AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Demande de partenariat
Ven 26 Fév - 20:51 par Invité

» 16.02.16 - LE FORUM FERME SES PORTES.
Jeu 18 Fév - 15:51 par Miss Petunia Garner

» Flash | ft. Lily-Rose Rivest
Lun 15 Fév - 21:05 par Lily-rose F. Rivest

» Never say goodbye because saying goodbye means going away and going away means forgetting (Ninette ♥︎)
Lun 15 Fév - 20:27 par Isobel W. McCoy

» Mon Voisin Du Dessus (MVDD)
Dim 14 Fév - 17:55 par Invité

» À quoi te fait penser ce mot
Dim 14 Fév - 17:55 par Invité

» Le changement, c'est maintenant !
Dim 14 Fév - 12:18 par Shivani K. Shukia

» Une rose à dix
Dim 14 Fév - 12:11 par Isobel W. McCoy

» L'horloge parlante
Dim 14 Fév - 12:10 par Isobel W. McCoy

Points confréries
Delta Upsilon — 825 pts
Kappa Pi — 777 pts
Sigma Nu — 535 pts
Delta Gamma — 510 pts
Pi Bêta Phi — 300 pts
Thêta Xi — 60 pts
Vidéo

Partagez | 
 

 Comme des enfants [Jaeung ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Homme d'entretien à l'école
Disponibilité pour RP :
Featuring : Pyo Jihoon
DC : Kyaw Ne Min, Logan C. Maxwell, Marine Martel, Alayna Keane & Jake I. Wilson
Messages : 106
Who I am? : Un peu paumé
People around me : Dans le vaste monde
Where I'm going : A errer
Social Network : /
CellPhone : Le monsieur n'a pas de portable
Date d'inscription : 14/07/2015
Age : 26
MessageSujet: Comme des enfants [Jaeung ♥]   Mer 15 Juil - 22:36


Comme des enfants - Jaeung ♥

Seung Joo se dépêche d'appuyer sur le bouton de l'interphone. Il aimerait bien qu'on se dépêche de lui ouvrir, aussi. Ce n'est pas de l'impatience ou de la mauvaise humeur, mais il commence à pleuvoir. Alors il n'a pas envie de se retrouver dessous, il n'aime pas ça. Il fait chaud pourtant, il porte un t-shirt gris un peu troué et un jean bleu délavé, vestige de sa vie chez sa grand-mère. Il se réfugie un peu contre le mur, s'il peut être un peu plus à l'abri. Et puis il entend le bruit, celui qui annonce que la porte est ouverte. Seung Joo, il aime bien ce bruit, parce que ça veut dire que la pluie ne va plus tomber sur lui. Alors il rentre et il monte les étages, il sait où il doit aller. Il est déjà venu la semaine dernière, pour passer une première couche. Il tape à la porte, sérieux. Celle-ci cède pour laisser entrevoir un homme d'une soixantaine d'années.

- Mr Park, je vous attendais. Il y aura moins de choses à faire aujourd'hui, je n'arrivais pas à dormir ce matin alors j'ai fini de peindre le bureau. Vous n'avez que la chambre et le salon, mais ne vous en faites pas, vous serez quand même payé.

Le garçon incline la tête pour faire comprendre qu'il a bien entendu et enregistré et il entre pour faire son travail. Souvent, ses clients demandent s'il est muet, mais Seung Joo ne l'est pas. Il ne parle juste pas beaucoup parce qu'il pense qu'il n'en a pas le droit. Puis s'il fait vite son travail, il s'en va vite rentrer chez lui. Il se met au boulot pour repeindre les pièces qui lui ont été demandées. C'est comme ça tout l'après-midi. Il court un peu partout pour effectuer des travaux qui lui sont demandés dans la ville de Boston. C'est son jour de congé avec l'école mais il ne doit pas chômer pour autant s'il veut pouvoir manger et avoir un toit sur sa tête.
Plusieurs fois dans la journée il doit changer de bâtiment. Il le fait toujours avec beaucoup d'hésitation puis il court, pour ne pas se faire tremper bien qu'il soit mouillé quand même. Si bien qu'il est persuadé qu'il va finir par tomber malade.

Seung Joo, au bout d'un moment, il s'arrête pour respirer deux minutes. Il ne lui reste qu'un client ce soir, pourtant il n'a déjà plus de forces. La température a un peu chuté mais quand même. Des gouttes tombent de ses cheveux, le ciel est gris, son moral aussi. Il a peur qu'il y ait de l'orage après, il ne le sent pas, il ne veut pas. Pour la dernière fois, il frappe à une porte et il voit le visage d'une jeune femme apparaître devant ses yeux. Pourtant, c'était un homme qu'il avait eu au téléphone.

- Vas-y, entre, mon mari a dû s'absenter alors je vais m'occuper de t'expliquer.

Seung Joo, il a jamais vraiment parlé à une femme qui était gentille avec lui. Elle lui dit qu'il doit déplacer beaucoup d'objets dans la cave, en bas, et que c'est lourd. Le mari ne peut pas en raison d'un problème de dos. La jolie blonde en face de lui lui sourit et le laisse soulever les gros fauteuil et le suit même dans les marches, pour vérifier que tout va bien. Il déménage une partie du salon et elle est très contente de son boulot. Quand il a fini, elle le paye et lui propose de rester un peu.

- Tu veux boire quelque chose ? Un café, un chocolat, un verre de vin ?

Le brun écarte les yeux, surpris. Jamais on ne lui a proposé, c'est à peine s'il a le droit à un verre d'eau les jours de grandes chaleurs. Certains sont quand même sympas, il exagère. Puis à côté de sa grand-mère, tout le monde est gentil.

- Euh… Merci mais besoin rien madame. Merci encore.

Il s'incline en signe de respect et file sans demander son reste. Seung Joo, il parle toujours pas très bien l'anglais, mais il le comprend assez bien quand même. Depuis un an qu'il est là, ça aide, surtout que personne ne parle coréen par ici et c'est la seule langue qu'il connaît à part l'anglais. Il dévale les escaliers sans faire attention et manque de perdre l'équilibre plusieurs fois. Il a pris peur, parce qu'on lui a parlé avec gentillesse et qu'on l'a respecté. Il pousse la porte de l'entrée et s'engouffre dehors en courant presque. Sauf que la pluie tombe plus fort encore, c'est un vrai déluge, et il ne manque pas de faire demi-tour en moins d'une seconde. Par chance, il arrive à se glisser par la porte pas encore fermé mais c'est trop tard : il est déjà tout mouillé. Il passe une main dans ses cheveux pour tenter de les égoutter et soupire doucement. Il ne va pas être coincé quand même ? Seung Joo n'aime pas être coincé. Encore moins s'il n'est pas chez lui. Il respire un bon coup, il veut pouvoir partir, il ne veut pas qu'un truc tout bête le tienne prisonnier. Il ouvre la porte, regarde le dehors. Ce n'est pas la jungle, il n'y a pas de feu, il n'y a pas d'orage, pas d'inondation, pas de bête sauvage. Il a peur, pour lui c'est dangereux. Il veut dépasser cette peur, il veut tenter d'y aller. Il fait un pas puis se ravise et rentre à nouveau.

- Regarde-toi, tu ne sers à rien, tu ne sais même pas rentrer chez toi.

Ce sont quelques mots adressés à lui-même dans sa langue alors qu'il va s'asseoir sur les marches un peu plus loin. Seung Joo est bien obligé d'attendre que ça se calme, il n'arrive pas à sortir d'ici. Quand il faisait froid, quand il était môme, il avait droit à une tasse d'eau chaude. Sans rien dedans, mais au moins il avait ça. Il ne la buvait pas, il se réchauffait les mains avec et en regardant dedans, il s'imaginait des histoires, comme si c'était un écran. A ce moment, il rêve d'une tasse d'eau chaude, simplement ça. Alors qu'il resserre ses bras sur ses jambes et qu'il ferme un peu les yeux, il oublie presque le temps dehors. Voilà, comme ça, c'est très bien, il n'y a qu'à attendre que ça se calme. Attendre.


(c) Arwy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Colors Around Me They're Fading Away
Disponibilité pour RP : Disponible :D
Featuring : Yoon Doojoon
DC : James P. Cobb E.
Eoin Johnstone
Gwen E. Foster
Soon: Nikolaï A. Koslovski

Messages : 145
Who I am? : A Brigh Red Rose Who Comes Bursting Out of the Concrete.
People around me : They Are Green or Red... Well Red or Red in fact...
What I've done :
Relations : Lee Hae Hyuk -> Grand ami/Essentiel *-*
Seung Joo Park -> Pillier de ma vie
Maïa R. Hope -> Muse
Iris E. S. Min -> Pride & Prejudice...

Date d'inscription : 12/06/2015
Age : 22
Localisation : Boston Yeaah
MessageSujet: Re: Comme des enfants [Jaeung ♥]   Dim 9 Aoû - 15:37

Comme...
des enfants !
Seung Joo Park ♥
Je crois que je me suis encore endormi dans mon atelier moi, ça m’arrive souvent ces derniers temps, je suis tellement pris dans ce que je fais que je ne vois pas le temps passer et du coup j’ai la flemme de remonter pour aller dormir, je m’installe alors juste sur ma banquette, souvent exténué et je m’endors comme ça, couvert de peinture et plus ou moins satisfait de ce que j’ai fait. Bon bien sûr quand Alayna est là je ne m’endors pas ici mais de temps en temps il m’arrive de ne pas vouloir quitter mon atelier comme si j’avais peur qu’on vienne me piquer mes tableaux. Alayna c’est une fille de la confrérie où je suis, elle fait de la sculpture et on s’entend plutôt pas mal et quand j’ai su qu’elle recherchait un atelier je lui ai proposé de partager la cave qui me sert d’atelier le temps qu’elle en trouve un. A la base je pensais que je ne m’habituerai pas facilement à la présence de quelqu’un d’autre pendant que je peins ou simplement quand je réfléchis à ce que je vais faire, étant très introvertis de nature, je ne m’exprime pas souvent ce que je pense ou ce que je veux mettre sur mes toiles, comme je ne montre pas souvent mes peintures. Mais je dois dire qu’avec Alayna il n’y a pas de problèmes, c’est une fille très sympathique et puis elle est franchement douée pour la sculpture je dois le reconnaître, je suis franchement admiratif de ce qu’elle fait, elle sculpte souvent en musique mais ça non plus ça ne me dérange pas, j’ai même découvert que c’est assez motivant. Mais pour le coup la nuit dernière j’étais seul dans l’atelier, seul avec mes pinceaux et mes démons, comme à chaque fois que je peins, je crois que c’est pour ça que je fais de l’abstrait parce que j’ai peur de ce que je pourrais faire en figuratif, peur de mes démons et de mon passé, alors c’est pour ça que je fais de l’abstrait au moins ces formes ne racontent pas d’histoires, elles sont juste les témoins de mes émotions du moment.
Je crois que j’ai peint jusqu’à deux heures du matin cette nuit, quand je suis inspiré je déteste couper le processus créatif, c’est comme ça, je pourrais peindre toute la nuit tant que je ne suis pas satisfait de ce que je fais. Et donc pour le coup, hier je me suis endormi à deux heures du matin. Le réveil est quelque peu difficile, dormir toute la nuit sur un sofa ce n’est pas le plus confortable mais je m’en contente, je m’étire et grimace en sentant un léger étirement dans le dos. Je regarde mes mains qui sont couvertes de peinture, mes vêtements de travail sont dans le même état pour ne pas changer, je me relève et me rend devant la toile que j’ai fait la nuit dernière, je grimace, pas vraiment satisfait du résultat, je soupire et ressors de l’atelier avant de monter les escaliers quatre à quatre jusqu’à l’appartement que je partage avec Lee, il est déjà réveillé quand j’arrive. « Salut Lee ça va ? Bien dormi ? Désolé je me suis encore endormi en bas cette nuit. » signais-je à mon ami avant de filer prendre ma douche histoire de me débarrasser de la peinture, puis je rejoins Lee pour le petit déjeuner, léger pour moi comme d’habitude, une tasse de thé, pas plus, incapable de boire du café ou bien de manger quoi que ce soit le matin.
Pour ce qui est du reste de la journée je dois avouer que je profite du fait de ne pas avoir cours aujourd’hui pour me reposer et ne pas faire grand-chose, je ne suis pas du genre hyperactif à devoir forcément m’occuper, j’apprécie beaucoup le fait de ne rien faire et de me relaxer. On oublie parfois les bienfaits de ne rien faire dans ce monde ou tout vas trop vite et je ne parle pas que des Etats-Unis, en Corée c’était pareil, surtout à Daejon ou les nouvelles technologies et le modernisme font la loi. Si vous saviez à quel point c’est bénéfique de se poser avec un bon bouquin parfois, juste pour se détendre. C’est donc posé sur le canapé avec un bon thé et un livre que j’ai passé ma matinée. Pour ce qui est du reste de la journée je ne suis pas bien plus productif je reste à l’appartement à faire quelques croquis pour mes prochaines réalisations, réviser un peu les cours pour prendre de l’avance sur ma semaine et puis au final je décidais de ranger un peu mes affaires, c’est assez rare que je fasse ça parce que globalement j’arrive toujours à contenir un peu mon bordel mais là je commençais à ne plus m’y retrouver et donc je décidais de mettre un peu d’ordre. Pour finir, j’allais faire comme à peu près tous les jours à la même heure, peindre un petit peu avant d’aller manger. Je prévenais donc Lee que je descendais à l’atelier pour une petite heure puis je sortis dans la cage d’escalier.
Alors que j’arrivais en bas des escaliers je remarquais quelqu’un d’assis dans les marches. Arrivé en bas je me retournais pour voir de qui il s’agissait. Visiblement il avait l’air effrayé, je sais pas pourquoi mais son visage me disait quelque chose, mais je n’arrivais pas à remettre un nom dessus, toujours est-il que je me mis à lui parler dans ma langue natale tout en m’accroupissant pour me mettre à son niveau. « Bonjour monsieur, vous allez bien ? » Et puis tout d’un coup, tout me revint comme un énorme flash-back, un flash d’images qui me sautent aux yeux, je sais qui se tient devant moi et je n’arrive même pas à décrire ce que je ressens quand je le vois, une immense joie ça c’est sûre, une joie infinie de voir qu’en face de moi se tient mon meilleur ami, le seul ami que j’ai eu quand j’étais en Corée. « Seung Joo ? C’est toi ? » Dis-je restant la bouche grande ouverte sous l’émotion et l’étonnement. « Oh bon sang ça fait plaisir de te voir ! Tu es là depuis quand ? » Je ne suis d’habitude pas très expressif dans ce que je ressens mais retrouver Seung Joo était tout un événement pour moi. « Comment vas-tu ? » Je lui tendis la main pour le remettre sur ses pieds. « Tu as du temps ? J’allais à mon atelier tu veux venir ? » Une fois qu’il m’eut répondu je le guidais jusqu’à la cave qui me sert d’atelier, tout est dans le même désordre que ce matin, secrètement j’étais content que la jeune irlandaise n’était pas là parce que je voulais profiter des retrouvailles avec mon ami. « Et voilà mon antre, bon c’est un peu le désordre mais bon c’est un atelier c’est fait pour ça. » Je me tournais vers lui en souriant. « Tu es de passage à Boston ou tu vis ici ? » demandais-je toujours souriant, heureux d’avoir retrouvé Seung Joo.
© Starseed

_________________
Kappa Pi dans l'âme & Dans le coeur
Colors Around Me They're Fading Away And I'll Be Here Waiting Come What May I'll Find You, Yes I'll Find You, If I've Gotta Be The Man Who Walks The Earth Alone (Noel Gallagher's High Flying Birds-Ballad of The Mighty I).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Homme d'entretien à l'école
Disponibilité pour RP :
Featuring : Pyo Jihoon
DC : Kyaw Ne Min, Logan C. Maxwell, Marine Martel, Alayna Keane & Jake I. Wilson
Messages : 106
Who I am? : Un peu paumé
People around me : Dans le vaste monde
Where I'm going : A errer
Social Network : /
CellPhone : Le monsieur n'a pas de portable
Date d'inscription : 14/07/2015
Age : 26
MessageSujet: Re: Comme des enfants [Jaeung ♥]   Sam 15 Aoû - 23:25


Comme des enfants - Jaeung ♥

Seung Joo, au début, il a eu beaucoup de courbatures. Il a dû se débrouiller à faire les choses à l'instinct, réparer, tout ça. Il a appris parce que sa grand-mère ne voulait pas payer de professionnel pour les réparations. Mais c'était une fois de temps en temps, pas à longueur de journée, et serveur c'est moins physique pour lui que déménageur par exemple. Alors à son arrivée en Amérique, il a un peu été cassé. Il a eu beaucoup mal, des bleus et des douleurs un peu partout. Sauf qu'en voyant son assiette presque vide, au départ, il a vite compris que même on ne pouvant plus lever les bras, il fallait y aller.
Et le voilà une année plus tard, à y arriver beaucoup mieux. Oh, ça le fatigue quand même un peu, il ne faut pas croire que c'est de tout repos. Mais c'est largement mieux qu'au début. En fait, maintenant, il aime bien faire certaines choses. Déplacer quelques meubles, il n'y a pas trop de problèmes, parce que c'est juste de la force. Pour réparer la plomberie par exemple, quand ce n'est pas trop grave, il a un peu plus de mal. Pas qu'il ne sache pas faire. Sans être un pro, il sait se débrouiller. Mais c'est surtout qu'il a toujours peur de se tromper, de faire quelque chose de travers, de casser et de devoir payer derrière alors que c'est à lui de gagner de l'argent. Pour tout ce qui est en hauteur aussi, c'est moins évident, parce que Seung Joo, il a peur du vide. Puis il n'est pas très grand, alors parfois il doit se mettre en équilibre précaire, ce qui le rend encore plus mal à l'aise. Cependant, une fois qu'il s'est engagé il se fait violence et il finit ce qu'il a commencé ou ce qu'il a promis de faire. Ce qu'il aime aussi, c'est peindre, parce qu'il aime bien mettre de la couleur, comme chez son client de début de journée.

Seung Joo, il est exténué quand il arrive chez la dernière personne mais il sait que ça va le faire quand même. Enfin il espère, parce qu'il faut bien qu'il travaille. Comme redouté, c'est quelque chose de fatiguant qu'elle lui demande de faire mais il ne dit rien et le fait en silence. De toute façon, on lui a toujours appris que s'il se plaignait, ça serait encore pire. La moindre plainte étant suivie d'une punition, immédiate ou non, alors pas un son ne sort de sa bouche, à part quand il a fini. En effet, elle lui propose de venir boire quelque chose et il refuse. Pas qu'il ne veuille pas, il n'est pas contre un chocolat chaud, mais il ne veut pas se retrouver nez à nez avec un mari qui rentre du kiné et qui est en colère parce que ce n'est pas son travail que de rester boire un coup avec sa femme. Le garçon ne demande pas son reste et file dans les escaliers pour sortir et rentrer chez lui.

Mais voilà, la météo a décidé qu'il ne regagnerait pas son appartement comme ça et qu'il allait affronter la pluie avant. Sauf que ce n'est pas bien connaître Seung Joo, parce que lui, il sent l'orage arriver. Il hait avoir de l'eau qui tombe sur sa tête et encore plus entendre le tonnerre et voir les éclairs. Ce n'est même pas qu'il n'aime pas, c'est qu'il est terrorisé à chaque fois et il lui est impossible de faire un pas dehors. Il est bien obligé de rester dans le hall de l'immeuble en attendant que ça se calme, en espérant que ça se calme. Il se voit mal dormir ici parce qu'il pleut toute la nuit. Il se moque de lui-même, il se désespère un peu. Cependant, ça ne l'aide pas à se lever et à sortir. Il passe ses bras autour de ses jambes et attend. Il se dit qu'il devrait aller quelque part où il gênera moins, plutôt que d'être dans le milieu où on pourrait le prendre pour un SDF. Seulement, il n'a même pas la force de se lever pour ça, jusqu'à ce qu'il entende des pas descendre l'escalier. Il relève quand même la tête, au pire il expliquera qu'il attend qu'il pleuve moins pour sortir, la personne comprendra. En attendant sa voix, il sursaute et a le réflexe de vouloir reculer, stoppé par les marches dans son dos.

- Euh… bonjour monsieur.

Seung Joo, il se retrouve avec un inconnu devant lui, ce qu'il n'aime pas trop trop. Est-ce qu'il va bien ? Pas vraiment, mais il ne peut pas l'avouer, on va le prendre pour un enfant. C'est ce qu'il est, au fond, mais il est honteux de ne pas avoir su devenir un homme comme tous les petits garçons. Sa grand-mère a emporté cet espoir dans la tombe.

- Oui oui ça…

Va bien. Seung Joo, il vient de remarquer qu'en fait, on lui a parlé dans sa langue et qu'il a répondu dans sa langue. Et surtout, avant qu'il ne puisse en faire la remarque, il fronce les sourcils en entendant son nom. Il le connaît ? D'où il le connaît.

- Oui, c'est moi, mais je...

Le garçon pose ses yeux amandes sur l'homme qui vient de le démasquer et le scrute, dans l'espoir de trouver la réponse à sa question. Qui peut bien lui parler dans sa langue et le connaître à Boston comme un vieil ami d'enfance ? Un vieil ami d'enfance, ces quelques mots résonnent dans sa tête et il ouvre grand les yeux en même temps que la bouche. Immédiatement, il met une main devant, n'en croyant pas ses yeux.

- Choi Jae Ji ! Je ne me trompe pas ?

Jae Ji a l'air content de voir son ami et Seung Joo, il est super content aussi bien qu'il essaie de ne pas le montrer. Il ne faut surtout pas être expressif avec sa grand-mère et même si elle est morte, le jeune brun a encore tendance à vivre dans son ombre. Puis cette question, tu es là depuis quand ? Seung Joo ne sait même pas si c'est dans les escaliers ou dans les environs, alors il se retourne juste pour montrer le haut des escaliers.

- Eh bien euh, quelques minutes, je… j'ai travaillé plus haut et j'attendais qu'il arrête de pleuvoir.

Même à Jae Ji, Seung Joo il ne veut pas dire qu'il a peur de la pluie. Il l'entend taper contre la porte et il n'aime pas ça. Son ami lui tend la main pour l'aider à se mettre sur ses jambes et après avoir hésité un petit instant, il finit par la saisir et se mettre debout.

- Ça peut aller et toi, tu vas bien ?

En fait, Seung Joo, il aurait des milliers de questions à poser, seulement il ne se sent pas très à l'aise. A vrai dire, Jae est le seul ami qu'il ait jamais eu avant, et sans doute le meilleur. Lui se fichait que Seung Joo soit un raté, il jouait avec quand même. Et Seung Joo s'en fichait de se faire frapper après, il allait sonner à sa porte pour passer quelques temps en sa compagnie. Une nouvelle question, ça l'oblige un peu à parler et il y répond timidement.

- J'ai fini ma journée, j'ai du temps. Je veux bien venir mais je ne veux pas te déranger.

Finalement il se laisse porter et descends jusqu'à la cave. Arrivé à l'entre, Seung Joo, il a comme une appréhension, un petit fantôme qui vient flotter autour de sa tête. Ce n'est pas la cave de ta grand-mère, tu peux y aller. Mais qu'est-ce qu'il en sait après tout ? Peut-être que le jeune homme est un dangereux psychopathe, ça fait quoi, 10 ans qu'ils ne se sont pas vus ? Le garçon hausse les épaules et rentre quand même. En fait, c'est loin de ressembler à la cave de sa grand-mère, ou à une cave tout court. C'est un peu en désordre et Seung Joo, il sait que jamais sa grand-mère ne l'aurait laissé sortir si sa chambre ou la cave aurait été comme ça. Cependant, ce n'est pas pour autant que ça le dérange. Au moins ça montre qu'il y a de la vie.

- C'est fait pour ça…

Cette phrase le laisse un peu rêveur. Seung Joo, il aurait pu Lui dire ça, à Elle, mais il aurait sans doute aggravé son cas. Ce n'est pas très grave parce que maintenant, il a tout le loisir de laisser son appartement pas très bien rangé. Il n'a pas beaucoup de possession donc ça va mais au moins, il st libre. Le jeune regarde autour de lui, timide mais très curieux. Puis Jae Ji lui pose une autre question alors il se retourne vers lui avec un léger sourire.

- Je vis un peu plus haut, dans un petit appartement. Depuis un an je suis ici parce que ma grand-mère est décédée.

Seung Joo, il se dit que c'est peut-être déplacé de dire ça, que Jae Ji n'a aucune utilité à le savoir. Il s'avance vers les productions de son ami mais lui jette quand même un coup d’œil quand il lui parle, c'est la moindre des choses.

- Et toi, tu vis dans ce bâtiment ?

Parce qu'il se doute qu'il ne vit pas dans la cave, quand même. Enfin quoi que, il y a quand même un canapé qui permet de s'y installer pour dormir, mais ça ne suffit pas, loin de là, pour vivre. En quelques pas il se retrouve devant l'une des toiles et tend la main pour presque la toucher.

- Je ne savais pas que tu peignais...

A vrai dire, le jeune garçon n'a jamais approché une toile d'aussi près. Au moment où il va la toucher, un grondement extérieur se fait entendre. Rien de bien dangereux en soit, rien de bien effrayant, sauf que Seung Joo, il récupère sa main précipitamment et jette un coup d’œil vers le plafond, comme s'il a peur qu'il lui tombe sur la tête. Très vite cependant il essaie de ne pas montrer qu'il craint les éléments du monde extérieur et pose son regard sur Jae Ji.

- C'est… je ne sais pas quoi dire.

Il ne parle pas seulement de l'atelier mais aussi du fait qu'ils se soient retrouvés. Il n'en croit encore pas ses yeux. Dans un sens ça le détend de pouvoir parler dans sa langue natale, de ne pas être l'étranger inconnu qui n'est là que pour nettoyer ou bricoler. Dans un autre, ça le rattache à une partie de sa vie douloureuse, si tenté qu'il y en ait une qui ne l'ait pas été. Quand il y repense, il na même pas eu le temps de lui dire au revoir, quand sa grand-mère l'a emmené chez elle après la mort de ses parents. Il a toujours regretté mais il n'a jamais eu le choix que de se faire une raison : il ne reverrait jamais son ami. Maintenant, il l'a devant lui et il se demande bien pour quelle raison un miracle pareil est arrivé.

(c) Arwy


_________________
J'ai appris que le courage n'est pas l'absence de peur, mais la capacité de la vaincre.
Nelson Mandela
(c) Arwy


Seung Joo parle en navy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Colors Around Me They're Fading Away
Disponibilité pour RP : Disponible :D
Featuring : Yoon Doojoon
DC : James P. Cobb E.
Eoin Johnstone
Gwen E. Foster
Soon: Nikolaï A. Koslovski

Messages : 145
Who I am? : A Brigh Red Rose Who Comes Bursting Out of the Concrete.
People around me : They Are Green or Red... Well Red or Red in fact...
What I've done :
Relations : Lee Hae Hyuk -> Grand ami/Essentiel *-*
Seung Joo Park -> Pillier de ma vie
Maïa R. Hope -> Muse
Iris E. S. Min -> Pride & Prejudice...

Date d'inscription : 12/06/2015
Age : 22
Localisation : Boston Yeaah
MessageSujet: Re: Comme des enfants [Jaeung ♥]   Sam 10 Oct - 21:31




   

   
Seung Joo & Jae Ji
Comme des Enfants (Jaeung ♥)
   

   
Je me coltine un mal de dos de tout les diables, il faut vraiment que j'arrête de m'endormir sur le sofa qu'il y a dans la cave qui nous sert d'atelier à Alayna et moi, hier la jeune femme n'était pas là et j'avais peint une bonne partie de la nuit, soudain prit d'une pointe d'inspiration. C'est comme ça que je fonctionne, une fois que j'ai une idée je ne lâche pas jusqu'à ce que je sois satisfait, ça peut paraître un peu fou comme çà et même me faire passer pour un fou pour qui quiconque me voit peindre, mais j'ai toujours peur que mon idée s'envole et disparaisse et s'en aille comme de la buée sur un miroir. Je ne fais absolument pas confiance à ma mémoire pour ça, tout comme je ne fais pas confiance à mes yeux pour me donner la vérité sur ce que je vois. Mais depuis longtemps j'ai accepté de ne pas avoir cette vraie vision, cette vision sans aucune teinte de vert. Ce n'est même plus un inconvénient pour moi, c'est une force. Ma force. Je ne vois pas comme les autres mais la différence ne me fais peur, elle me sort du lot et au final ce n'est pas plus mal. Au moins il me reste l'essentiel, je sais voir qui sont mes vrais amis, qui sont les hypocrites et qui me veulent du mal. Je suis daltonien mais je ne suis aveugle, ni totalement naïf. Pas besoin d'avoir des yeux de compétition pour se rendre compte qu'on vit globalement dans un joli monde de faux-jetons, personnellement je sais où et qui sont mes amis et ça me va parfaitement. Un d'eux est à l'étage, Lee. C'est la directrice qui nous a fait nous rencontrer et je ne le regrette pas une seconde c'est quelqu'un d'exceptionnel et je n'ai pas hésité une seconde à apprendre le langage des signes pour pouvoir l'aider. Il y a Maïa aussi, notre chef de confrérie, je vais souvent dans le salon de thé où elle  travaille. Et puis il y a ce garçon pour qui ma mémoire ne me fait pas défaut, ce garçon que je n'ai pas vu depuis si longtemps. Pas depuis la Corée en fait, je sais qu'il est quelque part dans le monde mais je ne sais pas bien où, je donnerai cher pour pouvoir le revoir. Seung Joo est avec mon petit cousin, le seul souvenir positif qui me rattache à mon pays natal, sinon la Corée n'est pour moi qu'amertume et regrets. Peut-être qu'un jour je reverrai mon cousin, sans son stupide frère de préférence et peut être qu'un jour je reverrai Seung Joo et je serai très heureux, vraiment très heureux.

Pour le moment il faut que je me sorte du coltard, sortir de cet état de zombie dans lequel je suis plongé actuellement. Dormir sur ce foutu canapé n'aide pas vraiment, mais généralement je n'ai pas le courage de remonter à l'étage pour me coucher dans mon lit, déjà vu l'état dans lequel je suis après avoir peint ça reviendrait à couvrir mon lit de peinture et je préférais franchement éviter ça. Pour le moment, je ne rêve que d'une bonne douche et d'un thé bien chaud histoire d'achever mon réveil. Et c'est ce que je fais d'ailleurs, en marchant au radar certes, mais j'atteins l'appartement sans problème, je m'excuse auprès de Lee de ne pas être remonté hier soir puis je vais prendre ma douche pour me débarrasser de toute trace de peinture et puis ce fut le tour de mon thé, véritable rituel pour moi. Et une fois réveillé j'ai décidé de ne rien faire, c'est une activité qui demande beaucoup de concentration croyez moi. Enfin parfois ça fait du bien de se poser et de ne penser à plus grand-chose, de se laisser un peu aller hors de ce monde matériel et flotter au milieu de ses pensées et des songes. Une fois n'est pas coutume je me retrouve à nouveau en Corée, ce pays que j'ai fuis à toutes jambes. Il y a mes parents que je vois, froids et sévères comme à leur habitude, mes cousins : un grand froid et méchant et le plus jeune avec qui je me suis toujours entendu et qui m'a toujours épaulé. Et puis il y a Seung Joo, je me demande bien où il est, ce qu'il a pu lui arriver, j'aurai bien voulu garder le contact avec lui, après tout il a été le seul ami que j'ai eu dans mon pays natal. Puis soudain je me retrouve cette colline, cette colline qui est anormalement rouge, tout devient rouge d'ailleurs jusqu'à ce que je me réveille. Je suis par terre, à côté du sofa, tremblant et la respiration haletante. Soudainement, il faut que je m'occupe que je fasse quelque chose plutôt que de penser à chez moi. Enfin chez moi, si un jour ça l'a été. Ça ne l'est plus en tout cas, maintenant c'est ici chez moi et c'est beaucoup mieux, je sais que cette nouvelle famille ne me trahira pas. Je m'active, je bouge, je range mes affaires en tout cas je ne reste pas sans rien faire, l'activité vide la tête, je pourrais me remettre à penser une autre fois, quand je me reposerai mais pour l'instant j'ai envie du vide dans ma tête, juste devenir simple et mécanique.

Quand il ne reste plus rien à faire, à part retourner les mêmes bouquins encore et encore et faire trois fois la vaisselle et que moi même je juge qu'il faut que je bouge encore je décide de descendre à l'atelier avant de manger, je préviens Lee que je reviens. Jae Ji Choi, jeune homme troublé et un peu névrosé sur les bords, âme aux accents caspériens de temps en temps, passant d'une pièce à l'autre sans vraiment un but précis, bouger, juste bouger et penser après, toujours après.  C'est donc comme une jolie horloge bien mécanique que je descend les escaliers, en rythme, je me focalise sur ce tempo de mes pas : « tap, tap, tap, tap,... » Jae Ji Choi, métronome à échelle humaine. Pourtant ce tempo est vite déréglé, quelqu'un est là, dans les escaliers à attendre je ne sais quoi, je passe à côté de lui avant de lui faire face.

Je ne voulais penser à rien, et pour le coup c'est raté parce que je me prend tout une pile de souvenirs en plein dans la gueule, mais des bons souvenirs cette fois, pas d'histoire de colline, ni de parents, juste les souvenirs d'un ami, le seul que j'ai eu là bas en Corée, la seule personne avec mon cousin qui arrivait à rendre la fréquentation de mes parents moins pénible. Ce garçon là je me suis longtemps demandé ce qu'il est devenu, où est ce qu'il est parti ? Est ce qu'il a pensé à moi pendant tout ce temps ? Est ce qu'il se souvient de mon nom ? Juste ça, est ce qu'il se souvient de moi ? Parce que je me souviens de toi moi, Seung-Joo Park. Parce que c'est bien toi qui est devant moi, assis dans ces escaliers. Un peu plus vieux c'est sûr mais c'est toujours bien toi, ça ne fait aucun doute. Alors tout s'emballe dans ma tête, tout se met à tourner à la vitesse Mach 2, ma vieille horlogerie cérébrale un peu rouillée se remet en route, tout plein de pensées passe par ma tête et je me met à le bombarder de questions, je n'y peut rien, je suis tellement heureux de le revoir. Je crois que ça l'intimide un peu parce qu'il me donne des demies-réponses, mais bon je ne suis pas allé avec beaucoup de tact non plus, en tout cas j'ai un énorme sourire plaqué sur le visage, heureux de retrouver mon ami d'enfance. Et vous ne pouvez pas imaginer à quel point je suis heureux de voir qu'il se souvient de mon nom lui aussi. « Oui oui c'est bien moi, bon sang ça fait si longtemps, c'est waaah… je suis tellement content de te revoir ! » Je l'aide à se relever, j'aurai envie de serrer mon ami dans mes bras mais peut être que ce serait un peu inapproprié, je me contente de garder mon grand sourire. « Oh çà devrait pas tarder je pense, il ne pleut pas souvent longtemps dans le coin, enfin c'est que c'est pas la Floride. »

J'aurai tellement de choses à lui demander, je voulais tout savoir de lui, mais je me retiens encore une fois ça serait un peu inconvenant d'inonder Seung Joo de questions comme çà, il n'empêche que je trépigne sur place, peu de personnes m'ont vu dans un tel état de joie, je suis souvent bien plus renfermé que ça. « Et euh ouai ça va, pas super bien dormi mais on fait aller. » dis-je, ne souhaitant pas faire référence à mes cauchemars de l'après-midi. Je lui propose de passer dans mon atelier, il accepte. Comment peut-il penser qu'il puisse me déranger ? Je suis absolument ravi de le voir et je pourrais passer des heures avec lui, après tout nous avons des années à rattraper. « Tu ne me dérange pas du tout, allez viens donc » dis-je toujours aussi enthousiaste. Direction l'atelier dans la cave, Seung Joo a l'air d'appréhender d'aller là dedans alors je lui sourit pour l'encourager. Tout est comme ce matin, Alayna n'avait pas du passer aujourd'hui. Un vrai chaos cette pièce mais on arrive à distinguer ce qui est la partie d'Alayna et la mienne. « Ouaiii, enfin faudrait que j'arrête de pioncer ici... »

Je lui demande si il vit ici, et je ne sais pas quoi répondre à ce qu'il me dit. Je sais qu'il n'a pas toujours été en bons termes avec sa famille, même pas du tout. Je me contente d'un « Oh okay » avant de répondre à sa question. « Oui je vis ici avec un ami, ça serait cool que tu le rencontre, il est super sympathique je pense que vous pourriez bien vous entendre. » Et je le pensais, à mon avis Lee et Seung pouvaient devenir de bons amis. « J'ai commencé à peindre après que… bah après que j'ai découvert pour mes yeux, ça m'a aidé un peu à tenir le coup et à voir les choses différemment si on peut dire. » dis-je en souriant, incapable d'être pessimiste. Il tend le bras vers la peinture quand un grondement de tonnerre se fait entendre, d'un coup il rétracte sa main. Je ne dis rien, j'ai mes propres peurs aussi, la forêt par exemple, je hais la forêt, tout ce rou… vert partout, c'est angoissant.  « C'est super qu'on se soit retrouvés ? » dis-je en finissant sa phrase à sa place. Puis j'eu une idée, n'ayant pas envie de l'obliger à rester à me regarder peindre, surtout que je ne suis pas vraiment moi-même quand je peins, je suis dans mon petit monde. « ça te dit d'aller boire un thé ou un café quelque part ? » Pensant l'emmener au salon de thé que tient Maïa, je pense que tout les deux ils pourraient bien s'entendre aussi. « Tu en penses quoi ? On a beaucoup de choses à se dire je pense, bon sang tu peux pas savoir à quel point je suis content ! » Oui une fois lancé on ne me lance pas, Jae Ji Choi, véritable locomotive à vapeur, sur les rails de la joie.
code by Chocolate cookie

   

_________________
Kappa Pi dans l'âme & Dans le coeur
Colors Around Me They're Fading Away And I'll Be Here Waiting Come What May I'll Find You, Yes I'll Find You, If I've Gotta Be The Man Who Walks The Earth Alone (Noel Gallagher's High Flying Birds-Ballad of The Mighty I).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Homme d'entretien à l'école
Disponibilité pour RP :
Featuring : Pyo Jihoon
DC : Kyaw Ne Min, Logan C. Maxwell, Marine Martel, Alayna Keane & Jake I. Wilson
Messages : 106
Who I am? : Un peu paumé
People around me : Dans le vaste monde
Where I'm going : A errer
Social Network : /
CellPhone : Le monsieur n'a pas de portable
Date d'inscription : 14/07/2015
Age : 26
MessageSujet: Re: Comme des enfants [Jaeung ♥]   Mar 13 Oct - 22:01


Comme des enfants - Jaeung ♥

Seung Joo, il ne s'est jamais vraiment demandé si ce qu'il faisait était juste. Pour lui, pour les autres, pour tout le monde. Sans doute que ça l'est le moins pour lui, qui se décarcasse à longueur de temps pour pouvoir vivre à peu près correctement. A vrai dire, il n'est pas très riche, même après sa grande charge de travail. Pourtant, il pourrait dépenser plus, parce qu'il est loin d'épuiser sa paie tous les mois. Et il continue à travailler, à donner le meilleur de lui-même, à donner sa santé et son énergie. Alors en sortant de la dernière personne, il est épuisé. Il est effrayé aussi, parce que la dame a osé lui parler et lui proposer quelque chose à boire. Il n'a pas l'habitude de tant de gentillesse, surtout venant d'une personne qu'il ne connaît absolument pas et qui pourrait le traiter comme un chien. Il s'excuse, et s'enfuit presque alors qu'il n'y aurait pas de quoi. Sauf que le jeune homme, il ne pense pas qu'une peur bien pire se trouve dehors. Elle ne se cache même pas, elle le nargue à la vue de tous, elle se pavane, elle l'appelle : la pluie.

Seung Joo, il se dit toujours plein de courage. Il aurait envie que ça soit vrai d'ailleurs, il aurait envie pouvoir affronter tout ce qui l'affole. Il a déjà bien du mal avec un simple chat ou un enfant, alors la pluie, c'est bien trop puissant pour lui. Il tente quand même de mettre le nez dehors et se fait tremper au passage. Seulement, il ne peut pas faire plus de quelques pas avant que la réalité ne le rattrape. Il fait marche arrière, soulagé que la porte ne se soit pas refermée, l'emprisonnant dans le temps grisâtre et menaçant. Il n'a pas d'autre choix que d'attendre que ça se calme, parce qu'il se sait incapable de refaire une tentative. Le brun va s'installer dans les marches, assis, soupirant devant son air pitoyable. Il espère que personne ne va arriver parce qu'il ne veut pas admettre sa faiblesse.
Il reste comme ça quelques minutes jusqu'à effectivement entendre des pas dans les escaliers. Sans se lever, il bouge quand même la tête, se demandant quoi faire. Partir ? Ne rien dire ? Expliquer qu'il attend simplement que le temps se calme ? Il ne veut d'ennuis avec personne alors il ne sait vraiment pas quelle attitude adopter. Il n'a le temps de rien faire que la personne le dépasse et se retourne vers lui, lui disant bonjour. Notre concierge lui répond sans même faire attention qu'ils sont en train d'utiliser le coréen et non l'anglais. C'est alors que cette personne, en apparence inconnue, sort son nom. Il le connaît, forcément, mais pas de Boston. De Corée, c'est obligé, mais Seung Joo n'a pas vraiment beaucoup d'entourage et de personnes proches de lui. C'est en réfléchissant à sa vie passée qu'il se souvient de ce petit bonhomme, le seul qui lui ait jamais accordé un peu d'intérêt et d'importance dans sa vie de raté. Jae Ji Choi. Il a l'air ravi et Seung Joo l'est aussi, même s'il ne le montre pas autant. Il est surtout sous le choc à vrai dire.

- Je suis content de te voir aussi.

Devenu timide par cette rencontre hasardeuse, il ne sait pas vraiment quoi dire. Il se sent dépassé. Seung Joo, il ne sait plus où il en est, mais il se sent bien. Son ami est devant lui, il sourit et il se souvient de lui. C'est tellement inattendu mais en même temps c'est la meilleure surprise qu'il aurait pu avoir après sa journée fatigante. Jae Ji lui tend la main pour l'aider à se relever et notre jeune hésite à la saisir. Après tout, il n'y a aucun mal, alors il finit par accepter de l'aide et se met debout. Il explique avoir travaillé dans les étages et attendre que la pluie se calme pour pouvoir rentrer chez lui. Même si c'est son ami, il n'oublie pas que la dernière fois qu'ils se sont vus, c'était il y a dix ans, et qu'ils ont sans doute beaucoup changé depuis. Seung Joo, par exemple, il est devenu encore plus craintif, encore plus sauvage, et il ne se laisse pas approcher si facilement. Évidemment, connaître Jae Ji aide, mais ce n'est pas pour autant qu'il va lui livrer tous ses états d'âme sur le champ, toutes ses peurs et toute sa vie. Jae Ji lui dit que ça devrait bientôt arrêter de pleuvoir et Seung Joo a envie d'y croire.

- La Floride ? Tu es allé en Floride ?

Et voilà que sa curiosité revient et ses questions avec. Il s'interdit de vouloir en savoir plus et de poser des questions qui pourront sans doute gêner celui qu'il garde comme unique bon souvenir de la Corée dans son cœur et dans sa tête. Il garde le silence, intimidé toujours et pas très à l'aise avec cette rencontre imprévue. Oh, ça n'enlève pas sa joie, mais il ne peut tout simplement pas sauter dans les bras de son amis et exiger savoir ce qu'il s'est passé en dix années sans doute bien remplies. En tous les cas, il ne se souvient pas que Jae Ji était si expressif, mais en même temps, ce n'était qu'un gamin la dernière fois qu'ils se sont vus. Le jeune homme avoue ne pas avoir bien dormi et son ami ne dit rien à se sujet, se sentant juste un peu peiné. Il lui propose d'aller voir son atelier et Seung accepte, bien qu'il n'ait pas envie de déranger et que Jae ne lui propose que pour faire bonne figure.

- Je te suis.

Pour une fois, ça lui fait du bien de pouvoir parler dans sa langue, de ne pas avoir à chercher à tout prix un mot, de pouvoir s'exprimer clairement. De ne pas se sentir jugé parce qu'il a un niveau plus que moyen en anglais et qu'on dirait un enfant de trois ans qui commence à faire ses premières phrases. Heureusement qu'il a cette pression en moins, parce que Seung Joo, il doit rentrer dans une cave. Comme beaucoup de choses en ce monde, il a peur. Sa grand-mère l'a souvent enfermé quand il était plus jeune. Il n'est pas claustrophobe, mais il a quand même un petit traumatisme lié à cette épisode de sa vie. Encouragé par le sourire de son ami, il rentre néanmoins sans en faire tout un plat. Il a la bonne surprise de constater qu'à l'intérieur ça n'a rien à voir avec l'endroit où on l'enfermait, au contraire. Là, c'est un peu en bazar, ok, mais c'est plein de couleurs, presque plein de vie. Il y a des peintures d'un côté et de la sculpture de l'autre, montrant deux activités séparées. Est-ce que c'est Jae Ji qui fait les deux ? Seung Joo dit que c'est fait pour ne pas être rangé un atelier, bien que son propre appartement soit impéccable. On lui a toujours appris à ranger et à nettoyer alors il faut que tout soit parfait. Maniaque à cause de la cruauté de sa famille, il n'en reste pas moins qu'il apprécie voir cet atelier en désordre parce que ça montre qu'il sert. Même à dormir, c'est pour dire !

- Tu dors ici ?! Ce n'est pas confortable.

Encore une fois, il ne peut s'empêcher de faire une remarque, oubliant un peu son mutisme habituel. En même temps, il est un peu mal placé pour parler confort, lui qui dort sur un simple matelas et qui prend des douches froides même l'hiver pour économiser sur sa facture d'entretien. Le chauffage le moins possible et surtout, aucun plaisir lié à la nourriture ou à un loisir, de n'importe quelle nature. S'il le voulait vraiment, il pourrait de temps en temps, mais il n'en ressent pas forcément le besoin, il est bien comme il est. Pourtant, en croisant Jae Ji ce jour-là, il comprend qu'il y a des personnes avec qui c'est largement mieux. Seung Joo finit par confier qu'il est là depuis un an, suite au décès de sa grand-mère, et qu'il n'habite pas si loin que ça de cet immeuble. A vrai dire, il habite simplement le quartier le moins cher et donc le moins bien de la ville. Cependant, il ne s'en plaint pas le moins du monde. Il s'en veut quand même un peu de l'information qu'il a lâché sur sa vie parce que ce n'est pas forcément quelque chose que Jae avait envie d'entendre. La preuve avec sa réponse évasive et ô combien mal à l'aise. Toutes les personnes qui apprennent qu'il n'a plus de famille sont comme ça avec lui de toute façon, il a l'habitude. Jae Ji lui apprend qu'il habite dans un appartement du bâtiment avec un ami et son maigre sourire se fane légèrement.

- Un ami ? Je veux bien le rencontrer un jour.

Et oui, qu'est-ce que tu croyais mon petit Seung Joo, qu'il ne t'avait pas remplacé ? De l'eau a coulé sous les ponts, évidemment qu'il a trouvé mieux que toi, sans mal en plus. Toujours autant bridé, mais plus courageux que toi, plus sociable, plus sympa, plus ouvert. Un homme quoi, qui a su évoluer en même temps que son âge. Seung Joo il se sent un peu triste à cause de ça. Il n'a pas la prétentieux de penser qu'il est unique, que personne ne peut le remplacer ou même qu'il est inoubliable. Mais il a perdu sa place auprès du seul ami qui ait jamais compté pour lui et c'est dur d'admettre qu'en dix ans, tout peut basculer. Néanmoins, il reste heureux d'avoir retrouvé Jae Ji, de pouvoir discuter avec lui et de découvrir son atelier.
Fasciné par les peintures, Seung Joo, il s'approche pour presque les toucher. Il ne savait pas qu'il peignait, il le découvre à l'instant. En même temps, il était trop jeune quand ils se sont quittés pour avoir entamé cette activité. Pourtant, il y a quelque chose d'un peu familier dans ces peintures, que Seung Joo aime beaucoup. Visiblement, c'est à cause d'un problème à ses yeux. Qu'a-t-il à ses yeux ? Il semble ne rien avoir, pas même des lunettes. Seung Joo ne se souvient plus très bien, ou son esprit est trop embrouillé par ces retrouvailles qu'il ne parvient pas à se souvenir.

- Tu as quoi à tes yeux ? Est-ce que c'est grave ?

Une petite pointe d'inquiétude et il s'en veut de ne pas se souvenir. Peut-être qu'il le sait, peut-être qu'il ne le sait pas. Si Jae finit par devenir aveugle. Il n'y a pas de quoi s'inquiéter pourtant, non ? Jae Ji ne semble pas inquiet en tous les cas. Seung Joo a néanmoins une autre raison de s'inquiéter, parce que le temps au dehors de ne calme pas. Il empire même, puisque le tonnerre vient se rajouter à la partie. Ça a un effet immédiat sur notre Coréen qui retire sa main à toute vitesse et tente de se concentrer sur son ami pour ne pas montrer sa peur. Il n'y a que les bébés qui ont peur de l'orage, il n'est pas un bébé, si ? Il veut dire quelque chose mais il ne trouve pas les mots pour s'exprimer. A la place, c'est Jae Ji qui finit sa phrase. Il n'a pas tout à fait tort.

- Oui, qu'on se soit retrouvé.

Plus d'une fois, il a pensé à lui, mais ce n'est qu'à ce moment que Seung Joo, il se rend compte d'à quel point le jeune homme lui a manqué. Pourtant ils n'ont pas grandi ensemble et beaucoup d'années ont été vides pour leur amitié. Quelques années les séparent aussi et c'est un peu bête de s'être accroché autant à un fantôme du passé. Seung Joo s'accroche beaucoup à ses fantômes et il y en a au moins un seul qui est une bonne chose pour lui. Il se trouve devant lui même.
Jae Ji propose d'aller boire quelque chose quelque part et le garçon ne sait pas quoi répondre. Il aimerait bien un thé, c'est sûr, il en a goûté quelques uns depuis son arrivée aux USA et il aime ça. Cependant, il n'a pas d'argent pour le payer, ou c'est ce qu'il pense. De plus, il faut sortir et s'il pleut toujours autant, il va en être bien incapable, ce qu'il refuse devant Jae Ji : perdre pied. Après quelques secondes d'hésitation, il hoche la tête à l'affirmatif.

- Si tu veux. On pourra se réchauffer et discuter. Je suis content aussi Jae Ji.

Seung Joo, il suppose donc que la partie sculpture ne lui appartient pas alors il se demande si c'est à l'ami qui vit avec Jae Ji. Sans doute, mais il n'ose pas demander avant de sortir de la cave. Il suit son ami mais il doit se rendre à l'évidence : le temps n'est toujours pas au beau fixe et ça ne l'arrange pas. Alors qu'ils sont sur le point de sortir, il tente de rassembler son courage pour pouvoir mettre le nez dehors. Mais au moment où il doit passer la porte, c'est impossible alors dans un geste un peu réflexe il saisit le poignet de Jae Ji une seconde avant de le lâcher, gêné. Tant par le geste que par ce qu'il va dire ensuite, d'ailleurs.

- Je… je suis désolé, je ne peux pas sortir. J'ai… j'ai peur de… l'eau, de la pluie. Pardon de te déranger, c'est ridicule.

Il l'a presque soufflé à la place de le dire, comme si personne ne devait entendre. Seulement, ils sont seuls, il n'y a aucune oreille indiscrète. Au fond, s'il y a une personne qui peut comprendre pourquoi il a peur, toutes ces peurs mais en particulier celle-là, c'est bien Jae Ji, mais Seung Joo n'est pas sûr qu'il s'en souvienne. Est-ce qu'il pourra le lui dire ? Ce n'est pas certain qu'il en ait la force. Au fond, est-ce qu'il le sait même ? Il y a tant de choses qui ont été faites dans la précipitation après la mort de ses parents que le garçon ne sait même plus. Ce qu'il sait c'est qu'il n'y a jamais eu d'adieu, sans doute parce qu'il ne devait jamais y en avoir. Il ressent le besoin de s'excuser pour quelque chose alors qu'il n'est pourtant pas le coupable.

- Je suis désolé Jae Ji. J'ai disparu il y a dix ans, sans laisser de trace ou de nouvelles. Je n'ai pas eu le choix, ma grand-mère n'a pas voulu. Et puis après… je ne savais plus comment te trouver.

Seung Joo, il est comme un enfant qui s'excuse d'avoir mangé le dernier cookie, parce que tu comprends, il était trop bon. Il est vrai que sa grand-mère ne lui a pas laissé le choix. Si c'était déjà compliqué avec ses parents, ça a été pire enfer avec elle. Il avait encore moins de liberté, encore plus de punitions. Il sait, au fond, qu'elle ne l'a pas bien traité, mais pour certaines choses, il persiste à croire que c'était normal. Il tente un petit sourire, mais avec une grande retenue, comme si le ciel allait lui tomber sur la tête s'il allait plus loin.

- Tu m'as souvent manqué, tu n'es plus un enfant. J'espère que tu ne m'en veux pas trop.

Seung Joo, lui, il est resté un enfant. Alors qu'il est le hyung de Jae Ji, il a plutôt l'impression que c'est le contraire maintenant. C'est un beau jeune homme qui se trouve en face de lui et qu'est-ce qu'il est devenu lui ? Pas grand-chose. De quoi avoir honte et rougir légèrement. Il est de nouveau gêné et espère qu'ils pourront bientôt sortir pour aller boire ce thé qui serait le bienvenue et pour rattraper un peu de temps, même si au final, rien ne peut rattraper dix ans.  

(c) Arwy


_________________
J'ai appris que le courage n'est pas l'absence de peur, mais la capacité de la vaincre.
Nelson Mandela
(c) Arwy


Seung Joo parle en navy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Comme des enfants [Jaeung ♥]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comme des enfants [Jaeung ♥]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comme des enfants [Jaeung ♥]
» comme des enfants (sage)
» amberle skye mayfleet ♦ comme des enfants
» (F/LIBRE) ALEXIS REN › COMME DES ENFANTS.
» Le mariage est un cercueil dont les enfants sont les clous [William]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life in Boston rpg :: Corbeille :: Archives :: Rp's terminés & Abandonnés :: Rp's abandonnés-
Sauter vers: