa mère. Un rêve. Tout était désormais plus logique. Ou plutôt un cauchemar. Elle soupira en ouvrant les yeux et remarquer que ça n'était pas vraiment ce qu'elle venait de vivre le cauchemar. Tiens, elle aurait presque pu oublier toute cette merde. "Putain ..." Celui-là, elle n'avait pas pu le retenir. "Fait chier, bordel..." Et celui-ci non plus. Elle était assise à même le sol, avec une dizaine d'autres qu'à son réveil, elle n'avait pas pu pris la peine de regarder. Elle était trop préoccupée à essayer de tirer sur ses liens pour penser à autre chose. Elle bougeait ses mains, comme elle le pouvait, tentant de se défaire des ... Ficelles ? Corde en plastiques ? C'était quoi putain ? En tous les cas, pas moyens de s'en sortir. Ses yeux se posèrent ensuite sur ses chevilles tout aussi bien attachées entre elles, que l'étaient ses poignets. "Connard .." Il avait tout prévu, l'enfoiré. Oui, un enfoiré, c'était ce qu'était ce ... Type. Elle préféra ne pas le nommer, même mentalement parce qu'au fond, Derek, ça devait être une belle connerie de son invention. Et elle, encore plus conne qu'elle était, elle s'était pointée chez lui, et pour quoi faire ? Parler d'art, bien sûr ! Pour une fois qu'elle n'avait pas de mauvaises intentions ... Ça lui apprendrait. Elle soupira. Et l'autre pimbêche qui l'avait attaqué par-derrière, là. Celle-là, elle allait en prendre pour son grade, si jamais elle parvenait à s'en sortir vivante ... Si seulement. Et pour la première fois, l'hypothèse de ne jamais revoir la lumière du jour, lui traversa l'esprit.

Pour la première fois aussi, elle considéra les autres. Blonds, bruns, filles, garçons. Mais elle ne les vit pas tous. Elle avait été trop ... rassurée, et ça lui faisait mal de se l'admettre à elle même, par la présence d'Adam. Adam ce Pi beta phi totalement arrogant, prétentieux et tout un tas d'autre défaut, était là, et malgré tout, elle ne put retenir un léger sourire de soulagement. Qu'il soit là, c'était déjà ça. Elle continua son tour d'horizon pour remarquer son pire cauchemar. Iris. "Super..." C'était sorti tout seul. Franchement, c'était pas la meilleure chose qui pouvait lui arriver, qu'elle se soit également faite enlever mais il allait falloir faire avec. Rapidement, son attention se porta sur un blondinet qui posait des questions sans intérêt, voir inutile étant donné la situation. Une petite blonde se risqua à lui faire comprendre tout haut ce que Carry pensait tout bas. En gros ? Ta gueule. C'était insupportable, les gens comme ça, mais elle préférait éviter de se gaspiller pour ces merdes. Il y avait plus important trouver comment sortir de là. Essayant de se faire légèrement glisser sur ses fesses, en pliant ses genoux à l'image d'une chenille, elle se rapprocha un peu du seul gars qu'elle connaissait et souffla dans un murmure son prénom. "Adam .. Adaaaaam ?!" Lui demander comment il allait ? Inutile. Ils étaient tous plus ou moins dans le même état et ça ne servait strictement à rien. "Adam, faut qu'on trouve un moyen de se casser d'ici..." Elle chuchotait pour éviter de se faire entendre des autres, des criminels, surtout. D'ailleurs, parlons-en. Une voix féminine se fit entendre, pour annoncer que la fête commençait. Ok. Ça sentait mauvais. Et si Carry décida de ne pas provoquer les deux tarés, tout le monde ne semblait pas être de cette avis. Une brune se mit à crier, allant même jusqu'à râler contre ... une enfant ? Oh putain. Carry leva les yeux au ciel. On avait une partie de la fratrie Stewart. Super. Et l'ambiance était bien tendu comme il le fallait. Ça promettait. "Faut pas jouer aux cons, alors arrêtez de beugler, ça serait déjà pas mal ..."

INFO:
 


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
It's The Sunrise, The Sunrising ♪♫
Disponibilité pour RP : Dispo
Featuring : Ewan McGregor
DC : Jae Ji Choi
James P. Cobb E.
Gwen E. Foster
Nikolaï A. Koslovski

Messages : 66
Who I am? : The Boss Man !
People around me : They're Basicaly Drunk...
What I've done : Drunk My Load of Whisky...
Where I'm going : To Bed... I'm Sleepy...
Relations : Mikaela Kozlovski -> Je suis un homme très curieux...
Frank I Earend -> Meilleur Ami
Hanaé Cao Nguyen -> Amie
Enzo Miller -> Ami/Employé

Date d'inscription : 24/06/2015
Age : 37
Localisation : Sleep No More
MessageSujet: Re: Event Halloween 2015 (Réservé aux Inscrits)    Dim 1 Nov - 2:33



❝Event Halloween 2015❞
Inscrits
Mentions: Aria, Cazey, Mikaela, Frank, Marine, Ana.
Intéractions: Edward, Enzo, Hanaé.

Est-ce que je suis trop gentil avec certains clients ? Est-ce que je leur fais trop confiance ? C'est une bonne question. Je fais un métier qui m'oblige à être sociable et à ne pas envoyer paître les gens au moindre prétexte, mais qui m'oblige à être ferme aussi parfois quand la situation l'exige. Mais je m'en veux tellement de ne pas m'être méfié de ces deux-là. Déjà si j'avais fait un peu plus attention, Enzo ne serait pas retrouvé au milieu de toute cette horreur. Si seulement j'avais bossé tout seul ce soir Enzo serait sûrement tranquillement avec ses confrères bien tranquilles… Putain, un coup comme ça, on pense que ça n'arrive qu'aux autres, que rien ne peut intervenir dans votre petite routine. Mais quand ça vous tombe sur le coin de la gueule, vous pouvez me croire que vous ne faites pas le brave. Les super-héros, ça n'existe pas dans notre bas monde, quand le danger est imminent, c'est très rare qu'on ai soudain le réflexe de se la jouer à la Schwarzenegger et a essayer de se défendre effectivement, on oublie souvent cette peur qui nous glace si rapidement. C'est facile à dire « si j'avais été là, je lui aurais mis une patate à ce con ! » Sauf que quand tu es sur place, tu es tétanisé, oh, tu te débats certes, mais la peur est belle et bien là. C'est ce qui est arrivé quand ces deux-là, qu'on avait prit pour des clients lambdas et très sympathiques, nous ont sautés dessus, Enzo et moi dans la rue, une sensation de piqûre puis plus rien…

Plus rien jusqu'à cette sensation de pierre froide contre ma joue et puis c'est comme si on m'avait retiré l'usage de mes jambes et de mes bras, comme si le tranquillisant faisait encore effet sur moi. Mais non, j'étais bien réveillé dans cette putain de cave, à peine éclairée, au milieu de toutes ces personnes qui étaient avec nous, dans le même état. C'est maintenant que ma colère montait, contre ce que ces deux horreurs faisaient vivre à toutes ces personnes, il y avait même une gamine dans le lot ? Comment on pouvait faire çà ? Je ne prétends pas être un saint, mais tout de même. Plusieurs personnes sont emmenées dans ce lieu, des gens que je connais notamment, Enzo bien sûr, Hanaé aussi, j'étais triste de voir qu'elle avait été enlevée elle aussi,surtout que les kidnappeurs avaient fait référence à Frank et ça m'intriguait... Et puis un certain Edward arriva. Edward qui se mit à poser des questions dès son réveil. J'étais incapable de répondre quoi que ce soit de constructif vu l'état de détresse dans lequel je me trouvais également. « J'sais pas Edward, j'sais pas... » C'est vrai que je ne savais pas, je ne savais pas ce que ces tarés allaient nous réserver, si on y réchapperait surtout que d'après la fille ça ne faisait que commencer. Je jetais un regard désolé à Enzo et Hanaé, les mots refusant de sortir de mes lèvres. Puis finalement, je me décidais à leur demander "ça... Ça va?" Même si la réponse était évidente, entendre la voix d'autres personnes avait la vertu de nous rattacher à la réalité. Je me sentais si colérique et en même temps si impuissant à ne pouvoir rien faire, alors que d'autres préféraient gueuler sur les gosses, pauvre gamine elle n'avait rien fait… « Putain quelle merde... » Oh, j'aurai pu faire mon Eoin ravageur, celui qui gueule et qui hurle, mais en tant qu'adulte, j'ai une responsabilité que rien n'arrive à personne, à mes proches comme autres, par ma faute. J'ai peur et je ne m'en cache pas une seule seconde... J'aimerai savoir où sont mon frère et ma soeur en ce moment, si ils pensent à moi, Mikaela aussi, savoir si elle va bien, savoir si personne d'autre n'avait été touché par ces deux fous...


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lambda
Disponibilité pour RP : Disponible ;)
Featuring : Douglas Booth
DC : Lee Hae HyukEnzo MillerFrank EarendNicholas TompkinsGemma Osborne
Messages : 52
Who I am? : Un parfait connard.
People around me : I don't need somebody.
Relations : Aucune pour le moment
Date d'inscription : 12/09/2015
Age : 18
MessageSujet: Re: Event Halloween 2015 (Réservé aux Inscrits)    Dim 1 Nov - 10:41

Interactions : Tout le monde.
Mention : Niko.

Y a des fois où tu te demandes ce que t’as bien pu foutre la nuit dernière, pour avoir ce mal de crâne aussi persistant. Je n’avais pas bu, je n’aimais pas spécialement l’alcool, et je n’étais pas sorti de ma chambre. Non. Le seul truc dont je me souvenais, c’est que je parlais tranquillement avec Niko, et puis plus rien. Comme excuse pour ne pas me mettre à trouver ça totalement what the fuck, je m’étais mis en tête que je m’étais simplement écroulé comme une merde sur mon lit, la fatigue ayant pris le dessus. Sauf que là où ça n’était plus rationnel, et que ça commençait à clairement craindre du boudin, c’est qu’actuellement, alors que je me persuadais d’ouvrir les yeux, j’avais une sensation affreuse d’être face à l’inconnu. Ma joue n’était pas en contact avec mon oreiller bien moelleux, mais avec une putain de surface gelée et humide. Mon corps semblait être raide comme un piquet, avec d’affreuses douleurs dans les articulations. Je ne pouvais d’ailleurs pas le remuer en toute liberté. Pourtant, je tentais de rester terre-à-terre, et alors que le silence envahissait l’espace froid dans lequel je me trouvais, je commençais à me demander si tout ça n’était pas qu’une putain de blague. Et si c’en était une, qu’ils n’espèrent pas que je hurle, ou même que je montre le moindre signe de faiblesse. Je ne trouve ça pas drôle.

Les Pi Bêta Phi étaient-ils aussi cons qu’ils en avaient l’air, pour avoir choisi de me faire un rite d’initiation aussi con ? Je n’espérais pas, sinon quelle idée j’avais eu en venant m’inscrire dans cette confrérie. C’était pourtant celle qui me semblait la moins futile, mais après tout, les apparences sont trompeuses. Du coup par réflexe, je pense à Nikolai, mon colocataire, avec qui c’est pas toujours rose bonbon, qui lui aussi vient tout juste de débarquer. Si c’était une mise en scène, il devait sans doute ne pas être bien loin, la gueule anesthésiée à se demander quel crétin a voulu s’en prendre à lui. Du coup, je commence à ouvrir les yeux, prêt à l’appeler et à le chercher du regard, mais tout ce que je vois c’est du noir. Du putain de noir, qui s’atténue à mesure que les secondes passent, et ce n’est pas une silhouette que je distingue dans la pénombre, mais bien plusieurs. Des respirations saccadées, des gens que je ne connais ni d’Adam, ni d’Eve. Je commence à me poser tout un tas de questions. « Je serais toi, je fermerai bien ma gueule Myers… » La voix me frappe de plein fouet. Je gigote, mais je sens les liens brûler ma peau. Génial, manquait plus que ça, me voilà en train de faire des galipettes pour m’asseoir et tenter de comprendre ce qu’il se passe. C’est alors qu’une voix surgit de nulle part, une voix masculine qui commence à se plaindre, et à paniquer comme une poule : où est-ce qu’on est ? qu’est-ce qui se passe ? Et déjà, ça m’énerve. Mais je me retiens, pour le moment. J’ignore simplement ses jérémiades, mais elles sont très vite suivies du reste du troupeau. Je ne savais pas trop pourquoi on nous avait enfermé là, mais si je pouvais demander une cellule individuelle, ça m’éviterait de les égorger un à un.

- Tenez vous prêts, et que la fête commence !

La voix semble menaçante, et nous annonce que nous allons bientôt en voir de toutes les couleurs. Mais étrangement, je n’arrivais pas à me dire que c’était sérieux, j’attendais juste de voir. Sauf que j’étais le seul un minimum logique, et en voilà une qui se met à beugler, comme si c’était utile de s’égosiller, ce qui en devient encore plus ridicule. Les répliques fusent à son égard, lui faisant comprendre de la fermer. Franchement, ça commençait vraiment mal cette histoire. Si j’allais devoir vraiment passer une nuit supplémentaire avec cette bande de gueulards, je pense que je les assomme tous un à un.

- Faut pas jouer aux cons, alors arrêtez de beugler, ça serait déjà pas mal…
- J’suis plutôt d’accord avec elle, alors si tu gueules encore une fois comme ça (il s’adresse à Marine), je viens m’occuper de toi tout seul. Non parce qu’il ne faut pas déconner, ça résonne à mort ici, et on a pas que ça à foutre supporter la voix de crécelle de tous les débiles qui sont aussi ici. D’autant que ça ne t’avancera à rien du tout, ah si peut-être, à être la première sur la liste, et autant te dire une chose : ça m’arrangerait grandement. Et ça concerne tous les autres trouducs. Je vous connais pas, et je m’en fiche de savoir qui vous êtes, mais si c’est pas une blague, c’est pas en pleurant et en jouant aux super-héros que ça va s’arranger, alors merci de tout simplement vous la fermer. Il en va de même pour la gamine.


Surtout la gamine. J’n’aime pas les gosses, putain, et si elle continue à jouer l’alarme incendie dysfonctionnelle, je vais devenir dingue. En tout cas quoiqu’il arrive, si la folle qui nous garde ici pouvait à nouveau leur verser une dose d’éther, je l’épouse.

_________________
There's no place in heaven for someone like me — Ashton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Président des Sigma Nu
Disponibilité pour RP : Yep.
Featuring : Zico (Wu Ji Ho)
DC : Lee Hae HyukAshton D. MyersFrank EarendNicholas TompkinsGemma Osborne
Messages : 191
Who I am? : Un opportuniste, qui profite de la vie, et le chef des Sigma Nu, accessoirement. Et Cornerback chez les YB, alors si tu me cherches, j'te plaque Wink
People around me : La famille, les amis, les ennemis, bref la smala au complet.
Social Network : J'suis pas Facebook, Instagram et compagnie. Les selfies c'est réservés aux narcissiques, et encore selfie, si c'est égal à se prendre en photo que l'menton... Mais j'ai un casier.
CellPhone : J'te préviens, ce numéro est à joindre en cas d'urgence, ou si on a un minimum de choses en commun. Ceux que j'aime pas, je réponds pas Very Happy
Relations : - Ami d'enfance de Gwen Foster
- Protecteur de Seung Joo, tu touches un d'ses cheveux, t'es mort, pigé ?
- Sous le tutorat d'Hanaé Nguyen
- Travaille pour Eo-w-yn !

Date d'inscription : 14/06/2015
Age : 19
Localisation : Dans ton cul.
MessageSujet: Re: Event Halloween 2015 (Réservé aux Inscrits)    Dim 1 Nov - 12:00

Interaction : Eoin.
Mention : Gwen.

Vous savez, y a vraiment une chose que je n’aime pas quand je vais chez le médecin, c’est les piqures. Ces instruments de torture, qui font la taille de mon bras, et qu’ils espèrent réellement venir me planter dans la veine. Généralement, je tourne de l’œil avant même que le contact n’ait pu se faire. Alors quand j’ai vu la seringue, que tenait l’autre timbré hier soir, et que l’aiguille s’approchait tout doucement de la nuque d’Eoin, j’étais incapable de bouger d’un centimètre. Dans ma tête, j’étais divisé entre l’envie de le secourir, je me souviens même avoir hurlé « PAS TOUCHE CONNARD », mais mes deux pieds étaient cloués au sol, d’autant que l’autre pouffiasse qui l’accompagnait en avait une pour moi aussi, au cas où j’étais jaloux. Je ne l’ai pas vu venir, mais je l’ai bien senti s’introduire dans ma peau. J’ai du me débattre, mais ça n’a pas duré longtemps. Après, c’était le trou noir.

Quel drôle de rêve quand même. Si je le raconte à Gwen, je pense qu’elle se fout de ma gueule, c’est sûr. Dormir et rêver de son kidnapping. Ça doit être des représailles pour avoir imaginé un enlèvement pour nos retrouvailles, je ne vois que ça. Et comme je ne suis pas dans mon lit, je le sais, je le sens, je ne dors pas sur un bloc de pierre, je la vois pouffer d’avance. Ayant travaillé au bar la veille, je me vois boire quelques verres en piou, quand Eoin a le dos tourné, et je suis sûr qu’elle en a profité pour me faire dormir entre deux bennes à ordure, comme je l’avais menacé lors de notre barathon. Ah ouais, je suis sûr, sur Tumblr la photo a du faire le tour du campus. Sourire aux lèvres, je commence à ouvrir mes yeux, mais c’est pas la lueur du jour que je vois, mais une obscurité humide, et légèrement angoissante. Bon, ce n’est pas les bennes à ordure, mais le sous-sol du campus ? Je commence à me poser des questions, d’autant que j’entends des respirations à mes côtés, et que j’arrive même à distinguer Eoin, gisant à côté de moi. Non, là pour le coup, ce n’était pas une blague, sinon il ne serait pas là, comateux. Je me redresse difficilement, et vois qu’on est accompagné d’autres gens, pas beaucoup. Et chaque fois, un nouvel arrivage me confirme que Gwen n’a rien à voir là-dedans, et que ça vient d’autre part. Et là, l’image des deux ivrognes du bar me revient en pleine face. Les salauds…

La panique commence tout doucement à monter, mais j’essaie de garder la face, je ne fais même plus attention aux autres, qui commencent à l’ouvrir pour demander ce qu’il nous arrive. C’est sur que les deux malades vont venir et répondre « on vous séquestre pour mieux vous détruire », c’est tellement prévisible, comme dans un film d’horreur quand l’autre allumé s’attend en demandant « y a quelqu’un » que le psychopathe débarque « ouais, moi, je vais te tuer ». Quelle bande d’imbéciles ! Néanmoins, je n’alimente pas la tension, qui est déjà bien élevée. Ça s’envoie sur la gueule, alors que j’essaie d’enlever les liens qui m’empêchent de bouger librement. Puis alors qu’il y en a un qui commence à faire son discours de moralisateur, et que je m’apprête à lui demander de la mettre en veilleuse lui aussi, je sens un truc qui me chatouille le bras. Je le bouge en premier lieu, par réflexe, mais comme ça persiste et que je n’ai pas le loisir de me gratter librement, je jette un coup d’œil, et vois un monstre a huit bras, qui commence à gravir mon bras comme si c’était l’Himalaya. Une araignée. UNE ARAIGNEE. UNE ARAIGNEE, AU SECOURS. Je commence à remuer dans tous les sens en hurlant.

- EOIN, je le prononce même juste, pour la première fois de ma vie, ENLEVE MOI CETTE HORREUR, PAR PITIE !

Et voilà, la peur panique de l’inconnu, en ne sachant pas si on allait s’en sortir, plus ma phobie des insectes, j’ai été parfaitement incapable de me contenir. Non, là, aujourd’hui, il n’y avait pas la place à la quiétude. On allait peut-être mourir ce soir, et rien que ça, ça n’était pas acceptable, alors me faire dévorer par cette bête, encore moins.

_________________
SIGMA NUENZO MILLER
King of the jungle, kkomadeul jaerongjanchireul meomchwo, bunwigineun beolsseo mureuigeotgo, sunsikgane gaekseogeul jeongbok.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Event Halloween 2015 (Réservé aux Inscrits)    Dim 1 Nov - 12:57

Halloween c’est le genre de fête où après que tous les morveux se sont amusés à faire le tour des maisons pour des bonbons, les plus grands la fête en soirée, en boite ou à divers évènements parfois organisés par la ville. A Oxford, il y a même une parade où des gens déguisés chantent, dansent, défilent dans les rues. A Oxford et probablement dans d’autres pays, Halloween est une fête commerciale, certes, mais une fête pour les enfants et les plus grands. A Boston, non. A Boston, c’est le genre d’endroit où des malades ont décidé qu’il était amusant de kidnapper des gens pour les enfermer dans une cave glaciale et humide, attachés. Iris n’était pas assez idiote pour se dire que tout ça était un jeu grandeur nature, parce que ça n’avait rien d’un jeu et si vraiment c’en était un, alors les maitres du jeux avaient un humour vraiment douteux. A en entendre la sorcière qui beugle dans un espèce de micro, et bien non, c’est même pas un jeu, c’est juste elle qui est complètement tarée et qui mérite simplement de se faire enfermer dans un asile psychiatrique et qu’on la laisse bien pourrir là, avec l’espoir que sa folie lui bouffe entièrement le cerveau.

Iris détaillait ce monde qu’il y avait autour d’elle, un par un. Elle ne disait rien, elle se contentait juste d’écouter et d’observer. D’abord un type qu’elle avait rencontré aux Berkshires et à qui elle avait proposé un petit jeu (Edward) qui pose une ribembelle de questions, comme si on pouvait répondre. Comme si on savait mieux que lui ce qu’on foutait là, attachés. Puis il y a une Delta Upsilon qui parle avec Alix qu’Iris fixe longuement. Elle essaie de comprendre pourquoi elle se trouve là, alors qu’elle n’a rien en commun avec ces gens. Alix vient du même milieu qu’elle, certes, mais ça s’arrête là. Pour ce qui est des Delta Upsilon, c’est un grand point d’interrogation. Carry à qui elle adresse un regard noir. Son “Super” annonce la couleur, ce qui est certains aux yeux d’Iris, c’est que si vraiment elles sont là pour de l’argent, son père à elle ne débourserait probablement pas un dollar, alors que Cooper le ferait pour Iris et Ana, lui. A coté, il y a Adam. Elle a passé son enfance avec ce type et Alix. Dans le groupe il en manque un, il s’en sort bien Abel, peut-être que c’est calculé. Puis Anastasia qui ne cesse de pleurnicher, encore. Certes elle a neuf ans, elle est traumatisée, comme tout le monde ici, mais voila, si on se mettait tous à pleurer bonjour le concert. Iris fixe sa petite soeur alors qu’elle a juste envie de lui en coller une pour qu’elle la boucle “Iris, est-ce que Kyaw va venir nous aider ?” Iris lève les yeux en l’air. Mais quelle naïveté seigneur. Cette gamine ne comprend rien à la vie, un moment faudrait qu’elle sorte la tête de son monde de bisounours, tout rose « Espèce d’idiote. T’as déjà vu Kyaw déguisé en superman ? Il sait même pas où on est, qu’est-ce que tu veux qu’il fasse ? » Kyaw était le genre de garçon a toujours avoir ce qu’il voulait, mais ça Ana ne le savait pas. Iris n’espérait pas de lui un miracle puisque la situation était loin d’être la simple signature d’un contrat ou une décision concernant son cousin. Ici, il ne pouvait pas faire grand-chose de plus que les autres. Pour une fois, elle n’aurait pas voulu qu’il se retrouve là lui aussi, elle n’aurait même pas voulu qu’il se retrouve à sa place, parce qu’elle peterait littéralement les plombs. Comme si à choisir, elle préférait rester là à flipper pour elle que flipper pour lui en criant sur n’importe qui pour qu’on le sorte de là. La jeune fille échangeait un regard avec Marine qui frôlait elle-même l’hystérie. Elle disait tout haut ce qu’Iris pensait tout bas. Marine extériorisait alors qu’Iris intériorisait. Parfois c’était l’inverse, mais sans doute que la peur l’empêchait de hurler, sans doute aussi que c’était comme pour tout. L’adrénaline avait, pour certains, un effet d'anesthésie, de calme. Peut-être que la peur de mourir l’empêchait de hurler sur n’importe qui. Iris fixait Marine, tentant de se rappeler comment elles s’étaient retrouvées ici. Elles étaient toutes les deux à la confrérie quand la nouvelle Delta Gamma cherchait après Marine justement. Deux mots échangés et puis elles étaient retournées dans leur chambre. Après ? Elle ne se rappelle de rien. C’était le trou noir jusqu’à son réveil ici, sur un sol un peu trop froid, trop humide. Iris finit par détourner le visage alors qu’un type l’ouvre pour demander de la fermer. Comme si un silence de mort allait aider quoi que ce soit. Quel petit rigolo lui. Puis après, c’est Enzo qui hurle. Ordinairement, sans doute qu’Iris se serait moquée, ou peut-être qu’elle en aurait profité pour lui envoyer un joli compliment comme ils en ont l’habitude, mais non, même pas. Elle se contente juste de regarder le spectacle qu’elle a son les yeux, soupirant sans cesse avec l’espoir que quelque chose bouge. Finalement, l’attente est encore plus effrayant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Homme d'entretien à l'école
Disponibilité pour RP :
Featuring : Pyo Jihoon
DC : Kyaw Ne Min, Logan C. Maxwell, Marine Martel, Alayna Keane & Jake I. Wilson
Messages : 106
Who I am? : Un peu paumé
People around me : Dans le vaste monde
Where I'm going : A errer
Social Network : /
CellPhone : Le monsieur n'a pas de portable
Date d'inscription : 14/07/2015
Age : 26
MessageSujet: Re: Event Halloween 2015 (Réservé aux Inscrits)    Lun 2 Nov - 10:18

Mentions : Hanaé, Eoin, Carry, Anastasia, Jae Ji
Interactions : Enzo

Seung Joo, il ne demande jamais rien à personne. Il se contente de vivre sa vie et de tenter de rester loin de celles des autres. Parfois ça ne fonctionne pas toujours et il s'attache, comme on s'attache à lui. C'est le cas avec Hanaé, cette professeur de mathématiques, qui est toujours gentille avec lui. Il l'aime bien, il n'a pas peur d'elle, même s'il reste timide en sa présence. Parfois, ils finissent tous les deux tard et ils en profitent pour partir ensemble de l'école. Mais même à deux.
Même à deux, personne n'est invulnérable, et surtout pas lui. Même à deux, on peut s'attaquer à eux. Deux contre deux même, ils n'ont aucune chance. Seung Joo n'a même pas cherché à se débattre, ne s'est même pas demandé ce qu'il se passait. Il a simplement senti son cœur sur le point d'exploser, puis le sol dur du coffre, et enfin le contact froid de cette cave humide et sombre.

Seung Joo, il voudrait pleurer, mais il est trop choqué pour ça. Pourquoi est-ce qu'on lui a fait ça ? Il ne comprend même pas ce qu'il fait là. Pourquoi il est attaché. Pourquoi il n'est pas tout seul. Pourquoi les autres sont si inquiets. Il reconnaît des visages. Hanaé, Eoin, Carry, Enzo. Puis les élèves qu'il croise tous les jours, évidemment, même s'il ne connaît pas les noms. Il y a même une enfant, une enfant quoi. On attend quelque chose d'eux mais il ne sait pas quoi et c'est bien ça qui lui fait peur. Il n'a rien à donner, ils ont dû se tromper. Qu'est-ce qu'ils vont lui faire quand ils vont s'en rendre compte ? Seung Joo, il tente de ne pas y penser. Autour de lui, ça parle, ça crie même, ça s'engueule. C'est bien beau tout ça, mais ça les avance à quoi ?
C'est au tour d'Enzo, près de lui, de hurler. Sauf que c'est pour une autre raison, c'est pour une araignée qui fait tranquillement son chemin sur lui. Si même Enzo pète un câble… Le jeune Coréen se dit que c'est insupportable de voir son « protecteur » si vulnérable et pour tout ce qu'il a fait pour lui, il a envie de l'aider. Il ne sait pas trop comment s'y prendre, tremblant. Il voit la bestiole remuer et il hésite. Au final, Seung Joo, il est presque méconnaissable, parce qu'il va oser y toucher. Il a aussi peur des araignées, mais il a encore plus peur de cette cave, de ces gens, de cette obscurité de merde, de cette humidité, de ce qu'on pourrait lui faire si on se rend compte qu'il n'a absolument aucune valeur.

- Enzo pas bouger, c'est juste… petite bête.

Seung Joo, il pense plutôt à énorme monstre, mais bon. Une fois, une de ses clientes lui a demandé d'en tuer une et il n'a pas osé montrer sa peur. C'est la même chose ici. Toujours tremblant, il avance ses mains attachées pour l'enlever de sur Enzo. Il doit s'y reprendre à trois fois mais elle finit par tomber sur lui et il a un mouvement de recul naturel, bien qu'inutile. Paniqué, il tape dessus comme il peut et finit par l'écraser. Il ouvre de grands yeux et se débarrasse tant bien que mal du cadavre éclaté sur ses mains -amis du glamour, bonjour- en les frottant au sol. Est-ce le sort qu'on lui réserve, nuisible au même titre que cette bête cauchemardesque ?

- Voilà, plus araignée. Enzo respirer.

Seung Joo, il baisse alors la tête, les yeux humides. Il sont dans la merde. Il a envie de consoler aussi la petite qui pleure, mais il a épuisé son courage de l'année. Il reste simplement à regarder le sol. S'il faut attendre de toute façon, il préfère le faire en silence. Au moins, sa plus grande peur est éloignée : Jae Ji semble en sécurité. Il n'aurait pas supporté le voir ici, avec lui. Et ça, c'est le seul point positif.

_________________
J'ai appris que le courage n'est pas l'absence de peur, mais la capacité de la vaincre.
Nelson Mandela
(c) Arwy


Seung Joo parle en navy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Event Halloween 2015 (Réservé aux Inscrits)    Lun 2 Nov - 17:14




Happy Halloween



Interaction : Toni et un peu tout le monde
Mention : Marine, Ashton, Anastasia

Ma journée commençait tout ce qu’il y a de plus normalement, je m’étais rendu en cours, comme tous les jours et n’ayant pas cours de l’après-midi, j’étais rentrée manger à la maison où je devais ensuite rester pour commencer à travailler des modèles pour le site que Marine et moi tenions depuis peu de temps. Mon emploi du temps pour la journée était déjà fixé, c’était en tout cas ce que je pensais jusqu’à ce que quelqu’un vienne frapper à la porte de l’appartement alors que je n’étais pas vraiment présentable, avec mon chignon vite fait sur la tête et une cuillère de Nutella, en guise de dessert, dans la bouche. Mais ni une ni deux, je me suis refait une beauté rapidement avant d’aller ouvrir la porte comme si de rien n’était. Qu’elle ne fut pas ma surprise en voyant une livreuse tenant treize roses apparemment envoyées par Antonio.

Je n’avais aucune raison de me méfier d’un cadeau de mon petit ami, je pris donc les roses sans hésitation, remerciant la livreuse avant de les sentir en refermant la porte. Elle ne sentait pas l’odeur habituelle d’une rose, mais je n’eus pas le temps de me questionner là-dessus puisque après, c’est le trou noir. Je ne me souvenais absolument de rien jusqu’à mon réveil dans une pièce sombre, sur un sol froid. Paniqué, je ne fis pas attention au fait qu’apparemment, je tenais quelque chose, je ne m’en rendis compte que lorsque je me piquais avec ce que je tenais, que bien-sûr je lâchais immédiatement. En me tournant, je pus voir qu’il s’agissait d’une rose. Je me rendis compte juste après que Toni était à mes côtés et qu’il y avait déjà d’autres personnes dans cette pièce. Je ne comprenais absolument pas ce qu’il se passait ou ce que voulaient nos ravisseurs, ce qui m’inquiétait encore plus.

Je ne saurais pas dire durant combien de temps on était resté dans cet endroit, je ne voyais pas le temps de passer, mais finalement une voix féminine s’éleva pour déclarer que la fête commençait. Ces quelques mots me glacèrent le sang, qu’est-ce qui allait nous arrivait maintenant ? Les réactions ne tardèrent pas entre une gamine qui se mit à pleurer et Marine qui craqua laissant exploser sa colère. Puis ce fut au tour d’un mec de tenter de jouer au moralisateur ou que sais-je en disant à Marine que ça ne servait à rien de s’énerver, etc. J’avais envie de lui dire de se la fermer, mais je me retins, me contentant de me rapprocher de Toni. Mais même en tentant de me calmer contre lui, je n’y arrivais pas à cause des pleurs de la gamine, je craquais donc à mon tour.

« Putain, mais personne peut faire taire cette gamine ?! Assommez là ou faite ce que vous voulez, mais qu’elle arrête de brailler ! »

Et si l’autre voulait encore faire un discours, je ne me retiendrais pas cette fois. Je prenais ensuite une profonde inspiration afin de me détendre et relevais mon regard vers mon cher et tendre afin de me rassurer sur comment il allait. M’adressant à lui de manière beaucoup plus calme.

« Ça va toi ? »
Code RomieFeather



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pi Beta Phi
Disponibilité pour RP : Oui oui
Featuring : Ian Sexy Somerhalder
DC : Jaya I. S. Cobb
Messages : 111
Who I am? : Dans chaque femme il y a quelque chose de bien, mais vous devez l'introduire vous même !
People around me : Mieux vaut un petit canard dans sa baignoire qu'un gros connard dans son plumard
Relations : Iris - Ancienne amie d'enfance
Abel - Ami proche
Alex - Amie d'enfance
Anastasia - Petite princesse
Carry - Ambigü

Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 21
MessageSujet: Re: Event Halloween 2015 (Réservé aux Inscrits)    Lun 2 Nov - 19:15



   

   
Event Halloween

   
   
feat nom & nom


HRP: désolée, Adam n'est pas cool, mais pauvre Ana quoi xD, puis même c'est sa petite princesse  

       
En général, on pense que dans une confrérie on est en sécurité. C’est d’ailleurs ce qui est indiqué sur le contrat qu’on signe lorsqu’on s’inscrit dans cette école. C’est pas qu’Adam demande un endroit où on ne risquait pas de lui faire du mal, parce qu’il était assez grand pour se défendre. C’est un homme qui veille à ne pas finir en croquette sur pattes, sans parler que la boxe demande un entrainement continu et régulier. Ca demande des techniques et de la force, mais contre une seringue bourrée de tranquillisant, on a beau avoir du muscle, de la technique, on peut pas grand-chose et ces deux connards avaient au moins fait preuve d’intelligence. Avant le trou noir, un type s’est jeté sur Adam pour tenter de le maitriser et la seule chose dont il se rappelle, c’est le prénom de la fille qui se trouvait avec lui: Aria. C’est la seule chose qu’il savait et malheureusement, c’était bien assez mince puisque de toute façon, il ne connaissait aucune Aria. Il n’avait même pas eu le temps de la voir, seul le visage de ce type est resté gravé dans sa mémoire.

La suite ? Elle est simple. Enfin, façon de parler. Attaché aux poignets et chevilles sur un sol humide, froid, dégueulasse qui plus est, dans une pièce sombre et entouré d’autres personnes. Il a fallu le temps pour que l’effet du tranquillisant s’estompe et la première chose qui l’oblige à redescendre sur terre, c’est une voix familière: Carry. Cette fille avec qui ça avait commencé sur des chapeaux de roues, se trouvait à ses côtés. Malgré qu’il ne la connaissait pas énormément, il aurait préféré qu’elle ne soit pas là, tout comme il aurait préféré qu’Iris, Marine, Alix et Anastasia ne se trouvent pas là non plus. Les autres, il les connait pas et il s’en fout un peu. Adam, c’est pas ce genre de gars qui se tracasse pour les gens qu’il ne connait pas, mais voila dans cette pièce il y avait aussi des têtes qu’il connaissait. A coté de lui, il y a Anastasia qui ne cesse de pleurer et contrairement aux autres, il ne se fatigue pas de lui demander de se taire, parce que ça ne sert à rien. Ces gens sont complètement cons de demander à une gamine de neuf ans de la boucler. A sa place ils feraient quoi ? Elle a neuf ans putain. La voix de Carry l’interpèle à nouveau puisque cette fois, c’est à lui qu’elle s’adresse. Adam la fixe droit dans les yeux; d’un côté, elle a raison, il faut se sortir de là. D’un autre côté, ça fait dix minutes qu’il essaie de défaire ses liens et il n’y parvient pas vraiment. De plus, il tente de les étendre pour pouvoir élargir le noeud et ainsi se libérer les mains, mais même avec ça, il doutait fort que ces demeurés aient laissé la porte ouverte “-Je suis d’accord, mais jusqu’à présent, j’vois pas trop comment.” Il lui sourit malgré tout, parce que contrairement aux autres, il n’est pas du genre à perdre son sang froid et puis ni Carry ni Anastasia y sont pour quelque chose, alors pas de quoi s’énerver. “-Essaie d’élargir tes liens en jouant avec et en tirant dessus, sans non plus te briser les poignets. Si t’as un peu de muscle dans les bras, ça s’écarte un tout petit peu, je suppose qu’à force on arrivera à élargir au point de pouvoir se libérer.” Au même moment, les autres s’excitent encore sur Anastasia. Adam avait l’impression d’halluciner. De vraiment halluciner. “- Putain les gars vous êtes cons ou quoi ? Vous avez quel âge vous ? 18 ? 19 ? 20 ? Elle en a neuf ! A son âge vous feriez quoi ? Vous chanteriez l’hymne américain ? Vous proposeriez un jeu complètement débile ? Vous pensez vraiment que c’est en lui hurlant dessus comme vous le faites qu’elle va se taire ?” Il fixa ensuite Iris “- Et toi, t’aurais pu lui dire que ton Kyaw était le superman qu’elle espère, même si c’est pas vrai, ça l’aurait calmé. Le cerveau chez les humains c’est pas optionnel, ça serait bien d’essayer de réfléchir un peu.” Lui qui était étudiant en neurochir’ il ne parlait même pas dans le vide. Dans un moment pareil, faire preuve de sang froid et de psychologie c’était pas une mauvaise idée, surtout avec une gamine de neuf ans. Adam planta son regard vers Anastasia dont ses petits yeux bleus se trouvaient noyés dans des larmes de peur, que n’importe quel enfant de son âge auraient dans la même situation “- Ana, ca va bien se passer tu verras on va sortir de là, mais il faut être patient et essayer de se calmer” Certes, il n’en savait rien, mais il avait l’espoir qu’après ça, elle arrive à contenir ses larmes au moins quelques minutes. “- Des gens vont venir nous aider, mais il faut attendre qu’ils nous trouvent, mais il faut leur faire confiance. Puis moi je t’ai jamais abandonnée” Il força un sourire alors qu’en réalité, il n’était pas capable de lui promettre qu’ils allaient s’en sortir. Il n’était même pas sûr qu’on viendrait les aider et même si, comme tout le monde il s’inquiétait pour le sort qu’on leur réservait, il essayait néanmoins de ne pas le montrer, au moins pour Anastasia qui représentait bien plus qu'une petite fille qui ne cesse de pleurer à ses yeux.


   
made by guerlain

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Event Halloween 2015 (Réservé aux Inscrits)    Mar 3 Nov - 15:28





J’allais toujours en cours avec le sourire et la bonne humeur. J’aimais ce que je faisais. De toute façon, c’était simple, j’aimais créer. Et mes études me le permettaient amplement. Ce jour-là, j’avais un trou dans mon emploi du temps et j’avais une petite course à faire en ville. Mais apparemment, quelqu’un avait décidé que ça n’allait pas se passer comme ça. Comme pour à peu près les seize autres personnes dans ma situation, on était venu contrecarrer mes plans. Et avant que je comprenne le moindre élément de ce qu’il m’arrivait, je m’étais retrouvé dans une bagnole. J’étais trop sonné pour me rendre compte que je n’étais pas seul : Emmalee avait subi le même sort que moi.

Puis je me réveillai à moitié. Je ne savais pas ce qu’il se passait. Juste que je souffrais atrocement. Mon corps entier, chacune de mes cellules me réclamait pitié. On avait dû user de la violence pour arriver à m’embarquer. Je commençai rapidement à m’inquiéter pour ma propre santé. Si j’avais mal, c’était qu’on m’avait un peu trop bousculé. Quelles allaient être les conséquences ? Je n’étais pas au meilleur de ma forme, je le savais. J’ouvris les yeux malgré le fait que j’étais encore dans un monde étrange. Autour de moi, des formes, très vagues. C’était des gens, eux aussi ? Je n’étais donc pas seul ? J’étais à moitié allongé sur le dos, à moitié sur le côté. Ma tête retombait en arrière sur le sol dur et froid. Mes mains se trouvaient dans mon dos, solidement attachées. Mes jambes ? Liées elles aussi, engourdies. Je me souviens avoir cligné des yeux, avoir tenté de me redresser sans succès, à cause de la douleur. J’aperçus même Emmalee, la femme qui partageait ma vie depuis presque un an maintenant. Attachée elle aussi, un peu débraillée, elle avait encore les yeux fermés.
Autour de moi, il y avait de l’agitation, mais honnêtement, mon esprit n’était même pas présent à un quart. J’entendais sans écouter, sans comprendre. Je voyais sans regarder ni reconnaître. J’étais totalement perdu entre ici et ailleurs.

Puis soudain, une voix étrange. Une voix de femme sortie de nulle part. Elle ne venait pas de la pièce dans laquelle j’étais, c’était sûr. Elle était grésillante et avait le son caractéristique d’une voix retransmise par un appareil. Elle nous demandait ni nous étions prêts et nous annonçait le début de la fête. La fête ? Quelle fête ? De quoi elle parlait ? J’avais une migraine affreuse, je n’arrivais pas à lier les mots entre deux pour leur donner un sens, non, je n’y arrivais pas. Tout comme je n’arrivais pas à réfléchir à la situation. Je n’avais pas encore percuté la situation dans laquelle j’étais, ni que j’étais kidnappé, et Emma aussi.
Je sursautai au moment où une seconde voix féminine me sortit entièrement de ma léthargie. Marine. C’était la chef de confrérie de ma petite-amie. Et elle était en train de … péter un plomb ? Avec une très grande difficulté, je compris qu’elle répondait à la voix inconnue et qu’elle s’énervait pour qu’on fasse taire une enfant. A ce moment-là, et instinctivement, je tentai de nouveau de me relever. J’y parvins à moitié, me retenant de retomber en arrière grâce à mes bras liés. Mes yeux clignèrent plusieurs fois et s’habituèrent enfin à la lumière. Et cette fois, je vis. Je vis cette quinzaine d’autres personnes présentes. Je vis les murs humides de cette cave, je vis le sol crasseux. Je tournai la tête et je la vis. Emmalee était là, attachée. Merde. Merde, merde, merde ! Je percutai après d’interminables secondes à entendre mon cœur battre la chamade. Nous étions attachés et enfermés. Les gens autour de moi s’agitaient tandis que je réfléchissais frénétiquement. Enlevés. Nous avions été enlevés. Mais pourquoi ? POURQUOI ? Je possédais quelques équipements d’une certaine valeur, mais ce n’était que quelques milliers de dollars. Pourquoi m’enlever moi ? Emmalee était fortunée, oui, mais pas moi ! Autour de moi, les gens répondent à Marine ou bien font comme elle : c’est-à-dire pester après une petite. En me concentrant plus attentivement, je me rendis compte qu’effectivement, une enfant était là. Je l’observai silencieusement, du mieux que je pus. A vu d’œil, elle n’avait pas dix ans, ou du moins elle n’en était pas loin.
Je posai mes yeux sur chaque personne présente. A part Emmalee et Marine, je connaissais Carry, qui était dans ma confrérie. Puis il y avait l’asiatique qui s’occupait de beaucoup de choses à l’université et au lycée. C’était un peu l’homme à tout faire de Garner. Autour de moi, la tension augmentait toujours à mesure que le temps passait. Moi ? Je retombais lentement dans mes divagations, me perdant entre rêve et réalité. Je souffrais toujours autant, et peut-être que mon corps me rendait fou pour m’aider à tenir.

Puis soudain, encore un cri. Mais cette fois, masculin. Il me ramena, une fois de plus, à la réalité. C’était un autre asiatique qui s’époumonait à cause d’une araignée. Je le regardai en clignant des yeux. L’homme à tout faire, proche de lui, tenta de l’en débarrasser maladroitement et en parlant l’anglais d’une manière assez primaire. Il tentait désespérément de le rassurer, mais pas sur la situation majeure dans laquelle nous étions. Il s’en était rendu compte, hein ? Il ne réagissait pas à ça, mais il le savait, n’est-ce-pas ?
La voix d’Emmalee résonna à son tour. Je ne m’y attendais pas. Trop choqué, je ne m’étais pas concentré sur elle. Elle était visiblement paniquée et demandait, elle aussi, qu’on fasse taire la petite fille. Si j’avais été dans une autre situation, j’aurais pu être outré, mais là, mon ressentiment fut beaucoup moins fort. Emma cédait à la panique elle aussi, à l’image de cette petite qui pleurait. Chacun sa manière de gérer. Quand on avait neuf ans, on pleurait en hurlant, à vingt, on hurlait en insultant. Chacun sa manière de gérer la pression. Ma copine me demanda si j’allais bien. A ce moment, je me redressai un peu mieux, une idée dans la tête. Je me contorsionnai, ignorant la douleur, afin de faire passer mes mains sous mon corps et par-dessous mes jambes.

- Ca … irait mieux si j’arrivais à passer … ces putain de bras ! Pestai-je, essoufflé et souffrant.

J’y parvins après un effort insurmontable et soupirai. Mon front perlait à cause de l’effort et de la douleur. J’étais dans un sale état. Je tournai la tête vers Emma et me forçai à lui sourire pour la rassurer.

- Et toi, tu as mal quelque part ? Je sais que la petite t’énerve, mais regarde-la, elle est effrayée et ne sait pas comment réagir autrement. C’est qu’une gamine.

Je bougeai les bras pour défaire mes liens. De mes mains, je tentai de desserrer ceux emprisonnant mes chevilles. Mais même comme ça, c’était impossible. Ce qu’il aurait fallu, c’était un couteau. Tandis que je m’afférai  à tout ça, un jeune homme pris la parole contre tous ceux braillant contre la môme. Il s’adressa particulièrement à une autre fille, qui devait la connaître. J’étais plutôt d’accord avec lui. Je compris qu’elle s’appelait Ana et souris quand il tenta de la réconforter. J’hésitais entre le soutenir auprès des autres et me taire. Inutile de faire monter la tension encore. Je me mis à réfléchir. Je ne voulais pas laisser le silence s’installer, mais je ne savais pas quoi dire. Assis, les jambes en avant et à moitié pliées vers moi, je me rapprochai d’Emma pour la rassurer. Je tentai de lui embrasser le front et perdis l’équilibre. Au prix d’un très gros effort et d’une douleur insupportable, je repris mon équilibre et ne lui atterris pas dessus. Mais je grimaçai. Voyant son inquiétude, je lui répondis avant même qu’elle ne pose la question.

- J’ai mal mais ça va aller, ne t’inquiète pas. J’ai juste dû prendre un coup au mauvais endroit. Dis-moi … tu te souviens de quelque chose ? Moi de rien, c’est frustrant.

Je regardai autour de moi. Comment faire avancer les choses ? Même si l’un de nous arrivait à défaire ses liens, la porte était blindée et certainement très bien fermée. Sans oublié le fait que quelqu’un risquait d’arriver à tout moment, et j’avais moyen envie de ça. Je secouai la tête de droite à gauche.

- Tout le monde est réveillé ? Demandai-je. Et personne n’est gravement blessé ? Je sais que mes questions ne vont pas faire avancer les choses pour le moment, mais pour l’instant, je crois qu’on peut au moins s’assurer de ça, non ?

Je ne savais pas quoi dire et faire d’autre. Je devais rester calme, et pour ça, je devais m’assurer que tout le monde allait « bien ». C’était pas ce qu’ils faisaient, dans les films d’horreur ?
Si.
Avant de mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Event Halloween 2015 (Réservé aux Inscrits)    Mer 4 Nov - 21:07

Mention: Seung Joo, Enzo, Frank, James, Logan, Garner, Antonio, Eoin et je crois que c'est tout

Comme souvent, Hanaé était restée plus tard, ce soir-là. C’était presque devenu une nouvelle habitude. Ca lui permettait de travailler sans interruption pour rejoindre son petit nid douillet. L’endroit probablement le plus sûr qu’il existe à ses yeux: son appartement, dans son immeuble, avec Frank juste à côté de chez elle. Normalement, une école aussi c’est un endroit sûr, parce que c’est là où des adolescents passent beaucoup de temps, parfois même des enfants et pourtant, c’est aussi tellement simple. Trop facile même. Dans la salle des profs, alors qu’elle arrivait au bout de ses corrections, il faisait calme. De temps en temps, le bruit du matériel que manipulait Seung Joo lui faisait revenir à la réalité; elle relevait la tête, passait une main dans ses cheveux et puis jetait un oeil sur son téléphone portable avant de replonger de plus belle non sans que son stylo rouge laisse des traces de son passage sur les copies de ses étudiants. Hanaé mettait beaucoup de coeur dans son travail et ses étudiants étaient bien plus importants à ses yeux qu’ils ne pouvaient le penser. Elle aimait leur consacrer du temps et les aider en sachant pertinemment que le cours de maths n’était pas la matière la plus appréciée, ni la plus facile. Ici encore, elle n’hésite pas à vérifier ses corrections pour s’assurer aucune erreur tout en prenant des notes dans un carnet et ainsi, analyser la méthodologie et les problèmes de chacun.

Hanaé avait toujours aimé ce qu’elle faisait, la ville où elle vivait, les gens qu’elle côtoyait et l’endroit où elle travaillait. Certes, Garner n’était pas la femme la plus gentille au monde ni la plus compréhensible, mais à force de la supporter, on finissait par s’y faire. Avec le temps, Hana avait su comment s’y prendre et maintenant, cet endroit où elle passe son temps au lieu de se retrouver bien au chaud chez elle, restait un des endroits où elle aimait se trouver. Après, quand elle rentre, elle n’a plus besoin de penser à l’école ni à ses corrections, elle n’a pas non plus besoin de se charger d’un tas de copies corrigées. Elle peut échanger une conversation avec Frank sans penser aux leçons à préparer, elle peut aussi se caler dans son divan devant un film ou prévoir quelque chose avec des amies, des collègues. C’est une vie paisible pour une prof de maths, mais c’est une vie qui lui convient. Elle n’a jamais demandé plus, elle n’a jamais non plus demandé à ce qu’on vienne tout bouleverser, et pourtant …

Ce jour-là, alors qu’elle avait fini de corriger ses copies, Hana les glissa dans une pochette plastique et puis les rangea dans son casier avec les copies qu’elle devrait photocopier le lendemain matin, pour ses étudiants. Elle rangea ensuite ses affaires et enfila sa veste pour pouvoir rentrer chez elle. Dans le couloir, elle tomba nez à nez avec Seung Joo qui s’apprêtait aussi à rentrer chez lui et pour la prof’, c’est toujours un plaisir de discuter un peu avec lui. Seung Joo a ce petit quelque chose qui la touche. Elle sait qu’il panique rapidement, mais au fond, elle ne lui a jamais voulu aucun mal. Hana a toujours essayé de lui rendre la vie toujours un peu plus belle en l’emmenant manger une glace le soir du 4 juillet ou en l’invitant à aller boire un chocolat chaud chez Eoin afin de lui changer un peu les idées. Sur la route les menant dans les Berkshires, elle lui avait passé son parapluie et tout ça, elle l’avait fait de bon coeur. Hanaé est une personne foncièrement gentille alors se retrouver attachée dans une cave avec d’autres, principalement ses étudiants, elle ne comprend pas pourquoi, ni comment. Eoin qui est très apprécié dans la ville se trouve là, lui aussi. Encore une fois, elle ne comprend pas et quand son regard inquiet se pose sur Seung Joo, l’asiatique ressent un pincement douloureux dans sa poitrine. Elle aurait voulu être là pour lui, encore. Elle aurait voulu l’aider et empêcher quiconque de lui faire du mal, mais voila elle n’est pas très grande, pas très forte non plus et par ailleurs, elle ne se rappelle même pas de comment ils ont pu se retrouver là.

Parmi les personnes qui se trouvent autour d’elle, il y a même Anastasia Stewart, cet enfant qu’elle avait déjà rencontrée aux Berkshires. Comment des gens peuvent-ils s’en prendre à une personne aussi naïve qu’un enfant ? Dans le tas, il y a aussi Enzo. A l’école, Hanaé est sa tutrice et essaie du mieux qu’elle peut de le sauver de Garner, mais voila, à croire que la directrice l’aime un peu trop pour le laisser tranquille. Elle sait qu’il peut être énervant, chiant aussi, mais elle sait très bien que ce n’est pas non plus une personne foncièrement méchante alors pourquoi lui ? Tout ça n’avait aucun sens. Elle se rappelle juste que deux personnes leur ont bondit dessus et puis, c’était le trou noir. Voila. L’asiatique grimace en regardant ses poignets. Les liens sont très serrés et ça lui fait un mal de chien et pourtant elle ne parviendrait jamais à les enlever ni même à les desserer comme l’avait conseillé un des garçons présents. La voix d’Eoin parvient jusqu’à ses oreilles et Hanaé tourne le visage vers lui pour lui répondre à l’affirmative avec un signe de tête. Certes, elle crève de mal, mais elle est en vie et c’est tout ce qui compte. Appuyée contre le mur, elle essaie de se calmer et de se dire que tout va bien se passer, même si elle est loin de le penser. C’est probablement ce qui est le plus difficile. Elle aurait au moins voulu passer une heure ou deux avec des visages qui font désormais parties de sa vie. Elle aurait aimé entendre les rires de James ou encore de Logan comme cette après-midi là, sur la Marina. Elle aurait aussi aimé revoir les sourires sincères et rassurants que lui offre Frank de temps en temps; pouvoir lui raconter sa journée et écouter ses anecdotes concernant sa secrétaire pas toujours très futée. La Vietnamienne fixe ensuite Seung Joo à qui elle aurait préféré dire que ce n’était pas grave, qu’ils pourraient aller se balader dans un parc et manger une glace pour oublier tout ça. Oui, c’est ce qu’elle aurait vraiment voulu et le fait de ne peut-être plus pouvoir, était probablement plus douloureux que ces liens qui lui coupaient les poignets.

Tout le monde autour d’elle s’énerve et ça l’angoisse un peu. Peut-être que c’est ce qu’ils cherchent, ces sadiques ? Que tout le monde s’entretue ? La voix d’Enzo la fait redescendre sur terre et lorsqu’elle comprend qu’un de ces monstres à huit pattes se retrouve sur lui, elle sent son coeur s’accélérer dans sa poitrine et l’angoisse monter d’un cran. S’il y en a une, il y en a d’autres. C’est certain et pendant que tout le monde crie, hurle, un garçon s’inquiète du sort de chacun. Elle aimerait lui dire qu’elle a froid, qu’elle a peur, que ses liens sont trop sérrés, qu’elle veut partir et revoir les gens qui comptent pour elle, mais n’en fait rien. Parce qu’au fond, elle sait qu’ils sont tous dans le même cas alors elle se tait. Elle n’a même pas le courage de leur demander de se calmer, parce qu’elle ne peut pas le faire non plus. Son seul courage c’est probablement cette pensée où elle espère pouvoir sortir de cette cave et dire aux gens à qui elle tient qu’ils sont important pour elle; A Frank, à James, à Eoin ou encore Logan et Seung Joo. Parce qu’en ce moment-même, elle se rend compte qu’elle ne leur a jamais dit, qu’ils ne le savent pas, et qu’ils ne le sauront peut-être jamais
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Event Halloween 2015 (Réservé aux Inscrits)    Ven 6 Nov - 1:24

Interactions: Héloïse
Mentions: Abel, Iris

Assise par terre, contre un mur alors que mes poignets et mes chevilles sont liés, je suis perdue entre la réalité et la maladie qui me ronge le cerveau. Le regard vide, mon coeur s’emballe dans ma poitrine. Cette fille, à l’école, elle m’a dit que tout était dans ma tête. Est-ce vrai ? Dans ma tête, il y a encore ces voix qui me rongent l’esprit et qui m’empêchent de rester calme. Je suis tourmentée, mais ça ne se voit pas et ces voix, elles sont encore plus présentes, plus fortes que d’habitude, parce que ça fait plusieurs jours maintenant que je suis ici et sans traitement. Comme à chaque fois je me concentre sur ces voix, j’essaie de comprendre ce qu’elles me disent et puis mon regard se pose sur Iris. Je ne comprends pas, je ne comprends rien. Elle ne parle pas, elle ne me regarde même pas et pourtant je l’entends, je suis sûre que c’est elle que j’entends. Vous êtes vous déjà retrouvé quelque part avec plusieurs personnes qui vous parlent en même temps  au point de ne plus rien comprendre. Vous êtes tellement perdus que vous essayez d’attraper une phrase provenant de ces voix, mais vous n’y comprenez rien parce que ça parle de trop. Ca prend toute votre attention, votre ouïe au point que le reste ne compte même plus et au bout de six heures, ça vous épuise parce que vous ne savez toujours pas ce que vous cherchez au fond. Ce qui me blesse le plus, c’est qu’Iris s’en fout, elle continue à me torturer, elle ne veut pas se taire et ça me rend malade. Mais quand je la regarde, elle ne dit rien, alors pourquoi ? Ca fait trois ans que ça dure, mais grâce aux médicaments, j’arrive à vivre correctement, à condition de bien les prendre. Là, ce n’est pas le cas. Je n’ai rien pris, je n’ai pas pu et j’en peux plus. J’aimerais que ça s’arrête, j’aimerais être ailleurs, j’aimerais qu’on me comprenne, mais encore une fois personne ne comprendra rien. Une autre voix crie dans des hauts parleurs et me fait sursauter et puis je me rends compte qu’Héloïse, ma colocataire me parle, elle aussi. Je la fixe, toujours avec des yeux vides d’expression, parce que je ne comprends rien à ce qu’elle me dit: il y a ces voix dans ma tête qui monopolisent toutes mon attention et c’en devient angoissant, effrayant.

J’aimerais rentrer, j’aimerais m’enfermer dans ma chambre sans un bruit durant de longues heures à me dire que de toute façon, je ne risque rien puisque Abel est là maintenant. J’aimerais rester allongée sur mon lit à espérer que tout ça se calme, j’aimerais simplement qu’Iris arrête de me torturer, qu’elle arrête de me parler, qu’elle comprenne que tout le mal qu’elle m’a déjà fait est suffisant et que j’en peux plus, mais non ça n’arrêtera jamais vraiment et pour l’instant je veux juste qu’elle se taise. Qu’elle arrête, parce que je suis sur le point de devenir complètement folle. Mes yeux se remplissent de larmes, je me sens seule et abandonnée dans ma maladie parce que personne ne peut vraiment comprendre. Je regarde à nouveau ma colocataire alors que mes joues rosées s’humidifient. Quelque part, je voudrais qu’elle m’aide, mais je sais qu’elle ne pourra rien faire. –"Elles ne s’arrêtent jamais, elles ne veulent pas” c’est tout ce que je parviens à lui dire alors que c’est totalement confu. Je doute qu’Héloïse comprenne quoi que ce soit à ce que je lui raconte et c’est ce qui me blessera encore plus, parce que dans mon malheur, je me sens seule au monde. Je passe une main sur une de mes joues humides pour essuyer les larmes et dans ma poitrine mon coeur me fait mal à cause de la peur. Je finis par regarder autour de moi et pourtant je ne comprends rien à ce qu’il se passe, je veux juste rentrer, je veux que tout s’arrête, que ces voix cessent. Je ne cherche même pas à comprendre pourquoi je suis là et mon état psychique ne me permets pas d’analyser la situation. Et puis à nouveau, mon esprit s’évade vers ces voix que j’essaie toujours d’intercepter. Un regard vide, une peur immense et une douleur sans nom, c’est un peu ce que je ressens à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Event Halloween 2015 (Réservé aux Inscrits)    Sam 14 Nov - 23:47



This is Halloween


31 Octobre 2015 – 19 : 30

Interactions verbales : Tout le monde
Interactions ciblées : Enzo, Eoin, Adam, Ashton, Carry, Iris, Marine, Héloïse et Antonio.

Il nous en a fallu du temps pour arriver jusqu'ici, pour obtenir cette toute petite information. A côté de ça monter notre plan, les kidnappings c'était du gâteau. Il faut dire que toutes nos victimes sont si prévisibles, si faciles à cerner, même ceux qu'on pourrait qualifier de durs à cuire sont tombés dans nos pièges en ne se doutant de rien. Et maintenant, bien maintenant que nous les tenions en notre pouvoir, nous devions attendre un peu plus. L'attente leur fera peur, la peur les fera parler, la peur les rendra vulnérables. Je n'ai aucune pitié dans ce que je fais et je sais que Aria non plus. Nous avions un but et nous n'en dériverons pas, si nous devions effrayer ces dix sept personnes et leurs proches pour ça je ne vois vraiment pas ce qu'il y a de dérangeant. Je suis certain que dans toutes ces personnes que nous avons dérobé à leur vie de toute les jours, que parmi eux, quelqu'un a la clé de toutes nos questions à Aria et moi. Ce quelqu'un dont le parent connaît celui qui a détruit. C'est injuste d'avoir enlevé tant de monde juste pour ça ? Si je vous racontais notre histoire peut être trouveriez vous à redire sur l'injustice. Le monde est injuste, il faut s'y faire et vous charmantes victimes de nos complots vous feriez bien de vous habituer assez rapidement.

La peur se lit sur vos visages, l'agacement aussi, l'appréhension. On le sent dans votre façon de parler, de vous parler, de vous rejeter la balle, jusqu'à aller engueuler une petite fille de neuf ans. Vous êtes pathétiques tous autant que vous êtes, même si certains se détachent du lot, ceux qui trouvent que s'énerver ne sert à rien, que ça ne les fera pas sortir de là. Rester calme ne vous sortira pas mieux de ce souterrain vous pouvez le croire. Ces calmes là sont à surveiller, ce sont de loin les plus dangereux à mon avis. « Ils sont drôles à se débattre hein ? » dis-je à ma jumelle en riant alors que nous observions nos captifs sur le moniteur. Je m'installais confortablement sur ma chaise, savourant cette première victoire. Fermant mes yeux je me plongeais quelques instants dans mon monde, ce monde où je ne suis jamais seul, où ces voix me parlent… Tout le temps. J'ai appris à vivre avec et en faire une force, elles ne m'atteignent plus comme avant désormais. Je rouvre les yeux et un sourire s'étale sur mon visage. « Il me semble ma chère sœur qu'il est temps de rendre une petite visite à nos invités tu ne crois pas ? Nous ne serions pas de bons hôtes si nous ne leurs accordions pas notre attention... »

***

La porte s'ouvre dans la pièce dans laquelle vous vous trouvez. Entrent deux personnes d'une vingtaine d'années. L'homme est brun sans expression pour le moment, il scanne les environs, il regarde chacun de vous comme pour lire vos pensées, vos peurs, faites attention à vos peur il n'aura aucun scrupules à les utiliser contre vous. En parlant de ça… Le garçon qui répond au nom de Cazey vient se placer juste devant Enzo Miller avant de s'accroupir juste devant lui. « Dis moi garçon si tu fermes pas ta grande gueule genre maintenant tout de suite je te jure que je vais chercher le sac de tarentules dans l'autre pièce et je te le renverse sur la tronche pour te donner une bonne raison de crier. Compris ? » sort-il en souriant de plus belle et en se relevant, espérant avoir réduit le blond au silence pour un moment. « D'ailleurs c'est le cas pour tout le monde, un mot plus haut que l'autre et on trouvera bien un moyen de vous faire taire, c'est vous qui voyez après tout… Et pour ceux qui essayeraient de s'enfuir... » continua t-il en se tournant vers Adam et sortant le revolver de sa poche. « Je m'assure qu'ils ne puissent pas sortir d'ici, jamais… Et puis Matthews tu sais que ce n'est pas bien de mentir aux enfants. Et oui personne ne vous trouvera ici, quel dommage. » Il échange un coup d'oeil complice avec sa sœur qui elle aussi fait son petit tour de salle. Tout se passait comme prévu pour eux, leurs captifs avaient peur et ça se voyait, certains plus que d'autres. « Prenez exemples sur ce gros tas de whisky » dit-il en désignant Eoin. « Il est calme lui, suivez son exemple et je peux presque vous promettre qu'il ne vous arrivera rien de trop grave. » Il continue à regarder autour de lui, à observer les gens autour de lui. « Ah Carry, ma chère Carry Chainsaw je t'ai bien eue toi… Saches, si ça peut te rassurer que ça a été aussi désagréable pour moi que pour toi... » Et puis finalement il se tourne vers Alix, peut la personne enlevée dont il se sent le plus proche. Cette fois ci pas d'air sadique alors qu'il s'accroupit devant elle, il a l'air tout à fait sérieux. « Alix Winchester, elles ne s'arrêteront jamais les voix tu sais ? Tu peux me croire je suis bien placé pour le savoir. Ça ne s'arrête jamais, moi aussi elles me parlent tout le temps… tout le temps. » Souriant à nouveau il fait face à tout le monde alors qu'il se relève. « Voilà comment ça va se passer, nous avons quelques questions à vous poser et vous allez y répondre sinon vous serez punis mes petits et croyez moi vous ne le souhaitez pas… Deuxième chose, nous sommes en contact avec vos proches, nous allons leur demander de faire quelques petits trucs pour nous, bien sûr si ils échouent vous en payerez les conséquences. Ça commence bien non ? Priez pour que vos amis et vos familles soient plus dégourdis que vous. Comme le disait Aria, que la fête commence ? »

Tout est fait pour que personne ne se sente en confiance, et qui serait confiant de toute façon, face à deux fous capable de tout. Le premier qui osait se rebeller risquait gros, et les actions du jeune garçon ne pouvaient qu’appuyer ce fait. La jeune fille qui l’accompagne, sa jumelle, était restée silencieuse, tout en faisant le tour des otages, un grand sourire aux lèvres. Son petit secret à elle, c’est sa maladie mentale. Ça ne va pas bien dans sa tête, et ça se ressent, le plaisir de faire mal à autrui… C’est son dada, et elle s’amuse d’avance. Quand son frangin finit son petit discours moralisateur, elle en profite pour se mettre en lumière, cette grande gazelle aux yeux de biches, aux longues jambes fines et au visage angélique, qui ne semble pas cacher une aussi grande folie. Elle s’approche de deux jeunes filles, Iris et Marine, en explosant de rire. Elle s’accroupit, pour se mettre à leur niveau.

- Salut les filles ! Alors contente de me voir ? Au fait, merci pour ce charmant accueil à la confrérie Marine, je ne pensais pas que tu étais hypocrite à ce point. Pour une chef, c’est vraiment un exemple déplorable. Le pire, c’est que tu continues. Gueule encore comme ça, et c’est ta très chère Iris qui en paiera le prix fort. Voyons voir si tu es capable de solidarité.

Tout en regardant fixement la chef Delta Gamma, Aria avait attrapé des mèches blondes de l’aînée Stewart, avec lesquelles elle jouait, mais qu’elle pourrait très bien saisir fermement et arracher sans l’once de pitié. Elle les lâche pourtant et se releva, prête à continuer son petit bout de chemin. La prochaine, face à qui elle s’accroupit, c’est Héloïse, la blondinette. Les larmes perlent sur ses joues, et Aria les essuie à l’aide de ses doigts.

- Pleure pas chérie, ça te rend encore plus pitoyable que d’habitude.

Puis elle se relève, n’ayant rien plus à dire, songeant qu’un contact est bien plus traumatisant. Aria se montre étonnamment douce, mais une douceur glaciale, le genre qui peut devenir tranchant, inévitable. Elle finit sa petite ronde par Antonio, le roi du cirque, le clown de service, collé à sa petite amie.

- Je vois que ta question est restée sans appel, mais moi j’ai une réponse, et une bonne. Si tout le monde est réveillé, je l’espère, et si tout le monde va bien, pour le moment oui. Mais si vous allez vous en sortir, ça j’en serai pas si sûre, personne ne peut vous entendre ici. Tout ce que vous pouvez faire, c’est prier pour que vos potes chanceux soient un minimum loyaux et courageux, sinon vous êtes dans la merde !

Elle appuie sa dernière phrase en chantonnant, comme si tout ça n’était qu’une vulgaire blague, puis elle se pointe à la sortie de la pièce, au niveau de la grande porte, accompagnée de son frère.

- Soyez sages, on revient dans quelques instants.

Aria ferme la porte derrière elle, et remonte à l’étage accompagnée de Cazey. Leur petite salle aménagée est équipée de tout ce qu’il faut pour les maintenir en haleine, un haut-parleur, des caméras, mais aussi un ordinateur sur lequel ils diffusent en temps et en heure des petits mots doux aux habitants. Au passage, elle allume le micro relié à la salle et balance quelques noms au pif, histoire de faire monter la pression.

- Wallis, Sasha, Kyaw, Mikaela.

Puis elle coupe court à la communication. Pour sur, ceux-là allaient entrer en action.

HRPG:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Theta Xi
Disponibilité pour RP : Oui
Featuring : Jamie Campbell Bower
Messages : 88
Who I am? : Qui suis-je ?
People around me : Qui vous-êtes ?
What I've done : Qu'est-ce qu'on fait ?
Social Network : Email
CellPhone : Téléphone
Relations : Jade : meilleure amie
Elena : Confidente

Date d'inscription : 06/07/2015
MessageSujet: Re: Event Halloween 2015 (Réservé aux Inscrits)    Dim 15 Nov - 2:20

Mentions : Jade, Elena, Eoin, Ana, Antonio



Vivre dans l'obscurité épeurant était une chose qu'on ne souhaitait à personne. Surtout quand la peur venait du fait qu'on était pas sûr de s'en sortir vivant. Edward n'aimait pas le noir, sans en avoir officiellement peur, mais jour après jour, il n'en pouvait plus d'être comprimé par ces ombres oppressantes. Il jetait des regards à Eoin en se demandant comment il faisait pour être aussi calme dans une situation pareille. Bien évidemment, ne pas céder à la panique, ça semblait être une règle élémentaire, mais si difficile à appliquer. Dans cette sinistre cellule, il y avait une enfant qui pleurait. Edward en avait le coeur serré. Pourvu que rien arrive à la petite ! Pourquoi était-elle aussi ici ? Est-ce pour se jouer de l'innocence ? Edward se disait que si on leur infligeait ça, c'était qu'il y avait bien une raison. Mais quelle raison pouvait pousser quelqu'un à enlever un enfant de neuf ans ? Et encore, ce n'était pas le pire. Des personnes avaient été enlevé par deux individus complètement sadiques, au risque de mourir, et tout ce que les victimes trouvent à faire, c'est de se crier dessus et lâcher leur nerf sur une petite fille. Edward ne disait rien de peur d'envenimer les choses, parce que les personnes qui rageaient ne se tairaient pas même si on leur demandait. Il répondit simplement positivement à la question d'un jeune homme qui avait eut la décence de demander si les autres allaient bien. Pour combien de temps, Edward l'ignorait et ne préférait pas y penser. Non, ses pensées étaient tournées vers l'extérieur, vers Jade ou Elena, ou son père. Il essayait de rester optimiste au fond de lui et de refaire démarrer son système nerveux encore sous le choc et la froideur des ombres environnantes.

Le sang du jeune homme fit plus d'un tour dans ses veines quand la porte s'ouvrit soudainement dans un grincement sourd. Les deux responsables de tout ça pénétrèrent alors la pièce. Edward leva son regard vers eux et déglutit. Il semblerait que la suite des événements se passent maintenant. Les membres crispés, Edward essayait de cacher au mieux la crainte que ces deux individus inspiraient. Tour à tour, l'homme s'adressait à certaines personnes. Edward le suivait du regard, envoyant par moment quelques coups d'oeil à la fille qui toisait tout ce beau monde d'un regard malsain. Edward se raidit d'avantage à la vue de l'arme à feu et espérait grandement que tout le monde ici se tienne un carreau pour ne pas forcer le garçon à s'en servir.

« Voilà comment ça va se passer, nous avons quelques questions à vous poser et vous allez y répondre sinon vous serez punis mes petits et croyez moi vous ne le souhaitez pas… Deuxième chose, nous sommes en contact avec vos proches, nous allons leur demander de faire quelques petits trucs pour nous, bien sûr si ils échouent vous en payerez les conséquences. Ça commence bien non ? Priez pour que vos amis et vos familles soient plus dégourdis que vous. Comme le disait Aria, que la fête commence ? »

Parce que les proches qui se trouvaient dehors allaient être impliqués aussi ? Bon sang, ces deux là avaient le pouvoir partout ! Edward ne pouvait plus qu'espérer qu'ils ne s'en prennent pas à ses amies. La fille poursuivit le jeu de la peur. Elle fit un tour elle aussi en expliquant les règles qu'elle imposa à tout le monde. Mais pouvait-on vraiment croire en une chance de survie ? Finalement, les deux s'en allèrent, laissant suggérer évidemment que les choses vont se gâter. Tiens ? Chose étrange, il n'y avait pas eut cet atroce claquement de porte qu'Edward connaissait si bien à force de l'avoir entendu lorsque d'autres victimes faisaient leur entrée ici. C'est alors que des noms résonnèrent dans la cave. Des noms de personnes que Edward ne connaissait pas personnellement, sauf peut-être Mikaela. Mais son regard s'attarda alors sur la porte de sortie qui se trouvait être...ouverte ! Ou du moins, un peu ouverte. Volontairement de la part des ravisseurs, sans aucun doute. Tout le bâtiment devait être sous leur contrôle. Mais que faire de plus entre attendre ici ou tenter de fuir en jouant leur jeu ? Bizarrement, la première option semblait être la plus sûre...Mais ne fera pas plus avancer les choses. Quand à savoir quoi faire, Edward y songera s'il parvient déjà à se libérer. Cette porte ouverte lui avait en tout cas donner la motivation au moins de se libérer de ses liens. Enfin, ce n'était pas gagner, même en jouant les poings, ceux ci étaient bien trop serré à son goût. Edward sentait ses poignées le brûler à force de les frotter liens contre liens, liens contre mur, liens contre sol en espérant les faire lâcher ou glisser ses mains loin d'eux. Peine perdue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Event Halloween 2015 (Réservé aux Inscrits)    Lun 16 Nov - 0:03


When witches go riding and black cats are seen, the moon laughs and whispers: "'tis near Halloween!" Héloïse & les 16 autres captifs



Mentions: Abel, Aria, Cazey, Enzo, Wallis
Interactions: Alix, Adam, Eoin

Alix se tourne vers moi, les yeux baignés de larmes. "Elles ne s'arrêtent jamais, elles ne veulent pas," murmure-t-elle confusément, les yeux perdus dans le vague. Je me rapproche d'elle, voulant à tout prix la prendre dans mes bras, mais ces foutus liens sont trop serrés et m'en empêchent. Je remarque que la jeune femme semble se perdre dans les méandres de son esprit. Il faut que je dise quelque chose, n'importe quoi. "Je sais Alix, je sais. Ecoute-moi. Ecoute ma voix, ma voix à moi. Reste avec moi, s'il te plait." Et je me mets à parler. Un flot ininterrompu de paroles. Jusqu'au moment où la porte s'ouvre. Mon murmure se stoppe net. Dans l'encadrement se tiennent nos ravisseurs. Ils semblent si... normaux. Ça me terrorise. Le garçon s'accroupit face à un blond (Enzo) et lui parle de sorte à ce que nous entendions tous ce qu'il dit. Un silence de mort plane dans la pièce. Une fois qu'il a fini, il se relève, et je vois une lueur malsaine dans son regard. De la folie. De la folie pure et meurtrière.

"D'ailleurs c'est le cas pour tout le monde, un mot plus haut que l'autre et on trouvera bien un moyen de vous faire taire, c'est vous qui voyez après tout… Et pour ceux qui essayeraient de s'enfuir... Je m'assure qu'ils ne puissent pas sortir d'ici, jamais…" Il sort un pistolet de sa poche. J'ai envie de vomir. Des nausées me prennent à la gorge, mais je n'ai que le goût de la bile qui me brûle le gosier, vu que je n'ai rien mangé depuis plusieurs jours. Le jeune homme continue à divaguer en parlant à différentes personnes. Je lui jette des regards noirs. Quand il s'approche de moi, je lève le menton, fière, mais il s'adresse à Alix: "Elles ne s'arrêteront jamais les voix tu sais? Tu peux me croire je suis bien placé pour le savoir. Ça ne s'arrête jamais, moi aussi elles me parlent tout le temps… tout le temps." J'ai envie de lui cracher à le figure, au lieu de quoi, dès qu'il s'éloigne, je me penche vers ma colocataire et lui murmure: "Ne l'écoute pas Alix, c'est pas vrai, je te promets que tu vas t'en sortir. On trouvera un moyen. Je te le promets." Je réussis à lui attraper la main, et je la serre doucement, lui montrant ainsi mon soutien.

Des larmes de rage et d'impuissance me montent aux yeux quand j'entends la suite du discours de l'homme. La jeune femme le remarque et s'approche de moi. "Pleure pas chérie, ça te rend encore plus pitoyable que d’habitude." J'ai envie de la tuer. A la fin de leur tour de salle, les jumeaux repartent. Au moment de franchir le seuil de la porte, la fille se retourne vers nous et lance: "Soyez sages, on revient dans quelques instants." Elle ne ferme même pas la porte derrière elle. Je sais que de toute manière nous sommes filmés et sur écoute, aucun échappatoire n'est possible. Mais ces deux fous sont hors de ma vue, et je continue à jouer des poignets et des chevilles, sentant un tout petit changement dans les liens qui me scient les articulations. Je ne sais pas si c'est un tour de mon imagination, mais j'ai l'impression qu'ils sont moins serrés que tout à l'heure. Dans le haut parleur, on entend la voix de la fille dire: "Wallis, Sasha, Kyaw, Mikaela." Entendre le nom de Wallis prononcé par cette sauvage me met dans tous mes états. J'ai froid, puis chaud. Je suis envahie par une peur et une terreur intense à l'idée qu'il lui arrive quelque chose. Je frotte frénétiquement mes liens contre le sol. Ce sont des liens en plastique, qui techniquement ne devraient pas se détendre, mais je suis certaine qu'au fur et à mesure de mes mouvements, le matériau cède. Mes poignets fins sont en sang, mais je continue, jusqu'à ce que je puisse les glisser en dehors de leurs attaches. Je frotte la chair à vif, grimaçant.

Quand je relève les yeux, je vois le jeune homme (Adam) qui a pris la défense de la petite fille aider un homme d'âge mûr (Eoin) à défaire ses liens à son tour. Nous tentons tous les trois d'être discrets, mais on sait qu'à partir de maintenant, on risque notre vie pour les autres. Je n'ai rien à perdre. Je veux que Lily-rose, Alix et la petite fille dont je ne connais pas le nom s'en sortent. Je suis la première à sortir dans le couloir. Je m'attends presque à ce qu'une alarme retentisse, mais rien, pas un bruit. Les deux hommes sont sur mes talons. J'ouvre une porte au pif et tombe sur des escaliers. Je me tourne vers les garçons: "Bon, je crois qu'on n'a pas le choix. Il faut monter."

Résumé:
 

HRPG:
 
(c) crackle bones

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Event Halloween 2015 (Réservé aux Inscrits)    Sam 21 Nov - 11:15

Interactions: Aria, Marine, Adam
Mention: Anastasia, Jewel, Enzo, Héloïse, Carry, Eoin, Cazey

Tout le monde était en train de péter les plombs, principalement sur Anastasia. Dans une autre vie, Iris aurait pu prendre la défense de sa petite soeur, mais elle n'était pas dans cet autre monde. Déjà en temps normal, sa soeur l'exaspérait au plus haut point, alors dans une situation similaire à celle-ci, il fallait pas trop en demander de la part de la jolie blonde. Elle fixait Alix qui délirait totalement un peu plus loin, elle fixait Adam qui prenait la défense d'Anastasia, comme il l'avait toujours fait et puis il y avait ceux qui, comme elle ne disaient rien. Au fond d'elle, Iris bouillait de se trouver là, bêtement en plus. Certains flippait, elle aussi, mais le sentiment premier qu'elle ressentait était plus la colère qu'autre chose. Marine à côté d'elle avait l'air de ressentir la même chose, bien qu'elle l'extériorisait à la différence d'Iris. Les cris d'Enzo la sortait de ses pensées et même si ordinairement elle en aurait profité pour se moquer du chef des Sigma Nu, là elle se contenta juste de le regarder quelques secondes sans rien laisser paraitre, sans qu'une seule pensée mesquine ne prenne place dans son cerveau. Elle se contrait sur l'endroit où elle se trouvait, sur ce qui allait leur arriver, mais aussi sur ses poignets qu'elle tentait de libérer en jouant sans cesse avec les liens qu'elle avait aux poignets. De temps en temps elle tourna le visage vers Marine, comme si à elles deux elles trouveraient un plan B comme elles avaient l'habitude, mais pour le coup, rien. C'était limité, ils étaient tous enfermés alors à quoi bon ?

La porte s'ouvrit sur deux personnes, un type qu'elle ne connaissait pas et l'autre garce qui s'était faite passée pour une Delta Gamma. Elle avait bien joué son jeu, en plus de ça, cette malade. Ils firent tous les deux le tour des personnes présentes, ou presque. Iris fixait dans un premier temps le garçon et fronça les sourcils lorsqu'il en arrivait à parler de voix dans sa tête. Iris ne comprenait même pas pourquoi il lui parlait de ça, il était vraiment ravagé ce gars. D'aussi loin qu'elle s'en rappelait, Alix avait toujours été normale psychologiquement alors pourquoi lui parlait-il comme ça et pourquoi elle se trouvait dans un état presque catatonique ? et lorsqu'un peu avant elle entendit un « Ah Carry, ma chère Carry Chainsaw je t'ai bien eue toi… Saches, si ça peut te rassurer que ça a été aussi désagréable pour moi que pour toi... » pour une fois, Iris ne peut même pas s'empêcher de sourire. Forcément, une fois qu'il y avait un type à l'horizon, il fallait qu'elle tombe et ici, elle avait même réussi à se faire embobiner. Comme quoi elle n'avait pas si changé que ça, au fond.

Ce fut au tour de l'autre de venir faire son petit tour de piste, fière d'elle en plus cette conne. Iris lui adressa un regard noir alors que ses doigts venaient d'attraper quelques unes de ses mèches. En entendant le petit jeu qu'elle proposait, Iris la fixait droit dans les yeux alors qu'elle venait de relâcher les quelques mèches tenues prisonnières de ses doigts. "Mais t'es vraiment une malade, tu devrais aller te faire soigner parce que c'est pathétique" d'un air dégouté, Iris les regardait s'éloigner. Et l'autre qui avait parlé de questions à poser, elles étaient où ses questions ? Etaient-ils vraiment si paumés que ça tous les deux ? En quittant la pièce, la folle lacha des prénoms et sur les quatre, elle en connaissait trois, mais celui qui reteint le plus son attention était celui de Kyaw. Instinctivement, elle échangea un regard avec Jewel qui était aussi concernée par ces prénoms. Iris cherchait à comprendre pourquoi soudainement elle en arrivait à parler de Kyaw, allaient-ils leur faire quelque chose, à ces prénoms cités ? Dans sa poitrine elle sentait son coeur s’accélérer à force de se demander ce qu'ils comptaient faire. Elle tourna le visage vers Marine "Tu crois qu'ils vont faire quelque chose ?"  D'un autre côté, Kyaw n'était pas un gars qu'on savait avoir facilement et s'ils tentaient un autre kidnapping alors qu'à force des jours écoulés, des dispositifs avaient surement été mis en place, ils étaient totalement cons. Néanmoins, Iris les trouvait malade, mais peut-être pas si cons que ça. Toutes ces questions sans réponse l'embrouillait et l'énervait toujours un peu plus alors qu'Adam, une blonde et le Barman, eux, avaient réussi à délivrer leur poignet. En voyant Adam s'éloigner elle lui lança un "Tu pourrais nous détacher, sinon. Au cas où ça ne te viendrait pas à l'esprit."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lambda
Disponibilité pour RP : Disponible ;)
Featuring : Douglas Booth
DC : Lee Hae HyukEnzo MillerFrank EarendNicholas TompkinsGemma Osborne
Messages : 52
Who I am? : Un parfait connard.
People around me : I don't need somebody.
Relations : Aucune pour le moment
Date d'inscription : 12/09/2015
Age : 18
MessageSujet: Re: Event Halloween 2015 (Réservé aux Inscrits)    Dim 22 Nov - 18:36

Interaction : Adam

Ils pensaient quoi les autres avec leurs discours moralisateurs ? Que j’allais soudainement aimer et choyer une gamine de neuf ans, alors que ce que je hais le plus au monde c’est les enfants ? Et pour la simple et bonne raison qu’elle n’a que cet âge la ? J’espère qu’ils disent ça pour rire, parce que des gens plus âgés paniquent plus qu’elle et personne ne leur dit rien ou vient les défendre. La peur est une faiblesse humaine à laquelle je suis insensible et c’est bien une chance quand je vois le résultat. Seulement, savoir se la fermer c’est pas bien compliqué. A neuf ans, elle est quand même pas conne au point de ne pas savoir le faire, non ? Je m’adresse donc à son garde du corps (Adam).

- Et bien démerde toi pour la faire taire, toi qui plaide en sa faveur. Mais qu’elle sache au moins que si elle ne se tait pas c’est elle qu’ils viendront tabasser en premier. Malheureusement, moi je ne peux pas mais eux si et ils s’en foutent bien de son âge.

N’allons pas faire espérer qu’en plus tout va s’arranger. Bien sur que non, ça ne va pas s’arranger. Faut arrêter de se voiler la face. Ils ne jouent pas au même jeu, ni dans la même cour que nous. Et tant pis si je devais passer pour un connard. J’en suis un et je ne le cache pas. De toute façon, je les hais tous autant qu’ils sont et rien ne pourra me rendre plus heureux que de les revoir plongés dans un sommeil profond. Un sommeil qui me plongerait dans un silence salvateur où je n’aurais plus à supporter leurs voix de crécelle.

Ma prière se fait entendre quand, dans un fracas, la porte de notre entrepôt s’ouvre enfin. Les deux tarés, que je n’avais jamais vus ni d’Adam, ni d’Eve, imposent le respect et le silence que j’espérais. Ils font le tour et s’adressent à quelques uns d’entre nous. Je les regarde, amusé, alors qu’autour de moi la pièce sent la peur à plein nez. Ils jettent quelques menaces et se barrent. La fille, elle, ne ferme pas bien la porte ça pue le piège. Mais genre vraiment, et trois personnes viennent s’y fourrer. Alors certes, dans le cas présent, c’est aux hommes d’assurer la sécurité du groupe, mais qu’ils n’espèrent aucunement que je lève le petit doigt. Je ne risquerai jamais ma vie pour aucun d’entre eux. Et surtout je n’irai pas risquer ma peau pour le bien de tous. Ils s’imaginaient peut-être être entre les mains de deux connards, mais j’en étais au même niveau. Et ils n’allaient pas tarder à s’en apercevoir. Parce que si moment critique il y avait, je n’hésiterai pas à en sacrifier un. Qu’ils soient prévenus, je ne suis pas un enfant de chœur, mais le diable en personne. Je ne le cache pas. Qu’ils ne m’en demandent pas plus.

_________________
There's no place in heaven for someone like me — Ashton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Président des Sigma Nu
Disponibilité pour RP : Yep.
Featuring : Zico (Wu Ji Ho)
DC : Lee Hae HyukAshton D. MyersFrank EarendNicholas TompkinsGemma Osborne
Messages : 191
Who I am? : Un opportuniste, qui profite de la vie, et le chef des Sigma Nu, accessoirement. Et Cornerback chez les YB, alors si tu me cherches, j'te plaque Wink
People around me : La famille, les amis, les ennemis, bref la smala au complet.
Social Network : J'suis pas Facebook, Instagram et compagnie. Les selfies c'est réservés aux narcissiques, et encore selfie, si c'est égal à se prendre en photo que l'menton... Mais j'ai un casier.
CellPhone : J'te préviens, ce numéro est à joindre en cas d'urgence, ou si on a un minimum de choses en commun. Ceux que j'aime pas, je réponds pas Very Happy
Relations : - Ami d'enfance de Gwen Foster
- Protecteur de Seung Joo, tu touches un d'ses cheveux, t'es mort, pigé ?
- Sous le tutorat d'Hanaé Nguyen
- Travaille pour Eo-w-yn !

Date d'inscription : 14/06/2015
Age : 19
Localisation : Dans ton cul.
MessageSujet: Re: Event Halloween 2015 (Réservé aux Inscrits)    Dim 22 Nov - 18:50

Interaction : Seung Joo

Le principal cauchemar des gens sur terre, c’est de mourir. Perso, je m’en branle de crever, on est tous destiné à clamser un jour ou l’autre, alors aujourd’hui ou demain, quelle est la différence ? Je ne comprenais pas cette crainte, comme si elle allait repousser l’échéance. Alors à moins qu’un binoclard en blouse nous ponde la solution miracle à la Harry Potter pour gagner en longévité, il n’y avait aucune raison d’être surpris qu’un jour notre passage sur Terre prenne fin. Du moins, c’est comme ça que je le percevais, parce que mon seul et unique cauchemar sur Terre tentait de se frayer un chemin sur mon bras et vu la direction qu’il prenait, le cauchemar comptait bien déposer ses huit affreuses pattes sur la peau de mon cou, ce qui était inconcevable, chers amis. Les insectes et moi, c’était clairement une haine sans faille, et pour même pousser le vice j’en avais terriblement peur, chose tout à fait inexplicable. Personne, mis à part Gwen et mlle Nguyen, étaient au courant de ce petit désagrément fort honteux, et il venait au jour d’aujourd’hui d’être mis à jour me décrédibilisant totalement en tant que chef d’une confrérie telle que les Sigma Nu. Paie ta tête quoi. Le pire, c’est que je ne peux contrôler et je me mets à me débattre, dépourvu de mouvement, tout en hurlant à qui voulait bien l’entendre de me venir en aide, alors que la dite bestiole ne devait pas dépasser la taille d’un de mes ongles. Celui qui me vient en aide, mon sauveur, mon dieu, mon tout ce que vous voulez, c’est Seung Joo. On voit bien qu’il est aussi à l’aise que moi avec la chose, et on a juste l’air de deux grosses mauviettes tremblantes comme des feuilles, mais j’apprécie réellement son geste, en connaissant la bête. Il la retire de mon bras de façon magistral et réussit même à exterminer le cauchemar pour de bon, je peux à nouveau souffler. A nouveau me sentir apte à réfléchir.

- Voilà, plus araignée. Enzo respirer.

Je ne suis pas du genre câlin, mais honnêtement en tant que sauveur j’aurais bien été capable de lui sauter dans les bras. Sauf que un ce n’était pas mon truc, et puis que deux avec mes deux mains attachées dans le dos je finirais avec les dents pétées contre le bitume en ayant essayé de me mouvoir brusquement. Je ne maitrise pas encore le « se lever les mains ligotées dans le dos ».

- Merci.

Je le remercie tout de même, de la façon la plus sincère dont je sois capable, dans un élan de joie par la même occasion, parce que j’essaie de ne pas penser au fait qu’on est dans une cave, mais au fait qu’on soit à plusieurs, ce qui au fond était une force. Mais bien évidemment, et parce que je ne pouvais le reprocher à personne en ce jour, j’étais bien un des seuls à réussir à garder mon optimisme –après une scène pitoyable- et voir Seung Joo complètement dépité par la suite m’obligeait à prendre les choses en main, n’ayant pas été capable de le faire plus tôt. Du mieux que je peux, je m’approche en sautillant à cul joint –pas le choix de faire autrement-.

- Hé p’tite tête, on va s’en tirer ok. Je t’avoue que j’sais pas bien pourquoi on est là, mais quoiqu’il en soit ils te toucheront pas. Demain on dormira bien au chaud dans notre lit, je te le promets.

Et je comptais bien la tenir cette promesse. La première que je faisais à quelqu’un d’autre que Gwen. Le temps passait et au final les deux espèces d’hurluberlus débarquèrent et évidemment le premier que le grand brun aux yeux d’acier vient voir, c’est moi. Mon petit spectacle lui a plu, et il me promet de jolies tarentules si je venais à hurler davantage, ce qui je dois bien avouer, me calme un peu. Et du coup, je le laisse silencieusement faire sa ronde, tout en m’assurant qu’il ne touche pas un cheveu de Seung Joo, bien qu’étant pétrifié à l’idée de voir le contenu de ce sachet maudit déversé sur moi. Leur passage semble durer une éternité, et une fois fait ils s’en vont, la porte restant entrouverte. Les gens commencent à tenter de se détacher, et moi je ne fais rien, trop craintif en cas de représailles. Et puis, au fond de moi, je trouvais ça trop beau pour être une réelle opportunité de nous en tirer, et je ne voulais pas qu’en mon absence un sale truc se passe ici. En bref, je laissais les gens se démerder, tout en ayant au fond de mon crâne son horrible phrase qui retentissait en boucle dans ma tête « le sac de tarentules dans l'autre pièce et je te le renverse sur la tronche ». Ce qui m’ôtait à chaque fois le courage que je réussissais à trouver.

_________________
SIGMA NUENZO MILLER
King of the jungle, kkomadeul jaerongjanchireul meomchwo, bunwigineun beolsseo mureuigeotgo, sunsikgane gaekseogeul jeongbok.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Perso Crossover
Disponibilité pour RP : Oui
Featuring : Ariana Grande
DC : Lwyn Sein Zaw
Audrey K. Cobb

Messages : 95
Who I am? : Une jeune fille vivant à Miami, chez sa maman, mais qui parfois vient voir son papa à Boston.
People around me : Plein d'amis, mais principalement à Miami !


What I've done : //
Where I'm going : //
Social Network : //
CellPhone : //
Relations : Un beau Pi Sigma répondant au doux prénom de Sasha ♥︎
Date d'inscription : 21/06/2015
MessageSujet: Re: Event Halloween 2015 (Réservé aux Inscrits)    Mer 25 Nov - 11:42

Interaction: un peu tout le monde
Mentions: Nathan, Sasha, Chris, Sarah, Iris, Anastasia, Cazey, Aria, Kyaw

HRP: Je suis désolée, Jewel ne parle pas beaucoup mais elle ne connait presque personne déjà, puis elle est flippée Rolling Eyes

Dans cette cave, les personnes présentes ne cessaient de crier, de s’énerver. Leurs nerfs étaient en train de lâcher alors qu’à ses côtés, Anastasia ne pouvait s’empêcher de pleurer. Jewel ne comprenait même pas comment ils pouvaient être aussi égoïstes à lui hurler dessus alors qu’elle était tout aussi terrorisée qu’eux. Certes, les sanglots d’une gamine de neuf ans pouvaient énerver, mais comme l’avait souligné le garçon, il fallait faire preuve d’intelligence et pour le coup, Iris n’avait même pas essayé de réfléchir. Peut-être que si elle lui avait dit qu’effectivement, Kyaw était un genre de Chuck Norris asiatique qui n’a peur de rien et qui comptait venir les sauver, elle aurait fini par attendre et peut-être même se taire. Ca l’aurait sans doute rassuré. Jewel savait qu’elle n’était pas débile, mais juste profondément méchante. Voir sa soeur effrayée devait lui procurer un plaisir sans nom et se comporter comme une soeur, pour une fois, plutôt que comme une sale garce, ça n’aurait pas été du luxe. Elle aussi avait envie de pleurer face au désespoir, mais elle essayait tant bien que mal de rester forte, au moins pour rassurer un peu Anastasia. Si elle commençait à voir tout le monde avec les yeux remplis de larmes, ça n'allait surement pas la calmer et après tout, c'était un peu de sa faute si elles se retrouvaient ici. Si Jewel avait fait un peu plus attention, peut-être qu'elles n'en seraient pas là. Si Jewel avait décidé de rester chez elle aujourd'hui, à attendre gentiment que son père revienne et profiter de lui, plutôt que de vouloir aller faire un tour en ville avec cette petite gamine de neuf ans.

Il y a deux ans, Jewel se trouvait un peu dans le même genre de situation, à la même date. A croire que Halloween lui portait vraiment malheur. La différence, c'est que cette fois-là, il y avait Sasha avec elle, et même Nathan. Au fond, elle ne voulait pas qu'ils se retrouvent ici, avec elle parce que ça voudrait dire qu'ils risquaient aussi leur vie, mais il fallait quand même admettre que ça aurait été un peu plus rassurant de les savoir pas loin. Ici, Jewel ne connaissait qu'Iris et Anastasia. L'une était trop petite pour lui apporter un quelconque soutien, et l'autre, elle ne pouvait pas la voir en peinture. A cette pensée, la jeune McCoy ressentit un sentiment de solitude. La différence, c'est que cette fois-là, il y avait Sasha avec elle, et même Nathan. En entendant les sanglots d'Anastasia à côté d'elle, Jewel tourna le visage. Elle aurait aimé la prendre dans ses bras, mais les liens qu'elle avait ne lui permettaient pas. Elle lui adressa un sourire qui se voulait rassurant, mais le manque d'envie de sourire prenait le dessus. Elle essayait vraiment d'être convaincante, mais en vain.

Jewel essayait tant bien que mal de faire preuve de sang-froid et plus elle y pensait, plus elle sentait l'angoisse l'emporter sur son optimisme. A chaque fois, elle gardait en tête qu'on ne pouvait pas s'en sortir deux fois d'un évènement pareil. Dans son dos, elle cherchait à défaire ses liens, mais ça restait du plastique et elle n'avait pas encore l'habitude de se balader avec un couteau dans sa poche. Peut-être qu'elle devrait y songer, la prochaine fois qu'elle sortirait. Elle tentait malgré elle de les défaire partagée entre l'énervement, mais aussi la peur. Qu'allait-il se passer si ces gens voyaient qu'elle avait réussi à se libérer ?

La porte s'ouvrit sur deux personnes qui semblaient, physiquement, tout à fait normaux. Par contre, leur comportement disait tout le contraire. Lui avait une arme à feu dans ses mains et à la vue du fusil, Jewel avait juste envie de réussir à se lever et de se barrer en courant ce qui n'était pas plus intelligent. La jeune fille sentait ses membres trembler comme une feuille à l'idée qu'elle pourrait se prendre une balle perdue ou non. Avec beaucoup de chance, pour cette fois-ci, ni l'un ni l'autre ne fit attention à elle et ce n'était pas pour lui déplaire. En les voyant partir, Jewel était loin de s'attendre à ce que la fille prononce un prénom qui mit tous ses sens en alerte. Pas sûre d'avoir bien compris, elle demanda à qui voulait bien lui répondre -"Elle a dit Sasha ? J'ai pas rêvé, elle a bien dit Sasha ?" Peut-être que quelqu'un d'autre ici connaissait un Sasha et qu'elle ne parlait pas du sien, mais ça serait un hasard auquel elle ne croyait pas et en croisant le regard d'Iris, elle comprit que ce prénom la concernait. Jewy ne savait pas la raison pour laquelle cette folle avait cité des prénoms. Etaient-ils là, eux aussi, dans une autre pièce ? Qu'allaient-ils leur faire ? Et puis pourquoi eux ? Toutes ces questions fusaient dans sa tête, sur le point de la rendre totalement folle et hystérique.

Ce qui aidait véritablement Jewel à positiver dans cette situation était probablement le fait que ses proches croyaient beaucoup plus qu'elle à cette situation, que tout allait bien se passer et que ces deux malades allaient se faire arrêter et finir en prison (ou en HP). Elle voulait revoir ses parents, ses amis. Elle voulait même revoir son frère et lui dire qu'au fond, elle est sincèrement désolée d'avoir un peu bousillé sa vie, bien qu'elle n'y soit directement pour rien. Elle voudrait aussi revoir Sasha et lui dire qu'elle l'aime profondément. L'idée de peut-être le revoir l'aidait beaucoup à garder un petit peu d'espoir, peut-être parce que ça ne pouvait pas se terminer aussi vite, elle aurait voulu profiter un peu plus des moments qu'elle passait avec lui depuis un peu plus de cinq mois, alors non ça ne pouvait pas s'arrêter maintenant. A cette pensée, elle sentait les larmes lui monter qu'elle essayait de retenir. Le regard vide, elle laissait ses pensées s'emparer d'elle, puis relevait les yeux vers ces gens qui, elle ne savait trop comment, avaient réussi à se libérer. Peut-être était-ce une bonne nouvelle ? Peut-être pas. La balance penchait une fois d'un côté, une fois de l'autre et la jeune demoiselle ne savait que trop se dire, si ce n'est qu'elle voulait sortir d'ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Event Halloween 2015 (Réservé aux Inscrits)    

Revenir en haut Aller en bas
 
Event Halloween 2015 (Réservé aux Inscrits)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Halloween 2015
» EVENT: Halloween Wedding [public]
» Event Halloween • Trick or Treat
» Event Halloween : 1ère Etape
» Event Halloween : 3ème Etape

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life in Boston rpg :: Corbeille :: Archives :: Events :: Event Halloween 2015-
Sauter vers: