AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Demande de partenariat
Ven 26 Fév - 20:51 par Invité

» 16.02.16 - LE FORUM FERME SES PORTES.
Jeu 18 Fév - 15:51 par Miss Petunia Garner

» Flash | ft. Lily-Rose Rivest
Lun 15 Fév - 21:05 par Lily-rose F. Rivest

» Never say goodbye because saying goodbye means going away and going away means forgetting (Ninette ♥︎)
Lun 15 Fév - 20:27 par Isobel W. McCoy

» Mon Voisin Du Dessus (MVDD)
Dim 14 Fév - 17:55 par Invité

» À quoi te fait penser ce mot
Dim 14 Fév - 17:55 par Invité

» Le changement, c'est maintenant !
Dim 14 Fév - 12:18 par Shivani K. Shukia

» Une rose à dix
Dim 14 Fév - 12:11 par Isobel W. McCoy

» L'horloge parlante
Dim 14 Fév - 12:10 par Isobel W. McCoy

Points confréries
Delta Upsilon — 825 pts
Kappa Pi — 777 pts
Sigma Nu — 535 pts
Delta Gamma — 510 pts
Pi Bêta Phi — 300 pts
Thêta Xi — 60 pts
Vidéo

Partagez | 
 

 Say hello to falsetto in three, two, swag

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Say hello to falsetto in three, two, swag   Lun 22 Juin - 23:19

Fletcher Collins


I.D Card

Age : 16 ans
Date de naissance : 9 mars 1999
Lieu de naissance : Boston
Statut Civil : Célibataire
Statut Social : Riche
Métier/Etudes : Lycée
Classe : Junior Year, options photographie et théâtre
Groupe : Pi Beta  What a Face
P.I ou Scénario ? PI
Avatar : Jake T. Austin
Secret envoyé : A remplir par un admin


Get out of my mind

Un jeune homme monta sur le lutrin d’un pas assuré. Il portait un jean bleu délavé ainsi qu’une veste blanche assez chic qui causait un grand contraste avec son pantalon. En guise de touche personnelle, une chaîne en or était enroulée autour de son cou, sans oublier son inséparable montre en or qui ne quittait jamais son maigre poignet. Avec un sourire amusé, il jeta son regard sur la foule devant lui. La soirée avait pour but de représenter des funérailles, mais malgré la couleur habituelle qui était le noir, les invités avaient eu pour consigne de porter du blanc. L’adolescent trouvait le concept fou et assez hors de l’ordinaire, sauf qu’à voir le nombre de personnes assis devant lui, elles avaient tous pris l’invitation au sérieux. Il y avait quelques semaines de cela, le jeune homme avait reçu une lettre de la part de son ami. Curieux par la démarche, il était loin de se douter du contenu de la carte. Enfin, avec le temps, il aurait dû apprendre à ne plus être surpris avec les idées absurdes de son meilleur ami.

Oui, car pour fêter son 16e anniversaire, Fletcher a décidé d’organiser son propre enterrement de vie de garçon.

Fletcher spéculait que c’était à ses 16 ans que l’on devenait vraiment un homme. C’était à partir de 16 ans que la vraie vie commençait. Par conséquent, il avait décidé de se tuer pour pouvoir renaître dans une nouvelle vie. Philosophiquement parlant, évidemment.

Justement, Fletcher assistait à son propre enterrement, confortablement installé sur le trône se trouvant à quelques pas de la scène, avec tous les invités derrière lui. Il observait son ami d’un œil espiègle, sans dire un mot.

« Mon nom est Jonathan et je suis l’un des amis proches de Fletcher. Je sais pas trop si je dois agir comme si t’étais vraiment mort, Fletch’, mais… En tout cas, j’ai été choisi pour faire un témoignage pour monsieur ici présent alors s’il vous plait, même si les circonstances sont très… étranges, essayez quand même de me prendre au sérieux, haha. »

L’élu s’esclaffa en baissant légèrement la tête, puis se repris rapidement, trop curieux de voir ce que ses proches avaient préparé.

« Fletcher. Tu es la personne la plus farfelue et hors du commun -pour ne pas dire bizarre- que j’ai jamais rencontré. Malgré tout, on a quand même réussi à rester amis pendant plusieurs années maintenant. Parce que même si t’es vraiment pas comme les autres, t’es l’une des personnes les plus cool que je connaisse, après moi évidemment. »

Collins roula des yeux et se retient de ne pas suivre le public en éclatant de rire aussi.

« Ton arme secrète est définitivement ton charme. T’es capable d’entraîner plein de gens avec toi et ce, sans que l’on doute de tes capacités. D’ailleurs tu dois me donner des cours parce que j’aimerai aussi avoir toutes les filles du lycée à mes pieds, haha. T’es quelqu’un qui aime vivre et comme tu dis tout le temps, la vie est trop courte pour avoir le temps de s’énerver sur un truc. J’ai vraiment essayé de suivre ton conseil mais j’imagine que je suis pas aussi patient que toi. Ça doit être pour ça que tu te fais rarement des ennemis -si ce n’est que des jaloux-. T’es un peu monsieur et madame tout le monde en fait. T’arrives à te faire des amis facilement et tu vois rarement le côté négatif des choses. C’est ce qui est fascinant chez toi et sérieux, on t’envie tous pour ça. »

Inconsciemment, Fletcher se mordit la lèvre. C’était un gars très social, mais c’était parce qu’il ne supportait pas la solitude alors il ressentait toujours le besoin d’être entouré. Sans ses amis, il n’était rien et il dépendait énormément de leur attention. C'était pour cela qu'il leur disait difficilement non. Il avait tendance à utiliser son charme sur les autres, cependant il n’avait pas pour but de draguer tout ce qui bouge ; il aimait simplement plaire en général. Plus on l’aimait, plus il avait de l’influence. Et puis avoir beaucoup d’amis était utile quand il organisait des partys chez lui au moins une fois par mois. Plus il y avait d’invités, plus la soirée était mémorable. Par ailleurs, dès qu'il avait un conflit avec l'un de ses amis, l'adolescent se repliait sur lui-même et prenait ses distances. Il ne supportait pas l'échec ni la déception.

Jonathan fit une révérence à la fin de son discours. La salle applaudit et Fletcher se leva pour serrer son ami dans ses bras en guise de remerciement.

« Je tiens à recevoir un salaire pour m’être ridiculisé comme ça. »

« Roh, t’étais pas si mal. T’as ma gratitude, ça doit te suffire. »

Fletcher sourit, puis rejoignit son siège afin de porter attention à la prochaine personne. C’était le tour de Georges, le petit-frère de son père, âgé d’une vingtaine d’années. En vu de son jeune âge, Fletcher était très proche de lui et le considérait comme un mentor. Des membres de sa famille, il était le seul à avoir accepté de jouer le jeu. Ses parents n’étaient même pas présents à la cérémonie, préférant célébrer en entre eux plus sérieusement. Ils n’avaient pas honte de leur fils, loin de là. Fletcher supposait qu’ils tenaient à leur réputation, alors ne pouvaient pas toujours se permettre d’embarquer dans ses aventures. Oui, car son père était politicien et sa mère actrice, alors il était normal qu’en tant que couple, ils devaient bien paraître. Sa mère, c’était la femme de sa vie. Il lui vouait un culte inconditionnel. Elle était beaucoup plus indulgente que son père, qui était souvent exaspéré par son fils. C’était la raison pour laquelle en temps normal, Fletcher s’efforçait à bien se tenir en compagnie de ses parents.

« Fletcher, ou comme j’aime t’appeler, Fletchieur, je tiens à ce que tu saches que ta mort m’a nullement attristé. Un con en moins dans ma vie me fera le plus grand bien. J’ose espérer que tu reviennes en étant un peu plus intelligent. »

L’intéressé éclata de rire, loin d’être offusqué par les paroles de son oncle. Fletcher savait qu’il était loin d’être stupide : ses parents s’attendaient toujours à ce qu’il obtienne les meilleures notes de sa classe, alors il faisait toujours un effort considérable en cours. Grâce à ça, l’adolescent avait accumulé une montagne de savoir. Il fallait être habitué à l’humour noire de Georges, car sinon on pouvait rapidement être pris au dépourvu.

« Depuis tout petit, t’as toujours été un grand aventurier. Je dis ‘depuis’ parce que même encore aujourd’hui tu l’es toujours ou alors t’as juste arrêté de grandir mentalement à 8 ans, c’est pour ça que t’as l’air retardé pour ton âge. Bon je devrais arrêter de t’insulter avant qu’on se pose des questions. »

Georges fit un clin d’œil à Fletcher avant de continuer son discours.

« Ta joie de vivre est très contagieuse et parfois t’as du mal à avoir tes deux pieds sur terre. Enfin, c’est pas si mal, c’est presque mignon. T’as jamais froid aux yeux et tu recherches toujours une nouvelle aventure à entamer. T’as à peine 16 ans et t’as déjà fait plus de choses qu’une personne ferait pendant une vie. Ton énergie est une tornade qui emporte tout ce qui se trouve sur son chemin avec lui. En ce moment je suis vraiment fière de ma métaphore alors vous pouvez m’applaudir. »

La foule l’acclama, ce qui eut pour effet d’augmenter l’égo de Georges.

« Par contre, tu devrais apprendre à penser avant d’agir, parce que t’a tendance à sauter dans la sauce sans arrière-pensées, ce qui te met dans tes situations délicates. Petit conseil de ton tonton préféré. »

« Ouais, ouais. » murmura Fletcher pour lui-même.

« Je me souviendrai toujours des longues soirées que t’as perdu à essayer de m’apprendre à danser. Que tu peux être chiant parfois ! C’est pas tout le monde qui est aussi talentueux que toi, ok ? Ça t’as pris 10 ans pour être aussi doué, alors tu devrais être plus indulgent avec moi quand même. C’est pas grave, malgré tes encouragements *tousse*, je m’améliore et je te promets que je deviendrai meilleur que toi un jour. Un jour. Mais bon, personnellement, je préfère de loin nos soirées baseball enflammées. D’ailleurs, Red Sox contre Blue Jays prochainement. Jeudi. 19h. T’es mieux d’être là. Merci. »

Georges salua son public de la main avant de rejoindre sa place, non sans avoir tapoter la tête de son neveu à son passage. Les discours défilèrent pendant un bon 30 minutes avant de porter à leur fin. Alors que tous les invités puisaient leur repas dans le buffet se trouvant au bout de la salle, Fletcher profita de l’occasion pour remercier les conviés d’être venus. Même s’il avait l’air d’un M’as-tu-vu la plupart du temps, le jeune homme avait appris à se conduire de manière civilisée au moment venu. En réalité, il était beaucoup trop ému pour faire le pitre pour le moment.

« Fletchyyyyyy, joyeux anniversaire ! »

Le Fletchy en question se retourna pour faire face à Jade et lui sourit automatiquement, la prenant dans ses bras. Ils avaient brièvement été en fréquentation il y a quelques semaines de cela mais même si Fletcher avait rompu, il n’y avait aucun malaise entre les deux. Fletcher était incapable de garder une fille très longtemps, jusqu’à avoir le statut ‘Player’ scotché sur son front. Ce n’était pas de sa faute : il se lassait rapidement et avait continuellement besoin de renouveler l’attention qu’on lui donnait. Peut-être était-ce une conséquence de sa dépendance affective. Au moins, quand quelqu’un d’important entrait dans sa vie, il se dévouait complètement à lui. C’était la raison pour laquelle Fletcher avait pris l’habitude de faire passer les autres avant lui. Pas que ça le dérangeait de toute façon.

L’hôte de la soirée se dégagea momentanément de la foule dans le but de chercher son appareil photo. À chaque occasion, il empoignait son appareil et prenait plusieurs clichés pour que les événements puissent vivre sans jamais se faner. Ce n’était pas pour rien qu’il s’était lancé dans la photographie depuis maintenant quatre ans. Il prit une selfie avec la plupart des invités et décida de la mettre en photo de profil une fois à la maison.

*** Les noms sont temporaires alors si jamais un personnage vous intéresse pour un lien, faites moi savoir ! Smile


Story of my life

Le lendemain, en début d’après-midi, Fletcher prit un brunch en compagnie de sa famille. Il était rentré à trois heures du matin la nuit dernière alors il essayait tant bien que mal de rester éveillé à table. Il tenta subtilement de se servir un verre de café, toutefois sa mère éloigna sa main avant qu’il ait l’occasion de saisir la carafe. Ses parents tenaient à ce qu’il ne commence pas ces mauvaises habitudes, ce qui exaspérait Fletcher la plupart du temps. Alors qu’il se servit un autre bol d’œufs brouillés, l’adolescent lâcha une bombe à table.

« Papa, j’ai 16 ans maintenant, je peux conduire, non ? »

« Ah parce que t’es soudainement assez mature pour l'être ? »

Son père roula des yeux. Fletcher frappa sa poitrine avec son poing.

« Bah oui ! Je suis un homme maintenant. Et puis tout le monde conduit maintenant, ça serait cruel de ridiculiser ton fils comme ça ! »

« Te faire conduire par un chauffeur n’est pas assez prestigieux pour toi ? »

« Non j’ai l’air d’une diva qui sait rien faire tout seul. »

« C’est pas le cas ? »

« Maman ! Sois de mon côté. »

Regina passa sa main dans les cheveux de son fils, recevant un froncement de sourcils de ce dernier. Il fit semblant de bouder, mangeant silencieusement son repas. Sa mère posa ses deux mains sous son menton, observant son petit d’un œil espiègle.

« Après il ose nous dire qu’il n’est plus un bébé. Thomas, on a encore les biberons ? »

Fletcher posa une main sur sa bouche, ne voulant pas que ses parents aperçoivent le sourire dessiné sur son visage. Thomas prit une gorgée de son café avant de poursuivre.

« On verra quand t’arrêteras de dépendre de nous. »

Le jeune homme abandonna et la conversation dévia sur un autre sujet. Même si ses parents et lui n’étaient pas toujours sur la même longueur d’ondes, Fletcher tenait à eux et ce, encore plus que ses amis. Malencontreusement, cet amour inconditionnel n’avaient pas toujours été réciproques. Enfin, selon Fletcher. Son enfance avant ses sept ans était devenue un sujet tabou pour les Collins.

——

« Mama-Daaaa, pourquoi maman est pas là ? »

« Elle travaillait tôt aujourd’hui, chéri. »

Adelaïda travaillait pour la famille depuis six ans maintenant.  Les parents lui accordaient une confiance aveugle, c’était la raison pour laquelle Regina, lui avait demandé de la remplacer lors du petit-déjeuner organisé à la garderie de Fletcher dans le but de célébrer la fête des mères. La gouvernante accepta sans inconvénient, comprenant que le métier de madame n’était pas toujours aussi simple.

« Ça veut dire que c’est toi ma nouvelle maman ? »

« Haha, si ta mère t’entendait ! »

Fletcher était un peu triste que sa vraie mère ne puisse pas déjeuner avec lui ce matin-là, mais au moins il avait sa deuxième maman avec lui. Ce n’était pas comme Jeremy, qui lui, n’avait personne pour l’accompagner ! L’idée de ne plus avoir de mère le fit frissonner et il se contenta de renoncer à la pensée.


——


« Papaaaa, viens jouer avec moi. »

Pour son anniversaire, ses parents lui avaient acheté une toute nouvelle console et il mourrait d’envie d’y jouer. Fletcher avait envie de jouer une partie de Mario Kart, sauf qu’il préférait jouer à plusieurs au lieu de le faire tout seul.

« Fletcher, tu vois bien que je travaille ! »

« Oui mais je veux jouer ! »

Le petit bouda et croisa ses bras contre sa poitrine. Thomas roula des yeux et dégagea momentanément son attention de l’ordinateur avant de poser son regard sur son fils.

« Va demander à maman, je suis sûr qu’elle sera heureuse de jouer avec toi. »

« Mais elle a dit qu’elle était fatiguée. »

« Et Mama-da ? »

« Elle cuisine. »

Fletcher commença à avoir des larmes de frustration. Son père soupira, avant d’afficher un petit sourire sur son visage.

« Si tu veux je peux te rejoindre quand j’aurai fini. »

« Oui mais tu finis jamais ! »

L’enfant tourna les talons et courut dans sa chambre, où il claqua violemment la porte.


——


« Fletcher, Fletcher ! »

Ce dernier jouait au base-ball avec ses amis sur la cour de l’école. Comme il était doué, les autres l’avaient laissé être capitaine de son équipe, et il en était plutôt fier ! Fletcher avait toujours été bien entouré, et ce, depuis qu’il avait l’âge de fréquenter les établissements scolaires. C’était un enfant rempli d’énergie et très social, par conséquent il avait beaucoup d’amis. Lors de cette partie, ses coéquipiers avaient une longueur d’avance sur l’autre équipe alors le petit garçon sautait d’excitation. Alyssa, son amie qui venait de l’appeler, poursuivit sur sa lancée. Elle plaqua ses deux mains sur ses joues avant de regarder le garçon avec des yeux remplis d’admiration.

« J’ai vu ta maman à la télé hier ! Elle était super jolie ! »

Fletcher oublia temporairement la partie avant de se retourner vers la petite. Son égo se gonfla aussitôt.

« Ma maman, elle va devenir une grande star, c’est moi qui le dis ! »

Fletcher savait à quel point sa mère avait travaillé fort pour se rendre jusque-là. À présent, elle allait être connue à travers l’Amérique et l’enfant de 7 ans lui avait promis d’être son plus grand fan.


——


« Mama-Da, c’est quand que papa et maman vont rentrer à la maison ? »

« Chichi, tu sais très bien que ton père est en voyage. Ta mère, je ne sais pas, tard sûrement. »

Alors que la gouvernante, frustrée par les questions répétitives du petit, coupait furieusement ses légumes, Fletcher était assis sur sa chaise verte en plastique. Il fulminait intérieurement, ses bras croisés contre sa poitrine et ses pieds se balançant si férocement que l’un deux frappa la table avec un bruit assourdissant. L’enfant hurla. La Colombienne échappa instinctivement le contenu se trouvant dans ses mains et accouru vers le blessé. Un gros bleu ne tarderait pas à apparaître sur la jambe frêle de la victime.

« Fletcher, écoute-- »

« ÇA M’A FAIT MAL »

« Fletcher, s’il te-- »

« JE VEUX MAMAN »

« FLETCHER ! »

« AAAAAAH »

« FLETCHER ÇA SUFFIT. »

La gouvernante hurla encore plus fort que le petit, ce qui eut pour conséquence de libérer le silence dans la pièce. Il éclata en sanglots et elle soupira, le prenant dans ses bras dans l’espoir de pouvoir le calmer.


——


Thomas entra dans la résidence en trombe. Il n’aimait visiblement pas se faire déranger au travail. Adelaïda accourut à sa rencontre.

« Monsieur, j’ai vraiment essayé de le faire sortir de là, mais il ne veut rien savoir. »

Depuis plusieurs jours, la gouvernante se rongeait d’inquiétude pour le petit. Fletcher accumulait crise après crise et la dame avait dû les tolérer toute seule. Ce n’était que maintenant qu’elle demandait de l’aide aux parents et c’était parce qu’elle avait eu pour consigne de les appeler qu’en cas d’extrême urgence.

« En ce moment c’est silencieux, mais il y a quelques minutes il hurlait et frappait sur les murs. »

Thomas fronça les sourcils et resta debout devant la chambre de son fils. Aucun son n’en sortait.

« Quand est-il sorti ? »

« Euh… »

« Quand. Était-ce. La dernière fois qu’il est sorti de sa chambre ? »

« Pas depuis hier soir, monsieur… »

« Adelaïda, vous êtes en train de me dire que ça fait 24 heures qu’il est…enfermé ? »

« Monsieur, pardonnez-moi ! J'ai fait mon possible, mais il--»

« Assez. Fletcher ? »

Le politicien frappa à la porte. Aucune réponse. Il frappa encore plus fort. Quelques secondes suffirent pour faire apparaître une tête dans le cadre de porte.

« Papa ! »

Fletcher sauta dans les bras de son père et le serra si fort que son dernier fut pris par surprise.

« Fletcher, qu’est-ce qui se passe ? Pourquoi tu t’es enfermé ? Explique-moi. »

Sans crier-gard, l’enfant éclata en sanglots et enfouit sa tête dans le creux du cou de son paternel.

« Papa j’ai peur. Je veux que toi et maman arrêtez de travailler. Je veux pas que vous m’abandonniez. Je veux pas rester tout seul. »

Thomas essaya de reposer son fils pour pouvoir lui parler promptement, mais celui-ci refusa fermement non sans hurler. 

« Fletcher ? J’ai de la difficulté à te comprendre. »

Le père réalisa une deuxième tentative de se libérer, sauf que Fletcher se débâtit, pleura encore plus fort et cria dans ses oreilles.

« Fletcher, arrête ! »

L’homme se libéra sèchement, sous le regard horrifié de la gouvernante. Fletcher, quant à lui, continua de hurler à gorge déployée tout en frappant rageusement le sol avec ses poings.


——


« Emma, je ne sais pas comment te remercier » lâcha Regina.

Emma, une bonne famille de la famille, mais aussi psychologue, avait répondu à l’appel à l’aide de la famille. Suite aux nombreuses crises assez inquiétantes de leur fils, les Collins avaient décidé d’agir. Fletcher passait présentement la nuit chez un ami afin que les parents puissent avoir une discussion sérieuse avec la professionnelle.

« Oh, je t'en prie. J’ai bien pire que votre fils soit dans une phase où il se sent rejeté par ses proches. Il se sent seul et vit dans la crainte d’être abandonné un jour ou l’autre. Peut-être lui a-t-on dit quelque chose ou il a vu une scène qui l’ont traumatisé, ça, faudrait voir avec lui. La dépendance affective n’est pas considérée comme un trouble au sens propre, sauf que ça peut devenir problématique à long terme. Ses crises dont vous m’avez fait part, c’est un moyen d’attirer votre attention. En agissant de la sorte, il savait qu’il allait finir par avoir votre attention. Il ne souhaite que ça. Je suis consciente que vu votre situation, ça ne doit pas être si simple, mais vous devriez apprendre à décrocher de votre travail lors d'un moment opportun. Il n’a que 7 ans. C’est un enfant qui a besoin qu'on lui consacre beaucoup de temps. »


——


Thomas et Regina prirent l’initiative d’agir aussitôt, en commençant par un dîner au restaurant le jour d’après. Alors qu’ils attendaient leur commande, Fletcher en profita pour dévoiler quelques anecdotes à ses parents.

« … et puis après, madame Turner m’a donné des bonbons parce que j’étais celui qui avait fait le moins de fautes dans sa dictée ! »

Le petit garçon sautillait presque sur sa chaise. Il fréquentait une école privée, alors même pour son jeune âge, la reconnaissance était importante dans son établissement. Il savait que ses parents allaient être très fiers d’avoir un fils aussi intelligent.

« Quel homme ! Félicitations, chéri. »

« Je suis impressionné. »

Les parents se regardèrent longuement dans les yeux, avant que Regina finisse par hocher la tête à son mari, comme pour un signal. Fletcher fronça les sourcils. Sa mère prit les mains de son fils dans les siennes et les serra.

« Écoute, chéri, papa et moi on voudrait s’excuser pour notre comportement envers toi. On sait que ça a été très difficile pour toi ces derniers jours, mais tu dois comprendre que….parfois, papa et maman ont beaucoup de travail à faire. On travaille dur, mais c’est pour que tu sois heureux. »

« Sauf que vu le résultat, ça a causé l’effet contraire. Crois-moi, on n’a jamais, au grand jamais, songé à t’abandonner.»

« Fletcher, on te promet de faire plus d’effort à partir de maintenant. Tu nous pardonnes ? Papa et moi on est très triste que tu sois fâché contre nous. »

Fletcher, ému, ne faisait aucun effort pour retenir ses larmes. Il s’approcha de ses parents et les serra tous deux dans ses petits bras.

« Ça veut dire qu’on va devenir une vraie famille ? »

Sa mère s’esclaffa, puis déposa un baiser sur le front de son fils.

« Comme tu le dis Fletcher, comme tu le dis. »


——

Depuis lors, le comportement de Fletcher s’était amélioré, même si son trouble trottait encore dans un coin de sa tête. Ses parents, eux-mêmes dépendants de leur boulot, avaient réussi à lâcher prise et à suivre les conseils de la psychologue. Ils débutèrent par acheter un labrador retriever à la demande de leur fils et le baptisèrent Charlie. Fletcher se lança dans plusieurs activités comme le basket, le base-ball et la photographie. Il accumula les compétitions de danse tout comme des reconnaissances scolaire à travers les années dans ses écoles privées. C’était devenu un garçon actif qui ne supportait pas l’idée de rester assis à ne rien faire. Il se fit beaucoup d’amis et eut sa première petite-amie à 13 ans. À son entrée en Freshman, il commença à se laisser aller, accumulant les partys et en attirant les  petits problèmes comme des aimants. Pour l’instant, Regina et Thomas ne s’inquiètent pas trop, se réconfortant en se disant qu’il ne faisait que vivre pleinement son adolescence. Eh oui, car à cet âge, il fallait mieux ne pas les retenir.


More about me ?

Pseudo : Neilou
Age : 16 ans
Comment as-tu connu le forum ? Ninou !
Fréquence de connexion ? Régulière
Quelque chose à ajouter ? ça m'a manqué *o*
Code du règlement : Ok by Ninou


Code:
Jake T. Austin [color=#ff0000]~[/color] Fletcher Collins



(c) Sashette


Dernière édition par Fletcher Collins le Jeu 2 Juil - 1:14, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Say hello to falsetto in three, two, swag   Lun 22 Juin - 23:27

JE T'AIME JE VEUX UN LIEN *O* BIENVENUE MON PETIT CHAT AMUSE TOI BIEN AVEC NOUS *O*

<3 love
Revenir en haut Aller en bas
Lost But Not Stranded Yet
Disponibilité pour RP : Dispo
Featuring : Xavier Dolan
DC : Jae Ji Choi
Eoin Johnstone
Gwen E. Foster
Nikolaï A. Koslovski

Messages : 202
Who I am? : Logan and I Going Into an Adventure
People around me : It's A New Dawn, A New Day, A New Life for Me, And I'm Feeling Good !
CellPhone : Mes Messages
Relations : le parfait Logan Maxwell *-* <3
Date d'inscription : 14/06/2015
Age : 23
Localisation : Boston
MessageSujet: Re: Say hello to falsetto in three, two, swag   Lun 22 Juin - 23:34

BIENVENUUUUUUE *___* Je suis content que tu sois de retour, pareil je réserve dors et déjà un lien *-* ♥

_________________
James parle en: #0099ff


We Are Infinite
“And in that moment, I swear we were infinite.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Say hello to falsetto in three, two, swag   Lun 22 Juin - 23:43

Neilooooouuuu *o* Bienvenue ici ♥ Bon courage pour ta fiche et have fun ! o/

(ah, et je crois qu'il y a un an de décalage avec ton âge et ton année de naissance *chieuse off*)
Revenir en haut Aller en bas
Président des Sigma Nu
Disponibilité pour RP : Yep.
Featuring : Zico (Wu Ji Ho)
DC : Lee Hae HyukAshton D. MyersFrank EarendNicholas TompkinsGemma Osborne
Messages : 191
Who I am? : Un opportuniste, qui profite de la vie, et le chef des Sigma Nu, accessoirement. Et Cornerback chez les YB, alors si tu me cherches, j'te plaque Wink
People around me : La famille, les amis, les ennemis, bref la smala au complet.
Social Network : J'suis pas Facebook, Instagram et compagnie. Les selfies c'est réservés aux narcissiques, et encore selfie, si c'est égal à se prendre en photo que l'menton... Mais j'ai un casier.
CellPhone : J'te préviens, ce numéro est à joindre en cas d'urgence, ou si on a un minimum de choses en commun. Ceux que j'aime pas, je réponds pas Very Happy
Relations : - Ami d'enfance de Gwen Foster
- Protecteur de Seung Joo, tu touches un d'ses cheveux, t'es mort, pigé ?
- Sous le tutorat d'Hanaé Nguyen
- Travaille pour Eo-w-yn !

Date d'inscription : 14/06/2015
Age : 19
Localisation : Dans ton cul.
MessageSujet: Re: Say hello to falsetto in three, two, swag   Mar 23 Juin - 10:42

NEILOU JE T'AIIIIIIIIIIIIIIIME love
Trop contente que tu sois de retour *O*

_________________
SIGMA NUENZO MILLER
King of the jungle, kkomadeul jaerongjanchireul meomchwo, bunwigineun beolsseo mureuigeotgo, sunsikgane gaekseogeul jeongbok.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Say hello to falsetto in three, two, swag   Mar 23 Juin - 17:25

Hellow Neilette ! Chachou à l'antenne !
Contente de te retrouver, amuse toi bien !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Say hello to falsetto in three, two, swag   Mer 24 Juin - 19:17

Ola !
J'adore ton vava !!
Bienvenue ♥♥

A.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Say hello to falsetto in three, two, swag   Mer 24 Juin - 23:32

merciiiiii je vous aime *-*

Pour les liens, évidemment que je suis d'accord Cool

Merci Shishi pour l'erreur xD

Oh Chachou *-*

SASHEEEEETTTTTE <3 <3
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Say hello to falsetto in three, two, swag   Jeu 2 Juil - 1:48

Félicitations !

« Tu es validé(e) QUE JE T'AIIME QUE JE T'AIME QUE JE T'AIIIIME  sing  Hannnlalalala mon petit chat, tes persos je les aime toujours autant *O* Belle fiche, puis ton perso est intriguant donc je te valide et je te souhaite un bon jeu <3. Je te mets en Lambda le temps de voir si Rico te veut bien dans sa confrérie <3»

   Tu peux désormais aller faire ta fiche de liens, ainsi que répertorier tes futurs RPs. Mais tu as aussi désormais accès à tout un tas d'autres topics. Demander un rang, mais aussi un logement, l'adhésion à une confrérie si ton personnage est un étudiant ainsi que choisir tes options. A toi d'aller te renseigner et lire les différentes histoires de nos confréries pour mieux les comprendre. Tu pourras par la suite te renseigner sur les cours qui ont lieu à l'école, les options ainsi que les clubs et comment y adhérer. Néanmoins, si jamais tu as la moindre question, le staff sera toujours là pour te venir en aide, donc n'hésites pas à leur envoyer un MP si jamais tu es dans une impasse ! Bon jeu parmi nous <3
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Say hello to falsetto in three, two, swag   Aujourd'hui à 9:13

Revenir en haut Aller en bas
 
Say hello to falsetto in three, two, swag
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Say hello to falsetto in three, two, swag
» Auberge volume 2 - SWAG
» [FINI] Swag is for boy, Class is for men
» Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34)
» # Turn my swag on ► Usher Raymond

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life in Boston rpg :: Corbeille :: Archives :: Fiches de présentation archivées-
Sauter vers: