AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Demande de partenariat
Ven 26 Fév - 20:51 par Invité

» 16.02.16 - LE FORUM FERME SES PORTES.
Jeu 18 Fév - 15:51 par Miss Petunia Garner

» Flash | ft. Lily-Rose Rivest
Lun 15 Fév - 21:05 par Lily-rose F. Rivest

» Never say goodbye because saying goodbye means going away and going away means forgetting (Ninette ♥︎)
Lun 15 Fév - 20:27 par Isobel W. McCoy

» Mon Voisin Du Dessus (MVDD)
Dim 14 Fév - 17:55 par Invité

» À quoi te fait penser ce mot
Dim 14 Fév - 17:55 par Invité

» Le changement, c'est maintenant !
Dim 14 Fév - 12:18 par Shivani K. Shukia

» Une rose à dix
Dim 14 Fév - 12:11 par Isobel W. McCoy

» L'horloge parlante
Dim 14 Fév - 12:10 par Isobel W. McCoy

Points confréries
Delta Upsilon — 825 pts
Kappa Pi — 777 pts
Sigma Nu — 535 pts
Delta Gamma — 510 pts
Pi Bêta Phi — 300 pts
Thêta Xi — 60 pts
Vidéo

Partagez | 
 

 R.I.P to the girl you used to see Her days are over, baby she's over ♫

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: R.I.P to the girl you used to see Her days are over, baby she's over ♫   Sam 19 Sep - 22:18




Alix Holly Winchester
ID Card

Age : 18 ans
Date de naissance : 05.05.97
Lieu de naissance : Oxford, UK
Statut Civil : Célibataire
Statut Social : Trop riche
Métier/Etudes : Schizophrène, Lycée
Classe : Senior
Groupe : DG
P.I ou Scénario ? Scénario d'Iris
Avatar : Emilie Rudd
Secret envoyé : Ok Arwy
Caractère

Nom du Patient: Winchester
Prénoms du patient: Alix, Holly
Age du patient: 18 ans
Pathologie: Schizophrénie
Sexe: Féminin


Un bureau, une bibliothèque, des dossiers partout et en face de moi un homme qui parle, mais que je ne comprends pas. A ma droite, mon père et à ma gauche, ma mère qui se retient de pleurer comme si la situation était désespérée, mais c’est pas tout. Il y a aussi d’autres voix qui forment ce brouhaha dans la pièce, c’est insupportable. Mes parents écoutent ce que leur dit le médecin, mais je n’ai pas besoin de l’écouter, moi, je le vis. Je sais ce que je ressens, ce que je vis, ce que je perçois. C’est totalement différent de ce qu’il peut imaginer avec ses grandes théories. Ce psychiatre me regarde, ou plutôt m’observe. Il voit bien que je ne participe pas du tout à leur discussion, que je suis totalement ailleurs, mais j’y peux rien, il y a ces voix qui ont cette emprise sur moi et quand ça arrive, je suis ailleurs, perdue et je les écoute, elles. Un point c’est tout.

-“Voila, je ne vais pas y aller par quatre chemins, mais Alix souffre de schizophrénie de type désorganisée. Comme vous le savez peut-être, la schizophrénie est une maladie du cerveau qui affecte les pensées, les sentiments, les émotions et les comportements. C’est pas une maladie qui peut être prise à la légère, c’est chronique et c’est aussi très complexe. Guérir de cette maladie est très rare, cependant, on peut la soigner et donc arriver à canaliser les crises. Si Alix prend son traitement correctement, elle pourrait arriver à vivre comme des adolescents de son âge. Malgré tout, elle n’aura peut-être pas la même sociabilité qu’avant.”


Ce qu’il dit, je ne sais pas si c’est vrai. Par moment, je sais que je souffre de cette maladie. Ces voix, permanentes, qui murmurent tout un tas de choses, c’est à devenir fou, mais c’est tellement présent, que c’est difficile de se dire que je pourrais m’en détacher un jour. Depuis trois ans maintenant, je vis différemment. Parfois songeuse et renfermée, je reste dans mon monde où j’ai l’impression que je suis la seule à vivre, incomprise. Ma mère est stupide, elle dit que je suis devenue une adolescente à problèmes. Elle dit aussi que je fais seulement ma crise, parce que j’ai développé un mauvais caractère, une hostilité envers eux, mais évidemment, elle ramène tout à elle: c’est à cause de leur divorce. C’est ce qu’elle pense, mais si elle savait que je n’en ai rien à faire de leur divorce, parce qu’elle ne sait pas ce que je vis. Si elle était à ma place, sans doute qu’elle comprendrait qu’un divorce est totalement dérisoire comparé à ce qui me tourmente vraiment. Je n’ai jamais ramené aucun garçon à la maison, je ne lui en ai jamais présenté aucun non plus. Elle ne se rend pas compte que cette maladie détruit ma vie sociale, que ce soit familial ou avec mes amis. Je ne suis plus cette fille souriante, pleine de vie qui n’avait plus la notion du temps lorsqu’elle le passait avec Iris. Deux jumelles, disait-on: une brune, une blonde complètement différentes, mais totalement complémentaires. Iris, vous la connaissez peut-être. C’est cette jolie blonde aux yeux bruns qui, qu’importe ce qu’elle fait, reste une femme magnifique. Elle n’a pas besoin de cinq couches de maquillage pour être jolie, elle l’est naturellement. C’est aussi cette fille capricieuse, mais pleine de vie. Un tourbillon de joie, d’agressivité, de liberté. Iris, c’était ma meilleure amie avant. Sauf que les meilleures amies ne vous abandonnent pas. La mienne oui, elle est partie et n’a jamais donné signe de vie. Depuis, je suis devenue cette fille morose, froide et indifférente. Je vis comme un pantin sans cordage, je suis totalement déphasée. Je souris sans raison, j’ai un regard vide qui se dérobe. Dans mon quotidien, rien n’est normal: je ne mange pas à midi, mais la nuit je me réveille pour manger, comme si c’était normal. Je pourrais réveiller la maison avec un orchestre parce que j’ai décidé qu’il en était ainsi, que ça ne me dérangerait pas. J’enchaîne les cigarettes, parce que ça me calme, mais je suis interdite d’alcool et de drogue. La drogue, ça fait encore plus délirer. Je ne suis pas un monstre, vous savez. Je ne risque pas, demain, dans une de ces crises délirantes, de tuer le voisin, non. Je n’en suis pas à ce stade-là, parce que j’ai vécu dans une famille plutôt calme, sans violence, ni cris.

-“Souvent, les schizophrènes s’attachent à une idée, un idéalisme. En général, cette nouvelle lubie est réduite à des manies comportementales illogiques, entrainant des confusions d’esprit jusqu’à l’absurde, qui révèlent la profondeur du trouble mental. C’est-à-dire qu’Alix a probablement une idée, un besoin voir même une obsession pour un mouvement politique, religieux ou même une personne. Elle s’y attache tellement fort, dans le but d’expliquer ce qu’elle est vraiment, mais l’excès n’a rien de normal.”

Il a raison, ce con. Plus rien ne m’intéresse vraiment, sauf cette idée à laquelle je me suis raccrochée, mais qui m’enfonce encore plus dans la maladie: Iris. J’ai toujours pensé que je vivais mal le départ d’Iris. C’est vrai, je la voyais tout le temps et du jour au lendemain, elle est partie. Quant à moi, j’ai changé. J’ai redoublé d’efforts pour l’équitation, j’ai commencé le dessin, mais je préfère les pastels. J’ai préféré le naturel au faux. Iris, je la connais par coeur, je sais comment elle est, comment elle vit. Je suis devenue cette fille capricieuse, égoïste et peste à souhait. Je fais attention à mon physique. Je veux être jolie naturellement, je veux tout avoir, être la plus jolie, la plus intéressante. J’ai ce caractère difficile, garce et hautain. J’ai une sainte horreur des enfants, ça ne sert à rien et c’est une vraie perte de temps. Plus tard, j’aspire à avoir ma propre chaine d’hôtels, tout comme elle. Je veux vivre ce qu’elle vit, je veux penser ce qu’elle pense, je ne veux pas qu’elle revienne, je veux juste être elle, pour pouvoir la détester encore plus de m’avoir abandonnée. Vous avez un joli tableau de ce que je suis devenue. Je n’ai pas deux personnalités, j’ai une personnalité éclatée. J’essaie juste de vivre à l’aide d’un idéal. Le problème, c’est qu’on ne peut pas être une autre personne, encore moins lorsqu’on est schizophrène. Je ne perçois pas la réalité comme les autres, je ne me rends pas compte que tout ça, m’enfonce. Je ne me rends même pas compte que parfois, rien de ce que je dis ou fait est normal. Ma vision de la normalité n’est pas la même que la vôtre, mes pensées sont rongées, mon cerveau aussi, mais je ne m’en rends pas compte, je ne veux pas le savoir, je ne le vis pas comme vous. Si vous n’avez rien compris à ce que je raconte, c’est normal: je suis schizophrène, si à l’inverse vous avez une vague idée de ce que je vis, alors sachez que ce n’est qu’un léger résumé. La réalité est bien plus complexe et plus douloureuse.

-“Vous savez, la schizophrénie peut parfois s’expliquer comme étant un dysfonctionnement de certaines fonctions cérébrales suite à un choc émotionnel. Avez-vous une idée de ce qui aurait pu déclencher ce comportement chez votre fille ?”


Moi je sais: elle, Iris.

Histoire

-“Alix, est-ce que tu comprends ce que je dis ?”

Il faut qu’il s’y reprenne à plusieurs reprises pour que j’arrive à revenir au moment présent. Mes yeux se posent sur lui, sur mes parents, sur l’endroit où je me trouve. Comme si c’était la première fois que je venais ici alors que nous étions ici depuis une bonne demi-heure.

-“Ce sont elles qui le savent.”

Je vois mes parents qui me regardent avec des points d’interrogation dans les yeux. Le psychiatre est lui aussi dans le flou, pourtant moi je sais ce que je veux dire, je sais de qui je parle. Je sais ce que je veux exprimer.

-“Les voix dans ma tête. Elles savent tout.”


Une fois de plus, je vois de l’incompréhension dans leurs regards. Je n’arrive pas à me faire comprendre, ni à leur expliquer ce que je vis vraiment. Vous savez, certains schizophrènes ont des hallucinations: certains se sentent constamment persécutés, d’autres voient des choses qui n’existent pas comme un plat de spaghettis qui se transforme en vers de terre et puis moi, je fais partie de ceux qui entendent des voix. Des voix dans ma tête qui essaient de me voler mes pensées, qui essaient de me parler. C’est insupportable vous savez, c’est à devenir fou.

-“C’est Iris. Elle vient de me dire qu’elle savait. Elle me l’a dit dans ma tête. Elle me suit tout le temps, elle me vole mes pensées, je veux qu’elle arrête. Je veux que ça s’arrête”

Je tourne le visage vers ma mère. Sur son visage, une larme se fraie un chemin. Je vois bien qu’elle ne comprend rien à ce que je raconte et c’est ce qui me blesse le plus. Quand j’étais petite, elle et moi étions inséparables. Nous avions une relation mère fille exemplaire, je l’aimais plus que tout au monde, mais aujourd’hui on ne se comprend plus. Elle ne me comprend pas et ça m’insupporte. Elle passe une main dans mes longs cheveux bruns, comme pour essayer de me calmer.

-“Ma chérie, Iris n’est pas là.”
-“IRIS EST DANS MA TETE. ELLE CONTRÔLE TOUT”

Voir ma mère complètement confuse face à mes propos me rend folle. Elle qui m’avait toujours comprise, aujourd’hui ne faisait plus aucun effort et mon père, lui, était toujours ce même lâche. Le psychiatre tente de me calmer, lui il m’écoute.

-“Alix, qu’est-ce qu’elle sait, Iris ?”

A mon tour, des larmes se perdent sur mes joues. Je ne sais pas vraiment la raison pour laquelle je pleure, si ce n’est l’angoisse de me retrouver dans un monde, seule, sans que personne ne puisse me comprendre. Iris, elle sait tout de moi, elle sait que je suis née à Oxford et que mes parents sont des gens fortunés: mon père est directeur de la Hong Kong & Shanghai Banking Corporation, une banque créée à Hong Kong pour le commerce dans l’Extrême-Orient. Ma mère, elle est ingénieure dont le talent est jalousé par beaucoup de personnes dans son domaine.

Petite, nous passions beaucoup de temps ensemble, Iris et moi. On était inséparables, on faisait tout ensemble. L’une dormait chez l’autre, et c’était tout le temps comme ça. On allait à la même école, on avait les mêmes amies, mais aucune d’elles ne pouvait nous séparer. Nous avions les mêmes pensées, les mêmes envies et les mêmes besoins. Elle était moi, j’étais elle et nous n’avions aucun secret pour l’autre. Iris, elle sait aussi qu’à mes dix ans, le psychiatre en face de moi m’a décerné un trouble du comportement. J’étais déjà dans l’excès la concernant et à côté de ça, devenais totalement indépendante. Je ne voulais pas d’autres amis, je voulais rester dans ma chambre, je ne voulais qu’Iris et puis c’est tout. C’était la seule qui comptait pour moi. Moi, je n’y croyais pas, parce que je me sentais bien. J’étais heureuse, j’avais Iris pour moi. A l’école, j’ai commencé à être moins attentive que d’habitude, mais pas encore au point de recommencer une année. Mes professeurs inscrivaient juste sur mon carnet de notes que j’avais des difficultés à me concentrer. À mes 16 ans, je suis partie six mois en Russie. La séparation avec elle a été dure, mais on s’appelait tous les jours, on s’écrivait tout le temps et ce fut une expérience enrichissante. Lorsque j’allais chez mes grands-parents à New-York, c’était moins dur, mais ça le restait quand même. Je me suis vite rendu compte qu’Iris était tout pour moi.


Il y a trois ans, elle est partie. Elle n’a prévenu personne, pas même moi et depuis, je n’ai plus jamais eu de nouvelle. M’en séparer comme ça, c’était trop brutal. J’ai commencé à changer, à devenir plus agressive. Plus le temps filait et moins j’entrais dans la norme des autres enfants. J’étais une boule de nerfs, tantôt je criais, la seconde d’après je pleurais. Je souris, je n’ai plus aucune sensibilité, même pour les situations les plus tristes. Il n’y a plus aucune logique ni explication dans mes faits et gestes, parfois même dans ce que je dis. C’est bizarre, confus, totalement déroutant, parfois même inaccoutumé. J’ai voulu devenir elle, pour me donner l’impression qu’elle n’était pas loin, pour me donner l’impression que j’étais normale. J’y ai cru, aujourd’hui j’y crois encore. Aujourd’hui, elle est en moi, elle me parle dans ma tête, elle fait beaucoup de bruit et je lui en veux de me faire subir ça. Mes parents ont divorcé il y a trois ans et je suis restée à Oxford avec mon père. C’est un crétin, il n’a jamais su comment s’y prendre avec moi. Ma mère n’est pas beaucoup mieux, puisqu’elle a préféré emménager à Boston, elle. Aujourd’hui, je vais vivre avec elle, parce qu’Iris est ici. Elle pense que ça va m’aider à aller mieux, mais je la déteste. Je la déteste d’être partie, je la déteste d’être ce qu’elle est. Je la déteste de m’avoir abandonnée, mais surtout je la déteste de dicter ma vie, de me parler sans arrêt. Je déteste sa voix dans ma tête, ses voix, ses échos, je n’en peux plus, je veux que ça s’arrête.

-“C’est forcément elle, parce qu’elle sait tout. Iris sait tout. Alors c’est elle, pas vrai ?”


Les grands yeux bleus remplis de larmes se posent sur le psychiatre que je soupçonne être le seul à pouvoir véritablement m’aider. Il ne me répond pas, il me regarde et dans ses yeux je lis beaucoup de compassion, mais aucune réponse. De la gravité, de la pitié, de la tristesse, mais aucune réponse.
A propos de toi

Pseudo : Lolo
Age : Devinez
Comment as-tu connu le forum ? Kimberlette
Fréquence de connexion ? Euhh j'essaie un peu tous les jours
Veux-tu un parrain ? Non ça ira
Quelque chose à ajouter ?  
Code du règlement : Ok Arwy

Code:
Emily Rudd [color=#ff0000]~[/color] Alexis H. Winchester


Dernière édition par Alix H. Winchester le Sam 26 Sep - 16:02, édité 16 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: R.I.P to the girl you used to see Her days are over, baby she's over ♫   Dim 20 Sep - 0:34

BIENVENUE AVEC TA FOLLE <3 JE T'AIME FORT.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: R.I.P to the girl you used to see Her days are over, baby she's over ♫   Dim 20 Sep - 10:55

Rebienvenue toi !
Bon courage pour ta fichette :3
Revenir en haut Aller en bas
Lost But Not Stranded Yet
Disponibilité pour RP : Dispo
Featuring : Xavier Dolan
DC : Jae Ji Choi
Eoin Johnstone
Gwen E. Foster
Nikolaï A. Koslovski

Messages : 202
Who I am? : Logan and I Going Into an Adventure
People around me : It's A New Dawn, A New Day, A New Life for Me, And I'm Feeling Good !
CellPhone : Mes Messages
Relations : le parfait Logan Maxwell *-* <3
Date d'inscription : 14/06/2015
Age : 23
Localisation : Boston
MessageSujet: Re: R.I.P to the girl you used to see Her days are over, baby she's over ♫   Dim 20 Sep - 19:34

Rebienvenuuuuuue à toi, bon courage pour ta fiche *___*

_________________
James parle en: #0099ff


We Are Infinite
“And in that moment, I swear we were infinite.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Président des Sigma Nu
Disponibilité pour RP : Yep.
Featuring : Zico (Wu Ji Ho)
DC : Lee Hae HyukAshton D. MyersFrank EarendNicholas TompkinsGemma Osborne
Messages : 191
Who I am? : Un opportuniste, qui profite de la vie, et le chef des Sigma Nu, accessoirement. Et Cornerback chez les YB, alors si tu me cherches, j'te plaque Wink
People around me : La famille, les amis, les ennemis, bref la smala au complet.
Social Network : J'suis pas Facebook, Instagram et compagnie. Les selfies c'est réservés aux narcissiques, et encore selfie, si c'est égal à se prendre en photo que l'menton... Mais j'ai un casier.
CellPhone : J'te préviens, ce numéro est à joindre en cas d'urgence, ou si on a un minimum de choses en commun. Ceux que j'aime pas, je réponds pas Very Happy
Relations : - Ami d'enfance de Gwen Foster
- Protecteur de Seung Joo, tu touches un d'ses cheveux, t'es mort, pigé ?
- Sous le tutorat d'Hanaé Nguyen
- Travaille pour Eo-w-yn !

Date d'inscription : 14/06/2015
Age : 19
Localisation : Dans ton cul.
MessageSujet: Re: R.I.P to the girl you used to see Her days are over, baby she's over ♫   Ven 25 Sep - 16:44

REBIENVENUUUUUUUE *O*
Ecoute, j'ai tellement hâte de voir ce que tu vas faire de ce personnage, je suivrai cette fiche avec une grande attention, ce scénario a l'air tellement génialissime, et dans tes mains il sera parfait !
bon courage pour ta fiche <3

_________________
SIGMA NUENZO MILLER
King of the jungle, kkomadeul jaerongjanchireul meomchwo, bunwigineun beolsseo mureuigeotgo, sunsikgane gaekseogeul jeongbok.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: R.I.P to the girl you used to see Her days are over, baby she's over ♫   Sam 26 Sep - 12:29

Oulala le coup de pression xD

Mais merci, je vais essayer de pas trop vous décevoir alors
Revenir en haut Aller en bas
Président des Sigma Nu
Disponibilité pour RP : Yep.
Featuring : Zico (Wu Ji Ho)
DC : Lee Hae HyukAshton D. MyersFrank EarendNicholas TompkinsGemma Osborne
Messages : 191
Who I am? : Un opportuniste, qui profite de la vie, et le chef des Sigma Nu, accessoirement. Et Cornerback chez les YB, alors si tu me cherches, j'te plaque Wink
People around me : La famille, les amis, les ennemis, bref la smala au complet.
Social Network : J'suis pas Facebook, Instagram et compagnie. Les selfies c'est réservés aux narcissiques, et encore selfie, si c'est égal à se prendre en photo que l'menton... Mais j'ai un casier.
CellPhone : J'te préviens, ce numéro est à joindre en cas d'urgence, ou si on a un minimum de choses en commun. Ceux que j'aime pas, je réponds pas Very Happy
Relations : - Ami d'enfance de Gwen Foster
- Protecteur de Seung Joo, tu touches un d'ses cheveux, t'es mort, pigé ?
- Sous le tutorat d'Hanaé Nguyen
- Travaille pour Eo-w-yn !

Date d'inscription : 14/06/2015
Age : 19
Localisation : Dans ton cul.
MessageSujet: Re: R.I.P to the girl you used to see Her days are over, baby she's over ♫   Sam 26 Sep - 21:08

Félicitations !

« Tu es validé(e) Quel coup de pression ? Tu n'as pas à en avoir, cette fiche est juste géniale *-* Bon Alix fait un peu flipper avec son obsession "Iris", je pense que Kyaw a intérêt à faire gaffe à ses fesses, tout comme Iris, mais j'ai vraiment hâte de voir comment ça peut évoluer tout ça, je suivrai de près vos histoires :p je suis même tentée par un lien avec elle, si possible *-* Je te valide donc, je vais te mettre ta couleur, et bon jeu parmi nous avec cette demoiselle ! *-* »

Tu peux désormais aller faire ta fiche de liens, ainsi que répertorier tes futurs RPs. Mais tu as aussi désormais accès à tout un tas d'autres topics. Demander un rang, mais aussi un logement, l'adhésion à une confrérie si ton personnage est un étudiant ainsi que choisir tes options. A toi d'aller te renseigner et lire les différentes histoires de nos confréries pour mieux les comprendre. Tu pourras par la suite te renseigner sur les cours qui ont lieu à l'école, les options ainsi que les clubs et comment y adhérer. Néanmoins, si jamais tu as la moindre question, le staff sera toujours là pour te venir en aide, donc n'hésites pas à leur envoyer un MP si jamais tu es dans une impasse ! Bon jeu parmi nous <3

_________________
SIGMA NUENZO MILLER
King of the jungle, kkomadeul jaerongjanchireul meomchwo, bunwigineun beolsseo mureuigeotgo, sunsikgane gaekseogeul jeongbok.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: R.I.P to the girl you used to see Her days are over, baby she's over ♫   Aujourd'hui à 9:16

Revenir en haut Aller en bas
 
R.I.P to the girl you used to see Her days are over, baby she's over ♫
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» London Stiller...she's a special girl
» Heartbreaker version girl [Finish]
» ♪ Who's that girl ♪
» Club de pom-pom girl ? Club de supporters de Quidditch ?
» A sweet girl and two bad boys [Kity & Jack]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life in Boston rpg :: Who are you ? :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: