AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Demande de partenariat
Ven 26 Fév - 20:51 par Invité

» 16.02.16 - LE FORUM FERME SES PORTES.
Jeu 18 Fév - 15:51 par Miss Petunia Garner

» Flash | ft. Lily-Rose Rivest
Lun 15 Fév - 21:05 par Lily-rose F. Rivest

» Never say goodbye because saying goodbye means going away and going away means forgetting (Ninette ♥︎)
Lun 15 Fév - 20:27 par Isobel W. McCoy

» Mon Voisin Du Dessus (MVDD)
Dim 14 Fév - 17:55 par Invité

» À quoi te fait penser ce mot
Dim 14 Fév - 17:55 par Invité

» Le changement, c'est maintenant !
Dim 14 Fév - 12:18 par Shivani K. Shukia

» Une rose à dix
Dim 14 Fév - 12:11 par Isobel W. McCoy

» L'horloge parlante
Dim 14 Fév - 12:10 par Isobel W. McCoy

Points confréries
Delta Upsilon — 825 pts
Kappa Pi — 777 pts
Sigma Nu — 535 pts
Delta Gamma — 510 pts
Pi Bêta Phi — 300 pts
Thêta Xi — 60 pts
Vidéo

Partagez | 
 

 " Savez-vous que le silence fait un bruit assourdissant et que le vide prend toute la place ? - Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: " Savez-vous que le silence fait un bruit assourdissant et que le vide prend toute la place ? - Libre    Jeu 22 Oct - 23:38

En fin de semaine, Iris était censée faire son sac et préparer ses affaires pour retourner chez ses parents. Le problème, c’était qu’elle n’était que censée et non pas obligée. De toute façon, c’était son père qui avait convenu qu’elle revienne les weekends chez eux, et lui alors ? Lui, il ne revenait qu’en semaine, de temps en temps, mais même s’il avait décidé de lever le pied, elle ne le voyait pas plus qu’avant alors à quoi bon ? Comment pouvait-il l’obliger de revenir alors que lui ne le faisait même pas. Elle allait rentrer, devoir supporter les rires, les cris et les pleurs de sa petite soeur, elle devrait sans doute aussi supporter les critiques et demandes de sa mère alors qu’elle ne supportait même plus son timbre de voix et puis à côté de ça, Liza resterait enfermée dans sa chambre pour bosser ses cours et au final, Iris subira la frustration d’être revenue pour rien. Oh, l’école et les confréries ne se trouvaient pas très loin, mais quand même.

Le vendredi, Iris finissait normalement dans les alentours de 16h. En dernier cours, elle avait photographie, mais bien souvent, elle évitait de s’y rendre. Elle s’en foutait pas mal de prendre des photos de quiconque et ne comprenait même pas comment on pouvait voir de l’art dans cette discipline. Il suffisait juste d’appuyer sur un bouton, de bien viser et c’était tout. Après ça, ces mêmes personnes se disaient artistes. Ben voyons. Iris ne se sentait pas du tout artiste alors qu’elle passait parfois son temps à mettre sur papier ce qu’il se passait réellement dans sa tête et encore. C’était toujours plein de couleur, un peu n’importe où, n’importe comment alors qui pouvait vraiment comprendre ? A part peut-être qu’elle serait susceptible d’avoir une âme d’enfant. Ces enfants qui rêvent de couleurs, de jolies choses. Des petites têtes remplies de fantaisie alors que c’en était pas le cas pour la jolie blonde. Elle représentait ça à sa manière, donc qui pourrait vraiment l’interpreter, à part peut-être quelqu’un qui arrivait à lire ce qu’il s’y passait vraiment. Peu de gens pouvaient avoir cette prétention. A la fin de son dernier cours du matin, la jeune fille était repassée par son casier pour prendre ce dont elle avait besoin pour le weekend et puis avait filé jusqu’à la confrérie. Pas la moindre envie de s’apprêter à rentrer chez elle, Iris avait préféré user son temps à commencer ses devoirs en attendant que le temps passe. Elle ne savait pas vraiment ce qu’elle attendait, mais au final, elle arrivait à se poser calmement et à se concentrer.

Après deux heures, la demoiselle décida de mettre tout ça de côté et de le troquer avec un bloc de dessin et des pastels. Iris ne supportait pas le simple crayon qu’elle trouvait mort et trop simple. Elle voulait de la couleur, elle voulait quelque chose de plus vivant avec un résultat qui marquait les esprits plutôt qu’un simple crayon dont le trait et la technique était beaucoup plus calme. Iris ne dessinait pas pour faire de l’art. Elle n’avait aucun espoir et ne prétendait pas avoir du talent pour le dessin. En réalité, elle faisait ça lorsque intérieurement elle criait. C’était une façon comme une autre de la calmer et de lui faire passer le temps. Tourmentée, elle aimait s’enfermer dans une bulle où peu de gens avaient accès. Ils pouvaient l’en sortir, ils pouvaient aussi la faire revenir les pieds sur terre, mais certainement pas savoir ce pourquoi elle voulait rester enfermée dans cette bulle, avec sa musique dans le casque et les yeux rivés sur la feuille de dessin. Finalement, elle quitta la chambre pour se rendre dans un lieu où elle n’allait que rarement. Là où peu de monde viendraient lui demander ce qu’elle dessine. Là où on viendra peut-être lui taper la discussion, mais sans aucun intérêt pour son dessin, ce qu’elle espérait, pas franchement ouverte à l’idée d’expliquer pourquoi ou pour qui.

Sur le chemin, son iphone s’éteignit par manque de baterie. Elle s’en fichait un peu au fond. Sa mère lui enverrait une succession de messages, alors qu’elle ne répondrait à aucun. Savoir où elle est, ce qu’elle fait, quand compte-t-elle rentrer: ça avait le don de l’énerver encore plus. Kyaw comprendrait certainement que son téléphone est éteint, tout comme Marine sans doute, quant aux autres, qu’importe. Elle s’en foutait totalement. Elle continua son chemin jusqu’à cet endroit entouré de nature et de calme, mais aussi de cette grande étendue d’eau qu’était le Lac de Boston. Des mères promenaient leurs enfants en poussette, alors qu’Iris n’y fit même pas attention. Pas du genre à être attendrie, elle préférait se perdre dans ses couleurs et il en était de même pour ces hommes qui voulaient se montrer atlétiques en avançant au pas de course. Certains se retournaient vers elle dans l’espoir qu’elle y fasse attention, mais même pas. Son dessin était beaucoup plus captivant. De plus, elle sortait tout juste d’un moment tempéteux avec l’homme qu’elle avait accepté d’épouser et même si pour eux, ce mariage ne valait absolument rien, elle n’avait jamais ressenti autant de frustration et de vide que ces quelques jours sans nouvelle de Kyaw, à lui en vouloir pour une connerie dont elle culpabilisait encore. Elle savait maintenant qu’elle avait un effort à faire, ou simplement qu’elle devait garder la tête froide et hors de l’eau. Ordinairement, elle ne croit en rien aux dires de Clemy, mais cette fois-là, sans doute était-ce la fois de trop, elle avait sans doute préféré garder un semblant de vie privée sans pour autant en apprendre d’autres sur Kyaw, qui n’auraient même pas dû l’atteindre. Elle le voulait juste pour elle et l’idée qu’on l’associe avec un ELLES l’avait mise hors d’elle. Aujourd’hui, ils avaient discuté, ils en avaient parlé et c’était derrière eux. Iris savait qu’elle n’avait pas à démarrer au quart de tour, surtout si ça venait des articles pourris de cette blogueuse.

Assise sur ce banc, en face de cette grande étendue d’eau, elle se laissait aller avec sa musique sur ses oreilles. Plus rien ne l’atteignait vraiment, sauf peut-être ce quelqu’un qui, une fois de plus, viendrait percer sa bulle qui la rend si paisible et si calme.
Revenir en haut Aller en bas
 
" Savez-vous que le silence fait un bruit assourdissant et que le vide prend toute la place ? - Libre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Savez-vous ce qu'est un homme DVD ?
» Vous m'avez fait trop mal.
» Savez-vous ce que fait un clown quand il s'ennuie ...? Bang bang.
» Pensez-vous que Keldeo fait partie des mousquetaires?
» Rendez-vous au fond de la forêt

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life in Boston rpg :: Corbeille :: Archives :: Rp's terminés & Abandonnés :: Rp's abandonnés-
Sauter vers: