AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Demande de partenariat
Ven 26 Fév - 20:51 par Invité

» 16.02.16 - LE FORUM FERME SES PORTES.
Jeu 18 Fév - 15:51 par Miss Petunia Garner

» Flash | ft. Lily-Rose Rivest
Lun 15 Fév - 21:05 par Lily-rose F. Rivest

» Never say goodbye because saying goodbye means going away and going away means forgetting (Ninette ♥︎)
Lun 15 Fév - 20:27 par Isobel W. McCoy

» Mon Voisin Du Dessus (MVDD)
Dim 14 Fév - 17:55 par Invité

» À quoi te fait penser ce mot
Dim 14 Fév - 17:55 par Invité

» Le changement, c'est maintenant !
Dim 14 Fév - 12:18 par Shivani K. Shukia

» Une rose à dix
Dim 14 Fév - 12:11 par Isobel W. McCoy

» L'horloge parlante
Dim 14 Fév - 12:10 par Isobel W. McCoy

Points confréries
Delta Upsilon — 825 pts
Kappa Pi — 777 pts
Sigma Nu — 535 pts
Delta Gamma — 510 pts
Pi Bêta Phi — 300 pts
Thêta Xi — 60 pts
Vidéo

Partagez | 
 

 Le monde est un grand bal masqué [ Edward ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Le monde est un grand bal masqué [ Edward ]   Lun 5 Oct - 22:54



       
       Edward & Lys
       Le monde est un grand bal masqué

   
A
llongée sur mon lit, je repensais à ma journée, et à ce que j'avais pu voir. J'avais vu de nombreuses choses, mais ce qui tournais en boucle dans mon esprit, c'était cette image d'un jeune homme de ma confrérie en cours de théâtre. Il était mignon certes, mais ce n'était pas ce qui avais retenu mon attention. C'était plutôt la lueur de détresse au fond de ses yeux, alors qu'il récitait son texte quand c'était son tour. Il rencontrait tellement de difficulté à le réciter, alors que je savais pertinemment qu'il le connaissais, l'entendant parfois le soir le récitait, à la perfection, même si sa voix n'avais pas encore le ton voulu. Mais le fait était là, il connaissais son texte, sur le bout des doigts. Je l'aurais parié !

Nous étions aussi tous deux en Senior Year, et les seules choses que je connaissais de lui, c'était son nom et son prénom, ainsi que l'option qu'il avait choisis, étant donné que nous avions la même. Mais aussi sa confrérie. Mais ça ce n'étais pas bien compliqué, même si je n'avais intégré les Theta Xi qu'il n'y a peu de temps. Nous ne sommes tout bonnement que quatre dans ce bâtiment immense, ancien, marqué par la présence de brillants élèves qui ont fait la fierté de l'école. En en devenant la chef, j'espérais moi aussi laisser ma trace au sein de cette élite.

La journée avait était épuisante, les profs exaspérants, et la classe tellement bruyante. Alors que je n'aspirais qu'à trouver le calme de ma chambre, j'avais dû me rendre à mon cours de théâtre, qui contre toute attente, fut une véritable bouffée d'air frais. Je pouvais me laisser aller complètement, devenir une autre le temps de quelques répliques, rentrant dans le personnage, portant un autre masque, laissant celui que je porte depuis trop au placard l'espace d'une heure ou deux.

Je n'avais d'ailleurs aucun mal à me mettre dans la peau d'un autre, car depuis toujours, je suis habituée à celle que ma famille veut que je sois,à être une petite personne parfaite, bien conforme aux désir de ma mère. Si j'en avais souffert étant jeune, je ne faisais pratiquement plus la différence maintenant, passant presque automatique d'un mode à l'autre. Malgré tout, j'avais réussis à savoir et rester celle que j'étais vraiment, ne laissant pas le masque dépeindre sur moi.

Ne sachant pas quoi faire, j'enfilais une légère veste, changeais mes chaussons pour une paire de mocassins confortable et tout en sortant de ma chambre, j'attachais mes cheveux en un chignon lâche. Ne sachant pas trop où se trouvais la chambre de celui que j'allais prendre sous mon aile, je passais devant les autres chambres des résidents, avant de me souvenir qu'Edward était le seul résidents masculins. Les chambres n'étant pas mixte, je changeais donc d'étage pour aller vers la seule porte où de la lumière filtrait. Discrètement je toquais à la porte, avant de l'ouvrir tout doucement.

- Coucou c'est Lys. On est ensemble en cours de théâtre, et comment dire, j'ai vu que tu avais quelques difficultés et je crois que je pourrais t'aider. Je peux entrer ?

WILDBIRD
     
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Theta Xi
Disponibilité pour RP : Oui
Featuring : Jamie Campbell Bower
Messages : 88
Who I am? : Qui suis-je ?
People around me : Qui vous-êtes ?
What I've done : Qu'est-ce qu'on fait ?
Social Network : Email
CellPhone : Téléphone
Relations : Jade : meilleure amie
Elena : Confidente

Date d'inscription : 06/07/2015
MessageSujet: Re: Le monde est un grand bal masqué [ Edward ]   Mar 6 Oct - 23:29

- Les goûts de Martha, en ce qui concerne les boissons, se sont beaucoup simplifiés, avec les années. Ils se sont…épurés. Quand je lui faisais la cour, enfin, c’est une façon de parler, n’est-ce pas ? Mais, disons qu’à l’époque où je lui faisais la cour.

Edward marqua une pause avant de poursuivre en changeant un tout petit peu le timbre de sa voix :

- Où tu me prenais, mon chéri.

Il reprit sa voix :

- Bref, lorsque je courtisais Martha, elle commandait des breuvages incroyables. Vous ne pouvez pas savoir. Dès que nous entrions dans un bar, c’était toujours la même histoire. Elle fronçait les sourcils, se torturait les méninges et, brusquement, c’était la trouvaille : par exemple un Alexandra avec de la crème de cacao frappée, des cerises à l’eau-de-vie, du rhum flambé…Une explosion, quoi !

Le jeune homme faisait également quelques gestes un peu flous face à son lit.

- C’était rudement bon. J’adorais ça.

Et il changea :

- De vrais petits cocktails pour dames.

A vrai dire, Edward semblait répéter.

- Hé ! il arrive mon alcool à brûler ?

Le ton n'était pas encore au rendez-vous mais il y avait une chose certaine, c'était qu'il connaissait par coeur tout les rôles de la pièce.

- Mais, avec les années, Martha a appris à ne pas mélanger n’importe quoi avec n’importe quoi. Maintenant, elle sait qu’on met le lait dans le café, le citron sur le poisson, et que l’alcool pur...Tiens, mon ange…est réservé à la très pure Martha.

Il leva un verre invisible au dessus de sa tête, le visage incertain :

- A votre santé.

Il abaissa de nouveau sa main, l'air un peu dépité à vrai dire. En ce moment même, il était néanmoins ravi de ne pas avoir de colocataire dans sa chambre d'internat. Par coeur...A la virgule près, il connaissait chaque page, chaque ligne, chaque mot de cette pièce déjà si populaire qu'était "Qui a peur de Virginia Woolf ?". Il pourrait jouer la pièce à lui tout seul, ce n'était pas un soucis. Mais aujourd'hui encore, à son cours d'option de théâtre, il n'y était pas parvenu. Le regard du prof le parcourait à chaque fois comme un rayon laser dans le gosier. C'était à la fois frustrant et dommage. Mais d'un autre côté, c'était un peu pour cela qu'Edward avait choisit cette option. Il savait très bien quel était son gros défaut et avait espérer pouvoir "s'autosoigner" avec une option théâtre. Il se disait qu'avec un peu d'effort, sa timidité disparaîtrait. Peine perdue...Mauvais calcul. La timidité n'était pas acte de volonté. C'était instinctif. C'était comme demander à l'éléphant de ne pas craindre la souris alors qu'il sait très bien que le dit rongeur ne pourra jamais lui faire du mal.

Le jeune homme soupira et se laissa tomber sur son lit. Il fixait le plafond désormais, dans sa chambre toujours aussi bien rangée, si on ne comptait pas peut-être le grand nombre de livre qui se trouvait sur son bureau. Quand il s'imaginait à son cours de théâtre, en train de tout réciter à la perfection devant une foule de personne, ça paraissait tellement bien, mais ça ne restait qu'un fruit de son imagination. Si les choses étaient si simples, il n'aurait sans doute pas eut besoin de prendre cette option là. Avoir une mémoire absolu, être un intello du lycée, oui mais à quoi bon si on était pas capable de réciter un texte devant des gens ? Bon, les deux domaines étaient séparés par un ou deux univers au moins. Mais au final, Edward aurait espéré se servir de l'option théâtre pour se relâcher un peu et penser à autre chose que son gros cerveau. Le jeune homme glissa un bras sous sa tête, ses yeux bleus fixant un point invisible sur le plafond. Il ne se plaignait pas de sa vie. De sa nouvelle vie, ici, à Boston. Il était premier de la classe, il était parvenu à se faire des amies, de jolies amies en plus et le simple fait d'être parvenu jusqu'en Amérique pouvait être considéré comme un exploit. Quand il repensait à son père qui ne s'en sortait pas dans l'alcool, il se disait tout de même que des deux, le jeune avait finalement été le plus fort. Devait-il seulement s'en vanter ?

Edward pivota son visage vers la petite table de nuit qui se trouvait juste aux côtés du lit, fixant la photo d'une femme, bien à l'abri dans un cadre. Son regard devint un temps un mélange de nostalgie et de tristesse. Il y avait des jours où il aurait sans doute aimé croire en Dieu. Ca l'aurait probablement réconforté pour sa mère disparu et même son propre avenir. Mais Edward était un garçon rationnel, comme sans doute beaucoup de tête d'ampoule comme lui. Et il ne croyait pas plus en Dieu qu'aux miracles. "Certains ratés ne peuvent pas supporter la valeur et le mérite des autres. La faiblesse, le vice et la médiocrité ont horreur de la force, de l’innocence et de la bonté." Eh bien, voilà une réplique de la pièce qui tombait étrangement bien dans son esprit. Mais autre chose coupa soudainement net le cours des pensées du jeune homme. En effet, quelqu'un venait de toquer à sa porte.

- Oui ? lança Edward presque automatiquement.

Il s'empressa alors de se relever au moment où la porte de la pièce s'entrouvrit. Un petit minois féminin fit son apparition dans l'ouverture. Intrigué, Edward, avec le peu qu'il voyait pour l'instant, ne pouvait pas vraiment la distinguer davantage, jusqu'à ce qu'il entende les paroles de la jeune fille :

- Coucou c'est Lys. On est ensemble en cours de théâtre, et comment dire, j'ai vu que tu avais quelques difficultés et je crois que je pourrais t'aider. Je peux entrer ?

Eh bien, il semblerait que son soucis ne soit pas passé dans l'oeil d'un aveugle. Lys ? Lys N. Gurney ? La chef de la confrérie ? Si Edward s'attendait à sa venue...Mais il se souvint effectivement de son visage, de la personne qu'elle était durant le cours de théâtre. Comment pouvait-il l'oublier après tout ?

- Oh euh, oui bien sûr, répondit alors le jeune homme.

Edward observa alors la demoiselle qui pénétra sa chambre. C'était bien la première fois que quelqu'un d'autre que lui franchissait cette porte. Ca faisait assez bizarre d'ailleurs. Il n'avait pas pour habitude d'avoir de la compagnie dans la soirée. Mais il n'était pas contre pour autant. Quand la jeune fille aux cheveux attachés en chignon s'avança dans son antre, le TX lui afficha un sourire amical.

- Salut Lys, fit-il finalement, je ne m'attendais vraiment pas à ta visite, c'est une surprise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le monde est un grand bal masqué [ Edward ]   Sam 17 Oct - 18:03



       
       Edward & Lys
       Le monde est un grand bal masqué

   
U
ne petite voix m'offrait de rentrer dans la chambre, ce que je fis.

-Coucou c’est Lys. On est ensemble en cours de théâtre, et comment dire, j'ai vu que tu avais quelques difficultés et je crois que je pourrais t'aider. Je peux entrer ?

La même voix, plus posée, me répondis :

- Oh euh, oui bien sûr.

Tandis que je rentrais, je vis qu’Edward m’observais discrètement, du coin de l’œil. Je lui adressais alors un sourire doux, amical, pour le mettre en confiance. Alors que je m’approchais du lit, le jeune homme repris la parole :

- Salut Lys, je ne m'attendais vraiment pas à ta visite, c'est une surprise.

Prenant une voix douce, je lui répondis :

- Ne t’en fais pas, il n’y a rien de grave dans ma venue. Comme je te l’ai dis avant d’entrer, j’ai remarqué que tu avais eu quelques difficultés cette après-midi, lors de la répétition au club de théâtre. Et, je pense que je peux peut-être t’aider !  

Je fis alors une pause, en profitant pour regarder le jeune homme, qui ne semblais décidément pas savoir comme j’allais pouvoir l’aider. Lui laissant un peu de temps pour réfléchir, je regardais brièvement autour de moi, histoire de voir ce à quoi sa chambre pouvait bien ressembler. Les chambres de la confrérie, toute sur le même modèle, n’étaient jamais identiques : il y avait ceux qui ne modifiait rien à la pièce, ceux qui emportait toute leur maison ou ceux qui empiétaient sur l’espace de l’autre quand les chambres étaient double. La chambre d’Edward était parfaitement bien rangé, et surtout remplis de livres : il y en avais tout un tas sur le bureau, rangé sans véritable sens, comme s’ils avaient été posé comme cela dessus. Je vis même parmi eux quelques bons livres que j’avais bien aimé.

Je me retournais alors vers mon frère de confrérie et lui demandais d’un signe de la tête si je pouvais prendre place sur le bout de son lit. Je lis hocher de la tête et m’installer sur le bord du lit, non loin du pied de lit, laissant mes grandes jambes s’étiraient par terre. Je me tournais alors de nouveau vers lui, lui adressant un léger sourire avant de reprendre la parole, afin de répondre à la question que je lisais en lui :

- Je ne peux pas te confirmer que je vais faire de toi un dieu du théâtre comme ça, mais bon. Je sais très bien que tu connais parfaitement ton texte. Non, je n’écoute pas à ta porte tous les jours dans le but de tout savoir de ta vie. Mais c’est juste que plusieurs fois le soir, alors que je me baladais dans la conf, je t’ai entendu réciter la pièce du moment ou je ne sais quoi d’autre. Même si c’est vrai que tu es parfois un peu à côté de la plaque dans ton jeu, dans ta façon de réciter le texte, le fond est là au moins. Mais ce pourquoi je veux t’aider, c’est pour ta peur de réciter devant les autres.

Petite pause, on reprends sa respiration, et on enchaîne face au Theta Xi qui semblais me regarder avec de grands yeux maintenant. A moins que ce ne soit son regard naturel et que je n’y ai jamais fait attention !

- Tu n’as pas de soucis de mémoire, ça c’est sur. Mais je pense que tu as juste la trouille de réciter devant les autres non ? Si c’est ça, je suis déjà passé par là, et comme tu as pu le voir cette après-midi, j’en ai finis avec cette peur. La peur me pousse, me donne des ailes, et me permet de me donner à 200% dans mon rôle. Tu ne dois pas la laisser te contrôler, mais plutôt la laisser te pousser pour te surpasser. C’est dur je sais, mais il faut transformer ce stress négatif en putain de stress positif. Ok ?  

Je me relevais alors, cherchant des yeux le script de la pièce en cours. Nous ne jouions pas ensemble, et bien entendu, je ne connaissais pas toutes les répliques de la pièce.

- Dis, tu aurais sous la main la pièce que l’on joue en ce moment ? J’ai oublié mon exemplaire dans ma chambre, et j’ai envie de voir comment tu te débrouillerais face à moi. D’accord ?

WILDBIRD
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Theta Xi
Disponibilité pour RP : Oui
Featuring : Jamie Campbell Bower
Messages : 88
Who I am? : Qui suis-je ?
People around me : Qui vous-êtes ?
What I've done : Qu'est-ce qu'on fait ?
Social Network : Email
CellPhone : Téléphone
Relations : Jade : meilleure amie
Elena : Confidente

Date d'inscription : 06/07/2015
MessageSujet: Re: Le monde est un grand bal masqué [ Edward ]   Sam 17 Oct - 20:25

Lys. C'était un incroyable joli nom. Trois lettres, une fleur. Un nom évoquant l'une des plus belles fleurs du monde, à la fois beau, doux et très simple. Edward ne savait pas encore si ça correspondait parfaitement avec la jeune fille qui le portait. Il savait qu'elle n'était pas mauvaise et la raison de sa venue ici inspirait même la bonté à l'état pur. Il ne pouvait pas en dire autant pour lui. Edward. Ca sonnait trop snob, il n'était pas du tout correctement représenter. Heureusement qu'il ne prenait pas part à ce genre de détail. Edward ne prenait que rarement en compte les détails qui le concernait. Mais il aimait bien en apprendre sur les autres rien qu'en les observant et les écoutant. Il se demandait alors s'il pouvait en avoir appris beaucoup rien qu'avec le prénom de cette demoiselle. Son sourire en tout cas, correspondait déjà bien. Edward était pas mécontent de cette visite. Il suivait la jeune fille du regard lorsque celle-ci pénétra son antre fermer à tous, comme toutes les chambres. Après tout, les chambres, chez les jeunes, c'était un espace important. Un lieu d'intimité et de repos. C'était la tanière du loup, le bunker du soldat, le terrier du lapin. Les adolescents les plus rebelles laissent à peine les gens passer devant leur porte. Ce n'était pas le cas du jeune TX. Si personne n'avait encore franchit cette porte, c'était juste parce que personne n'avait de raison de le faire et sans doute aussi parce qu'il avait encore peu de contact au sein du lycée. Ca le gênait un peu d'avoir été pris au dépourvu de la sorte. Il aurait sans doute rangé ses livres s'il avait su que quelqu'un allait venir. En tout cas, il n'aura jamais de problème avec les inspections de miss Garner, ça c'était certain !

- Ne t’en fais pas, il n’y a rien de grave dans ma venue. Comme je te l’ai dis avant d’entrer, j’ai remarqué que tu avais eu quelques difficultés cette après-midi, lors de la répétition au club de théâtre. Et, je pense que je peux peut-être t’aider ! annonça alors la chef de sa confrérie.

Edward ne doutait pas une seule seconde qu'il n'y avait rien de grave. Que pouvait-on reprocher à ce jeune homme ? Il faisait partie de ce qu'on appelait simplement "les élèves modèles". Il ne le faisait pas vraiment exprès. C'était pas valable pour tout les TX. Il pouvait très bien exister des élèves premiers de la classe qui soient rebelles. Edward haussa un temps les sourcils en baissant le regard vers le sol. Il doutait de la confiance que se portait la jeune fille. Il n'avait pas trop honte qu'elle connaisse son point faible. Tout le monde avait dû le voir durant le cours ! Mais elle. Elle, elle était venu le voir pour l'aider à remédier à tout ça. Edward soulignait avec importance la solidarité dont elle faisait preuve.

- Tu sais, moi aussi j'essaye de m'aider, répondit-il sur le ton de l'humour, désolé, si j'avais su que tu venais, j'aurais un peu mieux arrangé l'endroit.

Il avait ajouté cela en se rendant compte que Lys parcourait d'un regard attentif l'environnement dans lequel vivait le jeune homme. Elle s'était attardé un temps sur les livres rangé un peu n'importe comment sur le bureau. Il y avait autant de roman, du Guide du Voyageur Galactique au Seigneur des Anneaux, que de manuels scolaires de mathématiques ou de français, que d'ouvrages scientifiques sur l'univers et les mystères de la vie. Mais sur une étagère se trouvait encore plus de livres qui traitaient d'un peu tout les sujets, mais qui étaient au moins bien rangé.
CLIC:
 

Lys demanda ensuite silencieusement à Edward si elle pouvait s'asseoir sur le lit et le jeune homme lui donna son accord d'un gracieux signe de tête. Sinon, il y avait aussi la chaise du bureau si elle souhaitait. Edward se contenta de mettre ses mains dans ses poches, debout, à la regarder, ou plutôt, à l'interroger du regard.

- Je ne peux pas te confirmer que je vais faire de toi un dieu du théâtre comme ça, mais bon. Je sais très bien que tu connais parfaitement ton texte.

Edward s'étonna un peu de cette révélation. Comment pouvait-elle savoir cela alors qu'il faisait passer tout autre lors des cours de théâtre ? Lys s'empressa cependant de s'expliquer :

- Non, je n’écoute pas à ta porte tous les jours dans le but de tout savoir de ta vie. Mais c’est juste que plusieurs fois le soir, alors que je me baladais dans la conf, je t’ai entendu réciter la pièce du moment ou je ne sais quoi d’autre.

Effectivement, et c'était pour éviter justement que quelqu'un ne lui tombe dessus qu'il avait finit par faire ce genre de leçon dans sa chambre. Edward hocha la tête, affirmant ces dires.

- Même si c’est vrai que tu es parfois un peu à côté de la plaque dans ton jeu, dans ta façon de réciter le texte, le fond est là au moins, poursuivait la jeune fille.

Edward se passa une main derrière la nuque, bien mal à l'aise. Bon sang, ce qu'il devait avoir l'air stupide lorsqu'il récitait ! C'était justement parce qu'il croyait ce genre de chose qu'il avait tant de mal à l'exprimer en public.

- Mais ce pourquoi je veux t’aider, c’est pour ta peur de réciter devant les autres, termina Lys.

- Ca alors c'est vraiment gentil de ta part Lys, répondit le jeune homme souriant en croisant les bras, c'est assez inattendu, je ne sais pas quoi dire. On dirait que tu m'as bien cerner. J'espérais être invisible aux yeux des autres durant le cours. En fait, c'est un peu le cas, sauf que je ne l'ai pas été pour toi on dirait. Mais moi je me demande si ça peut s'arranger aussi facilement que tu le penses.

Edward savait très bien ce qui ne clochait pas avec lui. Bien trop timide. On ne s'en rendait pas toujours compte avec lui. Il pouvait être timide avec certaines personnes et pas du tout avec d'autres. Conscient de ce "handicap", Edward n'a cependant jamais vraiment pu trouver de solution pour résoudre ce problème. Sauf le cours de théâtre, qu'il espère du moins. Il avait même lu "La timidité : étude psychologique et morale" de Ludovic Dugas, se disant que plus il était informé sur un problème, plus il avait de chance de le résoudre. Ce n'était pas encore le cas.

- Tu n’as pas de soucis de mémoire, ça c’est sur. Mais je pense que tu as juste la trouille de réciter devant les autres non ? Si c’est ça, je suis déjà passé par là, et comme tu as pu le voir cette après-midi, j’en ai finis avec cette peur, fit la jeune fille avec entrain.

A nouveau, Edward hocha la tête, approuvant ce qu'il pouvait constater en tout cas. En effet, Lys n'avait pas de problème durant le cours de théâtre. Pas de ce côté là à vrai dire. Ce petit rien qui l'a rendait admirable aux yeux d'Edward.

- Trouille, répéta-t-il, c'est un peu ça. Disons pour être précis que je suis quelqu'un de timide. C'est ce qui pose problème. La timidité désigne une forte réserve, un repli sur soi, une gêne intense, voire un sentiment d'insécurité, que certaines personnes expérimentent lorsqu'elles se trouvent au contact de leurs semblables. Ca reste...Un peu différent de la vraie peur...Mais je t'en prie continue !

Elle n'avait peut-être pas besoin qu'il lui récite le dictionnaire. Comme toujours, par moment, il ne pouvait pas s'en empêcher ! Embarrassé, il demanda à Lys de poursuivre ce qu'elle était en train de dire.

- La peur me pousse, me donne des ailes, et me permet de me donner à 200% dans mon rôle. Tu ne dois pas la laisser te contrôler, mais plutôt la laisser te pousser pour te surpasser. C’est dur je sais, mais il faut transformer ce stress négatif en putain de stress positif. Ok ?

Edward haussa les épaules, peu convaincu.

- Théoriquement, ça se maintient. Mais si c'était aussi simple, je pense que je n'aurais plus de soucis depuis un bon moment. Je vais te dire un truc, si j'ai choisis l'option théâtre dans ce lycée, c'est bien parce que j'espérais que ça allait m'aider à vaincre ce stress instinctif. Je l'espère toujours d'ailleurs. Je me suis dis que je verrais bien en fin d'année si j'ai fais des efforts.

- Dis, tu aurais sous la main la pièce que l’on joue en ce moment ? J’ai oublié mon exemplaire dans ma chambre, et j’ai envie de voir comment tu te débrouillerais face à moi. D’accord ? demanda la jeune fille en s'étant levé du lit et parcourant des yeux la chambre.

Edward ne l'avait pas avec lui quand il récitait, puisqu'il l'avait dans la tête. Ce livre était cependant quelque part ici, peut-être dans le bazar qui traînait sur le bureau.

- D'accord...répondit le jeune homme, toujours sans grand enthousiasme à l'idée de faire ses preuves.

Edward retrouva assez rapidement le script de la pièce, bien caché en dessous des autres qui prônait sur le meuble. Il le tendit ensuite à Lys. Mais rien qu'à l'idée de savoir qu'il devra réciter devant la jeune fille déclencha en lui ce désir d'or et déjà de vouloir éviter la situation qui s'annonçait. Et puis, il avait déjà tenter de donner lors du cours, pourquoi ça changerait maintenant ? Comme tout bon timide qui se respecte, Edward se cherchait des excuses.

- Je me demande si ça vaut vraiment le coup, finit-il par dire, ça finira peut-être par aller mieux avec le temps.

Mais Lys semblait déterminé à ne pas le lâcher. Edward savait pertinemment qu'il s'offrait un gros manque de volonté pour essayer de ne pas être confronter à cette épreuve. Lys avait l'air tellement sûre d'elle, il se sentait tout en opposé avec elle.

- Bon...Quelle partie ? demanda t-il alors, dépité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le monde est un grand bal masqué [ Edward ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le monde est un grand bal masqué [ Edward ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le monde est un grand bal où chacun est masqué... [Akinoshi Elma]
» [Terminé] Grand bal masqué
» Grand bal masqué de l'été [collectif]
» Le monde est très grand et pleins de contrées magnifiques [Ozvan]
» Se moquer de la tête du Grand Méchant Masqué

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life in Boston rpg :: Fraternities :: Theta Xi :: Dortoir :: Chambre 1 de Edward Hoff & ...-
Sauter vers: