AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Demande de partenariat
Ven 26 Fév - 20:51 par Invité

» 16.02.16 - LE FORUM FERME SES PORTES.
Jeu 18 Fév - 15:51 par Miss Petunia Garner

» Flash | ft. Lily-Rose Rivest
Lun 15 Fév - 21:05 par Lily-rose F. Rivest

» Never say goodbye because saying goodbye means going away and going away means forgetting (Ninette ♥︎)
Lun 15 Fév - 20:27 par Isobel W. McCoy

» Mon Voisin Du Dessus (MVDD)
Dim 14 Fév - 17:55 par Invité

» À quoi te fait penser ce mot
Dim 14 Fév - 17:55 par Invité

» Le changement, c'est maintenant !
Dim 14 Fév - 12:18 par Shivani K. Shukia

» Une rose à dix
Dim 14 Fév - 12:11 par Isobel W. McCoy

» L'horloge parlante
Dim 14 Fév - 12:10 par Isobel W. McCoy

Points confréries
Delta Upsilon — 825 pts
Kappa Pi — 777 pts
Sigma Nu — 535 pts
Delta Gamma — 510 pts
Pi Bêta Phi — 300 pts
Thêta Xi — 60 pts
Vidéo

Partagez | 
 

  Tu parviens à me cerner en un regard, à m'attendrir en un baiser, à me rendre heureuse en une journée. Et lentement je tombe amoureuse - Sasha <3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Perso Crossover
Disponibilité pour RP : Oui
Featuring : Ariana Grande
DC : Lwyn Sein Zaw
Audrey K. Cobb

Messages : 95
Who I am? : Une jeune fille vivant à Miami, chez sa maman, mais qui parfois vient voir son papa à Boston.
People around me : Plein d'amis, mais principalement à Miami !


What I've done : //
Where I'm going : //
Social Network : //
CellPhone : //
Relations : Un beau Pi Sigma répondant au doux prénom de Sasha ♥︎
Date d'inscription : 21/06/2015
MessageSujet: Tu parviens à me cerner en un regard, à m'attendrir en un baiser, à me rendre heureuse en une journée. Et lentement je tombe amoureuse - Sasha <3   Sam 18 Juil - 2:40



 
Jewy & Sasha It's me and you


 
La veille avait été particulièrement difficile. Dans un premier temps, j'avais adoré la première partie du mariage d'Eden et Jaya. La petite balade à dos d'éléphant avait été une grande première et même si je ne me sentais pas de le refaire, j'avais été contente de tester. Les tenues de chacune étaient splendides et colorées, Jaya était juste sublime et à eux deux, ils auraient surement pu pousser la pire des ordures à ressentir ce sentiment parfois trop rare chez l'être humain : l'amour. J'avais découvert une nouvelle culture, en une journée. j'avais appris à aimer ce pays, même si j' étais totalement incapable d'y vivre plus d'une semaine. Et pour cause, j'étais habituée à mon petit cocon familiale avec ma maman. A ma chambre, à mes vêtements, à mes amis et maintenant, à Sasha. Même si ma vie ne me plaisait pas toujours, surtout en ce moment où j'avais tendance à extrapoler pour rien et prendre tout au premier degré, je ne voulais pas échanger, pour rien au monde et voulais garder mes parents,  mes proches, mes habitudes et je voulais aussi garder mon copain. Le problème, c'est que ce dernier était promis à une autre. Objectivement, ça serait plus facile pour moi si Iris n'était pas si parfaite physiquement. Beaucoup de filles tueraient pour avoir son physique, parce qu'elle était magnifique même naturellement. Elle n'avait pas besoin de passer deux heures à se préparer, pas non plus besoin de mettre un seau de maquillage sur le visage. Oui, objectivement, Iris était la perfection au féminin. Audrey l'avait d'ailleurs bien compris, puisqu'elle voulait de ce mariage. Elle ne le voulait surement pas pour le physique de la jolie Stewart, mais pour une histoire de réputation et d'entreprise. Si j'étais un mec, je ne cesserais de penser que Sasha avait de la chance d'être promis à cette fille-là. Elle aurait pu être plus moche. Mais voila, le fait est que dans un premier temps, j'étais belle et bien une fille, mais en plus, une fille avec des sentiments bien réels pour le dernier frère de la fratrie Cobb. Alors tout comme Logan le faisait pour James, je devais imposer ma présence et supporter les remarques parfois transcendantes de Madame Cobb. J'en venais même à me dire qu'elle arriverait à avoir son fils à l'usure. C'est vrai, peut-être qu'un jour il me dirait qu'il accepte ce mariage, parce que sa mère ne lui lâche plus la grappe. Chose que j'étais incapable d'accepter. Je ne voulais pas vivre en tant que maitresse d'un homme marié parce que déjà, j'étais trop jeune pour avoir ce statut, mais en plus, je voulais la place d'Iris. Peut-être pas avec autant de pression parentale, encore moins pour de l'argent. Seulement je sais que ça n'arrivera jamais, parce que mes parents ne sont pas PDG, juste architectes. Mon père avait beau avoir une bonne réputation dans ce domaine, ça n'avait rien à voir avec ce que faisait Ian Cobb. Même Nina était vénérée par Audrey. Elle appréciait Nathan... et pas moi. Pourtant on portait le même nom. On avait le même père, mais pas la même mère et pour Audrey, c'était Sarah qui coinçait dans l'équation. Pourtant, j'étais certaine que Sasha, lui, l'apprécierait.

Le problème à ce mariage, s'était résumé à un seul mot. Ou plutôt, un seul prénom : Iris. Pour une fois, cette fille n'y était pour rien, parce qu'elle n'était pas non plus au courant des plans de tables. De plus, ça la séparait aussi de Kyaw, qui lui se retrouvait à la table de Nathan, ou comment lancer la troisième guerre mondiale. Logan et moi avions été éjectés à une autre table pendant que Marine et Iris se retrouvaient près de Sasha et James. Durant ce repas, on s'était soutenus, on avait imaginer toutes sortes de plans pour mettre ces deux filles KO, parfois même exagérément, mais quelque part ça nous faisait du bien. En conclusion, cette grande surprise avait gâché la journée qui avait pourtant si bien commencé. Je m'étais sentie un peu bête de penser que ma place se trouvait à côté de celle de Sasha, et finalement voir qu'il s'agissait d'Iris. Les heures qui suivirent avaient été longues, un peu trop même. J'avais passé une partie de l'après-midi à regarder mon verre. C'était une grande première, parce que je m'efforçai à ne pas faire attention à ce qui se passait à la table d'à côté et j'avais souris, parce que c'était ce que je devais faire, au moins pour Eden et Jaya.

Le reste de la fin d'après-midi, j'avais préféré la passer assise à côté de mon papa. Sans doute parce que j'avais espéré qu'il soit mon super héro d'un soir et qu'il me sorte de ce mélodrame que je prenais au premier degré et qui me blessait assez profondément aussi bien dans mes sentiments pour Sasha, que dans mon estime personnelle. Je ne demandais pas à ce qu'il fasse un scandale, ni même qu'il interagisse auprès de quelqu'un. Je voulais juste qu'il arrive à comprendre que je voulais penser à autre chose, voir d'autres choses, oublier pour ce soir et faire autre chose. Finalement, j'avais prévenu Sasha que je partais une heure en ville, faire un tour avec mon paternel et que je revenais après. De toute façon, c'était pas comme si ça importait quelque chose, puisqu'il se retrouvait à la table de son frère, mais aussi d'Iris. Certes, il n’était pas obligé de resté le cul vissé sur sa chaise, mais parfois quand même et ces parfois étaient un peu trop présents à mon goût.

J'étais revenue un peu plus souriante et remotivée, parce que les moments passés avec monsieur Chris McCoy se faisaient un peu trop rares et donc, j'en profitais à chaque fois que je le pouvais. D'autant plus que pour lui aussi ça l'avait décompressé. Se retrouver à la même table que son ex-femme qui elle était accompagnée d'un autre homme, c'était pas facile et pourtant, lui, ce n'était pas qu'une simple amourette. C'était la femme avec qui il avait vécu le plus longtemps, avec qui il avait fondé une famille, une maison, un mode de vie. Pour une fois, j'avais évité de penser à moi et j'avais pensé à lui. Je passe mon temps à vouloir qu'il retourne avec ma mère, mais était-ce vraiment ce qu'il voulait lui ? Sans doute que non, sinon il ne serait pas parti et elle, elle se trouverait ici aujourd'hui, avec nous. Je pouvais aussi comprendre que sa vie d'antan lui manquait, la stabilité qu'il avait avec Isobel et le confort qu'il retrouvait en rentrant de son boulot. Il avait sa femme qui l'attendait, son fils près à lui sauter dans les bras et même son chien, qui était en fait celui de Nath. Tout ça était lointain, mais dans ses yeux on pouvait parfois relire de la nostalgie. Alors juste pour ce soir, et juste pour lui, j'acceptais de mettre mes petits caprices personnels de côté et j'acceptais de comprendre qu'une partie de son passé lui manquait et tout ça, sans lui en vouloir.

Ce matin, en me réveillant, j'avais mis de côté cette histoire de place, mais pas cette histoire de mariage. Je n'en voulais pas à Sasha, parce que finalement, le plus à plaindre dans cette histoire c'était lui. Pour une fois, j'avais même profité de la grasse mat' sans aucune répétition de mariage, puisque ce beau jour était maintenant derrière nous. Sasha était donc bien là, encore endormi et j'en profitais pour le couvrir de doux baisers. Mon but n'était pas vraiment de le réveiller, mais juste de me rappeler que là, maintenant, tout de suite, j'étais bien à ma place et que cette chambre était sans doute le seule endroit où je ne risquais pas de retrouver un oreiller où le nom d'Iris était cousu dessus, à côté de celui de Sasha. Je restais cependant sur mes gardes, parce qu'avec Audrey Cobb et Catherine Stewart, je m'attendais à tout. Je me lovai dans les bras du Pi Sigma, puis m'endormis à nouveau pour me réveiller réellement deux heures plus tard. La journée se passa normalement, et presque sans encombre. La chaleur était toujours bien présente et moi, j'oubliais petit à petit la journée d'hier. Sur le temps de midi, j'avais prétexter un truc à voir avec mon père, afin d'aller m'assurer d'un truc qui me tenait à coeur. Puis était revenue une petite demi heure plus tard. Je n'avais plus qu'à attendre l'heure H qui approchait à grand pas.

Vers dix-neuf heure, j'avais enfilé un jean et des petites tennis pour m'apprêter à sortir en dehors de l'hôtel, comme le demandaient les coutumes. Le moment était donc arrivé et quelque part, je l'appréhendais, mais ça ne pouvait pas être pire que ce mariage. « Tu viens ? J'ai un truc à te montrer en ville. Ca sera pas super long » ou peut-être que si, mais elle avait prévu le strict minimum. Elle attrapa la main du Pi sigma et l'entraina en dehors de la ville, jusqu'au lac où ils avaient fait les épreuves aquatiques. Là-bas, une jolie petite barque aménagée de coussins disposés un peu partout pour un meilleur confort, les attendait. L'homme de ce midi lui avait expliqué le concept : mener le bateau à l'aide du moteur et de la barre à l'endroit voulu, jeter l'ancre et puis profiter du spectacle. Elle grimpa dans le bateau et tout en souriant mystérieusement à Sasha, l'invitait à en faire de même. L'homme de ce midi lui avait fait tester le matériel en lui expliquant comment le manier et maintenant, elle était prête à faire fonctionner un bateau à moteur. Au moins jusqu'à l'endroit désiré. Et c'est ce qu'elle fit. Le bateau pneumatique à moteur se laissa glisser sur l'eau, jusqu'à un point. « Mon papa m'a emmenée voir le coucher de soleil hier et j'ai trouvé ça magnifique. Je voulais t'en faire profiter aussi. En plus, le monsieur de tout à l'heure a dit que c'était une nuit étoilée... Je trouvais que c'était sympa. » J'hésitai, parce que je n'étais pas sûre que ce soit le genre de chose qu'il apprécie « Enfin si tu veux pas on peut retourner, c'est pas grave ». Mes yeux s'humidifiait légèrement en pensant à la question que je voulais lui poser, mais qui me restait à travers de la gorge. C'était une question qui, au fond me blessait vraiment, mais auxquelles je n'arrivais pas à trouver de réponse. « Sasha, pourquoi pas moi ? Pourquoi ta mère ne m'accepte pas du tout. Elle accepte une garce comme Iris. Elle accepte Nina et elle accepte même Nathan. Pourtant Nathan et moi on a le même nom. On a le même père. Le père de Nath n'est pas plus riche que mon père à moi, vu que c'est le même. Je comprends pas et ça me blesse, parce qu'elle accepte tout le monde sauf moi. Comme si j'étais une pestiférée. » Elle savait qu'elle n'avait pas le droit de se mêler de ça, que ça ne la concernait pas, mais surtout que ça ne la regardait pas. C'était en tre les Cobb et les Stewart, autrement dit entre Sasha et Iris, mais tant pis. « J'ai rien à dire sur ta vie, ça ne me regarde pas et en fait, je ne me permettrais pas de le faire, ni de juger, mais je ne veux pas que tu te maries avec Iris. Je sais j'ai rien à dire et c'est pas un ordre, c'est juste une demande. Même à l'usure, je ne veux pas que tu le fasses, parce que moi je suis là et je ne veux pas être la fille de l'ombre qui attend patiemment le divorce qui ne viendra jamais. » Je le regardai avec un air grave, mais une mine totalement déconfite, voir même épuisée de toutes ces histoires. Parce que quelque part, moi j'étais là et j'existais. Moi j'étais là et j'attendais. Moi j'étais là et je l'aimais.

 
©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perso Crossover
Disponibilité pour RP : /
Featuring : Harry Styles
Messages : 18
Date d'inscription : 21/06/2015
Age : 20
MessageSujet: Re: Tu parviens à me cerner en un regard, à m'attendrir en un baiser, à me rendre heureuse en une journée. Et lentement je tombe amoureuse - Sasha <3   Dim 30 Aoû - 12:46

HRPG : Pardon pour ce temps de réponse extrêmement long, en espérant que ça te plaise !



It's just me and you
Jewel & Sasha

La vie nous réserve quand même de belles surprises. Il m’aura fallu quelques années et quelques paires de claques pour m’en apercevoir. A force de croire que le monde était contre moi, j’ai fini par passer à côté de choses qui en valaient vraiment la peine, perdant ainsi un temps précieux. Fait non irréversible, puisque chance pour moi, je m’en rends compte assez tôt pour rectifier le tir, et pour ne pas avoir suffisamment de regrets pour être hanté pendant encore trois générations de vies postérieures. Le fait est qu’avec des parents qui me pourrissent littéralement ma vie, je n’ai jamais eu vraiment la liberté de faire ce que je voulais. Je finissais par le faire, bien entendu, mais jamais sans l’accord d’un géniteur, qui trouvait toujours quelque chose à redire, ne prenant même pas en compte dans leur décision bornée le potentiel bonheur de leur fils. J’ai fini donc par m’accoutumer à une vie sans réelle affection de la part de mes parents, me contentant juste d’un amour et d’une admiration sans faille envers mes deux frères. Mais voilà le temps était passé, et chacun prenait un chemin différent, et finalement je me retrouvais face à la réalité : mûrir, ou subir. Il était évident qu’il allait falloir que je me ressaisisse malgré mon refus de voir les choses en face : il fallait que je me remue sérieusement le train. Et beaucoup de choses m’ont ouvert les yeux. Dont le redoublement de ma Senior Year. Ce qui aurait pu ne rien être pour moi il y a quelques temps, je le voyais comme une chance de recommencer et me racheter auprès d’Eden, ainsi que de tous ceux qui se bataillent malgré tout pour leurs rêves. Comme Jewel, comme Eric, comme Sam. Tandis que j’étais là, les bras ballants à voir tout se dérouler autour de moi comme si jamais rien n’allait changer. Et pourtant… Et maintenant il y a le mariage de mon frère, gros changement également, tout en me disant qu’un jour ça allait être mon tour. Assumer un retournement de situation, accepter une vie de famille, vivre à deux et ne pas être un lâche. Bref, beaucoup de recul, de rétrospectives sur mes années passées pas franchement glorieuses pour me rendre compte qu’il était temps pour moi de devenir un autre Sasha. Plus responsable, moins con, et qui ne niera pas que ses parents avaient pas toujours tort sur tout non plus. Si on ne bosse pas, on n’obtient rien, et je n’avais pas envie d’être rien. Au contraire je voulais leur prouver que je pouvais m’en sortir, pour mes propres rêves, tout seul, et que je n’avais pas la nécessité absolue de reprendre leurs affaires. Maintenant, je voulais montrer au monde que j’étais différent, et que je n’avais pas besoin d’être assisté. Je voulais changer. Et je savais au fond de moi, que j’en étais capable. Tout le soutien qu’on m’apporte au quotidien suffit à m’emplir de courage et d’énergie pour y parvenir. Mes frères, mais aussi Jewel.

Quelques années en arrière, quand j’arrivais seulement à Miami, j’étais encore qu’un pauvre trou du cul, qui pensait qu’à une chose être en tête de file des plus beaux mecs du lycée, celui qui enchainait sans compter les nanas dans son pieu et qui prônait haut et fort que l’amour c’était un guet-apens, un vrai merdier dans lequel il ne valait mieux pas se fourrer. Et j’y pensais, je refusais d’admettre qu’un jour je puisse être « en couple » et pas juste pour les apparences. Pourtant un long chemin a été parcouru entre temps, et les circonstances actuelles m’ont fait ouvrir les yeux. Je me suis vite rendu compte que tout ce en quoi je croyais n’était que mensonge pour m’auto-persuader. C’est grâce à Jewel que j’ai vite pu me défaire de ces idées reçues, et je ne m’en porte pas plus mal. Pour preuvre l’amour ce n’est pas qu’un putain de merdier. Nina et Nathan étaient très heureux, ce qui ne les empêchait pas d’être restée une figure à Wynwood.

Et aujourd’hui, j’ai la chance inouïe d’être entouré exclusivement de gens auxquels je tiens, dans un pays quelque peu magique, à profiter de tout ça avant de me remettre dans le bain des cours et compagnie. Un voyage qui s’écoule lentement et qui malheureusement touche bientôt à sa fin. Ici en partie grâce au mariage de mon frère qui a eu lieu la veille, nous n’avions pas vraiment cherché à éterniser notre présence sur les lieux, trop préoccupés par le fait qu’on aurait le temps d’en voir suffisamment. Et pourtant… Avec les nombreuses préparations et répétitions, nous n’avions pas eu vraiment le temps de se la jouer touriste en herbe en sillonnant la ville d’Udaipur, mais plus de témoins qui devaient se tenir prêts pour que la cérémonie le jour J soit parfaite. Et le mariage n’avait pas été de tout repos non plus, et ce malgré le programme alléchant. Le problème ? Mes parents. Ils avaient trouvé ça hilarant de composer eux-mêmes les plans de table et autant vous dire qu’une reconstitution de deuxième guerre mondiale n’a jamais été aussi bien exécuté qu’à ce repas. Séparé de Jewel, et collé à Iris, c’était plus un enfer qu’un paradis et ça a été un florilèges de vacheries à chaque seconde que dura le repas, et du coup j’avais été très en colère et très désolé pour Jewel, qui avait été écarté volontairement par ma diablesse de mère. Je n’avais rien pu y faire, et je ne pouvais qu’essayer de calmer la blondasse qui siégeait à mes côtés, parce que même si elle ne rêvait que d’une chose emmerder son asiate de mes deux, elle trouvait tout aussi excellent le fait de narguer Jewel quant à l’importance que lui accordait ma mère. Psychologiquement ce mariage avait été dur, et ce matin j’en avais profité pour allonger mon sommeil de quelques heures afin de me remettre de mes émotions.

Intérieurement je programmais dans ma tête ce que je voulais faire dans la journée, et honnêtement à part rien glander et profiter de la piscine extérieure, je ne voulais m’adonner à rien d’aussi épuisant et mouvementé que la veille. Le mariage avait littéralement puisé toute mon énergie. Et ça se ressentait sur l’après-midi que nous passions tous les deux. Farniente comme ils diraient en Italie. Parfaire un peu plus le bronzage, entretenu déjà toute l’année, tout en faisant trempette à intervalles réguliers pour se rafraichir et ne pas mourir sous la chaleur toujours aussi écrasante.

« - Tu viens ? J'ai un truc à te montrer en ville. Ca sera pas super long. »

C’est à dix-neuf heures passées que je me fais surprendre par la requête de Jewel, que j’acceptais évidemment, me laissant entraîner curieux de voir ce qu’elle avait à me faire voir. Après tout, je n’avais pas décalqué mon cul de la chambre de la journée, je pouvais bien faire un effort, d’autant que la veille nous n’avions pas vraiment pu avoir une conversation convenable, ni même une ambiance propice à être détendus. La faute à qui, je vous le demande.

Nous quittions donc la ville, et je me laissais aller aux rêveries, tout en me posant tout un tas de questions. J’étais d’un naturel curieux, et encore plus quand il s’agissait de Jewel, et bien que sur le coup je ne compris pas pourquoi nous nous retrouvions face au lac où je m’étais misérablement vautré durant le wakeboard, quand je me rappelais des doux conseils de Jaya, et en voyant le bateau qui était apprêté face à nous, je comprenais directement l’idée qu’avait eu Jewel. Ce lac était réputé pour ses balades en bateaux reposantes et dépaysantes, parfait pour nous en réalité, puisque je supposais qu’elle comme moi, n’était pas en état de taper dans les sensations fortes.

Le sourire aux lèvres, je m’installais face à elle sur une des deux confortables banquettes, et l’observais intrigué.

« - Un vrai petit moussaillon, besoin d’aide ? »

Un peu taquin, mais surtout impressionné, je la regardais guider le bateau. Avec aisance, comme si elle l’avait toujours fais, et nous emmena un peu plus loin sur l’eau, avant d’arrêter l’embarcation. C’était très agréable, la brise nous caressait le visage et n’était pas un de ces vents chauds comme il nous arrivait dans la gueule en journée et rendait l’air encore plus irrespirable. Il était de ceux doux et salvateurs, avec en prime un paysage de carte postale. Je profitais donc du cadre, quand elle m’annonça qu’elle était déjà venue la veille avec l’intention de me faire découvrir ce petit coin de paradis, et contre toute attente, elle se sentait plutôt gênée. De peur que ça ne me plaise pas. Sa petite moue me fit littéralement craquer, et j’attrapais ses deux mains que je serrais fermement dans les miennes.

« - Non, c’est parfait. Vraiment. C’est une très bonne idée que tu as eu là, et en profiter avec toi c’est tout ce qui compte, alors ne t’inquiètes surtout pas pour ça. »

Je déposais un baiser sur son front, mais étrangement, elle gardait cette petite mine basse, et une moue qui m’inquiéta légèrement. J’allais lui demander ce qui n’allait pas, quand elle me devança, avec une question qui me décontenança.

« - Sasha, pourquoi pas moi ? »

Autant dire que ça n’était pas réellement une question à laquelle je m’attendais en montant à bord de ce bateau, et même une question, ni même une réflexion à laquelle j’allais être confrontée un jour. Pourquoi ma mère ne voulait pas entendre parler d’elle, alors que Nathan oui, alors qu’Iris oui. Question qu’elle était en droit de se poser, après tout. Pourquoi était-elle la seule que ma mère ne pouvait voir ? Bien que Logan soit également dans le champ de tir de ma très chère génitrice, il était évident que je faisais en sorte que Jewel soit enfin acceptée au sein de ma famille, même si ça n’était pas tâche facile. J’aimerais pouvoir lui répondre que ça arrivera un jour, mais je n’en ai pas la garantie, j’aimerais pouvoir lui dire que tout va s’arranger, alors que dans ma famille rien ne se règle avec des s’il te plait et petites conversations. Leur dire que c’est celle que j’ai choisi n’aura sans doute aucun impact sur leurs ressentis et choix, et malheureusement c’est une chose que je ne peux pas changer à coup de baguette magique. Et être si impuissant m’attriste. L’approbation ne s’achète pas, et pourtant j’en aurais bien besoin pour une fois. Qu’ils reconnaissent une fois leur fils et qu’ils fassent l’impasse. Mais ça, je pouvais encore décrocher la lune, qu’ils ne changeraient pas de sitôt.

« - J’aimerais vraiment pouvoir te répondre, mais je n’ai aucune réponse valable à te fournir quant à son comportement. Il est illogique, y a pas à dire, mais elle n’a toujours accepté les choses que quand ça venait d’elle, ou allait dans son sens, et à partir du moment où j’ai refusé Iris, elle a choisi de tout simplement désapprouver le reste, et peu importe le statut que tu peux avoir. Tout comme elle n’acceptera sans doute jamais Logan.  C’est triste, mais c’est comme ça… »

Je ne m’étais jamais senti aussi désolé, ni même honteux d’avoir une telle famille qui puisse faire ressentir de telles choses à quelqu’un. Et je sais bien à quel point c’est affreux de ne pas se sentir à la hauteur d’une personne qu’on estime. C’est toujours important d’être accepté par les parents de l’autre, et pourtant dans notre situation c’était on ne peu plus délicat.

« - Mais ça ne change absolument rien pour moi. Ils peuvent bien dire ce qu’ils veulent, ça ne changera rien de ce que je ressens pour toi et je me bataillerais pour qu’ils finissent par t’accepter, et puis même s’ils le font jamais, on n’a pas besoin d’eux. Je peux comprendre que ça te blesse et j’en suis désolé, encore plus du fait que je ne peux rien y faire, si ce n’est rester à tes côtés et te soutenir du mieux que je peux. »

Je n’étais pas bien doué pour réconforter les gens, et ça devait sans doute être la première que j’avais à le faire, et pour cause, à bout d’hostilités injustifiées de la part de mes deux parents, voilà que ça mettait très mal à l’aise Jewel, et qu’en plus ça la faisait souffrir. Ca me faisait mal rien que d’y penser, davantage déterminé à les forcer à regarder la réalité en face et à redescendre sur terre cinq minutes.

« - J'ai rien à dire sur ta vie, ça ne me regarde pas et en fait, je ne me permettrais pas de le faire, ni de juger, mais je ne veux pas que tu te maries avec Iris. Je sais j'ai rien à dire et c'est pas un ordre, c'est juste une demande. Même à l'usure, je ne veux pas que tu le fasses, parce que moi je suis là et je ne veux pas être la fille de l'ombre qui attend patiemment le divorce qui ne viendra jamais. »

Je devais bien admettre que des discours comme ceux-ci j’y avais pas à faire tous les jours, et pourtant une fois devant le fait accompli je réalisais seulement à quel point cette décision des deux partis avait un impact fondamental sur tout le reste, et à quel point il était fout-la-merde ce mariage à la noix. De toute façon, il était hors de question que je m’y plie.

« - Peu importe ce qu’ils pourront bien dire et faire, jamais je ne me marierai avec Iris, je t’en fais la promesse. Je n’en ai pas le moins du monde envie, et ce n’est pas demain la veille où je vais me plier aux désirs insensés de mes parents. Tu n’as aucun souci à te faire, tu n’attendras jamais puisque je suis déjà là avec toi maintenant, et que ça ne changera pas. »

Les réconforts et discours de ce genre sont loin d’être ma tasse de thé, et pourtant je m’efforçais de trouver les mots pour la rassurer, lui faire comprendre qu’Iris était bien loin de compter dans la liste de choses qui comptent pour moi, et que quoiqu’il arrivait le mariage n’aurait jamais lieu. Fort heureusement, malgré notre haine mutuelle, elle refusait le mariage également ce qui facilitait déjà la tâche, même si tout était loin d’être fini.

Le paysage était merveilleux et je me sentais gêné du à l’ambiance entre nous ce soir, même si j’espérais que mes quelques paroles aient eu un effet positif. Par ailleurs, je m’installais aux côtés de Jewel pour l’embrasser et tentais du mieux que je pouvais de détendre l’atmosphère.

« - Le mariage est fini, il nous reste quelques jours pour en profiter, qu’est-ce que tu aimerais faire ? Au pire on peut toujours s’évader de cet endroit où on ne sera jamais véritablement tranquille, le Sri Lanka n’est pas loin, ça fait une belle excursion. »

Il fallait dire qu’on était plus étouffés qu’autre chose à l’hôtel, sans cesse épiés dans tous les coins avec les parents qui surgissaient toujours de nulle part quand on s’y attendait le moins. Et partir ne pouvait pas nous faire de mal, après tout on avait accompli notre bonne action : on avait supporté le mariage et les conflits qui en avaient découlés, on pouvait bien en profiter non ?

« - Tout ce qui compte, c’est que tu sois heureuse. »


© GROGGYSOUL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perso Crossover
Disponibilité pour RP : Oui
Featuring : Ariana Grande
DC : Lwyn Sein Zaw
Audrey K. Cobb

Messages : 95
Who I am? : Une jeune fille vivant à Miami, chez sa maman, mais qui parfois vient voir son papa à Boston.
People around me : Plein d'amis, mais principalement à Miami !


What I've done : //
Where I'm going : //
Social Network : //
CellPhone : //
Relations : Un beau Pi Sigma répondant au doux prénom de Sasha ♥︎
Date d'inscription : 21/06/2015
MessageSujet: Re: Tu parviens à me cerner en un regard, à m'attendrir en un baiser, à me rendre heureuse en une journée. Et lentement je tombe amoureuse - Sasha <3   Jeu 28 Jan - 15:45



 
Jewy & Sasha It's me and you


 
« - Un vrai petit moussaillon, besoin d’aide ? »

En tournant le visage vers le Pi Sigma, cette réflexion lui arracha un sourire amusé. Elle était loin d’avoir le pied marin et il était fort probable que si l’indien ne lui avait pas expliqué comment s’y prendre, elle n’y serait jamais parvenue toute seule. Peut-être même que d’ici quelques jours, elle ne saurait même plus comment faire, mais qu’importe. Après tout, Jewel ne comptait pas passer le restant de la semaine au milieu du lac en espérant fuir les idées un peu vaches d’Audrey et Ian Cobb.

-“Rigole, c’est une vraie leçon de navigation que j’ai eue hier ! Bon, après je te l’accorde, c’est pas le Titanic

Autrement dit, rien de bien folichon étant donné qu’il s’agissait d’un barque soigneusement aménagée, à moteur ; rien de bien luxueux non plus, mais ils étaient en Inde, pas à Dubaï et donc, il fallait faire avec les moyens du bord. La veille, elle avait apprécié l’endroit avec son père, alors pourquoi serait-ce différent avec Sasha? Le principal était aussi que ça lui plaise à lui. D’après les guides, mais aussi d’après Jaya, les couchers de soleil indiens étaient à couper le souffle et encore une fois, Jewel avait eu la chance d’en profiter avec son père, la veille. C’était un spectacle qu’elle avait apprécié partager avec lui et aujourd’hui, elle était heureuse de pouvoir en profiter avec Sasha. Ici, pas d’Iris, pas d’Audrey, pas de Cobb, personne en fait. Juste eux deux et c’était bien suffisant pour leur permettre de souffler un peu. Jewel avait trouvé le mariage splendide avec toutes les coutumes, mais il y avait eu un sacré boulot derrière et surtout, une bonne dose de self-control à la vue d’Iris Stewart. C’était ce qui l’avait le plus épuisé et entendre sans cesse des bribes de conversations à propos de la potentielle future union entre Cobb et Stewart était sans doute ce qui l’avait mis le plus KO. Ne voulant plus entendre parler ni de mariage, ni d’Iris, la jeune fille s’était réfugiée près de son père où elle avait tenté de discuter de tout, sauf de ça, faisant abstraction de ce qui l’entourait, mais aussi de la table un peu plus loin où Sasha devait passer une partie de la journée en compagnie de la jolie blonde.

Malgré le soir qui approchait à grand pas, la température était toujours aussi élevée pour ne pas se chopper un rhume, ni même se transformer en petits glaçons. En même temps, elle ne comptait pas lui infliger une nuit entière sur cette barque, mais sans doute qu’ailleurs, à part peut-être à Miami, ils n’auraient pas autant de chance au niveau du climat. Jewel s’inquiétait quand même de savoir si son idée qu’elle trouvait bonne ne l’était pas juste à ses yeux. Ce qui la minait surtout était la situation dans laquelle ils se trouvaient, dans laquelle Sasha se trouvait surtout. Il était en proie à un mariage avec une fille aussi sympathique que Cruella, alors que la petite McCoy essayait tant bien que mal de prouver qu’elle pouvait elle aussi avoir sa place dans la famille Cobb. Beaucoup de questions se posaient, beaucoup de choses lui étaient incompréhensibles et c’était la raison pour laquelle elle espérait que Sasha lui apporte des réponses qui la caleraient encore un moment, le temps de voir comment se termine toute cette histoire. Jewel écoutait attentivement les réponses que Sasha lui donnait et même si elle essayait du mieux qu’elle pouvait de respecter les parents du garçon, il était dur de ne pas avoir de pensées négatives étant donné que le respect n’allait qu’à sens unique. Et Iris, pourquoi elle ? Parce que ses parents étaient riches, son père travaillait avec celui de Ian et qu’elle était sans doute la future héritière de cette entreprise. Il était clair qu’à ce niveau, Jewel pouvait mal de la battre étant donné qu’elle se trouvait actuellement dans une école d’art et que ses deux parents ne possédaient aucune entreprise, si ce n’est que Chris avait un nom dans le domaine de l’architecture.

-“En fait, je comprends pas comment elle peut t’infliger une fille comme Iris. Encore si elle était adorable, sympathique, ça serait plus compréhensible, mais elle est aussi sympathique que le diable en personne. Je suis sûre que si Satan devait se réincarner, il prendrait son corps à elle.” Jewel prit une profonde respiration, mêlé à un soupire d’exaspération –“Physiquement elle est magnifique, c’est vrai il faut être honnête. Ca serait vraiment de la jalousie subjective de dire que c’est un thon, mais t’as vu sa personnalité ? Je parie ma tête que toutes les féministes de ce monde veulent sa mort

La jeune demoiselle ressassait ce que lui avait dit Sasha. Lui non plus ne savait pas vraiment comment s’y prendre face à sa mère et ses idées tordues et pourtant, il la connaissait bien mieux que Jewel et comme il le disait, Logan était un peu dans la même situation, voir peut-être même pire.

-“Remarque, si t’étais une fille, je ne suis pas sûre que mes parents t’accepteraient non plus” commença-t-elle. Elle afficha un sourire qui ressemblait fort à une grimace, mais c’était un sourire quand même –“Déjà que je te soupçonne d’être privilégié avec mon père. Parce que s’il ne te connaissait pas, je ne suis pas certaine qu’il serait totalement pour.” Evidemment, elle était d’accord avec lui sur le fait que pour Logan, c’était dommage. Néanmoins, elle espérait qu’un jour, elle pourrait être acceptée dans la famille de son petit ami au même titre qu’Iris, sans pression de mariage à laquelle elle n’était vraiment pas prête –“Est-ce que tu crois qu’un jour elle pourrait admettre qu’il y a pire que moi comme petite amie ? Enfin je veux dire, Blu elle était pire ! C’était une droguée, prostituée etc.” Jewel ne la connaissait pas vraiment, mais l’avait déjà croisée à plusieurs reprise lorsque Nathan avait demandé à ses parents de l’héberger lorsqu’elle était revenue de… De son centre de prostitution ? Oui, ça devait être ça. Petite pointe de jalousie sur le bout des lèvres, Jewel effaça cette pensée à l’aide d’un geste furtif de la main. La petite McCoy était touchée de la détermination de Sasha. Elle ne voulait pas non plus qu’il se batte avec sa famille, ou qu’il leur tourne le dos à cause d’elle, elle aurait vraiment aimé que tout ça se fasse tout seul et sans mariage

-“Tu sais, je peux attendre sans forcer les choses, si je suis sûre qu’il n’y aura pas de mariage avec Iris, ça ne me dérange pas de patienter. Après tout ils ont bien accepté Jaya. Peut-être qu’il y a quand même un peu d’espoir, sauf si Iris veut aussi se marier avec toi, mais elle a son asiatique-aussi-sympa-qu’elle non ?

Comme par automatisme, Jewel chercha à se justifier sur ce qu’elle espérait vraiment en ne voulant pas non plus espérer la lune. Les paroles de Sasha étaient, elles, réconfortantes au point qu’un nouveau petit sourire se dessina sur son doux visage, tout à l’heure inquiet. Finalement, cette histoire de mariage prenait l’envergure d’une bombe nucléaire dans l’esprit de la jeune fille et peut-être même qu’elle prenait ça beaucoup plus au sérieux que Sasha qui trouvait facilement les mots pour la réconforter. Peu à peu, sa moue tristounette s’effaça et elle réduisit la distance qui la séparait du Pi Sigma, lui rendant son baiser par la même occasion.

-“C’est vrai qu’on devrait s’évader, on ne sait jamais que tes parents vous aient concocté un petit diner ou une soirée en amoureux avec Iris. Je crois que mon capital self control serait à découvert si c’était le cas.” Songeant à la proposition du Sri Lanka, les petits détails qui la minaient il y a une dizaine de minutes avaient totalement disparus –“Oh ouiiii. On pourra peut-être faire un Safari ? J’ai vu un documentaire sur ça à la télé l’autre fois, ça avait l’air trop bien. T’y es déjà allé ?

Une question se posa dans la tête de Jewel, une question à laquelle elle pourrait peut-être remédier, mais sa curiosité étant plus forte que tout, sans compter qu’elle avait cette petite envie de taquiner à son tour Sasha, elle le fixa avec cet air espiègle avant de se lancer dans la petite problématique qui se posait à eux –“Comment vas-tu t’y prendre pour convaincre mon père que tu m’enlèves au Sri Lanka ?

 
©clever love.
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Tu parviens à me cerner en un regard, à m'attendrir en un baiser, à me rendre heureuse en une journée. Et lentement je tombe amoureuse - Sasha <3   Aujourd'hui à 9:16

Revenir en haut Aller en bas
 
Tu parviens à me cerner en un regard, à m'attendrir en un baiser, à me rendre heureuse en une journée. Et lentement je tombe amoureuse - Sasha <3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» " L'INTENSITE D'UN REGARD "
» Le regard est'il le miroir de l'âme ????
» Lorsqu'un chien erre...Son regard transperce même la nuit
» Regard Hanté - Mâle - Sang - Guerrier
» Un regard perçant en plein coeur.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life in Boston rpg :: Others :: Flashback and Flashforward :: Flashback-
Sauter vers: