AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Demande de partenariat
Ven 26 Fév - 20:51 par Invité

» 16.02.16 - LE FORUM FERME SES PORTES.
Jeu 18 Fév - 15:51 par Miss Petunia Garner

» Flash | ft. Lily-Rose Rivest
Lun 15 Fév - 21:05 par Lily-rose F. Rivest

» Never say goodbye because saying goodbye means going away and going away means forgetting (Ninette ♥︎)
Lun 15 Fév - 20:27 par Isobel W. McCoy

» Mon Voisin Du Dessus (MVDD)
Dim 14 Fév - 17:55 par Invité

» À quoi te fait penser ce mot
Dim 14 Fév - 17:55 par Invité

» Le changement, c'est maintenant !
Dim 14 Fév - 12:18 par Shivani K. Shukia

» Une rose à dix
Dim 14 Fév - 12:11 par Isobel W. McCoy

» L'horloge parlante
Dim 14 Fév - 12:10 par Isobel W. McCoy

Points confréries
Delta Upsilon — 825 pts
Kappa Pi — 777 pts
Sigma Nu — 535 pts
Delta Gamma — 510 pts
Pi Bêta Phi — 300 pts
Thêta Xi — 60 pts
Vidéo

Partagez | 
 

 Covoituring avec Kyaw

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Covoituring avec Kyaw   Mer 22 Juil - 23:39


 

 

Covoituring


Lundi 3 août 2015, 7.00 am


Aujourd'hui, c'était le grand départ et Hanaé avait fait parvenir les premières instructions concernant le voyage. Miss Garner avait donné les siennes et pas des moindres. Déjà, elle avait refusé catégoriquement de louer un car pour ce voyage qu'elle trouvait un peu inutile. Néanmoins, Hanaé avait pu lui expliquer la nécessité du voyage. Certes, elle avait un peu enjolivé l'histoire, comme lui dire qu'il y avait des musées très enrichissants, sans parler de la curiosité des étudiants à vouloir en apprendre plus sur la nature. Evidemment, elle ne comptait pas leur faire manger des musées tout le long du séjour, puisqu'elle, son but en organisant ce voyage, était surtout une dernière semaine de détente avant la rentrée, mais aussi d'intégration pour les petits nouveaux venus à Boston. La jeune prof de Maths avait donc dû se débrouiller pour dispatcher tout le monde dans des voitures, avec l'assurance que certains avaient bien un permis de conduire, mais surtout une voiture à disposition. Quelques semaines auparavant, elle avait dû penser aussi aux personnes qui pourraient l'accompagner pour encadrer tous ces jeunes. Ses collègues voulant profiter de cette semaine de calme pour finir de préparer leur cours, elle s'était donc retrouvée toute seule comme accompagnatrice. Ce jour où elle avait participé à un picnic surprise avec James, Logan et Frank, elle avait sauté sur l'occasion pour proposer à ce dernier de l'accompagner, feignant l'angoisse de ne pas pouvoir gérer toute seule tout ce petit monde. Hana avait aussi fait jurer à James et Logan de garder ça pour eux jusqu'à la réception du premier courrier reprenant les explications du voyage, sous peine de les martyriser tout au long de l'année.

Ce matin-là, elle s'était levée vers 5h30 pour éviter de se mettre la pression. Elle ne devait rien oublier, pas même sa tête et ça c'était pas gagné. Elle s'était douchée, habillée de vêtements confortables tels qu'un short en jean, une blouse reprenant un visage et par-dessus, une veste en jean également. Elle rassembla tout ce dont elle avait besoin, documents, instructions comme ses propres affaires et quand l'heure pointa le bout de son nez, elle attendit Frank pour se rendre au lieu de rendez-vous donné aux étudiants: sur le parking de l'école à 7.00 am. Sur place, Hanaé, motivée et d'excellente humeur discutait avec Frank jusqu'à l'arrivée des jeunes. Lorsqu'ils furent tous là, elle grimpa sur un petit muret pour que tout le monde puisse la voir, mais surtout l'entendre.

"Bonjour à tous ! J'espère que vous êtes tous en forme pour ce grand départ, mais à en voir le visage de certains, le réveil a dû être un peu éreintant, n'est-ce pas James ?" Elle lui adressa un grand sourire, mais reprit de plus belle "Pour ceux qui ne me connaissent pas encore, je suis Hanaé Nguyen, je suis aussi prof de maths donc les lycéens, pas de bol, vous allez devoir me supporter. Pour les autres, ça dépend un peu de vos options, mais si dans votre grille horaire vous avez des maths ou des statistiques, alors ça sera avec moi. Je pense être une prof assez cool et sympa. Je suis assez ouverte au dialogue et tout ce qui s'en suit, mais il ne faut pas abuser de ma patience, sinon je peux devenir une vraie emmerdeuse. Pour ce voyage, j'ai avec moi deux volontaires qui se sont dévoués, et avec le sourire qui plus est: Frank Earend, et notre cher barman bien connu de la ville pour son bar irlandais: Eoin Johnstone ! Voilà pour les présentations maintenant passons aux choses sérieuses" Hana prit la liste du covoituring dans ses documents et se plaça à nouveau sur le petit muret.

"Avec notre cher Quarterback, Kyaw Ne Min, les chanceux et chanceuses sont: Iris Stewart, Gwen Foster, Enzo Miller et Laureen Brown. Avec Cameron Davis: Fletcher Collins, Lina Watson, Abigail O'Hara et Maëlys Meyer. Avec Eoin: Mikaela Kozlovski, Nicholas Tompkins, Alayna Keane et Edward Hoff. Avec James Cobb: Logan Maxwell, Gemma Osborne, Selena Mils-Parker et Jade Watson. Avec Ashley Cooper: Cléo Youngovski, Anastasia Stewart et Taeyang Park. Avec Adam Matthews: Tim Cox, Elisabeth Stewart et Carry Chainsaw. Avec Monsieur Stewart: Maël Dawson et Chaz Koch.  Et enfin, avec Frank le reste, c'est à dire Seung Park, Lee Hyuk, Jae Choi et moi !"

Elle leur distribua à tous un itinéraire avec l'adresse de l'endroit pour ceux dont les voitures étaient équipées d'un GPS.

"Soyez prudents sur la route, si jamais j'ai indiqué nos numéros de portable sur l'itinéraire et normalement, vous devriez mettre entre 2h30 et 3h. Si au bout de 5 h vous n'avez toujours pas trouvé le camping… Ben c'est que vous êtes perdus"

Hanaé rejoignit son groupe pour commencer l'aventure.



 
© charney

 


Dernière édition par Hanaé Cao Nguyen le Mar 28 Juil - 14:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pi Beta Phi
Disponibilité pour RP :
Featuring : Min Thein Khant
DC : Logan C. Maxwell, Marine Martel, Alayna Keane, Seung Joo Park & Jake I. Wilson
Messages : 102
Who I am? : Dieu
People around me : Les pauvres mortels
Where I'm going : Beaucoup de mauvaises choses
Social Network : Tumblr
CellPhone : Téléphone & casier
Date d'inscription : 09/06/2015
Age : 23
MessageSujet: Re: Covoituring avec Kyaw   Sam 25 Juil - 23:15

Je leur avais dit d'aller se faire foutre. Enfin, pas directement, mais un peu quand même. Nous étions en réunion, enfin en discussion et je ne savais même pas pourquoi j'y étais convié. Concrètement, ils n'avaient pas besoin de moi, j'étais un peu de trop, mais je crois que j'y étais « venu » parce que j'avais quelque chose à leur dire. J'allais partir une semaine avant la rentrée, qu'ils le veuillent ou non. Ils avaient déjà apprécié moyen ma disparition à Vegas sans prévenir, alors j'allais jouer la carte du gentil garçon qui le leur disait à l'avance. Sauf que j'étais pas ce gentil garçon.
Mon cousin, comme à son habitude, ne me jetait pas un seul regard et ne m'adressait pas un seul mot. C'était lui le chef, pourquoi diable s'intéresser à un employé comme moi ? Il ventait les mérites de choses que JE faisais, il se lançait des fleurs et déclarait qu'il était fier de lui, parce qu'il se débrouillait trèèès bien tout seul. Alors évidemment, j'avais profité de ce moment pour dire que puisque c'était ainsi, il arriverait tout aussi bien à se débrouiller la semaine qui venait, puisque je partais prendre du bon temps à me rouler dans l'herbe et à nager avec des poissons dans une rivière. Ce n'était pas tout à fait exact, c'était plus une provoc pour dire que je me prenais des vacances, que j'en avais rien à foutre de son accord et qu'il allait se manger, pour une fois, mon travail dans la figure. J'avais quitté la conversation et surtout je n'avais pas répondu à leurs appels qui suivaient.

Je n'étais pas non plus à courir derrière les voyages scolaires mais je ne voulais pas faire une croix sur celui-là. Déjà, Iris était là. Et puis comme ça je prenais quelques vacances avant la reprise des cours. J'allais devoir tout allier à la rentrée alors autant souffler un peu avant. Garner, comme à son habitude, avait décidé d'être chiante. Ça m'était égal, elle ne venait pas avec nous alors nous pouvions faire ce que nous voulions après avoir quitté l'école.

A 7h tapante ce matin-là, nous étions tous prêt pour le départ. Tous les profs étaient partis en vacances, sauf une. Elle s'était occupé de ça et trois types l'aidaient. Je les connaissais pas et tant qu'ils me faisaient pas chier, je n'avais pas de raison de les connaître plus que ça. Notre charmante -et surtout radine- dirigeante scolaire ne voulait pas payer de bus, alors nous devions nous déplacer par nous même. Aussi, Mlle Nguyen avait demandé à certains d'entre nous de conduire. Ça ne m'enchantait pas plus que ça d'avoir des passagers, mais j'acceptais quand même. Après tout, s'ils n'étaient pas sages, ils n'avaient qu'à descendre de ma voiture. En voyant Iris, j'allais près d'elle et je l'embrassai.

- Alors, prête ? Tu sais qu'habillée comme ça tous les mecs vont baver sur toi ?

Dommage, elle s'en foutait des autres, n'est-ce pas ? La prof fit rapidement un topo, c'est bon, on savait tout ça quand on était pas débile. 2H30/3h de route, ça allait encore, surtout quand on faisait des voyages longs jusqu'à la Birmanie régulièrement. 3H c'était rien du tout. Enfin, c'était quand même déjà beaucoup quand on se tapait les passagers que j'avais. Youpi, j'en sautais de joie.

- Sérieusement, elle nous fout tous les SN ou quoi ? Elle veut pas qu'ils arrivent vivants ?

Enfin bon, j'avais pas le choix, c'était qu'un voyage, pas toute la semaine. Après bastah, jusqu'au retour. J'allais donc vers ma voiture que je venais de garer. Les autres arrivèrent mais j'avais quand même quelques indications à donner avant que tout le monde n'arrive.

- Salut Miller et bonjour à tous. Je vois qu'on a du beau monde avec nous aujourd'hui. Mais avant de monter, j'ai des conseils à vous donner, pour pas dire ordres. Les ordres c'est pas trop votre truc je crois.

J'étais d'avis qu'il ne fallait pas se laisser marcher sur les pieds et qu'on n'avait pas besoin d'obéir comme des toutous, mais j'avais aussi compris que se ranger, parfois, ça servait nos intérêt. Enfin les miens en tous les cas. J'avais salué Enzo plus que les autres parce que lui, je l'appréciais un peu plus, même si c'était pas non plus la joie de l'avoir. Enfin, je préférais lui à Laureen, parce que lui au moins avait du caractère tout en étant un minimum -mais pas plus faut pas déconner- réfléchi. Elle c'était une gamine en crise d'adolescence ingérable.

- Comme vous le voyez, ma voiture n'est pas un tacot. Elle est propre, voire même plus que ça. Elle vaut chère mais à la limite je m'en fiche. Je suis juste un peu maniaque avec mes affaires, alors elle doit rester propre. J'ai des brosses, vous allez nettoyer vos chaussures avant de monter. Vous allez aussi nettoyer les roues éventuelles de votre valise, on ne part pas tant que c'est pas fait.

Je sortis les brosses pour leur donner. J'étais un garçon ordonné, voire presque maniaque si je m'écoutais, un peu sur tout.  Mes dossiers étaient rangés par ordre alphabétique par exemple, parfaitement alignés. Mon armoire, c'était un peu la même chose, pas un seul truc pas plié et qui sortait de la pile. C'était comme ça, j'aimais l'ordre et les choses propres, je m'arrangeais toujours pour qu'elles le soient.  

- On ne met pas ses doigts sur la voiture, on ne met pas ses doigts sur les vitres. Ni son nez, on ne la lèche pas non plus. On y touche pas, vous avez simplement le droit d'appuyer sur le bouton pour les ouvrir. Iris va monter à l'avant, et vous trois, à l'arrière.

Ils avaient de la chance, j'avais fait installer une banquette à la place des sièges, qui n'étaient que deux. Je pouvais paraître chiant mais je voulais que mes affaires restent nickel. Cette voiture était lavée toutes les semaines, je les laissais monter dedans c'était déjà un exploit.

- Je vais pas m'arrêter pour des pauses toilettes toutes les dix minutes alors profitez maintenant. Pareil pour la clope, trois heures c'est tenable, fumez maintenant. J'ai mis des sacs pour si vous voulez vomir, on sait jamais.

Ce que je n'espérais pas, évidemment. De toute façon, j'allais filer sur la route et en moins de 2h30, nous serions arrivés à destination. Je n'étais pas du genre commode, et rien à voir avec l'heure, j'étais matinal et bien réveillé.

- Ah et dernière chose. Le premier qui fait chier, de n'importe quelle manière, je le laisse sur le bord de la route, Garner ou pas Garner, Mlle Nguyen ou pas Mlle Nguyen. Des questions ?

Qu'ils ne tentent même pas, parce que je n'étais pas dans le genre à ne pas le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Covoituring avec Kyaw   Dim 26 Juil - 23:47

Tenue d'Iris (sans chapeau ni lunettes Rolling Eyes)

La veille au soir, Iris avait décidé de casser son ennui devant des films. Son père lui avait donné un tas d'exercices de gestion pour la préparer à se lancer dans les affaires de ce dernier d'ici deux ou trois ans. Elle s'en fichait pas mal des affaires de son père, néanmoins la gestion pourrait quand même l'aider pour ce dont elle rêvait, mais surtout pour ce dont elle voulait. La jeune fille avait feuilleté un peu le cours de gestion et même si elle avait un faible pour les Maths, elle avait tout sauf envie d'en faire un dimanche soir. Elle s'était donc laissée bercée par le film qui lui passait sous le nez. Le lendemain matin, alors qu'un silence d'or régnait dans la chambre de la jeune Stewart, la voix de crécerelle de sa mère vint la sortir de son sommeil. Catherine s'empressa à ouvrir la lampe, pour en plus de lui bousiller les tympans dès le matin, elle lui fusille en même temps les rétines. D'habitude, c'était Sophie qui avait la lourde tâche de réveiller Iris, mais contrairement à Catherine, elle savait au moins s'y prendre, elle. Elle ne le faisait pas tel un éléphant dans un magasin de porcelaine: sans aucune douceur ni délicatesse. C'était un fait, Iris détestait sa mère et depuis cette annonce de mariage, c'était pire que jamais. "Iris, ne mets pas encore deux heures pour te lever. T'as qu'à te coucher plus tôt aussi" Elle lui répétait le même charabia à chaque fois qu'elle se rappelait qu'elle avait des filles et qu'elle se décidait, subitement, de s'en occuper au point de vouloir les sortir de leur lit. La jolie blonde avait enfuit son visage en-dessous de son oreiller depuis plusieurs secondes déjà. Elle se retenait de le balancer sur sa mère, pour qu'elle dégage de sa chambre, parce qu'elle ne sortirait pas de son lit tant qu'elle n'avait plus sa voix aiguë dans les oreilles. Un peu plus loin, elle entendait également les voix de ses sœurs et enfin, elle comprit qu'elle n'avait pas d'autres choix que de se lever. Non sans claquer la porte derrière elle, elle s'enferma dans la salle de bain pour se laisser profiter de la chaleur de la douche, dans l'espoir que celle-ci la réveillerait et la détendrait, mais pas vraiment.

La douche terminée, elle s'habilla d'un short blanc et d'une blouse à encolure bateau assortie au short. Comme chaussures, elle avait préféré mettre des tennis en toile blanche, pour rester dans la simplicité, mais surtout pour ne pas flinguer ses louboutins ou autres chaussures de marque. De toute façon, il fallait vraiment être débile pour se rendre à un voyage en communion avec mère nature avec de la marque aux pieds. Iris passa un coup de sèche cheveux dans sa crinière blonde et ensuite, une fine couche de mascara pour garder un regard plus ou moins éveillé. Sa beauté naturelle ne demandait pas plus, comme certaines, et enfin, elle descendit. "Iris, tu viens manger s'il te plait" la jolie blonde eu à peine le temps de mettre le pied dans la grande salle à manger, que sa mère lui disait déjà ce qu'elle devait faire. Chose qu'elle commençait vraiment à de moins en moins supporter. "Tu veux pas me foutre la paix ? Iris fais ci, Iris fais ça. J'suis pas une de tes domestiques à qui tu donnes des ordres. Oublie moi un peu, ça me fera des vacances et j'en ai rien à foutre de manger, j'ai pas faim". Sa mère lui lança un regard assez noir alors qu'elle lui adressait un sourire forcé. Maintenant, il fallait attendre que le temps passe et que ses sœurs soient prêtes pour enfin se décider à bouger et heureusement pour elle, leur père avait décidé de les emmener.

"Papaaaaa ? On y va ?"

Dans la voiture, Iris regardait le paysage défiler sous ses yeux, émergeant encore. Elle ne savait pas trop quoi penser de ce voyage, d'autant plus que son petit cousin et son père étaient eux aussi de la partie. La jeune fille ressentait toujours cette envie de dormir, comme si sa nuit n'était pas totalement terminée et telle était le cas. Elle avait beau se coucher "tôt" comme lui rabâchait sa mère, ça ne l'empêchait pas de détester être réveillée aussi tôt, mais surtout de cette manière. Arrivés sur le parking de l'école, la jeune fille se dirigea en premier lieu vers le starbucks du coin pour y commander un milkshake aux fraises. Elle revint sur le lieu de rendez-vous, tentant tant bien que mal de se réveiller en regardant tout ce petit monde qui allait donc participer au voyage. Enzo Miller par exemple, une fille qui l'accompagnait et qu'elle ne connaissait pas. En observant tout ce petit monde, les bras croisé jouant avec la paille de son milkshake, son regard se posa sur ce jeune homme qui avait l'air de se diriger vers elle. Un petit sourire s'affichait, petit à petit sur son visage et pendant quelques secondes, sa mauvaise humeur disparu, ou du moins le temps de l'embrasser.

"Je te dirai si je suis prête d'ici une heure ou deux, quand j'aurai émergé. Là, j'ai juste quelques envies de meurtre."

En effet, le réveil était toujours l'étape la plus dur psychologiquement pour Iris. Alors que Kyaw était du genre lève-tôt, elle était du genre marmotte sur les bords. Ordinairement, elle se remettait assez rapidement du réveil, mais la façon de faire de sa mère lui restait encore au travers de la gorge. Elle sourit suite à la remarque de Kyaw et fit mine de chercher quelque chose, ou plutôt quelqu'un. "Mmmh.. Oui, mais ils sont tous moches donc on s'en fout, non ? Donc t'as qu'à te dire que c'est pour te faire baver toi" Elle fit un peu plus attention à la façon dont lui était habillé, puis s'en approcha à nouveau, un peu plus dangereusement pour glisser sa main en dessous de son T-shirt "Tu peux parler, toi, même ma main se sent à l'étroit en dessous de ton t-shirt. Je suppose que c'est pour Selena ?" Elle lui adressa un autre sourire, marquant sa façon de le taquiner et puis se recula.

La prof annonça les groupes en commençant par Kyaw. Iris écoutait à moitié, jusqu'à entendre le prénom de Laureen. Il y avait quoi ? Cinquante élèves qui participaient à ce voyage et il fallait qu'elle se tape cette plaie avec elle "Oh putain. Trois heures avec cette conne, je vais me tirer une balle." A voir les réflexions de Kyaw, lui non plus n'était pas le plus enchanté face à cette charmante nouvelle. "Peut-être qu'effectivement, elle tient à s'en débarrasser. Dans ce cas, tu peux peut-être prendre Ana aussi, non ? Autant faire une pierre deux coups" Et elle était sérieuse. Iris lança son milkshake à moitié terminé dans la première poubelle à proximité et allait à son tour vers la voiture du PBP

- Comme vous le voyez, ma voiture n'est pas un tacot. Elle est propre, voire même plus que ça. Elle vaut chère mais à la limite je m'en fiche. Je suis juste un peu maniaque avec mes affaires, alors elle doit rester propre. J'ai des brosses, vous allez nettoyer vos chaussures avant de monter. Vous allez aussi nettoyer les roues éventuelles de votre valise, on ne part pas tant que c'est pas fait.

Elle ne s'était pas attendue au coup des chaussures, mais ne bougea pas d'un pouce. Chez elle, ses parents payaient des domestiques pour le faire, il était hors de question qu'elle le fasse. De plus, ses tennis avaient des semelles lisses et étaient toutes neuve. Si elle avait fait quinze pas avec, c'était beaucoup. Quant à son sac Louis Vuitton, il n'avait pas de roulettes. CQFD: il était hors de question qu'elle le fasse, mais d'un autre côté, Kyaw devait s'en douter. Etant un peu plus en retrait, elle n'était même pas sûre que ce soit à elle qu'il s'adressait. Iris se contenta donc de regarder le reste du petit groupe se plaindre et/ou agir, non sans un sourire moqueur. A la place de Kyaw, ils ne seraient même pas montés dans sa voiture à elle, donc quelque part, ils devaient s'estimer heureux, quitte à nettoyer. Le PBP continua ses exigences quant à son bijou sur roue et l'idée qu'elle se retrouve devant avec plus d'espace alors qu'eux trois seront probablement serrés comme des sardines la faisait sourire toujours plus, néanmoins, pas d'humeur à chercher les emmerdes, elle n'ajoutait rien et ce, même en voyant leur tête. Pressée de bouger plutôt que d'attendre là sur ce parking, Iris n'avait pas du tout envie d'attendre que bidule ou machin prenne dix minutes de plus pour fumer. Elle laissa Kyaw terminer ses indications, jetant un œil sur les autres groupes. En voyant que l'autre dinde de Selena se retrouvait avec James, elle s'exclama.

"Pour une fois j'ai pitié de Cobb. Quel groupe d'enfer il a"

Elle sortit son téléphone portable de son sac et pianotait sur l'écran tactile de son iphone, écrivant un texto à l'adresse du chef des PBP: "J'espère que t'as vérifié la pression de tes pneus, parce que tu vas être en surpoids avec la diva que tu te paies". Elle garda les yeux fixés sur Cobb afin de voir sa réaction et en voyant la réponse au texto, elle rigola: "Tu veux dire l'excédent de bagages estampillé KP ? T'inquiètes j'ai fais changer les amortisseurs". Elle montra l'échange de texto à Kyaw puis lui offrit une moue de petit chien battu pour le faire céder plus facilement "On y va ? J'en ai marre d'attendre"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nous Tomberons, Nous Rêverons Encore, A la Vie Comme à La Mort
Disponibilité pour RP : Yup
Featuring : Sandra Kubicka
DC : James P. Cobb E.
Jae Ji Choi
Eoin Johnstone
Nikolaï A. Kozlovski
(Eric Altman, Samuel Steevenson, Maira Hae, Vincent Eckon)

Messages : 129
Who I am? : Et un deux trois Alice au Pays des Cauchemars... ♪♫

People around me : A nos joies passées, à nos flèches à nos étoiles, à la vie comme à la mort
What I've done : Bad bad things
Where I'm going : To keep My Promises
Relations : Je ne le sais pas encore mais je crois que j'aime mon chef... Zoooo ♥

Mikaela Kozlovski -> Amie
Iris Stewart -> on se déteste non ?
Kyaw Ne Min -> Le Petit Prince
Seung Joo Park -> Protégé

Date d'inscription : 14/07/2015
Age : 19
Localisation : Boston Yeaah
MessageSujet: Re: Covoituring avec Kyaw   Lun 27 Juil - 23:04

« Des tambours dans les profondeurs » comme dirait Gandalf alors qu'il accompagne toute la compagnie de l'Anneau dans  la Moria, juste avant de tomber nez à nez avec un énorme troll de cavernes. Ben pour le moment les tambours ils viennent juste un peu de mon crâne et le troll c'est carrément moi, je me sens lourde et pas disposée du tout à bouger, j'ai les trompettes d'Aida qui hurlent dans ma tête, c'est comme si mon crâne va exploser. Je crois qu'il faut que je re contextualise un peu l'histoire je pense. Il y a quelques semaines encore je vivais à Chicago, cette ville que je déteste, cette ville où on m'a forcé à aller, j'ai tellement maudit le patron de mon père et cette fichue mutation mais que voulez vous, quand on a pas de fric on ferme sa gueule et on fait ce qu'on vous dit de faire, c'est triste mais c'est ainsi que fonctionne notre monde. Alors oui j'ai détesté vivre à Chicago, loin de mon Boston natal, loin de mon seul et unique ami Enzo. Il paraît que j'étais déjà quelqu'un d'insupportable et de très turbulente à l'école, à faire bêtise sur bêtise pour me faire remarquer et pour montrer que tout le système me plaît pas, que je ne supporte pas toutes ces injustices. Tout ce que je peux vous dire c'est qu'à Chicago ça ne s'est pas arrangé je suis littéralement partie en vrille, allant de déceptions en déceptions pour mes parents mais c'était ma façon de montrer mon mécontentement. Jusqu'à ce jour où on est venu m'annoncer que je devais quitter mes parents, qu'ils n'avaient plus assez d'argent pour m'élever, seule consolation dans cette horreur ? Je pouvais choisir ma destination, et moi je n'ai pas hésité  une seule seconde j'ai chois Boston, même si je savais que cette ville allait être remplie de fantômes pour moi c'est la ville que j'ai toujours aimée et je savais que je retrouverai des visages amicaux là bas et je ne m'étais pas trompée.

Et aujourd'hui, je suis membre des Sigma Nu, confrérie de marginaux dirigée par le célèbre Enzo Miller. Je fais partie de cette confrérie et pour le moment j'ai juste un horrible mal de crâne. Parce qu'entre toutes les conneries que l'on peut faire avec nos confrères nous sommes quand même réputés pour faire les meilleures fêtes du campus, si si les Pi Beta Phi on vous surpasse largement. Et hier n'avait pas échappé à la règle et je crois que ça a du finir aux alentours de trois heures du matin alors que ce matin nous devons nous lever aux alentours de six heures pour être à l'heure pour le départ dans les Berkshires. Ben oui que voulez vous on se refait pas hein, une fête juste avant de partir en voyage scolaire, histoire de fêter l'événement vous comprenez. Sauf qu'il est présentement six heures du matin et j'émerge à peine et je me sens pas comme dans les grands jours et pus ce que je comprend pas c'est pourquoi il y a une perruque blonde dans mon lit. Le temps que je comprenne et ça fait tilt dans ma tête, c'est pas une perruque mais un garçon en chair et en os qui se trouve là. « Gné ? » fut ma seule réaction avant de comprendre qui c'est et de le secouer légèrement par l'épaule. « Bordel Enzo qu'est ce que tu fous dans mon lit ? » Et les mots de l'intéressé qui devait être super content de se faire réveillé me glace totalement. "Je te retourne la question, qu'est-ce que TOI tu fous dans MON lit ? t'as trop picolé hier ou quoi ?" Oups… En effet un rapide tour d'horizon pour me rendre compte que je suis dans le mauvais pageot et dans la mauvaise chambre. « Euuuh ouai on va dire que c'est ça hein... » dis-je avant de tourner à l'écarlate et me précipiter vers la porte. « Euhhh on se voit toute à l'heure 'Zo »déclarais-je avant de refermer la porte et de m'enfermer dans ma chambre. « Bordel Foster tu passe pas du tout pour une conne…. » Bon on pensera a çà plus tard pour l'instant c'est l'heure de la douche, qui a au moins la vertu de me réveiller une bonne fois pour toute. Un thé spécial lendemain de murge et je m'habille avant d'attendre Enzo dans le couloir. Une fois ce dernier prêt nous prîmes le chemin du rendez-vous. « Alors bien émergé depuis toute à l'heure ? Prêt pour le grand voyage ? Y'a que nous de la conf' ? » dis-je pas vraiment encline à revenir tout de suite sur les événements de la matinée.

Bon on est presque pas en retard, on arrive pile poele pour le speech de la professeur de mathématiques. Et oh grande joie il faut qu'on se retrouve avec et un PBP et une DG. Il y a aussi Laureen une membre de notre confrérie et puis heureusement je suis avec Enzo. Première impression du conducteur ? Je peux pas l'encadrer. Il se prend pour qui avec sa grosse bagnole de milliardaire ? Qu'est ce que je m'en fous si elle est propre ou que ce soit celle de la Reine d'Angleterre il va baisser d'un ton avec son petit air autoritaire sinon ça va pas le faire du tout. Se brosser les pieds ? Il nous prend pour des pouilleux ou bien ? Et vas y qu'il faut pas toucher la bagnole et rien du tout. « ça va le Soviet Suprême on va pas te la détruire ta voiture ! Passe les brosses qu'on en finisse…. » Enervée je me saisis de la brosse et je brossais grossièrement mes bottes. « Sinon quand on a fini on la range dans la tronche de qui la brosse » demandais-je histoire de provoquer un peu, le voyage allait être long, surtout que sa pote Delta Gamma avait l'air tout aussi charmante. Je me tournais vers Enzo en grimaçant. « Punaise ça va être Voyage au Bout de l'Enfer ce machin… J'aurai du prendre ma game boy… Bon on bouge ? »

_________________
I Wanna See, I Wanna Live...
J'aimerai quand même rester un peu, là... J'aimerai bien rester contre toi... Mais comme temps ne reviendra pas, on reste là, on restera... (Starlight/Indochine).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Président des Sigma Nu
Disponibilité pour RP : Yep.
Featuring : Zico (Wu Ji Ho)
DC : Lee Hae HyukAshton D. MyersFrank EarendNicholas TompkinsGemma Osborne
Messages : 191
Who I am? : Un opportuniste, qui profite de la vie, et le chef des Sigma Nu, accessoirement. Et Cornerback chez les YB, alors si tu me cherches, j'te plaque Wink
People around me : La famille, les amis, les ennemis, bref la smala au complet.
Social Network : J'suis pas Facebook, Instagram et compagnie. Les selfies c'est réservés aux narcissiques, et encore selfie, si c'est égal à se prendre en photo que l'menton... Mais j'ai un casier.
CellPhone : J'te préviens, ce numéro est à joindre en cas d'urgence, ou si on a un minimum de choses en commun. Ceux que j'aime pas, je réponds pas Very Happy
Relations : - Ami d'enfance de Gwen Foster
- Protecteur de Seung Joo, tu touches un d'ses cheveux, t'es mort, pigé ?
- Sous le tutorat d'Hanaé Nguyen
- Travaille pour Eo-w-yn !

Date d'inscription : 14/06/2015
Age : 19
Localisation : Dans ton cul.
MessageSujet: Re: Covoituring avec Kyaw   Mar 28 Juil - 0:42

Interactions : Gwen & Kyaw principalement.


Quand il y a une soirée de prévue chez les Sigma Nu, on ne l’annule sous aucun prétexte, et certainement pas parce qu’un prétendu voyage est organisé, et que les élèves y sont « chaleureusement » conviés. Levés ou pas à six heures du matin le lendemain, je n’allais certainement pas tout stopper pour ça. Soit t’es un SN, soit tu l’es pas. Je ne dis pas que la gueule de bois est un quotidien, c’est un cliché, les Sigma Nu ne sont pas juste une confrérie de gros toxico-alcoolo qui se purgent à la vodka pure au réveil, mais c’étaient surtout ceux reconnus pour leur marginalité, leur irrespect pur et dur des règles, leur indépendance et leur côté antisystème à toutes épreuves. Et je n’allais sans doute pas obéir sagement à Garner en respectant son couvre feu à la con. Du coup, j’avais sans scrupule organisé une fête dans toute l’école. Ca avait bien marché, et à trois heures du matin on avait remballé nos cliques et nos claques, pour tenter de trouver le sommeil pour trois malheureuses heures de sommeil.

Pour ma part, j’ai toujours été lève-tôt, bien que ça ne coïncide absolument pas avec mon côté fêtard, et je n’étais donc pas plus dérangé que ça, toujours plein de ressource, et d’énergie. J’avais donc sagement programmé un réveil sur mon téléphone. Seulement, ce matin, ce n’était pas mon réveil qui m’avait extirpé de mon lourd sommeil, mais une main. Une main qui me secouait. Depuis quand mon téléphone avait des mains ? Réveil inattendu, et un peu brutal, qui je vois face à moi ? Gwen. Gwen en personne, dans mon lit, alors que je pieute en caleçon. Surprise immédiate, et pourtant tout ce qu’elle trouve à me dire c’est « qu’est-ce que tu fous dans mon lit ? ». Gros moment de doute. Et pourtant, j’étais persuadé de ne pas m’être gouré de chambre. Rapide coup d’œil autour de moi.

« - Je te retourne la question, qu’est-ce que TOI tu fous dans MON lit ? T’as trop picolé hier ou quoi ? »

Réaction immédiate. Elle vire au rouge tomate, et j’explose de rire en la voyant partir comme un voleur de ma chambre. Ivrogne. Je suis amusé par cette petite scène matinale imprévue, et commence à me préparer, tout en vérifiant que je n’ai rien oublié dans mon sac de voyage. Je n’ai pas énormément de choses à l’intérieur, et je m’en fous d’avoir la classe ou pas sur place, je ne sais même pas ce qui nous attend, je me contente juste de prendre le strict nécessaire et de rejoindre Gwen qui m’attend d’ores et déjà. Je ne peux contenir un rire en la revoyant, me repassant en boucle les images du matin, dont sa tête absolument épique en se rendant compte qu’elle s’était bel et bien gouré de pieu cette nuit.

« - Bien émergé oui, je ne me suis pas réveillé dans le lit d’un autre disons. »

J’aime la taquiner, ça m’amuse, et puis qui aime bien châtie bien, pas vrai ?

« - Prêt… C’est un grand mot, j’espère qu’il sera pas trop merdique le voyage sinon je rentre en stop. Et pour les autres de la conf, il me semble qu’il y a Laureen et Cleo aussi, mais pas sur, après je vais pas leur courir derrière pour qu’elles soient à l’heure, allez hop, c’est parti. »

D’un pas ni pressé, ni lent, on prend la direction du parking, où je retrouve ma tutrice attitrée, soit disant parce que je suis un peu trop turbulent en cours. La bonne blague. Une raison de plus pour la vieille fripée de m’avoir sous le coude surtout. Mais je n’en tiens pas rigueur, au contraire de son patron elle est loin d’être chiante, même si la pauvre les maths, c’est vraiment la bonne grosse matière de merde, celle que tous les élèves ont en horreur.

Son explication m’endormirait presque, sauf que voilà, au nom de celui qui va me conduire là-haut, je tombe presque de haut. Kyaw le conducteur, et en co-pilote, Miss Stewart en personne. Génial. De quoi passer un voyage de rêve, mesdames et messieurs. Bienvenue à bord du véhicule motorisée sponsorisé par milliardaire Island, pour un trajet plus faux-cul tu meurs. Je soupire, mais me réjouis en voyant que Gwen est avec moi, ce qui rend l’annonce plus supportable. Et encore, ce n’était pas le pire. Le voilà qui prend ses grands airs devant son porte-avion -moche, au passage- pour nous donner ce que môssieur aime appeler des « conseils » pour ne pas nous froisser, nous pauvres SN complètement débraillé. Qu’il m’énerve celui-là aussi. Iris à côté le dévore presque du regard, et je lève les yeux au ciel, mon dieu quelle horreur.

« - Comme vous le voyez, ma voiture n'est pas un tacot. Elle est propre, voire même plus que ça. Elle vaut chère mais à la limite je m'en fiche. Je suis juste un peu maniaque avec mes affaires, alors elle doit rester propre. J'ai des brosses, vous allez nettoyer vos chaussures avant de monter. Vous allez aussi nettoyer les roues éventuelles de votre valise, on ne part pas tant que c'est pas fait.
- C’est qu’il a le sens de l’humour le quaterback, dis donc. »


Alors déjà qu’il étale son paquet de fric sous mon nez, ça passe pas, mais alors qu’il aille juste qu’à nous faire brosser nos pompes, ça passe mais alors pas du tout. On est pas des SDF non plus, faut pas abuser, je viens pas de sauter à pied joints dans une bouse de vaches, donc le maniaque, il va se calmer tout de suite. Le pire dans l’affaire, c’est qu’il est sérieux, et qu’il nous tend à chacun une brosse. Autant Gwen accepta de le faire, autant moi je refusais de prendre en main son truc à poils.

« - Tu peux te la foutre là où je pense ta brosse Kyaw. »


Et si j’avais pu, il se la serait pris en pleine tête.

« - C’est pas parce que j’ai pas ton compte en banque que je suis un putain de crado, je vais pas l’abimer ton joujou, y a plus de chance que Stewart s’en charge à ma place avec ses talons aiguilles –idéal pour trouer les tapis de sol- que mes vieilles Vans. Et puis au pire, t’as assez pour te payer un pauvre type sorti de pétaochnock pour te la laver ta bagnole, alors pleures pas ok. Promis, je pète pas et je rote pas, ça te va ? »

Un ch’tiot peu énervé, je monte à bord du véhicule, prêt à déguster pour ce bon gros voyage de merde qui s’annonce. Les filles montrent suffisamment leur impatience pour que j’en ajoute une couche.

« - J’ai un nouveau jeu sur mon portable s’tu veux Gwen, y a un mode multi-joueurs, ce sera toujours mieux que de se coltiner les exigences de monsieur roi du monde. »

Et certainement mieux pour faire passer le temps, parce que je n’osais même pas imaginer ce qu’il allait nous réserver. Autant d’habitude, j’arrive à l’encadrer, mais là son côté grand aristocrate qui se torche le cul avec du papier en soie, j’ai du mal à ne pas lui coller mon poing entre ses deux yeux.

_________________
SIGMA NUENZO MILLER
King of the jungle, kkomadeul jaerongjanchireul meomchwo, bunwigineun beolsseo mureuigeotgo, sunsikgane gaekseogeul jeongbok.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Covoituring avec Kyaw   Mar 28 Juil - 17:56

Ahhh, les Berkshires. Je n'avais jamais entendu parler de cet endroit, mais ça avait l'air sympa. Et puis, il n'y avait pas la directrice, c'était le bonheur. J'avais préparé à l'avance mes affaires puisque de Cambridge à Boston, il y avait une sacré route. J'avais donc décidé de partir 2 jours avant à Boston afin de réserver un hôtel pas loin. J'ai du donc dire au revoir à ma mère à l'avance. J'ai du aussi prendre un taxi. Non pas parce que je n'ai pas de voiture et que je n'ai mon permis de conduire (en fait, j'ai bien le permis de conduire), mais parce que ma mère avait besoin de sa voiture pour aller travailler. Tant pis ! C'était dommage, surtout qu’apparemment, on allait faire du covoiturage, et plusieurs voitures étaient idéales.

Ainsi, j'ai du dormir dans une chambre modeste dans un hôtel modeste (oui, ça fait beaucoup de modeste). J'avais plutôt bien dormi. Sans doute parce que je n'avais pas bu la veille, c'était une question de respect pour le propriétaire de la voiture qui allait m'amener là-bas. J'étais arrivée à l'endroit convenu à l'heure. Plusieurs élèves étaient là, dont les membres de ma confrérie, mais aussi des personnes plus vieilles ou plus jeunes. Parmi elle, Hanae, la prof de maths, je j'appréciais plus ou moins. Elle nous informa que c'était elle qui allait nous dispatcher dans les groupes. Ça ne me dérangeait pas plus que ça, tant que j'étais avec des personnes avec qui je m'entendais bien. Qu'est-ce que j'étais naïve !

Je fus appelée la première… après le couple Iris-Kyaw. J'ai failli lever les yeux au ciel. Il fallait que je tombe sur eux ! Entre la peste de première et son toutou qui s'énerve pour rien (il m'a carrément menacé lors de la journée de l'Indépendance juste parce que j'ai fait chier sa copine). D'ailleurs, il n'y avait pas que moi qui ne se réjouissait pas du groupe. Enzo et son amie, qui étaient tous les deux chez les Sigma Nu, ne semblaient pas enchanté, mais aussi Iris en personne, qui me détestait au plus au point, au point de me traiter de conne (et après, on dit que c'est moi la chieuse!). J'aurais pu lui répondre un truc du genre « La conne t'emmerde ! », mais j'ai préféré me la fermer. Non, aujourd'hui, j'avais décidé de prouver que ce n'était pas moi qui emmerdait Iris.
Et ce n'était pas fini ! En plus des deux abrutis, il fallait monter dans la voiture de Kyaw. Rien d'horrible, d'après vous. Mais lorsque j'entendis ses consignes… C'était une putain de blague ? Il fallait nettoyer ses chaussures pour aller dans sa bagnole. Mais c'est sa deuxième femme ou quoi ? Et la suite, c'était encore pire. J'en avais conclu une chose : Kyaw nous prenait pour des chiens !
J'avais bien raison : ce mec n'était pas pour Selena !

Alors que Gwen décidait de frotter ses chaussures, Enzo refusa catégoriquement. Au fond, il avait bien raison mais j'avais pas envie de me faire virer en plein milieu de la route… Bon aller, une provoc' pour la route.

-J'ai une question : est-ce qu'on peut aller dans la voiture pieds nus ? Non parce qu'au moins, on n'aura pas de chaussure.

La réaction de Kyaw allait être explosive mais je le coupa.

-Non, ça va je déconne, dis-je en lui prenant la brosse, par contre, on te les mets où les brosses ? Parce que si on les mets dans la voiture, elles vont te la salir non ?

Mettre tout dans son propre jeu, c'était pas beau ça ! Je me mis donc sur la banquette arrière, fallait dire que j'avais pas trop le choix. Les deux tourtereaux étaient devant. Je soupirais légèrement : maintenant, je déteste les maths !

Mais là, j'espérais une chose : que Kyaw ne se perde pas. Je n'avais aucune envie de rester dans cette voiture plus de 3 heures !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pi Beta Phi
Disponibilité pour RP :
Featuring : Min Thein Khant
DC : Logan C. Maxwell, Marine Martel, Alayna Keane, Seung Joo Park & Jake I. Wilson
Messages : 102
Who I am? : Dieu
People around me : Les pauvres mortels
Where I'm going : Beaucoup de mauvaises choses
Social Network : Tumblr
CellPhone : Téléphone & casier
Date d'inscription : 09/06/2015
Age : 23
MessageSujet: Re: Covoituring avec Kyaw   Ven 31 Juil - 23:36

Je me retrouvais avec un groupe dans les pattes et pourtant, je n'avais pas dit non. J'aurais peut-être dû, on ne savait jamais qui allait monter dans ma voiture. Enfin, j'avais besoin de cette petite semaine de tranquillité et mieux encore : ça allait faire péter les plombs à mon cousin. Peut-être que le reste du conseil verrait que c'était un incapable et que je méritais 10 fois plus d'être assis dans son fauteuil. En tous les cas, je me prenais mes vacances, et avec ma femme en plus.
Femme ? Il avait dit femme ? Bah oui, femme. Pas copine, amoureuse, ou femme de ma vie, simplement femme. Iris et moi nous étions mariés, pour le meilleur et pour le pire comme on disait. On savait tous les deux que ce n'était pas un mariage d'amour, mais c'était un mariage voulu, pas comme celui qui la destinait à Sasha Cobb. On y trouvait notre compte dans ce mariage, même si ce n'était pas en prévision de fonder une famille ou quoi. Très peu pour moi, merci. Et même si je n'étais pas amoureux, ça me permettait aussi de m'assurer un peu plus qu'aucun autre garçon ne s'approchait d'elle. Elle était devenue ma propriété, bien que je ne la considérais pas comme un objet. C'était différent entre nous de ce qu'on pouvait trouver entre les autres, mais ça nous allait très bien.

En voyant arriver la jeune fille, d'ailleurs, je me dirigeai vers elle pour la rejoindre. Quand elle n'était pas là, elle me manquait. C'était pas un truc niais et rempli de tristesse, c'était un peu comme un toxico qui n'avait pas pris sa dose. Si je n'avais pas pris ma dose d'Iris, ça n'allait pas. Je l'embrassai et d'un coup, ça allait quand même mieux.

- Des envies de meurtre ? Je te donnerais bien un nom pour la victime, mais en public ça ne se fait pas…

En effet, la petite Anastasia était du voyage et visiblement pas décidée à nous laisser tranquille. Pour ma part, je décidai d'ignorer ses sanglots, pas question de l'avoir avec moi. Mlle Stewart, ou plutôt la très récente Mme Min, était fort bien habillée d'ailleurs, et je lui en fis la remarque. Elle allait forcément attirer des regards et moi, je ne voulais qu'il n'y ait que le mien sur elle.

- Hum, Selena, très bonne idée, je vais aller la chercher tiens, pour lui montrer… En tous les cas, tu as réussi ton coup, je bave.

Baver c'était salissant par ailleurs, et je ne voulais pas qu'on salisse ma voiture. Hanaé donna les groupes et si je n'avais pas été moi, j'aurais tiré la tronche en voyant qui j'avais. Le pire étant Laureen évidemment, et le moins pire Enzo. Bien que c'était quand même conflictuel avec lui.

- Euh, non merci, ta sœur reste où elle est. Bon, on va faire avec, je vais mater cette bande de gueux.

J'étais quand même un peu sérieux, je voulais pas qu'ils fassent n'importe quoi dans ma voiture. Arrivé devant mon bolide, je ne pris pas la peine de me présenter. Il n'y avait que Gwen qui ne me connaissait pas et au pire son chef se chargerait de dire de délicieuses choses à mon égard pour qu'elle sache qui j'étais. J'expliquais que je voulais qu'ils nettoient leurs godasses et qu'ils ne touchent pas à tout. Visiblement certains n'étaient pas d'accord avec moi.

- Miller, je t'ai connu plus obéissant quand même. Je comprends, faut montrer aux demoiselles comment faut faire pour être un grand rebelle, vas, j'ai compris.

Au fond de moi, ça me faisait quand même marrer et je jetai un coup d’œil discret à ses chaussures. Ça passait, elles étaient pas si dégueu que ça. De toute façon, sale ou non, ma voiture serait nettoyée à mon retour.

- Et Brown, monte pas pieds nus, on a pas envie de suffoquer. J'ai prévu un sac pour mettre les brosses, t'en fais pas, je sais ce que je fais.

Au même moment, Adam passa à côté de nous et lui aussi en profita pour faire son petit commentaire. Purée, heureusement que j'étais de bonne humeur, parce qu'ils commençaient tous à me saouler. S'ils me cherchaient…

- Le plastique, Adam, je le réserve pour les morts, ça tâche beaucoup plus que les vivants. Mais tu n'as pas envie que je te montre, je t'assure.

Pure provocation de ma part, évidemment, je ne transportais jamais les cadavres moi-même ! Je reportais mon attention sur Gwen, ce fut sans doute pour ça que je manquais ce qu'Adam fit à Iris. Sa réaction m'étonna un peu puis je me dis qu'elle était assez grande, elle n'avait pas besoin que je la défende. Finalement, la question de Gwen me donna une petite idée.

- Tu sais pas où mettre ta brosse ? Pauvre choupette, essaie dans la tronche de ton petit copain, ça l'arrangera peut-être.

Un coup d’œil vers Enzo qui montait en voiture et un coup d’œil vers le portable d'Iris au passage. Je ris en voyant ce que Cobb se tapait dans son carrosse. Je m'installais à mon tour au volant, tout le monde était prêt et pressé. Vite, qu'on en finisse, c'était tout ce que je voulais. Je programmai mon super GPS intégré à la voiture depuis que je l'avais retapée et allumai la radio en démarrant.

- Bon, le Soviet suprême est sympa, il va vous mettre de la musique. Une préférence pour un truc ?

Je zappais quelques radios en pensant que je ferais mieux de mettre ma clé usb dans le lecteur, avant de tomber sur de la musique classique. Bien, très bien. C'était parfait. Je partis donc sur la route, il n'y avait plus qu'à rouler.

- Tenez, ça, ça va apaiser tout le monde.

J'espérais qu'Iris n'allait rien dire. Je n'appréciais pas plus que ça non plus, mais c'était pour les faire chier. D'ailleurs en parlant de faire chier…

- D'ailleurs Miller, tu m'avais rien dit. Tu comptais nous la présenter quand ta donzelle ? Très jolie. Fin elle arrive pas à la cheville de ma femme, mais elle est toujours mieux que d'autres.

Je ne visais absolument pas Selena, et encore moins devant Laureen, ça n'était pas mon genre. Du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Covoituring avec Kyaw   Dim 2 Aoû - 22:14

HRP: Pardon c'est de la merde et je ne fais rien avancer du tout, mais j'avoue que je ne sais pas trop quoi lui faire dire, d'autant plus qu'elle émerge un peu et donc n'est même pas dans l'ambiance pour faire chier son monde comme elle peut le faire Rolling Eyes


Interactions: Kyaw, Adam, Anastasia, Ashley


- Des envies de meurtre ? Je te donnerais bien un nom pour la victime, mais en public ça ne se fait pas…


En effet, des envie de meurtre. Mais c'était la mauvaise humeur qui parlait. C'était comme ça à peu près chaque matin et après deux bonnes heures, l'orage laissait place au soleil. D'autant plus qu'ici, elle pouvait même prendre de l'avance étant donné qu'elle avait Kyaw à quelques centimètres d'elle pour lui redonner le sourire, sans rien faire de bien spécial, ou simplement en partageant cette affection pour Anastasia.

"Oui. Mais ça va passer. Le manque de sommeil, une maman chiante et une petite sœur pot de colle, c'est tout. C'est la routine."

En effet, c'était à peu près tous les matins comme ça. Du moins les matins où elle se réveillait chez elle et non pas à la confrérie

"T'as peur qu'on ait des soupçons quant à sa soudaine disparition ? On pourrait toujours payer quelqu'un"

Lorsqu'il lui parla de Selena, elle fronça les sourcils. Il était hors de question qu'il fasse un truc pareil, s'il ne voulait pas avoir d'ennui.

"Même pas en rêve. Si tu oses faire un truc pareil j'en conclurais que tu ne tiens pas à ta vie alors que moi je commençais doucement à me faire à mon nouveau nom."


Blague à part, c'était sans compter sur Anastasia pour avoir la paix, effectivement. Iris se tourna vers sa soeur pour savoir ce qu'elle lui voulait cette fois et le contraire l'aurait très certainement étonné. Elle ne voulait pas se retrouver avec le groupe où elle était, elle voulait son père, ou Kyaw. Ordinairement, la jolie demoiselle l'aurait méchamment remise à sa place, sauf qu'elle n'était pas toute seule et donc, devait en plus de ça jouer les grandes sœurs modèles. Ou presque. "Ana tu ne peux pas aller avec papa parce que la prof de maths a déjà fait les groupes. Si tu lui bousilles tout son planning, elle ne s'y retrouvera pas. Et tu peux pas aller avec Kyaw, parce que si tu regardes la voiture, il y a trois places derrière et deux devant. Si tu comptes les personnes présentes, on est bien 5 et 6 avec toi donc à moins que de te foutre dans le coffre, y'a pas de place et je suppose que t'as pas envie de rester 3 heures dans un coffre à étouffer ?" Iris baissa le regard vers alors qu'elle insista "Qu'est-ce que tu comprends pas dans NON, Ana ? T'as vraiment envie que je te montre ce que ça signifie ou ça ira ? T'arrêtes de faire le bébé et tu vas avec ton groupe "  Iris  l'emmena jusqu'à son groupe. Il fallait qu'elle joue le jeu de l'hypocrisie, au moins pour montrer qu'elle n'était pas – si – horrible que ça. De plus, si elle devait attendre que l'enfant se décide à bouger ses fesses de là, demain ils étaient encore là à attendre qu'elle décampe. Lorsque Anastasia insista encore et tout jour, c'était probablement la fois de trop pour Iris. Elle n'avait aucune patience et encore moins avec sa petite sœur qu'elle ne supportait pas vraiment "Tu me gaves. Kyaw il veut pas de toi parce que t'arrêtes pas de faire le bébé et il n'aime pas les bébés. Alors montre lui que t'en es pas un et à ce moment là, peut-être qu'il voudra bien de toi. T'as pas  3 ans, t'en as 9. Maintenant tu restes là et si tu oses revenir, tu vas avoir des problèmes, je te préviens." Iris leva le regard vers la conductrice qu'elle ne connaissait pas "Si t'as un problème avec elle, c'est mon père que t'appelles, pas moi. J'en suis pas responsable et j'en ai rien à faire de ce qui pourrait lui arriver"

La jeune femme prit le chemin dans le sens inverse pour rejoindre son groupe, alors que Kyaw était en train de discuter de ses directives avec les autres. Entre la nouvelle qui se la jouait Sigma Nu de compet, Enzo qui lui, grillait son câble et Laureen qui jouait les pucelles hypocrite et lèche cul, Iris ne pu s'empêcher de se dire qu'ils n'étaient pas encore prêts à partir, mais attendit sagement que tout le monde ait fait son petit cirque. Iris observait Adam s'approcher du groupe, puis d'elle ensuite. "Peur de quoi ? Que tu tombes amoureux ? Ah ! Mais c'est déjà fait, je suis bête." La main du garçon vint ensuite pincer sa taille, ce dont elle ne supportait pas.  "Mais tu fais mal putain !" Elle lui enleva directement "La prochaine fois que tu oses me toucher, tu prends un coup dans ce que t'as de plus cher. De plus, si tu tiens à garder ton job, je te conseille aussi de garder tes mains chez toi." Lui disparu avec son groupe, et Iris finit par monter dans la voiture avec l'espoir que ça passe assez rapidement. Kyaw programma son GPS et alluma la radio. En passant quelques stations, elle ne releva le nez et le regarda les yeux remplis de point d'interrogation en entendant ce qu'il avait laissé. Ordinairement, elle lui aurait probablement demandé si c'était elle qu'il voulait endormir, mais n'ajouta rien en comprenant qu'il s'attendait surtout à certaines réactions de la banquette arrière. Elle acquiesça un léger sourire face à sa remarque, puis se coinça dans le fond de son siège écoutant à moitié la conversation à propos de la copine, amie, collègue ou autre statut d'Enzo. Quant à Laureen, elle la niait complètement, à ses yeux c'était tout ce qu'elle méritait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Petit nouveau
Messages : 37
Date d'inscription : 14/06/2015
MessageSujet: Re: Covoituring avec Kyaw   Dim 16 Aoû - 14:50

Vous, qui êtes tranquillement installés sur un siège de voiture, oui, vous. Vous pensiez pouvoir arriver bientôt à destination et commencer à profiter des joies de ce voyage, n'est-ce pas ? Vous pensiez réellement laisser derrière vous les problèmes de la vie pour une semaine entière. Mais vous ne pensiez pas que Dame Nature voudrait aussi être de la partie. A vous, qui discutez ou jouez sur la banquette arrière, il est temps de casser un peu votre joie de vivre. A vous qui êtes là, muet, à regarder par la fenêtre parce que votre chauffeur est un gros ours, il est temps que ça soit encore pire. Certains, en partant, n'ont sans doute rien remarqué. Et pourtant, au fil des kilomètres avalés, vous devez vous rendre à l'évidence : vous commencez à avoir un peu froid. Quelque chose semble avoir pris le soleil et le ciel bleu en otage. Certains d'entre vous le voit : cet amas gris au dessus de vos pauvres petites têtes. D'autres sont trop occupés pour s'apercevoir que quelque chose se prépare.

Vous, qui êtes derrière vos volants, vous en voyez une tomber sur votre pare-brise. Oh, on ne parle pas ici d'une mouche ou d'une mésange. Non, on parle d'une goutte d'eau. Et si elle avait été toute seule, il n'y aurait sans doute eu aucun problème. Sauf que vous en voyez une deuxième, et que ça vous dérange un peu. Vous êtes obligés d'allumer vos feux, parce que ça s'est assombri autour de vous. Pour l'instant, vos essuie glace sont encore en train de dormir. Puis bien vite, vous devez vous rendre à l'évidence : il faut que vous les utilisez, sinon vous ne pouvez rien voir.

Vous, qui êtes en train d'écouter de la musique parce que c'est une chose qui vous détend en voiture. Vous qui dérangez peut-être votre voisin de droite ou de gauche parce que vous êtes sourd et qu'il entend bien mieux que vous votre bruit sans avoir à avoir le casque sur les oreilles. Eh bien même vous, vous commencez à entendre tambouriner au-dessus de vos têtes, toute cette pluie qui martèle les voitures parties de cette école de Boston. Bien vite vous n'entendez plus rien de la belle mélodie qui parvenait à vos oreilles, et monter le son ne vous sera d'aucune utilité.

Rassurez-vous, tous autant que vous êtes. Dame Nature aime jouer, et ce n'est que le début pour elle. Simplement un peu de pluie, est-ce que vous pensiez qu'elle était petite joueuse ? Si c'était le cas, elle va vous prouvez le contraire. Si ça ne l'était pas… eh bien tant pis, elle va vous le prouver quand même. Certes, certains n'aiment peut-être pas conduire avec le vent qui se lève et le déluge devant leur nez, mais ce n'est en soit pas non plus la mort. Vous ralentissez, vous faites attention, et tout se passe bien. Sauf que ça ne s'arrête pas là. Le vent se met à hurler, il fait plus sombre que jamais -et pourtant c'est le début de la journée- et surtout, cette pluie qui ne laisse pas une seule micro seconde de visibilité.

Oui, vous, qui êtes pressés d'arriver. Que vous soyez devant ou derrière, content ou ennuyé. Vous allez devoir attendre. Parce que devant ça, seul un fou continuerait : ce qui n'est pas votre cas, n'est-ce pas ? Et même si vous n'en êtes pas tous au même point, vous faites la même chose. Vous cherchez une aire de repos pour vous garer, et pourquoi pas vous réfugier à l'intérieur d'une petite boutique qui vend des boissons chaudes ? Cependant, quoi qu'il en soit, il vous faudra faire avec et vous battre contre la météo, qui est loin d'être clémente, et qui vous en fera baver si vous décidez de sortir de la voiture. Mais même pour les plus sages d'entre vous qui ne sortiront pas : une voiture n'est pas l'endroit idéal pour se cacher, on ne s'y sent jamais totalement à l'abri. Et ça, Dame Nature adore ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Président des Sigma Nu
Disponibilité pour RP : Yep.
Featuring : Zico (Wu Ji Ho)
DC : Lee Hae HyukAshton D. MyersFrank EarendNicholas TompkinsGemma Osborne
Messages : 191
Who I am? : Un opportuniste, qui profite de la vie, et le chef des Sigma Nu, accessoirement. Et Cornerback chez les YB, alors si tu me cherches, j'te plaque Wink
People around me : La famille, les amis, les ennemis, bref la smala au complet.
Social Network : J'suis pas Facebook, Instagram et compagnie. Les selfies c'est réservés aux narcissiques, et encore selfie, si c'est égal à se prendre en photo que l'menton... Mais j'ai un casier.
CellPhone : J'te préviens, ce numéro est à joindre en cas d'urgence, ou si on a un minimum de choses en commun. Ceux que j'aime pas, je réponds pas Very Happy
Relations : - Ami d'enfance de Gwen Foster
- Protecteur de Seung Joo, tu touches un d'ses cheveux, t'es mort, pigé ?
- Sous le tutorat d'Hanaé Nguyen
- Travaille pour Eo-w-yn !

Date d'inscription : 14/06/2015
Age : 19
Localisation : Dans ton cul.
MessageSujet: Re: Covoituring avec Kyaw   Dim 30 Aoû - 23:30

Inscrivez-vous, qu’ils disaient. Ça vous fera du bien, qu’ils disaient. Et mon cul, c’est du poulet !

La journée avait plutôt bien commencée, découvrant avec surprise une présence dans mon pieu : Gwen en personne, gueule de bois en supplément, qui se demande ce qu’elle fout là. Réveil amusé donc, histoire de se mettre en joie et d’oublier le fait qu’on avait un voyage scolaire casé juste derrière. J’aime bien ça, les voyages scolaires, mais ça dépend où, et là à l’idée d’aller me paumer au fin fond des bois je n’aime pas vraiment ça. Y a des milliers d’endroits sur terre, fallait choper la nature, les arbres, le camping, la vie à la dure et les insectes. Surtout les insectes. Moi, je les ai en horreur ces petites bestioles affreuses qui rampent et volent, et piquent, et font mal. Bah oui parce qu’en plus d’avoir une sale gueule ça te faisais pas une infusion de barba papa dans le sang. Bref, je n’avais déjà pas une envie fulgurante de le faire ce voyage, mais alors devoir faire un trajet commun dans la même bagnole que Kyaw et Iris réunis c’était simplement le pompon de la cerise sur le gâteau. Le binôme, que si tu les fous ensemble, t’es fichu.

Honnêtement, j’ignorais si la prof de maths espérait vraiment nous voir arriver tous vivants à son point de rendez-vous dans deux heures, parce qu’au rythme où ça commençait, c’était mal barré, parce qu’attention accrochez vos ceintures : quand on veut monter à bord du carrosse de sa majesté Min, on se cire les pompes, il ne faudrait surtout pas qu’une nano poussière vienne ravager les tapis de sol arrières de la voiture. Non parce que comprenez, elle est stérilisée continuellement, il ne faudrait surtout pas qu’un de nos postérieurs viennent polluer les sièges. Bref, une première demande de la part du quaterback, que je prends évidemment au second degré, ne voulant pas tomber dans un panneau aussi grand. Mais non, il était très sérieux, agitant fièrement ses brosses à la con. Pour ma part, je refusais catégoriquement de cirer quoique ce soit, seules Gwen et Laureen finirent par le faire, bien que je restais statique et m’installais sans demander mon reste, non sans pestiférer et lui faire comprendre ma façon de voir les choses. Encore une raison pour ne pas aimer les Pi Beta Phi, ces trouducs pétés de thunes qui n’hésitent pas à s’en vanter, et à dénigrer les autres comme si c’était normal une telle inégalité. Je ne m’étalais cependant pas là-dessus et me concentrais sur la nouvelle application de merde en vogue sur les smartphones. Option multijoueur, jeu à la con, mais pour passer le temps c’était l’idéal, d’autant que je ne prévoyais pas d’entrer dans un débat avec le roi et la reine de Boston, assis à l’avant du véhicule. Je me contentais des deux Sigma Nu qui me soutenaient, et je m’en sortais très bien.

Mais ça c’était avant.

Avant qu’il décide de jouer avec mes nerfs. La brosse, ok, ça passe, mais la musique classique me donnait littéralement envie d’exploser le lecteur.

« - Tenez, ça, ça va apaiser tout le monde. »

Et mon poing dans ta gueule, ça va apaiser tout le monde aussi ? Question que je me retenais de poser, bien qu’elle était à deux doigts de franchir la barrière de mes lèvres. A la place, je m’armais de mon sarcasme et de mon tact légendaire.

« - Sans musique c’est bien aussi, non ? Non, parce que ce serait dommage qu’on ne vous entende pas. D’ailleurs, je me suis toujours demandé, ça parle de quoi un PBP et une DG ? De cul ? Non parce que je vois mal Kyaw évoquer sa dernière épilation du maillot, ni Iris vanter la taille de ses biscottos. Après c’est une question comme ça, je suis juste curieux. »

Et je cherche surtout la petite bête. Histoire de m’enfoncer j’ajoutais à mon discours bancal et tout sauf glorieux, un beau sourire hypocrite. Sourire qui se transforma en léger rictus quand Kyaw commença à évoquer une possible relation entre Gwen et moi. Pas un rictus de dégoût, comme si on m’annonçait que j’avais un quelconque lien avec le dernier thon du coin, mais plus celui du gars qui ne savait pas trop comment réagir. Mais sans pour autant vouloir me démonter face à lui, je passais mon bras autour des épaules de Gwen.

« - La donzelle, c’est Gwen, c’plus joli. C’est la nouvelle Sigma Nu, donc si j’étais toi je ne la chercherais pas trop, elle mord. En revanche, je ne savais qu’Iris était ta « femme », petit cachotier. Tu me diras, le mariage c’est toujours plus charmant que de la graver au fer blanc comme les vaches, pour dire qu’elle t’appartient. »

Prochaine destination pour Enzo Miller : le bitume. Moyen de transport : coup de pied au derche. Trajet : siège-fenêtre. Si on devait plus ou moins résumer ce qui m’attendait si je continuais dans ma lancée, mais difficile de m’arrêter. Et nous en étions même pas à dix minutes de trajet…

« - Finalement je crois que tu peux laisser la musique. »

Et je me replongeais dans le jeu avec Gwen, laissant le temps passer, et le conducteur se démerder.

Une bonne demi-heure après, alors que je m’étais réveillé avec un rayon de soleil dans la gueule, voilà que le temps se dégradait à vue d’œil, ce qui ne semblait inquiéter personne sur le moment. Il fallait dire, deux gouttes n’étaient pas prêtes de tuer quelqu’un, mais à mesure que nous avancions la visibilité diminuait et la pluie s’abattait sur nous comme si un pauvre débile nous survolait et balançait des seaux d’eaux sur la caisse. Le vent soufflait... Bref, une tempête venait de nous atterrir dans le coin de la gueule, sans prévenir.

« - Manquait plus que ça tiens. »

Je marmonnais dans ma barbe. Pas enthousiaste de passer deux heures dans un véhicule, voilà de quoi rallonger la durée de la torture, et le pire c’est que je ne pouvais remettre la faute sur personne, bien que ça m’aurait fait plaisir de traiter Kyaw de tous les noms pour être un mauvais conducteur. Mais là non, c’est Dame Nature qui faisait des siennes, trouvant le trajet visiblement trop ennuyant.

« - J’sais que t’en feras qu’à ta tête Kyaw, mais je pense qu’une petite pause sur une aire ça peut être pas mal. Je tiens un minimum à ma vie, et l’aquaplaning, ça pardonne pas. »

Cette fois-ci, pas de sarcasme, un ton qui se voulait tout à fait gentillet, et surtout pour éviter qu’un plus gros pépin nous tombe dessus. Après, c’était lui qui avait le volant entre les mains…

_________________
SIGMA NUENZO MILLER
King of the jungle, kkomadeul jaerongjanchireul meomchwo, bunwigineun beolsseo mureuigeotgo, sunsikgane gaekseogeul jeongbok.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nous Tomberons, Nous Rêverons Encore, A la Vie Comme à La Mort
Disponibilité pour RP : Yup
Featuring : Sandra Kubicka
DC : James P. Cobb E.
Jae Ji Choi
Eoin Johnstone
Nikolaï A. Kozlovski
(Eric Altman, Samuel Steevenson, Maira Hae, Vincent Eckon)

Messages : 129
Who I am? : Et un deux trois Alice au Pays des Cauchemars... ♪♫

People around me : A nos joies passées, à nos flèches à nos étoiles, à la vie comme à la mort
What I've done : Bad bad things
Where I'm going : To keep My Promises
Relations : Je ne le sais pas encore mais je crois que j'aime mon chef... Zoooo ♥

Mikaela Kozlovski -> Amie
Iris Stewart -> on se déteste non ?
Kyaw Ne Min -> Le Petit Prince
Seung Joo Park -> Protégé

Date d'inscription : 14/07/2015
Age : 19
Localisation : Boston Yeaah
MessageSujet: Re: Covoituring avec Kyaw   Mar 8 Sep - 23:29

Mentions: Hanaé, Cléo, Laureen, Mikaela.
Interactions: Enzo, Iris; Kyaw.

La fête juste avant de partir en voyage scolaire ça peut paraître tout à fait séduisant et franchement sur le moment c'est super cool, de se lâcher et de ne plus penser à rien, la rentrée qui arrive et tout les autres petits soucis de ces dernières semaines, j'aurai bien le temps de repenser à tout ça plus tard, ce soir ce qui comptais c'était de m'amuser. On pourrait croire que c'est ce que je fais souvent, des fêtes, m'amuser souvent, c'est l'image que vous avez des rebelles j'en suis sûr, même si déjà le mot rebelle fait cliché et souvent utilisé par les autres pour se moquer, donc oui je suis sûre que vous pensez que je suis du genre à sortir tout les soirs et à enchaîner les fêtes, à rentrer beurrée tout les soirs. Je ne suis pas comme çà du tout, déjà parce que je n'ai que dix-sept ans et que je n'ai pas envie de flinguer ma santé et puis pour sortir et faire de la fête il faut du pognon et moi personnellement je n'ai pas des millions de dollars à dépenser pour faire une tournée des bars tout les soirs. Quand j'étais à Chicago, je partais en vrille certes mais plus pour les conneries que je faisais, pas pour les excès. Je suis sûre que les gosses de riches sont bien pires que moi pour ça, ils sont la propre image qu'ils essayent de nous coller. Désolé mesdames et messieurs les gros bourges de service mais « être rebelle » ce n'est pas se pinter vingt-quatre heures sur vingt-quatre, mais c'est ne pas aller dans le sens de votre petite façon de vivre, vos règles à la con et vos préjugés débiles, moi je fais ce que je veux et vous essayez par malheur de me coller une étiquette ou bien de me dire quoi faire et ben vous pourriez le regretter, un ami à moi dit que je mord quand je suis énervée… Je parlais donc de fête oui, hier chez les Sigma Nu, on a fait la fête et je dois avouer que je ne me souviens pas de tout, je crois que j'ai trop bu déjà, ça expliquera le mal de tête matinal que je me coltine, je n'ai pas l'habitude de boire autant d'ailleurs, mais bon sur le coup c'était la fête tout le monde s'amusait bien, et d'ailleurs je ne me souviens même pas quand je me suis endormi mais il devait être assez tôt ce matin. Toujours est-il, que je pensais m'être endormie dans mon lit à moi. Vous comprendrez, qu'en plus de la migraine j'ai été légèrement surprise de trouver Enzo Miller, dans ce que je croyais être mon lit, jusqu'à ce qu'il me fasse comprendre lui-même que je m'étais totalement trompée de chambre en m'endormant et que j'étais dans SON lit. Le rouge est directement monté à mes joues alors que je filais en quatrième vitesse me réfugier dans ma chambre « a toute 'Zo » lançais-je alors que je claquais sa porte et que j'entrais dans mon antre. « Punaise, punaise, punaise… » De toute les personnes de la confrérie il a fallu que ce soit dans la chambre de Enzo que j'atterrisse, la personne que je respecte le plus au monde et devant qui je ne voulais pas me ridiculiser, et bien c'est foutu maintenant, bien joué Foster, au moins il a dû bien rire au réveil.

Pour moi c'est direction la douche, histoire de me réveiller et de tenter de faire passer la migraine, au moins je n'ai pas à conduire un des groupes à destination, de toute façon je n'ai pas le permis je me contente tout à fait des bus ou d'un vélo pour me déplacer dans Boston. J'essaye de ne pas trop penser à tout ce qui viens de se passer alors que j'avale mon café en toute vitesse avant de rejoindre Enzo qui lui aussi était prêt, je n'ose même pas le regarder dans les yeux de peur de ce que je pourrais y trouver. « Ah ah super drôle 'Zo, super drôle… Mais promis la prochaine fête je fais installer des panneaux néon pour indiquer ma chambre comme ça pas d'erreur possible » dis-je en rigolant un peu, d'une vois rauque, toujours pas assez réveillée à mon goût. « Tu l'as dit, mais bon c'est un voyage scolaire, je sens d'ici les aprem randonnée dans les champs et soirée feu de camps youpiii » dis-je en mimant une fausse joie en souriant. « Cléo et Laureen ? Même pas Mikaela ? » Non parce que bon Laureen et Cléo c'est pas non plus les plus grandes représentantes des Sigma Nu, alors que je m'entendais plutôt bien avec Mikaela qui était arrivée à peu prêt en même temps que moi à Boston. Arrivés au parking nous écoutons le speech de la prof de maths, cours que je ne peux pas voir en peinture, mais elle a l'air cool, c'est pas souvent, les profs de maths c'est souvent des vieux croûtons rigides avec leurs petites lunettes sur le bout du nez. Enfin on verra bien en cours de toute façon. Forcément faut qu'on soit dans la voiture de Ken et Barbie, sinon c'est pas drôle. Et en plus Ken est un maniaque professionnel et je sens qu'il va rapidement me saouler lui, je finirai à pied, tant pis mais je vais pas jouer la fille bien sage parce que monsieur fait des complexes de supériorité, donc lui et princesse casse-noisette ont bien intérêt à la boucler. « Ben je pensais à les ranger dans ta gueule, mais bon file le sac pour les ranger on en parle plus. » dis-je en lui tendant la brosse, il veut jouer les gros durs il allait trouver du répondant. Et suite à ça Enzo se lance dans sa vision de voir les choses et je dois avouer que je suis à deux doigts de l'applaudir, au moins ça fera taire les autres pendant cinq secondes. Je monte donc à côté de Enzo qui propose un jeu sur son téléphone, toujours un peu gênée par les événements de la matinée j'accepte néanmoins. « Ouai carrément merci, au moins on aura pas à papoter avec Ken et Barbie... » dis-je en souriant en coin alors que Kyaw démarrait et nous imposait… de la musique classique. Il va être long ce voyage. Le truc auquel je m'attendais pas c'est qu'on se mette à parler de moi en tant que « donzelle », Ken a sûrement besoin d'un petit cours sur le respect, je veux bien lui gueuler dessus jusqu'à ce qu'il retienne mon prénom et au passage ça me détendra, surtout ce que je n'avais pas prévu c'est que Enzo, prenant ma défense, passe son bras autour de mes épaules et je dû lutter pour ne pas devenir toute rouge. « Je suis ravie d'apprendre que Barbie à l'avant a un prénom, sinon je suis vraiment déçue nan c'est vrai je pensais que vous aviez un peu plus d'imagination, mariage entre PBP et DG, ça fait tellement cliché, peut être aussi gros que ceux que vous avez sur les SN en fait » dis-je avant de reporter mon attention sur le jeu du téléphone de Enzo.

Et puis bien sûr comme tout se passait si bien, il a fallu que la divine providence ou qu'elle que soit le machin merdique qui régit nos existences décide de n'en faire qu'à sa tête, parce que maintenant il pleut des trombes, des machins comme il en arrive qu'en période de mousson normalement et puis t'as monsieur le Prince Mihn qui se la joue Taxi à foncer comme si tout était normal. Bon je suis du genre à prendre des risques d'habitude, mais pour le coup y a des limites. « Ouai sans vouloir la ramener, parce que au mon Dieu, je m'en voudrais tellement de te donner des ordres, ô puissant souverain de cette voiture, tu pourrais pas l'arrêter là juste maintenant tout suite? Juste le temps que tu puisse au moins voir la route. Merci... » dis-je le plus hypocritement possible, sachant que ça allait râler, quitte à passer un trajet peu agréable autant s'amuser un peu.

_________________
I Wanna See, I Wanna Live...
J'aimerai quand même rester un peu, là... J'aimerai bien rester contre toi... Mais comme temps ne reviendra pas, on reste là, on restera... (Starlight/Indochine).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pi Beta Phi
Disponibilité pour RP :
Featuring : Min Thein Khant
DC : Logan C. Maxwell, Marine Martel, Alayna Keane, Seung Joo Park & Jake I. Wilson
Messages : 102
Who I am? : Dieu
People around me : Les pauvres mortels
Where I'm going : Beaucoup de mauvaises choses
Social Network : Tumblr
CellPhone : Téléphone & casier
Date d'inscription : 09/06/2015
Age : 23
MessageSujet: Re: Covoituring avec Kyaw   Lun 14 Sep - 22:18

Rien qu'en voyant le groupe avec lequel j'étais, je savais que ce voyage allait être pourri. Heureusement, j'avais Iris pour remonter le niveau, mais avec les trois de derrière, c'était pas gagné d'avance. Il fallait quand même que j'ai un self contrôle hors du commun et justement, je ne voulais pas m'énerver, ça serait leur plaisir et c'était exclu d'avance. Surtout qu'Iris était de mauvais poil. Personnellement, elle ne me le faisait pas trop sentir, parce que j'étais moi, mais je savais qu'il ne fallait pas la chatouiller. Chose que l'instinct de survie quasi absent des trois autres guignols ne leur avait pas dit. D'ailleurs, je dû prendre sur moi dès qu'ils furent près de nous. Je glissais quelques mots à Iris avant de leur donner mes directives.

- Payer quelqu'un ? Bonne idée, je vais retenir tiens.

Comme si je n'y avais jamais pensé… Enfin, c'était pas grave, un jour, la vie me donnera ce que je veux sans même que j'ai à faire quoi que ce soit. Simplement à me baisser pour ramasser ce qui m'appartient. Ce n'était pas le sujet du moment, on en vint à parler de Selena, cette cruche.

- Oh mais je commençais à aimer te voir porter ce nom, alors je ne m'approcherai pas de cette conne.

Ana vint nous faire chier et je préférais ne rien dire, sinon elle allait déjà épuiser toutes mes réserves de self-contrôle. Adam aussi, et je décidai de l'ignorer tout simplement. J'aurais déjà pu exploser et c'était sans compter sur l'autre grognasse de SN qui proposer de ranger la brosse dans ma gueule, après que je leur eut dit qu'il fallait laver leurs chaussures avec.

- Eh bah dis donc Enzo, t'as oublié de lui mettre sa muselière à celle-là ou ça se passe comment ?

Si elle continuait à me chauffer, je n'étais pas certain de garder mon calme. Je préférais ne rien dire de plus, montant dans la voiture. Après tout, j'étais le chauffeur, je devais me concentrer, tout ça. Iris n'était pas d'humeur à parler et moi, j'avais mis une station de musique classique. De une, ça ne me dérangeait pas -bien que ça ne tarderait pas- et de deux, j'étais certain que ça ferait râler derrière. J'avais raison parce qu'Enzo ne tarda pas à m'en faire la remarque. Accompagné de tout un tas de choses qui me feraient presque monter au plafond. Respire Kyaw, respire, tu es maître de toi-même.

- Ça m'étonne même pas qu'avec vos esprits limités, vous vous arrêtiez à des pensées comme ça. Bien sûr, on parle de cul toute la journée, même que contrairement à vous on pratique. Faut bien consumer le mariage non ? Tu devrais tenter Enzo, tu serais moins chiant, et t'as même une volontaire à tirer juste à côté de toi. Maintenant, si tu veux bien me laisser conduire -ça vaut aussi pour toi donzelle Gwen, avant qu'il te grave au fer rouge, il semble bien aimer ça- ça serait sympa, à moins que tu veuilles qu'on meurt tous.

Voilà, fallait pas me chercher. Maintenant, ils faisaient ce qu'ils voulaient avec ce que je leur avais dit, je n'avais à me justifier en rien. Je jetais un coup d’œil à Iris, espérant qu'elle n'était pas fâchée par ce que j'avais dit. Tous les deux, on savait très bien pourquoi on s'était mariés, pas besoin de l'expliquer aux autres, point.
Le reste du trajet aurait pu se passer sans encombre, mais c'était sans compter sur le temps. J'avais beau avoir une belle voiture, je n'étais pas non plus dans une bulle. Bientôt, je n'arriverais plus à voir la route et à conduire correctement. Mais j'étais un peu entêté et je ne voulais m'arrêter qu'au dernier moment, attendant de voir une place pour me garer. Sauf que les autres la ramenèrent encore une fois, ce qui m'agaçait légèrement. Avec la froideur qu'on me connaissait, je leur répondis :

- A votre avis, bande de singes, je suis stupide ? Je cherche où me garer correctement. Mais si vous voulez ma place, allez-y hein. Je m'en voudrais de vous envoyer chier, mais réfléchissez deux minutes avant de l'ouvrir, merci.

Je finis par trouver une aire de repos et me garais à côté des autres voitures arrêtées pour l'occasion. Il y avait des toilettes non loin, et peut-être plus loin un petit commerce. Cependant, j'appuyais sur un des boutons et un « clic » résonna dans la voiture. Merveilleuse invention que la fermeture des portes automatique ET la sécurité enfant.

- Maintenant, personne ne sort et on attend sagement que ça se calme, compris les enfants ? Si tu veux Iris, tu peux mettre de la musique, puisque la mienne n'est pas au goût de certains.

Ils voulaient en baver ? On ne cherche pas la bête pour se plaindre après qu'il a planté ses crocs dans votre chair tendre.

_________________
love the way it hurts
Toujours là mais jamais là. Jamais là et toujours là. Dans la tête et dans la peau, toujours présente mais jamais trop. Sans amour il y a moi, sans amour il y a toi. Sans amour il y a nous.
Sans amour il y a tout.


Kyaw parle en teal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Covoituring avec Kyaw   Jeu 17 Sep - 22:23

Le voyage aurait pu être top s’il n’y avait pas les trois demeurés derrière. Voilà ce que pensait Iris au moment présent. Elle était assise dans cette voiture, avec des gueulards à l’arrière qui ne savaient pas faire autre chose que se faire remarquer. Ben oui, c’était un peu là tout le sens de leur confrérie débile : montrer au monde qu’ils sont pas foutus de la fermer, au moins le temps de deux heures. Elle savait supporter la présence d’Enzo, parfois, mais là qu’il ne se sentait plus pisser parce que monsieur amenait avec lui sa dernière recrue en date, et qu’en plus il en était fier. C’était mort, elle avait juste des envies de meurtre ou mieux encore, de changer de voiture pour ne plus devoir les supporter, aucun des trois. D’autant plus que la demoiselle aurait pu les supporter et faire comme si de rien n’était si elle ne s’était pas levée du pied gauche ce matin. Ordinairement, il ne lui fallait qu’une petite heure pour retrouver son calme, mais là à chaque fois que l’un d’eux ouvrait la bouche, son pic de colère atteignait les sommets dignes de l’Himalaya.

Dans un premier temps, Enzo s’interroge sur les Delta Gamma et les Pi Beta Phi. Et quelle question s’il vous plait. Le truc le plus réfléchi du monde « de quoi parle un Pi Beta Phi et une Delta Gamma » Bien, s’il le voulait vraiment, Iris pouvait lui sortir une dissertation, heureuse de voir qu’il portait autant d’intérêt à leur confrérie. Kyaw lui répondit une réponse à hauteur de sa question et Iris préférait, une fois de plus faire preuve de self contrôle. De toute façon, ce qu’ils se disaient relevait du privé et si vraiment ils voulaient en faire profiter tout Boston, ils pouvaient toujours organiser une conférence digne de ce nom. Quant à la question sur le mariage, il faut dire que les curieux commençaient à se faire nombreux. Tous à se demander pourquoi, alors qu’ils savaient bien qu’entre Kyaw et Iris, c’était loin d’être une histoire d’amour à l’eau de rose ou encore un conte de princesse attendant sagement son prince charmant

« Mon dieu Enzo, tu poses vraiment des questions aussi débiles que ça ? On a oublié de te mettre un cerveau à ta naissance ou quoi. A moins que ta copine soit du genre à se laisser pousser les poils et donc qu’entre mecs vous vous compreniez. Tout de suite, je saisis tes interrogations. D’autant plus qu’il n’y a qu’à regarder Brown pour appuyer mes dires : Aussi sexy qu’un singe. » Elle se retourna vers Laureen et non sans un sourire hypocrite, elle s’exclama « De rien, c’était gratuit. »

Finalement elle se retourna, bien énervée, préférant se perdre dans son iphone, elle aussi. Jusqu’à ce que ce soit l’autre qui l’ouvre. « C’est pas plus con qu’une meuf qui se la joue rebelle à plein temps, mais qui au final est aussi limitée que son pote. Et pour ta gouverne, j’ai un prénom. Tu le sais, puisque Kyaw l’a dit il y a… même pas un quart d’heure. Que tu sois trop conne pour le retenir, ça m’étonnerait même pas au final.  S’il doit retenir ton prénom, tu fais pareil avec le mien. Quatre lettres à retenir, tu crois que tu peux y arriver ? Tu fais ce que tu veux, tu l’écris, tu repeins ta chambre avec tu te le tatoue partout sur le corps ou sur celui d’Enzo j’en ai rien à foutre, mais tes surnoms digne d’une gamine de 9 ans, tu les gardes pour les bouffonnes de ton genre. T’as saisi le message où t’es trop demeurée pour ça ? » Elle lui adressa le même sourire hypocrite qu’elle avait adressé un peu plus tôt dans la journée et puis reprit « Et puis si vraiment t’es pas foutue de retenir, crois moi qu’Enzo n’a aucun mal à le retenir, lui » Bonjour les sous-entendus.

Pleuvoir comme vache qui pisse. C’est comme ça l’expression, non ? Et bien c’était exactement ce qu’il se passait au moment présent. On n’y voyait plus rien. Iris avait presque fini par se calmer dans son coin. Presque, jusqu’à ce que Gwen l’ouvre à nouveau, toujours avec son amabilité légendaire. D’abord l’un, puis l’autre il ne manquait plus que Laureen s’y mette et puis Iris. Sauf qu’elle connaissait assez le quarterback pour se douter que même si ça l’emmerderait royalement, il finirait par s’arrêter, pas totalement suicidaire. Iris sourit néanmoins en voyant qu’une fois arrêté, il décida d’enclencher le verrouillage automatique. De toute façon, il était hors de question qu’elle sorte par un temps pareil, déjà qu’elle était à deux doigts de finir en iceberg.

- Maintenant, personne ne sort et on attend sagement que ça se calme, compris les enfants ? Si tu veux Iris, tu peux mettre de la musique, puisque la mienne n'est pas au goût de certains.

Et celle d’Iris ne serait probablement pas au goût des Sigma Nu derrière, mais si gentiment proposé elle ne pouvait pas refuser. Evidemment, elle allait chercher une musique bien pourrie qu’elle était sûre qu’ils ne supporteraient pas. Elle profita du Bluetooth de la voiture de son cher et tendre mari pour mettre la musique de son iphone, qui n’était pas le genre de musique qui la calmait elle, au contraire. Par la même occasion, elle poussa un peu le chauffage

« Tant qu'on y est, autant réchauffer l'atmosphère »

La jeune fille s’enfonça un peu plus dans son siège en attendant que le temps passe et s’améliore surtout.

« Il y en a encore pour longtemps ? Parce que ma limite d’indulgence est presque atteinte »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Covoituring avec Kyaw   

Revenir en haut Aller en bas
 
Covoituring avec Kyaw
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Covoituring avec Ashley
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» perdu avec sa veste [PUBLIC]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life in Boston rpg :: Corbeille :: Archives :: Events :: Berkshires :: Covoituring-
Sauter vers: