AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Demande de partenariat
Ven 26 Fév - 20:51 par Invité

» 16.02.16 - LE FORUM FERME SES PORTES.
Jeu 18 Fév - 15:51 par Miss Petunia Garner

» Flash | ft. Lily-Rose Rivest
Lun 15 Fév - 21:05 par Lily-rose F. Rivest

» Never say goodbye because saying goodbye means going away and going away means forgetting (Ninette ♥︎)
Lun 15 Fév - 20:27 par Isobel W. McCoy

» Mon Voisin Du Dessus (MVDD)
Dim 14 Fév - 17:55 par Invité

» À quoi te fait penser ce mot
Dim 14 Fév - 17:55 par Invité

» Le changement, c'est maintenant !
Dim 14 Fév - 12:18 par Shivani K. Shukia

» Une rose à dix
Dim 14 Fév - 12:11 par Isobel W. McCoy

» L'horloge parlante
Dim 14 Fév - 12:10 par Isobel W. McCoy

Points confréries
Delta Upsilon — 825 pts
Kappa Pi — 777 pts
Sigma Nu — 535 pts
Delta Gamma — 510 pts
Pi Bêta Phi — 300 pts
Thêta Xi — 60 pts
Vidéo

Partagez | 
 

 She used to think we were like her. We are attracted to the darkness, but, her, she is the darkness. // Abigail M. O'hara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: She used to think we were like her. We are attracted to the darkness, but, her, she is the darkness. // Abigail M. O'hara   Jeu 18 Juin - 18:21




O'Hara M. Abigail
ID Card

Age : 16 ans
Date de naissance : 17 août 1998
Lieu de naissance : St Louis, Missouri
Statut Civil : Célibataire
Statut Social : Moyen
Métier/Etudes : Lycéenne/peut être serveuse à l'Emmets Irish Pub
Classe : Senior
Groupe : citoyen, ou Theta Xi ou ...
P.I ou Scénario ? Personnage inventé magueule
Avatar : Taissa Farmiga
Secret envoyé : A remplir par un admin
Caractère

Je fais des cauchemars et des rêves. Je surmonte mes rêves avec mes cauchemars.
Elle n'avait qu'à pas être sur son chemin. Elle n'avait qu'à pas ouvrir sa bouche par rapport à la cigarette qu'elle était en train de fumer. Elle n'avait qu'à la laisser tranquille et ne pas lui faire de réflexion. Elle n'avait qu'à pas lui arracher sa clope et l'écraser. Elle n'avait qu'a pas lui mettre la première gifle. En y repensant, ça aurait évité le passage chez la psychologue scolaire. Encore ... Si elle avait su qu'elle finirait chez le directeur, elle se serait sûrement abstenue.
«Abigail, je suis seulement là pour t'aider, tu sais ... Je veux juste comprendre ... - Alors, laissez tomber. Je ne suis pas compréhensible. Vous perdez votre temps.» Oui. Elle perdait son temps et elle ne cessait jamais de persister. Elle l'avait regardé pendant de longues heures de silence, en espérant en tirer quelque chose, sans obtenir de résultat. Et pourtant, elle avait un tas de pages écrites sur l'adolescente...

O'Hara, Abigail, Max.
En apparence très discrète, la patiente présente de nombreux signes comportementaux qui se rapprochent pour la plupart des caractéristiques premières d'un sociopathe. Elle a tendance à se comporter froidement, et n'exprime pas la moindre émotion. La seule que j'ai pu constater chez elle depuis que je la prends en séances s'exprime par la présence d'un rictus parfois presque imperceptible sur ses lèvres que je parviens mal à interpréter. Elle n'a pas de tics de nervosité ou d'agacement. Elle est toujours parfaitement calme et posée. Il y a quelque chose chez elle de mâture, mais à force, je lui ai trouvé un coté angoissant. J'avoue que sa présence parvient, parfois, à me mettre mal à l'aise. Elle est extrêmement distante avec moi, mais pas seulement. J'ai convoqué quelques-uns de ses camarades de classe, afin de discuter un peu de son attitude avec les gens de son âge et d'identifier si le problème venait de moi, ou si c'était généralisé et un point a souvent été mis en avant : son étrangeté. J'ai appris, à l'aide des témoignages qu'elle était pareille à ce que je pouvais voir en séances. Silencieuse, froide et totalement tranquille, quelle que soit la situation, et qui que soit les gens qui l'entourent. Je me demande comment ça se passe chez elle. Lorsque j'essaie d'aborder le sujet, elle m'envoie clairement balader, en expliquant que ce ne sont pas mes affaires. Elle sait être très persuasive et brève. Et puis, insister, ne m'aidera pas à percer à jour sa personnalité.

[...]

Lors des toutes premières séances, j'ai cru avoir affaire à une simple adolescente en pleine crise et rébellion, mais... Plus le temps passe, plus je la vois, plus je me dis que ce n'est pas simplement ça. De plus, j'ai appris seulement récemment qu'elle avait fait, avant d'entrer au lycée, une tentative de suicide. C'est une de ses camarades qui m'en a parlé. J'ai pensé qu'elle cachait bien son jeu, qu'elle était discrète et que j'étais bête de ne pas avoir su ça, plus tôt .. Je me suis dit, "Mais comment j'ai pu passer à côté d'une chose pareille !" Et finalement, c'était simple. Elle faisait tout pour qu'on y pense pas. J'ai tendance à lui trouver des airs de manipulatrice. Elle n'est pas une mauvaise gamine, au contraire. Je pense qu'elle se protège. De quoi ? Je n'en ai aucune idée, mais il y a quelque chose dont elle a peur, ou qu'elle ne veut pas qui arrive ou se reproduise. Elle me cause beaucoup de problèmes. Elle est emplie de mystères et de secrets. Il y a des choses que je ne sais pas, et que personne ne sait. Ce que j'ai le plus souvent entendu, c'est "je ne la connais pas plus que ça" ou bien "excusez moi, mais Abigail, ça me dit rien ..". Elle ne se fait pas remarquer. Elle est sûrement en fond de classe, ou au contraire tout devant. Je me demande si elle fuit les gens ou si c'est eux qui la fuient... Je pense, quand je la regarde, qu'elle fait en sorte, d'être évitée. Elle ne se montre pas, ne parle pas et ne cherche pas à s'intégrer. J'ai rapidement jeté un coup d'œil à ses notes et elles sont excellentes. Elle est très intelligente. Suffisamment pour savoir comment faire pour passer inaperçue. Elle représente pour moi un véritable sujet d'étude. Elle est tellement contradictoire dans sa façon d'être que je m'y perds. Je me demande comment elle peut maintenir des notes aussi bonnes en étant celle qui ne participe jamais et qui est souvent absente. Parce que oui, les absences ... Mon dieu, ce qu'il y en a. J'ai été surprise d'en voir le nombre. Je me suis demandé si l'éducation nationale, avait sévi ou pas encore ... Et si ce n'était pas le cas, ça ne saurait tarder. C'était véritablement affolant, et pire, les motifs ne tenaient pas la route. Panne de réveil, maladie, maux de ventre ou de tête. Cette enfant avait souvent été malade et pourtant, rien dans son dossier n'indiquait des problèmes de santé. Enfin ... J'ai essayé de m’intéresser à elle, de lui parler du futur, puisqu'elle semble fuir le passé, mais j'ai l'impression qu'elle n'a rien, comme projet. J'ai l'impression que c'est le vide dans sa tête et qu'elle ne se rend pas compte de ses compétences intellectuelles ... Je sais qu'elle lit beaucoup, je ne sais pas quoi, mais je la vois souvent à la bibliothèque ou un livre à la main, passer dans les couloirs ...Elle m'intrigue. Je ne crois pas qu'elle soit méchante. Mais je ne sais pas si elle peut vraiment être aimable, ou simplement gentille. J'ai l'impression qu'elle ne sait pas ce que c'est. Elle a tendance à se braquer, au moment où elle entre dans le cabinet. Elle est toujours fermée à toute discussion et elle ne parle pas. J'essaie d'entretenir la conversation, de lui tirer les vers du nez, mais tout se résume généralement à quelques hochements de tête, et de "non" secs, pour exprimer son désaccord avec ce que je dis. C'est tout. Elle a l'air complètement désintéressée. Je-m'en-foutiste serait peu être plus juste. Rien ne l'atteint, rien ne l'interpelle. Elle est complètement ailleurs, ou bien, elle le fait exprès, mais c'est profondément agaçant.

[...]

Aujourd'hui, elle s'est battue. C'est la première fois que cela arrive. Elle empestait la cigarette quand elle est entrée. Et sa joue était légèrement gonflée. C'est un surveillant qui m'a expliqué que le coup venait d'une autre fille et qu'elle n'était pas la provocatrice dans l'histoire. J'ai voulu savoir ce qu'il s'était passé, mais encore une fois, elle a fixé la fenêtre et donné cette impression de ne pas m'écouter. Pourtant, il y avait sur son visage ce rictus qui lui donne son air sadique. Oui, voilà. Il est sadique. Ou plutôt excité. Elle l'avait sur les lèvres et il ne les a pas quittées durant tout l'entretien. Je suis la première à lui avoir parlé après l'incident. Rien de différent par rapport à d'habitude. Ou ... Si. Elle m'a posé une question qui m'a marqué. Elle voulait savoir si ses parents, enfin, sa mère allait être convoquée à cause de la bagarre et quand j'ai répondu par l'affirmative, elle a soupiré longuement. Elle n'était pas stressée ou agacée. Elle avait au contraire, l'air soulagé. Elle n'était pas stressée ou agacée. Je dois l'admettre. Je pense que je ne la comprendrai jamais. Cette gosse est un mystère ... J'ai peur que les choses aillent mal. Il y a quelque chose de mauvais en elle. J'ai beau être passé à côté de plein de choses avec elle, ça, ça ne m'a pas échappé.
Histoire

J'irai jamais en enfer... J'y suis déjà ..

«Non mais sérieusement Abigail ! Qu'est-ce qui cloche chez toi ? T'es pas capable de passer une semaine sans te faire remarquer hein ! T'es obligé de montrer que t'es là en faisant des conneries ? Pire ! En me faisant convoquer chez le directeur, moi ! Tu.. » Dans un élan de provocation et d'agacement, la jeune fille leva les yeux au ciel. Et essuya une bonne claque, qui avait presque résonné dans le silence de la pièce. Génial .. C'était courant, dans cette famille.. Les coups, on pouvait dire que la jeune O'Hara connaissait bien, et inversement, sa mère, elle, connaissait bien la réaction de son adolescente. Celle-ci ancra son regard dans celui de l'adulte, laissa un rictus moqueur prendre possession de ses lèvres et tourna les talons en direction de sa chambre. Quelle connasse, celle-là.. Une connasse, doublée d'une salope, voilà ce qu'était cette femme. Beaucoup de jeunes prenaient modèle sur leurs parents, mais c'était loin d'être le cas d'Abigail. Ah ça ! On pouvait bien dire que ses géniteurs, n'étaient pas vraiment des exemples à suivre, bien au contraire. Sa mère n'était rien d'autre qu'une serveuse dans un café pourri à Saint-Louis quand elle a rencontré l'homme, petit employé minable de mairie au plus bas de l'échelle, qui allait devenir, presque par erreur le père de trois enfants. Hayden, Dwayne et Abigail. La jeune fille était donc la petite dernière, de la famille. Une famille aux apparences normales, mais aux secrets bien gardés. Les bleus, les cicatrices, et les marques encore rougeâtres d'une cigarette trop longtemps collée à la peau étaient parfaitement cachés en société. On ne voulait surtout pas que les O'Hara aient une mauvaise réputation, ou une pire que celle qu'ils n'avaient déjà... Les disputes et les cris à longueur de journée ça n'échappait pas aux voisins trop curieux. Les murs ont des oreilles, c'était bien connu. S’il y avait bien une chose que les O’Hara avaient toujours su faire, c’était jouer la comédie. On pouvait même penser que c’était de là, que venait le talent d’actrice d’Abigail… Mais pas tout à fait. S’il y en avait bien une dans cette famille d’hypocrite qui avait toujours était honnête et franche, c’était bien elle. Et quand on y pensait, c’était surement ce qui lui avait valu d’avoir le rôle du vilain petit canard aussi facilement… Parce que oui, ça avait toujours était-elle, et pour bien des raisons…

Indésirée était surement le mot qui pouvait la décrire le plus parfaitement. Elle avait été et était toujours une enfant indésirée, rien de plus, rien de moins. Elle était de ces enfants que la vie n’a pas prévu de gâter. Elle était de ceux qui auraient mieux fait de mourir avant même d’avoir pu respirer. D'ailleurs, ce n'était pas vraiment passé loin. Footing jusqu'à l'épuisement, alcool par litre, médicaments en surdoses, et même drogue par-ci, par-là et pourtant, rien n'y a fait ... Tous les efforts mis en œuvre par sa salope de mère avaient lamentablement échoué et elle était née. Pour son plus grand malheur. Parce qu'elle n'avait pas un futur que les gens pouvaient envier, loin, très loin de là. «Je me souviens du moment où ça a commencé à dégénérer, j'avais dix ans plus ou moins quand maman est tombée enceinte d'Abi' ... C'est là, que c'est parti en catastrophe .. Je sais pas .. C'était bizarre, comme si, c'était le mal qu'elle portait en elle. Elle voulait vraiment pas du bébé .. Quand j'y pense, je m'en veux, un peu. Mais je ne comprenais pas vraiment tout... J'ai souvent défendu ma mère comme j'ai pu, mais là, quand il s'agit de la gosse, j'avoue qu'elle s'est conduite comme la pire des garces ... Et puis, mon père n'a pas été irréprochable non plus. Faut dire que les coups ont commencé à tomber par dizaine quand il a appris qu'elle ne pouvait plus rien faire pour empêcher la naissance ... Et le pire, c'est quand elle lui a dit que c'était une fille ... Je ne sais pas pourquoi, mais c'est ce qui est le plus mal passé. Il a fait une fixette sur ça, et ce n'est pas pour rien qu'il a choisi et imposé Max comme deuxième prénom ... J'ai pas compris à l'époque, et je ne comprends toujours pas quel est le problème avec Abigaïl ... Elle est un peu triste et renfermée, mais, c'est pas une mauvaise fille ... J'me dis qu'y a un truc pas clair, avec tout ça... Après tout, ma mère n'est pas une sainte hein ..» C'était ce que la jeune fille s'était toujours dit : sa mère était loin d'être une sainte, et son père, quant à lui, était loin d'être un type bien. Dans le fond, elle n'avait pas une très haute estime de ses parents et ne voyait qu'un seul point positif à la présence de son père dans son existence : son deuxième prénom. C'était surement une des seules choses cool qu'elle possédait. Max. Abigail Max O'Hara. Elle avait tendance à insister sur ce simple prénom et souvent à se présenter comme tel. Elle préférait. Comparé à Abigail, c'était plus court, plus simple et moins féminin. Moins féminin, c'était exactement le but de son père. Ça avait été compliqué de le convaincre de ne pas la nommer ainsi, en premier lieu, mais elle, ça ne l'aurait pas vraiment dérangé. Ça lui allait mieux. «J'vais pas dire qu'elle était pas féminine, mais bon ... Elle était plutôt du genre jean et basket, quoi ... C'était rare de la voir déguiser en princesse, ou porter une robe ... Et, quand j'y pense, j'l'ai jamais vu avec une poupée à la main ... C'était difficile en même temps avec deux brutes comme Hayden et moi ! Dans mes souvenirs, elle était toujours dans nos basques ! On pouvait pas lui en vouloir, au fond. On était un peu comme ses protecteurs, et. .. On était pas top. J'aurai aimé pouvoir faire plus, mais. . J'étais trop jeune pour pouvoir dire quoi que ce soit, j'avais peur ... Et Hayden, la seule fois où il a dit quelque chose, ils se sont assuré de lui faire passer l'envie... Faut pas s'étonner de comment ça s'est passé après... Elle a pris un mauvais tournant. Mais bon... C'est une bonne gamine, quoi qu'on en dise... Elle est intelligente ! C'est pas pour rien qu'elle a sauté une classe... J'aurai aimé pouvoir empêcher ça.. J'veux dire, j'aurai voulu empêcher tout ce ... Sang.»

C'était obligé et certains l'avaient même sentie à des kilomètres. Et pourtant personne n'avait cherché à l'empêcher, parce qu'il n'y avait rien à faire. Les sermons et les leçons ça ne servait à rien, ou en tous les cas, pas avec une fille comme ça, pas avec une fille qui n'a pour refuge que sa chambre, pas avec une fille qui n'a même pas ses parents pour lui accorder leur soutien. C'était vraiment compliqué comme situation. C'était compliqué parce qu'elle savait parfaitement que tôt ou tard, ça allait se savoir. Et c'était là, le véritable problème. Fumer et boire, en cachette. Le but ? Éviter de nouveaux coups, de nouvelles cicatrices et de nouvelles brûlures. Pourtant, elle savait que ça ne pouvait pas rester secret longtemps, qu'elle ne pouvait pas y échapper, mais elle n'avait plus peur. Elle ne pleurait plus, ne criait plus et ne baissait plus les yeux. Au contraire, elle gardait la tête haute, et restait aussi fière qu'elle le pouvait, parce que la souffrance, c'était tout ce que sa mère voulait qu'elle ressente et ce plaisir, elle ne voulait pas lui accorder. Il lui était même arrivé de rentrer à la maison la clope au bec, alors qu'elle n'avait que quatorze malheureuses années. Il lui était arrivé de faire le mur et de rentrer le lendemain, avec quelques grammes d'alcool dans le sang parce que c'était le seul moyen d'oublier avant de replonger dans la douleur. C'était les seuls moyens. L'alcool, la clope, et la nuit. Elle savait qu'en rentrant, ça allait recommencer et elle savait qu'elle avait beau essayer d'être forte, tout cela allait laisser des séquelles, à vie. Puis vient ce moment, où tout n'a plus de sens. Vient ce moment où même la boisson n'y fait plus rien. Vient ce moment où on souhaite la mort des bourreaux. Vient ce moment où, dans l'imagination macabre de l'adolescente, c'est elle qui prend la place de ses parents dans le cercueil verni. Vient ce moment où tout simplement, aussi clair que de l'eau de roche, la peur de la vie est plus forte que la peur de la mort. Vient ce moment où on ne voit plus d'autres solutions que celle de disparaître. Ce moment où l'envie prend de se défenestrer du cinquième étage ou de se mettre le feu. Vient ce moment où l'envie prend de pendre au bout d'une corde ou de s'ouvrir les veines à la verticale, afin que personne ne puisse y faire quoi que ce soit. Vient ce moment où on veut juste mourir parce qu'on pense que c'est le mieux. Parce que bêtement, on veut débarrasser le monde de sa présence, parce qu'on veut juste se débarrasser des souffrances qu'on endure et qui sont trop compliquées, trop dures. Elle avait beau être intelligente, et avoir d'autres qualités que peu de gens connaissaient, elle manquait cruellement de courage. Elle manquait de courage au point de se rater. Elle manquait de courage au point de trancher son avant-bras au couteau avant de hurler, avant de tomber à genoux et de regarder le sang couler tout autour d'elle. Tout était allé trop vite. Hayden, puis Dwayne. L'ambulance. L'hôpital. La psychologue et les médicaments, les antidépresseur. Elle manquait de courage au point de ne pas parvenir à mettre fin à ses jours.. Elle manquait de courage au point d'être obligée de continuer à respirer.

Assise au pied de son lit, toujours un rictus moqueur aux lèvres, la jeune fille fixait la longue et fine cicatrice qui remontait son avant-bras. Putain, t'aurai pu au moins, essayer de pas te louper, hein ! Ouais. Elle aurait au moins pu essayer de faire ça. Si elle y était parvenue, elle se serait débarrassée de cette salope, qui hurlait dans le salon et qui n'allait surement pas tarder à débouler dans la chambre avec une ceinture ou n'importe quels autres moyens de lui faire du mal. Aucun souci. Abigaïl l'attendait. Elle l'attendait comme elle l'avait toujours fait. Convoquée chez le directeur pour une malheureuse histoire de bagarre... Elle, elle s'en fichait, ou plutôt, elle était satisfaite, parce que son éducation avait été remise en question et cette fois, la concernée en avait pris pour son grade. Et ça, c'était tout ce qu'il fallait. De toutes façon, l'adolescente n'était pas plus bête qu'une autre, bien au contraire. Elle était de ces individus qui ont un quotient intellectuel supérieur à la moyenne. Elle était de ces gens qui peuvent s'en sortir grâce à ça, à défaut d'avoir autre chose. Mais elle ne s'en rendait pas forcément compte. À force d'en avoir pris plein la gueule, elle avait fini par croire qu'elle ne valait rien. Il y avait eu un temps, où elle aurait aimé être un garçon. Elle s'était dite que les choses auraient peut-être été différentes, mais c'était ainsi. Et finalement, elle avait appris à vivre avec parce qu'il était impossible de faire autrement. Il était impossible d'effacer toutes les horribles choses qui lui étaient arrivées. Il était impossible d'effacer cette envie qu'elle ressentait de s'ouvrir les veines et de se faire souffrir. Parce que la souffrance, c'était tout ce qu'elle connaissait, tout ce qu'elle possédait. Elle n'avait que ca, comme toujours. Et aucune psychologue, aucune aide, ni même ses frères n'avaient pu y changer quoi que ce soit. Elle vivait dans et de la douleur. Elle ne pouvait pas s'en empêcher ou du moins pas tant qu'ils étaient là dans cette maison, et qu'elle les voyait chaque jour qui passait, en ne sachant pas quand l'envie allait prendre à sa mère de lui écraser un mégot dans le dos. Elle ne savait jamais, mais elle y était préparée, toujours. Mais cela avait pris fin, quand elle avait décidé de mettre les voiles, de partir, direction Boston. Elle avait prévu, avec l'aide de son frère, tout ce qu'il fallait. Tout ne dépendait que de son admission dans le lycée de prestige auquel elle s'était présentée. Tout n'avait tenu qu'à un fil et puis finalement, elle avait fait son sac, et elle était partie, comme ça.

Elle ne pardonne pas, elle n'oublie pas. Elle encaisse, elle subit et elle avance, avec des cicatrices qui ne sont là que pour lui rappeler que c'est arrivé, et qu'elle ne pourra jamais faire comme si de rien n'était. .
A propos de toi

Pseudo : Abigail/Max/Carry/Fawn (les deux derniers pour les anciens de WHS, ahaha)
Age : 16 ans
Comment as-tu connu le forum ? par un gentil mp de Nina  ♥
Fréquence de connexion ? Ça dépend...
Quelque chose à ajouter ? Je suis contente que les confréries soient remises à l'honneur !
Code du règlement : Ok by Shishi

Code:
Taissa Farmiga [color=#ff0000]~[/color] O'Hara M. Abigail


Dernière édition par Abigail M. O'Hara le Lun 22 Juin - 20:49, édité 31 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: She used to think we were like her. We are attracted to the darkness, but, her, she is the darkness. // Abigail M. O'hara   Jeu 18 Juin - 18:24

CARRYBOUUUUUUUUUU bienvenuuue !!!

Courage pour ta fiche et n'hésite pas si tu as des questions <3
Revenir en haut Aller en bas
Kappa Pi
Disponibilité pour RP : Toujours :P
Featuring : U-Kwon
DC : Ashton D. MyersEnzo MillerFrank EarendNicholas TompkinsGemma OsborneAlexis T. Hoffman
Messages : 136
Who I am? : Un coréen de vingt-deux ans, qui a sa propre histoire, son propre caractère et qui est pas forcément là pour se faire des amis. Qui cherche pas à devenir forcément quelqu'un. Qui a tout perdu, mais qui cherche à tout récupérer. Un gars avec un passé, un présent mais en quête de son futur.
People around me : La bonté s'efface et se perd, et tomber sur celui qui sera ton allié n'est qu'un coup du hasard, un signe que tout n'est pas perdu.
What I've done : Le futur est fait de rencontres, d'incidents, d'évènements, mais surtout de souvenirs et d'expériences. La vie, malgré les obstacles et ses coups du destin parfois fatals, se vit pour chaque instant, pour découvrir, connaitre et se sentir vivre, tout simplement.
Where I'm going :
Social Network : A l'époque, il y avait les messagers, les pigeons voyageurs, les courriers, mais aujourd'hui il y a les mails, les réseaux sociaux. On s'y fait, on s'y habitue, même si on a toujours une boite aux lettres devant la porte, pour la pub et autres courriers déplaisants. Mais moi, je me suis limitée à un casier.
CellPhone : La technologie, ça permet d'avoir ses amis dans sa poche. Les appeler quand t'es dans le fond. Les joindre, en tous lieux, toutes situations. La magie du téléphone.
Relations : - Colocataire et complément de Jae Ji Choi.
- Amélioration croissante avec Seung Joo
- Harper Cool
- Jake, le partenaire de jeu implacable.

Date d'inscription : 12/06/2015
Age : 24
Localisation : Boston City.
MessageSujet: Re: She used to think we were like her. We are attracted to the darkness, but, her, she is the darkness. // Abigail M. O'hara   Jeu 18 Juin - 18:51

CARRY *_* Tellement contente de te revoir de retour parmi nous ! Hâte de découvrir ce nouveau personnage ! Bon courage pour ta fiche <3

_________________
Kappa Pi dans l'âme & Dans le coeur
I want someone to love me, for who I am. I want someone to need me, is that so bad? I wanna break all the madness, but it's all I have. I want someone to love me. For who I am —
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: She used to think we were like her. We are attracted to the darkness, but, her, she is the darkness. // Abigail M. O'hara   Jeu 18 Juin - 18:54

Ahn
Merci tous les deux !!
J'espère que ce nouveau personnage va vous plaire Smile
J'ai hâte de pouvoir jouer à nouveau avec vous !
Revenir en haut Aller en bas
Lost But Not Stranded Yet
Disponibilité pour RP : Dispo
Featuring : Xavier Dolan
DC : Jae Ji Choi
Eoin Johnstone
Gwen E. Foster
Nikolaï A. Koslovski

Messages : 202
Who I am? : Logan and I Going Into an Adventure
People around me : It's A New Dawn, A New Day, A New Life for Me, And I'm Feeling Good !
CellPhone : Mes Messages
Relations : le parfait Logan Maxwell *-* <3
Date d'inscription : 14/06/2015
Age : 23
Localisation : Boston
MessageSujet: Re: She used to think we were like her. We are attracted to the darkness, but, her, she is the darkness. // Abigail M. O'hara   Jeu 18 Juin - 19:28

Rebienvenuuuuuuue à toi *__* ça fait plaisir de te revoir de retour *-*
Courage pour ta fiche Very Happy

_________________
James parle en: #0099ff


We Are Infinite
“And in that moment, I swear we were infinite.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pi Beta Phi
Disponibilité pour RP :
Featuring : Cameron Dallas
DC : Kyaw Ne Min, Marine Martel, Alayna Keane, Seung Joo Park & Jake I. Wilson
Messages : 72
Who I am? : Un petit con
People around me : Mais pas avec tout le monde
Where I'm going : Et pas tout le temps
Social Network : Tumblr
CellPhone : Téléphone & casier
Relations : Amoureux du plus parfait des garçons *o*
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 21
MessageSujet: Re: She used to think we were like her. We are attracted to the darkness, but, her, she is the darkness. // Abigail M. O'hara   Jeu 18 Juin - 19:29

Bienvenue sur ce tout nouveau forum, j'adore la tête toute mignonne de ton avatar ** Bon courage pour ta fiche, hâte de voir ça !

_________________
Sometimes the heart sees what is invisible to the eye.
Love is composed of a single soul inhabiting two bodies.


Logan parle en mediumpurple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: She used to think we were like her. We are attracted to the darkness, but, her, she is the darkness. // Abigail M. O'hara   Jeu 18 Juin - 20:06

Merci encore Logan !!
J'espère qu'elle va vous plaire !!
Elle est toute jolie aha c'est un vrai coup de coeur cette fille pour moi !
Revenir en haut Aller en bas
Pi Beta Phi
Disponibilité pour RP : Oui oui
Featuring : Ian Sexy Somerhalder
DC : Jaya I. S. Cobb
Messages : 111
Who I am? : Dans chaque femme il y a quelque chose de bien, mais vous devez l'introduire vous même !
People around me : Mieux vaut un petit canard dans sa baignoire qu'un gros connard dans son plumard
Relations : Iris - Ancienne amie d'enfance
Abel - Ami proche
Alex - Amie d'enfance
Anastasia - Petite princesse
Carry - Ambigü

Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 20
MessageSujet: Re: She used to think we were like her. We are attracted to the darkness, but, her, she is the darkness. // Abigail M. O'hara   Sam 20 Juin - 16:27

J'avoue qu'elle a une jolie bouille

Bienvenue sur le forum et courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: She used to think we were like her. We are attracted to the darkness, but, her, she is the darkness. // Abigail M. O'hara   Mar 23 Juin - 9:37

A-ha merci !
Vous pouvez lire tout maintenant !! J'ai finiiiiiiiiiis *Q*
Revenir en haut Aller en bas
Colors Around Me They're Fading Away
Disponibilité pour RP : Disponible :D
Featuring : Yoon Doojoon
DC : James P. Cobb E.
Eoin Johnstone
Gwen E. Foster
Soon: Nikolaï A. Koslovski

Messages : 145
Who I am? : A Brigh Red Rose Who Comes Bursting Out of the Concrete.
People around me : They Are Green or Red... Well Red or Red in fact...
What I've done :
Relations : Lee Hae Hyuk -> Grand ami/Essentiel *-*
Seung Joo Park -> Pillier de ma vie
Maïa R. Hope -> Muse
Iris E. S. Min -> Pride & Prejudice...

Date d'inscription : 12/06/2015
Age : 21
Localisation : Boston Yeaah
MessageSujet: Re: She used to think we were like her. We are attracted to the darkness, but, her, she is the darkness. // Abigail M. O'hara   Mer 24 Juin - 1:09

Félicitations !

« Tu es validé(e) Toutes mes félicitations Carry pour ce personnage *-* Je dois dire que j'ai trouvé cette fiche très bien écrite et le personnage intéressant et je pense que je vais venir demander quelques liens Very Happy Je n'ai rien à ajouter si ce n'est que je vais te mettre chez les Senior et chez les Lambdas le temps que ta confrérie soit choisie Very Happy La seule remarque sera juste que tu devra développer un peu plus les indices de ton secret et ce sera parfait *-* Je te souhaite de bons rps et bons moments sur ce nouveau forum et encore une fois félicitations pour ta validation *-* »

Tu peux désormais aller faire ta fiche de liens, ainsi que répertorier tes futurs RPs. Mais tu as aussi désormais accès à tout un tas d'autres topics. Demander un rang, mais aussi un logement, l'adhésion à une confrérie si ton personnage est un étudiant ainsi que choisir tes options. A toi d'aller te renseigner et lire les différentes histoires de nos confréries pour mieux les comprendre. Tu pourras par la suite te renseigner sur les cours qui ont lieu à l'école, les options ainsi que les clubs et comment y adhérer. Néanmoins, si jamais tu as la moindre question, le staff sera toujours là pour te venir en aide, donc n'hésites pas à leur envoyer un MP si jamais tu es dans une impasse ! Bon jeu parmi nous <3

_________________
Kappa Pi dans l'âme & Dans le coeur
Colors Around Me They're Fading Away And I'll Be Here Waiting Come What May I'll Find You, Yes I'll Find You, If I've Gotta Be The Man Who Walks The Earth Alone (Noel Gallagher's High Flying Birds-Ballad of The Mighty I).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: She used to think we were like her. We are attracted to the darkness, but, her, she is the darkness. // Abigail M. O'hara   Aujourd'hui à 13:27

Revenir en haut Aller en bas
 
She used to think we were like her. We are attracted to the darkness, but, her, she is the darkness. // Abigail M. O'hara
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Screen armures 165 Knight
» | When Darkness Falls
» Star Wars KotOR : Age Of Darkness V2
» Abigail Williams
» L'arrivée d'une Petite Bulle dans les airs..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life in Boston rpg :: Corbeille :: Archives :: Fiches de présentation archivées-
Sauter vers: