AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Demande de partenariat
Ven 26 Fév - 20:51 par Invité

» 16.02.16 - LE FORUM FERME SES PORTES.
Jeu 18 Fév - 15:51 par Miss Petunia Garner

» Flash | ft. Lily-Rose Rivest
Lun 15 Fév - 21:05 par Lily-rose F. Rivest

» Never say goodbye because saying goodbye means going away and going away means forgetting (Ninette ♥︎)
Lun 15 Fév - 20:27 par Isobel W. McCoy

» Mon Voisin Du Dessus (MVDD)
Dim 14 Fév - 17:55 par Invité

» À quoi te fait penser ce mot
Dim 14 Fév - 17:55 par Invité

» Le changement, c'est maintenant !
Dim 14 Fév - 12:18 par Shivani K. Shukia

» Une rose à dix
Dim 14 Fév - 12:11 par Isobel W. McCoy

» L'horloge parlante
Dim 14 Fév - 12:10 par Isobel W. McCoy

Points confréries
Delta Upsilon — 825 pts
Kappa Pi — 777 pts
Sigma Nu — 535 pts
Delta Gamma — 510 pts
Pi Bêta Phi — 300 pts
Thêta Xi — 60 pts
Vidéo

Partagez | 
 

 La colocation. Tout un art. Feat. Kim chou *O*

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kappa Pi
Disponibilité pour RP : Toujours :P
Featuring : U-Kwon
DC : Ashton D. MyersEnzo MillerFrank EarendNicholas TompkinsGemma OsborneAlexis T. Hoffman
Messages : 136
Who I am? : Un coréen de vingt-deux ans, qui a sa propre histoire, son propre caractère et qui est pas forcément là pour se faire des amis. Qui cherche pas à devenir forcément quelqu'un. Qui a tout perdu, mais qui cherche à tout récupérer. Un gars avec un passé, un présent mais en quête de son futur.
People around me : La bonté s'efface et se perd, et tomber sur celui qui sera ton allié n'est qu'un coup du hasard, un signe que tout n'est pas perdu.
What I've done : Le futur est fait de rencontres, d'incidents, d'évènements, mais surtout de souvenirs et d'expériences. La vie, malgré les obstacles et ses coups du destin parfois fatals, se vit pour chaque instant, pour découvrir, connaitre et se sentir vivre, tout simplement.
Where I'm going :
Social Network : A l'époque, il y avait les messagers, les pigeons voyageurs, les courriers, mais aujourd'hui il y a les mails, les réseaux sociaux. On s'y fait, on s'y habitue, même si on a toujours une boite aux lettres devant la porte, pour la pub et autres courriers déplaisants. Mais moi, je me suis limitée à un casier.
CellPhone : La technologie, ça permet d'avoir ses amis dans sa poche. Les appeler quand t'es dans le fond. Les joindre, en tous lieux, toutes situations. La magie du téléphone.
Relations : - Colocataire et complément de Jae Ji Choi.
- Amélioration croissante avec Seung Joo
- Harper Cool
- Jake, le partenaire de jeu implacable.

Date d'inscription : 12/06/2015
Age : 24
Localisation : Boston City.
MessageSujet: La colocation. Tout un art. Feat. Kim chou *O*   Lun 25 Jan - 10:02

La colocation. Tout un art.
Kim & Lee

Parfois, cela faisait du bien de s’imposer des changements dans la vie. Et là j’avais senti que c’était le temps pour moi de tourner une nouvelle page. Cela m’avait pris bien des jours pour réellement prendre cette décision, peu anodine, et j’étais désormais déterminé à prendre un peu plus ma vie en main, découvrir de nouvelles choses et ne pas me cantonner seulement à une petite bulle, qui au final ne me faisait pas que du bien. Le fait de m’être isolé dans un appartement au centre-ville, m’avait coupé du monde étudiant qui aujourd’hui était ce qui m’avait permis de m’ouvrir le plus. Alors, j’avais fini, après de longues heures de réflexion, de changer de cap et d’aller au cœur même de la population : le dortoir du campus. Maïa avait été plus qu’enchantée de savoir une nouvelle recrue à vivre à l’internat, et ça m’avait davantage conforté dans l’idée que je m’y sentirais comme à la maison, non pas qu’avec Jae ça eut été un moment de torture. Mais ces derniers temps, j’étais souvent seul, lui jonglait entre Seung Joo et son atelier, et j’avais fini par conclure qu’il était temps pour moi de partir, n’ayant aucunement envie de n’être qu’un colocataire fantôme, qui prépare le café avant de partir pour les cours. Ce n’était absolument pas un sentiment de rejet vis-à-vis de Jae, mais j’avais conclu –avec un peu de recul- qu’il avait fini par se faire définitivement une place ici, et que je n’avais plus ma place à ses côtés, ce qui pouvait l’empêcher de vivre pleinement son histoire avec Seung Joo.

Il y a de ça quelques jours, j’ai profité des fêtes de Noël et de la nouvelle année, pour offrir à Seung Joo mes clés, pour qu’il puisse quitter son appartement, et venir occuper la place que je laissais. Je savais vaguement qu’il ne vivait pas dans les meilleures conditions, et en sachant ça, je ne pouvais pas le laisser vivre dans un taudis, alors que j’avais largement les moyens de me payer mieux, si l’envie m’en prenait. A la place, je m’accommodais de la nouvelle chambre qu’on m’avait attribuée à la confrérie. Visiblement, je n’allais pas énormément changer de mode de vie, puisqu’on m’avait attribué une chambre déjà occupée, pour éviter d’éparpiller tout le monde un peu partout, et donc cela ne me dérangeait pas plus que ça. L’espace était juste plus restreint, mais ça c’était une question d’organisation à laquelle nous allions devoir nous habituer, mon nouveau coloc et moi.

Par ailleurs, j’étais très curieux de savoir qui ça allait être, puisque je connaissais la plupart des Kappa Pi, même si ce n’était que de nom.

Armé de mes sacs, je refermais pour la dernière fois la porte de l’appartement, non sans me retourner une dernière fois, tout en faisant un au revoir mental à ce lieu qui m’avait accueilli depuis un an maintenant, et que je quittais pour de nouvelles aventures. Dans le bus, qui me mena à la fac, je revivais toute cette année, mon arrivée à Boston, et tous les bons et mauvais moments que j’avais passé. C’était assez particulier, de me dire que le temps passait si vite, mais à la fois si lentement, et que j’étais loin d’en avoir fini avec les retournements de situation. Je n’avais que vingt-trois ans, ce qui était encore fort jeune, et ma vie n’était pas prête de se finir demain, ce pourquoi je prenais ce nouveau futur avec le sourire, non sans une pointe d’anxiété tout de même.

Sur place, je trainais mes sacs, non sans difficulté, jusqu’au bâtiment qui portait les couleurs de notre confrérie, et après moult efforts pour combiner ouverture de la porte et transport de sac, je parvenais à la salle commune, où je pus enfin me renseigner quant à la suite des évènements. Ma chambre était la numéro quatre, et le nom de mon colocataire était encore une surprise, qu’on ne voulait me révéler, alors j’haussais simplement les épaules, espérant que ce colocataire mystère sache qu’un nouveau venu allait débarquer d’ici peu. Et qu’il n’allait pas trop s’effrayer en voyant qu’il se tapait, en plus de ça, un sourdingue avec qui échanger trois mots est un défi considérable. Devant la porte, je toquais avec mon poing trois fois, et ouvrais la porte. Contrairement à ce que la politesse exige, c’est-à-dire attendre que l’autre donne son accord, moi je ne pouvais pas deviner si quelqu’un s’égosillait dans la chambre à me dire « Entrez » ou « pas maintenant », alors je me contentais d’introduire ma petite tête dans l’entrebâillement de la porte, pour voir si l’occupant était déjà présent ou non. Ce dernier était bel et bien là, et comme je me doutais, je le connaissais. Mais ça n’était pas une connaissance avec qui j’avais beaucoup d’affinités. Disons que nous étions plutôt en froid, et je commençais à me demander si j’allais supporter une colocation aussi glaciale. Néanmoins, parce que j’étais poli, et que commencer à directement me comporter comme un malpropre allait rendre la chose encore compliqué, je sortais ma petite ardoise, afin d’y écrire distinctement.

« - Je suis ton nouveau colocataire. »

Après quoi, j’ouvrais davantage la porte, pour pousser mon sac à l’intérieur de la chambre, puis j’effaçais pour écrire à nouveau.

« - Tu étais au courant, au moins ? »

Bien que ça me paraisse tout à fait improbable qu’on n’ait pas tenu au courant en premier le principal intéressé de notre affaire du jour.

Dans un élan, je poussais du pied mon sac jusqu’au pied du lit inoccupé et soufflais en me débarrassant de mon sac à dos, qui commençait à se faire lourd, puis j’observais les environs. C’était plutôt sympa comme chambre. Rien de comparable avec la surface dont je disposais avant, mais je n’avais pas à me plaindre. La seule chose qui allait coincer, c’était au final l’ambiance qui régnait dans la pièce.

« - Ces affaires sont à toi ? »

Demandais-je, toujours à l’écrit, en voyant quelques vêtements et autres bricoles sur le lit que je supposais être mon futur lieu de repos. Je ne voulais pas passer pour un gros emmerdeur en les faisant valser, mais j’étais bien curieux de savoir s’il s’était vraiment préparé à ce qu’on lui colle un autre habitant, où s’il avait au contraire tout fait pour éviter que ça arrive. Ou tout simplement savait-il avant moi, qui allait être son nouveau binôme de la nuit, et que par conséquent, il avait préparé son accueil en fonction. Bref, toutes sortes de questions me trottaient, mais au final je me retrouvais dans la même situation qu’il y a un an, quand on ne se connaissait pas avec Jae et que tous les deux on aurait voulu être seuls dans notre coin aussi. Alors dans le fond, je ne pouvais pas lui en vouloir, même si bon dieu ce que ça allait être folklorique.

« - Je suis Lee, au cas où. »

Au cas où quoi ? Je ne sais pas. Qu’il m’ait oublié, ou que justement il doute que ça soit vraiment en train d’arriver. Mais peu importe, moi je savais qu’il s’appelait Kim et c’était amplement suffisant pour le moment.



_________________
Kappa Pi dans l'âme & Dans le coeur
I want someone to love me, for who I am. I want someone to need me, is that so bad? I wanna break all the madness, but it's all I have. I want someone to love me. For who I am —
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Petit nouveau
Disponibilité pour RP : Je t'attendais justement !
Featuring : Lee Donghae
Messages : 54
Who I am? : Bah t'sais lire ? C'est noté en haut j'suis Kim Tae Won ! Naaan j'déconne. J'ai vingt-deux ans. Je suis américain même si on me rappelle toujours que je suis coréen (ouais, non j'suis pas chinois). En fait, j'sais plus trop qui je suis mais j'ai décidé de me reprendre en main parce que je sais qui je veux être, ce que je veux devenir. Je veux être moi enfin et qu'on m'accepte tel quel avec mes qualités et mes défauts. Et je veux devenir un artiste. Je veux danser, chanter et vivre ! Mais si tu veux en savoir plus bah Clique ici
People around me : La vie c'est comme une boite de chocolats. Il y a ceux que vous voudriez recracher ou vous débarrasser et puis il y a ceux que vous adorer dont vous ne pouvez vous passer. Bah avec les gens qui colorient ma vie ... c'est pareille ! Il y a ceux qui la colorent et ceux qui la ternissent mais regardez plutôt ICI
What I've done : J'essaie de ne garder en mémoire que les bons moments du passé. Et je tente d'écrire, de dessiner mon avenir. Avec son lots de surprises plus ou moins bonnes. Je veux faire le plus beau métier du monde : Artiste. Je veux donner du rêve, illuminer les yeux des gens, les faire vibre. J'étudie, je me perfectionne en danse, en chant.
CellPhone : Son portable//Son casier
Relations : Laisse moi un moment !
Date d'inscription : 21/01/2016
Age : 23
Localisation : Boston - Chambre 4
MessageSujet: Re: La colocation. Tout un art. Feat. Kim chou *O*   Lun 25 Jan - 12:28

La colocation. Tout un art × ft. Lee & Kim
Comme chaque jour Kim s'était levé tôt ce matin. Il avait couru plusieurs kilomètres et en rentrant il avait pris une bonne douche chaude. Beaucoup disait qu'il était préférable de prendre des douches tièdes voire froides car cela permettait une bonne circulation du sang. Mais lui détestait ça. Après s'être habillé, il avait pris son petit-déjeuner. Rien d'extraordinaire : un jus de fruit, un café et des tartines. Puis il était retourné dans sa chambre.

Assis sur lit, le dos appuyé contre le mur, il dessinait ce qui semblait être un manga. Kim aimait griffonner, comme disait son père, et il ne savait dire pourquoi mais il avait toujours eu l'impression que dire "griffonner" était quelque peu péjoratif. Peut-être n'était-ce qu'à cause du ton qu'il employait pour dire cela. Ou peut-être encore était le sourire amusé qui accompagnait la fin de sa phrase. Ou tout simplement le fait que son père lui avait déjà dit de nombreuses fois que l'art ne menait à rien. Qu'être artiste n'était pas un vrai job mais seulement un loisir. Ce que ça pouvait agacer Kim, ça l'attristait aussi car il aurait souhaité que son père l'apprécié, l'aime, soit fier de lui. C'était surement cela qui le motivait à être si perfectionniste et ambitieux. Parce qu'il voulait être le meilleur pas forcément par esprit de compétition mais tout simplement pour que son père soit fier de lui. Il dessinait tout en fredonnant sur la musique qu'il écoutait. Il détestait tant le silence car cela lui faisait se sentir encore plus seul qu'il ne l'était. Non pas qu'il n'aimait pas un peu de solitude mais il est vrai qu'être toujours seul était parfois un peu pesant. Attention, il avait quelques amis, malgré parfois son caractère un peu fort. Seulement se réveiller seul, se couché seul, n'avoir personne à qui parler était parfois pesant. Mais ça avait aussi ses bons côtés car il avait ses petites habitudes. Etre seul voulait dire qu'il avait toute la place qu'il lui fallait, qu'il pouvait écouter ce qu'il voulait, quand il voulait et plus ou moins fort.
Soudain il entendit frapper à la porte. Ca devait encore être une erreur car personne ne venait le voir ici. Le plus souvent c'était au mec d'à côté qu'on rendait visite.


CHAMBRE 5, à côté !

Répondit-il, il en avait tellement l'habitude puis il en avait marre de se lever pour rien. Peut-être aussi que ça le touchait plus qu'il ne voulait bien le voir, que personne ne vienne le voir. Il continuait donc de dessiner et repris de chanter comme si de rien n'était quand .... la porte s'ouvrit. Kim leva les yeux et regarda en direction de la porte.

Mais vous êtes bouché ou quoi !

Il se leva pour le foutre dehors et refermé la porte quand il reconnu le jeune homme. Il s'agissait de Kee ou Nee. Enfin c'était le gars qui ne répondait jamais quand on l'appelait. Kim ne savait pas grand-chose sur lui à part le fait qu'il était snobe. La seule chose qu'ils avaient en commun était leur confrérie. Mais bien évidemment cela ne voulait pas dire qu'ils devaient être amis pour autant.

T'as fait erreur mon gars, tu t'es gouré de numéro de chambre, ton pote doit être ailleurs. Je suis seul ici.

On ne pouvait pas dire que Kim était très chaleureux, sympathique ou accueillant. En même temps pourquoi il serait avec un mec qui l'avait ignoré à deux occasions ? Le gars le regardait comme s'il ne comprenait pas ce qu'il lui disait. Il se foutait de sa gueule ou quoi. Quand il se mit à sortir une ardoise et à écrire dessus

*A quoi il joue ? J'ai pas envie de jouer au pictionnary*

Je suis ton nouveau QUOI ?!

Kim avait l'impression d'halluciner. D'où il débarquait et décidait qu'il était son colocataire. On ne lui avait rien dit. Puis il se rappela du courrier de la confrérie qu'il avait retrouvé scotché à sa chambre il y a quelques jours déjà. Il ne l'avait pas ouverte parce qu'il pensait que c'était encore quelqu'un qui demandait à ce qu'il ne mette pas la musique trop forte. Mais peut-être qu'en faite on ... Il se dirigea vers son bureau et chercha le mot. Et effectivement on lui annonçait qu'il allait avoir un colocataire à compter de ce jour.

*Merde ... manquait plus que ça*

Bon c'est vrai parfois il se sentait seul et avoir un coloctaire pouvait peut-être être sympa mais ce n'était qu'une supposition et surtout il ne pensait se retrouver avec ce gars qui en plus ... Oui il y pensait maintenant. Il venait de lui écrire sur une ardoise. Est-ce que c'était le genre de gars à économiser sa voix pour ne pas l'abimer et chanter mieux. Non parce que si c'était ça, il sentait que la colocation allait encore pire que ce qu'il pensait. A nouveau il écrivait sur son ardoise.

*Est-ce que par hasard il serait ... muet ?*

Il lisait le mot, ce dernier lui demandait s'il était au courant de sa venue.

Non je ne...

Il s'arrêta, Lee avait une drôle de tête comme si ... comme s'il ne comprenait pas ou n'entendait pas ? Kim ferma les yeux et souffla puis il attrapa l'ardoise et effaça le mot et écrivit.

Non je ne savais pas !

Bon sang cette ardoise était petite pour tout écrire. Pour lui dire qu'en fait on l'avait prévenu par courrier mais qu'il ne l'avait pas lu. Il finissait par résumer. Kim ne quittait pas le jeune homme qui semblait vouloir s'installer mais bien sûr les affaires de Kim était un peu partout après tout il était ici depuis plus d'un an maintenant. Et comme il avait toujours été seul et qu'il pensait qu'il en serait toujours ainsi, il avait pris ses aises.

Oui bien sûr à qui veux-tu que ce soit ? !

Rhoo encore il fois il n'était pas agréable. Après tout ça avait aussi ces bons côtés le fait qu'il soit sourd. Il pouvait dire tout ce qu'il voulait. Il se contenta de lui faire un signe de tête pour lui dire oui. Puis il se pencha pour reprendre ses affaires et leur trouver une nouvelle place. Quand il se tourna, le jeune homme se présentait, il disait s'appeler Lee. Kim sourit car il n'était pas loin tout à l'heure. Puisqu'il était près de son bureau, il attrapa son bloc et un stylo et écrivit.

Moi c'est Kim !

Il lui montra. Puis il se pencha à nouveau sur son bureau et recommença à écrire quelques mots avant de lui montrer.

Tu es sourd et muet ?

C'était direct peut-être blessant, surement idiot mais après tout autant demander. Car il pouvait peut-être entendre ce qui serait plus simple pour Kim. Et puis Kim était ainsi peut-être maladroit mais surtout il était du genre à aller tout droit plutôt qu'à faire des détours. Il était ainsi droit et direct.

code by lizzou × gifs by tumblr


Dernière édition par Kim Tae Won le Mar 2 Fév - 13:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kappa Pi
Disponibilité pour RP : Toujours :P
Featuring : U-Kwon
DC : Ashton D. MyersEnzo MillerFrank EarendNicholas TompkinsGemma OsborneAlexis T. Hoffman
Messages : 136
Who I am? : Un coréen de vingt-deux ans, qui a sa propre histoire, son propre caractère et qui est pas forcément là pour se faire des amis. Qui cherche pas à devenir forcément quelqu'un. Qui a tout perdu, mais qui cherche à tout récupérer. Un gars avec un passé, un présent mais en quête de son futur.
People around me : La bonté s'efface et se perd, et tomber sur celui qui sera ton allié n'est qu'un coup du hasard, un signe que tout n'est pas perdu.
What I've done : Le futur est fait de rencontres, d'incidents, d'évènements, mais surtout de souvenirs et d'expériences. La vie, malgré les obstacles et ses coups du destin parfois fatals, se vit pour chaque instant, pour découvrir, connaitre et se sentir vivre, tout simplement.
Where I'm going :
Social Network : A l'époque, il y avait les messagers, les pigeons voyageurs, les courriers, mais aujourd'hui il y a les mails, les réseaux sociaux. On s'y fait, on s'y habitue, même si on a toujours une boite aux lettres devant la porte, pour la pub et autres courriers déplaisants. Mais moi, je me suis limitée à un casier.
CellPhone : La technologie, ça permet d'avoir ses amis dans sa poche. Les appeler quand t'es dans le fond. Les joindre, en tous lieux, toutes situations. La magie du téléphone.
Relations : - Colocataire et complément de Jae Ji Choi.
- Amélioration croissante avec Seung Joo
- Harper Cool
- Jake, le partenaire de jeu implacable.

Date d'inscription : 12/06/2015
Age : 24
Localisation : Boston City.
MessageSujet: Re: La colocation. Tout un art. Feat. Kim chou *O*   Jeu 28 Jan - 18:25

La colocation. Tout un art.
Kim & Lee

Il n’était pas évident de déterminer, si mon futur colocataire serait heureux, ou non, de devoir partager sa chambre. Et à dire vrai, vu les circonstances, lui comme moi, ne pouvions rien dire. Les chambres étaient soit : que des filles, soit : que des garçons, et souvent la composition passait par l’administration, qui chose somme toute importante, était présidée par Garner en personne. Et qui disait Garner, disait armée, discipline et obéissance. Alors, pour ne pas avoir d’ennuis, je me contentais de suivre sagement à la lettre ce qu’on m’avait demandé, et donc pour le coup, d’occuper la chambre 4. Ce ne fut pas difficile de la trouver, ça non, la confrérie était loin d’être un labyrinthe, ce qui fut compliqué en revanche, c’était de dégainer assez rapidement mon ardoise pour éviter de me faire coincer le nez dans la porte. Parce que pour le coup, en me voyant entrer, alors que visiblement il devait m’avoir fait comprendre qu’ici c’était pas comme dans un moulin, il s’était précipité vers moi pour me dire plus ou moins gentiment de dégager. Certes, mais ça ne servait à rien de hurler, ou du moins pensais-je que c’était ce qu’il était en train de faire, vu la mine sur son visage. Pourtant, je ne me concentrais pas sur ce qu’il était en train de baragouiner, trop préoccupé à écrire ce que j’avais à dire, parce que je n’allais pas me laisser mettre dehors de cette façon. Oh ça non. Quitte à passer pour un crétin en ardoise.

Une fois cette dernière brandie, l’information eut l’effet d’une bombe nucléaire et ses yeux devinrent deux larges soucoupes, et les traits de son visage étaient déformés par la colère. Et la surprise, sans doute. Visiblement, je débarquais un peu comme un cheveu tomberait au milieu d’une soupe, et je n’étais donc en aucun cas le bienvenu. Néanmoins, il se précipita vers son bureau, et revint quelque peu calmé. Enfin, calmé était un grand mot, il n’avait déjà plus envie de me coller son poing dans ma figure, pour avoir inventer une histoire grosse comme une maison. Ce n’était pas de ma faute. Mais ça, c’était encore dur à prouver. A la place, il se contenta de me répondre sur l’ardoise, les circonstances qui avaient amenées à ce premier contact un peu brutal. Une information, qu’il n’avait pas jugé importante, et qu’il avait balancé avec les autres courriers dont on se balance. Bref, j’étais soulagé de voir que dans le fond, je n’étais pas en tort, mais je ne soulignais pas ce fait, lui épargnant une morale inutile, en commençant à me la jouer maman aux petits oignons. Il était sans doute assez grand, et en aurait rien à foutre de mes conseils à deux balles. Alors j’économisais de l’encre, en me contentant de joindre mes doigts en un cercle, en guise de OK. Le même OK que les plongeurs se faisaient mutuellement pour signifier qu’il n’y avait rien à signaler. Bref, un OK.

S’en suivit la question des vêtements sur le lit, qui appartenaient bel et bien au jeune homme, ce qu’il me fit remarquer avec la plus grande délicatesse du monde. Je sentais bien que cette colocation allait faire des étincelles, mais ça n’était pas parce que je ne pouvais pas hausser le ton, que je ne pouvais pas, moi aussi, être désagréable.

« - Bah j’sais pas, au pape pardi. »

Ecrivais-je en soulignant le sarcasme en levant les yeux au ciel. Finalement, j’aurais du m’asseoir dessus, sur ces affaires, il aurait eu une bonne raison de râler là au moins. Néanmoins, j’ajoutais avec toujours autant de cynisme, sur mon seul moyen d’expression un « MERCI » suivi d’un sourire hypocrite, quand ce dernier déplaça ses affaires, me laissant champ libre pour envahir cet espace, qui allait sans doute être le seul qu’il n’approcherait pas.

Je posais mes fesses sur le lit, fort moelleux, et attendais que monsieur se retourne pour tout de même me présenter, puisqu’il y avait de fortes chances qu’il n’ait pas fais l’effort de retenir mon nom. Néanmoins, il se présenta à son tour, ce qui me poussa à m’incliner en signe d’ « enchanté », mais sa question suivante me fit presque regretter ce geste. Quel tact, mesdames et messieurs. Encore qu’on me pose la question, ça ne me pose pas vraiment problème en soi, parce que c’est vrai et que le nier serait totalement con. Comment pourrais-je prouver que je ne suis pas sourd, en étant incapable de dire le moindre mot ? Seulement, je pense que dans la situation actuelle ça me dérangeait uniquement parce que ça venait d’un mec antipathique comme lui. Mais comme je n’avais aucun moyen de mentir, et qu’au moins nous partirions sur de bonnes bases, et pour qu’au moins il ne me traite pas de pauvre lâche qui ne se retourne pas quand on l’appelle, je saisissais l’ardoise à mon tour.

« - Juste sourd. Comme un pot. »

En d’autres termes, ça ne sert à rien de t’énerver, je ne t’entends pas. Et parfois, je devais bien admettre que ça m’était bien utile, ça m’évitait d’entendre l’intelligence sans limites des crétins de la FAC. En cours, je ne me concentrais que sur les lèvres du professeur ou mon interprète en langue des signes, étant incroyablement serein, quand je savais pourtant, que derrière moi, se trouvait la jungle africaine. Et je ne trouvais pas d’autres mots pour décrire cette masse humaine stupide, qui vient à l’université juste parce que c’est cool, et qu’on ne fait pas les absences. Belle mentalité.

« - Je te rassure, je sais lire sur les lèvres. »

Ecrivais-je ensuite, parce que je voyais bien que ça l’emmerdait de se farcir ma micro-surface pour communiquer. Déjà pour moi, qui était habitué, ça me faisait chier, alors pour lui. Seulement, je n’allais pas me balader avec un tableau blanc à roulettes pour avoir le plus d’espace possible, et il allait devoir se contenter de ça.

« - Vois le bon côté des choses : je ne serai pas un colocataire bruyant ! »

Et ça, c’était bien une chose qu’il ne pouvait pas me reprocher. Seulement, étant le petit nouveau du dortoir, il allait devoir me supporter au moins une journée, après j’étais certain de savoir m’envoler de mes propres ailes.

« - T’as des habitudes, des petites choses que je devrais savoir ? Non parce que quitte à ce qu’on se côtoie tous les jours maintenant, autant savoir le pire de l’un et l’autre, non ? Histoire qu’on sache direct pourquoi on va se mettre sur les dents… »

Pour moi, c’était surtout une façon de savoir s’il n’était pas trop emmerdant comme mec. Bon bien évidemment, je passais sur le fait que ronfler n’était pas un critère que je prenais en compte, il pouvait bien faire un concert de jazz, ou écouter de la musique jusque tard, il était sur de pas m’emmerder. Mais en revanche, il pouvait y avoir d’autres détails fourbes, qui pouvaient rendre encore plus cette colocation totalement jazzy.

« - Oh et c’est trop te demander de m’expliquer comment ça fonctionne, le petit-dèj, couvre-feu etc ? Ou je dois me démerder comme un grand pour pas déranger monsieur ? »

De la provocation. Parfaitement. Je n’étais pas tendre, quand je voulais non plus, puis je ne lâchais pas spécialement l’affaire quand on m’avait fait comprendre que je n’étais pas le bienvenu. J’avais pas un caractère facile, il s’était peut-être atténué ces derniers temps, mais comme on dit toujours : chassez le naturel, et il revient au galop. S’il veut me détester, il verra que moi aussi, je sais détester les gens.



_________________
Kappa Pi dans l'âme & Dans le coeur
I want someone to love me, for who I am. I want someone to need me, is that so bad? I wanna break all the madness, but it's all I have. I want someone to love me. For who I am —
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Petit nouveau
Disponibilité pour RP : Je t'attendais justement !
Featuring : Lee Donghae
Messages : 54
Who I am? : Bah t'sais lire ? C'est noté en haut j'suis Kim Tae Won ! Naaan j'déconne. J'ai vingt-deux ans. Je suis américain même si on me rappelle toujours que je suis coréen (ouais, non j'suis pas chinois). En fait, j'sais plus trop qui je suis mais j'ai décidé de me reprendre en main parce que je sais qui je veux être, ce que je veux devenir. Je veux être moi enfin et qu'on m'accepte tel quel avec mes qualités et mes défauts. Et je veux devenir un artiste. Je veux danser, chanter et vivre ! Mais si tu veux en savoir plus bah Clique ici
People around me : La vie c'est comme une boite de chocolats. Il y a ceux que vous voudriez recracher ou vous débarrasser et puis il y a ceux que vous adorer dont vous ne pouvez vous passer. Bah avec les gens qui colorient ma vie ... c'est pareille ! Il y a ceux qui la colorent et ceux qui la ternissent mais regardez plutôt ICI
What I've done : J'essaie de ne garder en mémoire que les bons moments du passé. Et je tente d'écrire, de dessiner mon avenir. Avec son lots de surprises plus ou moins bonnes. Je veux faire le plus beau métier du monde : Artiste. Je veux donner du rêve, illuminer les yeux des gens, les faire vibre. J'étudie, je me perfectionne en danse, en chant.
CellPhone : Son portable//Son casier
Relations : Laisse moi un moment !
Date d'inscription : 21/01/2016
Age : 23
Localisation : Boston - Chambre 4
MessageSujet: Re: La colocation. Tout un art. Feat. Kim chou *O*   Mar 2 Fév - 13:33

La colocation. Tout un art × ft. Lee & Kim
Kim n'avait pas réellement envie de partager sa chambre avec ce gars mais il savait pertinemment que ça ne servait à rien de se plaindre. C'est Garner qui avait pris cette décision et la vieille peau ne revenait jamais en arrière, même quand elle avait tort alors c'est vous dire. Il ne pouvait s'empêcher de faire des remarques que d'ailleurs le jeune sourd sembla comprendre. Il ne l'avait sûrement pas entendu mais il avait peut-être lu sur ses lèvres ou bien déduit ce qu'il avait pu dire à son expression par exemple et à la situation car il ne manqua pas de lui répondre avec le même sarcasme. Kim ne répondit rien, il se contenta de lui adresser un sourire qui en fait n'en n'était pas du tout un. Non il avait plus l'air d'une grimace ou d'un truc qui voulait dire : "très drôle, marre-toi bien pendant que tu le peux ! J't'aurais la prochaine fois petit malin". Il se contenta de ramasser ses affaires. Puis il vit apparaître sur le visage de son vis-à-vis un sourire qu'il n'apprécia guère. Il était hypocrite à souhait. Puis il s'empressait à  s'installer qu'on pouvait voir qu'il prenait du plaisir à investir les lieux.  Il devait ignorer à qui il avait affaire. Ou alors était-il assez fou pour vouloir jouer à ça avec lui ?  Kim n'était pas du genre à se laisser faire sans dire. Pourtant, une fois de plus il ne fit rien, il se tourna et rangea ses affaires dans son placard. Après tout l'ignorance pouvait aussi être une bonne arme de temps à autre. Heureusement qu'il ne possédait pas trop de choses car sinon son placard exploserait. Surtout qu'à présent il allait devoir revoir son rangement, il allait avoir moins de place pour s'étaler.

Fermant les yeux et prenant le temps de respirer, il tentait de se calmer. Quand il se retourna, le jeune homme était assis confortablement sur son lit et commençait à se présenter, Kim en fit de même sur une feuille. Puis tant qu'à faire les présentations, et comme ils allaient partager la chambre, autant en savoir un peu plus l'un sur l'autre et forcément une question le taraudait. Était-il sourd ? muet ? ou bien les deux ? Ouais la formulation n'était peut-être pas assez travaillée, trop crue. Mais vous connaissez Kim, il était du genre à agir sans prendre le temps de réfléchir ou de mettre les formes. Puis pour lui ça n'avait rien de déplacé, de méchant ou autre. Il répondait "Juste sourd comme un pot" ce qui eut pour effet de faire rire notre ami. Bah quoi ? C'est pas ce qu'il voulait en écrivant ça ? Quoi c'est pas de l'humour ? C'est méchant de rire ! Bah c'était naturel. Kim n'avait pas réussit à le retenir, d'ailleurs il n'y avait pas pensé une minute.


*Alors ... la dernière fois ce n'est pas qu'il ne voulait pas me répondre ou autre mais juste qu'il ... ne m'avait pas entendu.*

Son sourire se fit un peu plus large, il se mit à rire un peu plus à cette idée, à cette méprise. Bien évidemment ça aurait pu être pris de travers pour le jeune homme. Mais encore une fois Kim n'y pensait pas et donc il ne prit pas le temps d'expliquer quoique ce soit. Au lieu de ça il reprit d'une façon, encore fois crue.

Alors si tu sais parler ...

Oui utiliser le verbe pouvoir au lieu de savoir aurait peut-être été préférable, plus subtile mais de toute façon la subtilité n'était pas mais alors pas du tout une qualité que possédait Kim. Il avait bien mieux à faire que réfléchir à tout un tas de formulation pour arriver au final eu même résultat alors autant aller droit au but.

... Pourquoi tu ne le fais pas au lieu de perdre ton temps à écrire et le mien à déchiffrer tes pattes de mouche ?


Ouais pas cool. C'était peut-être là, le moment qu'il avait choisit pour se venger de son sourire hypocrite. Bon ça ne changeait pas qu'il devait continuer à écrire Mais par la suite Lee lui avouait qu'il pouvait lire sur les lèvres. Sincèrement c'était une bonne nouvelle. Car Kim ne se voyait pas se balader avec une ardoise ou une feuille pour lui parler. Kim se contenta de sourire, la satisfaction se lisant dans ses yeux, il leva son pouce montrer qu'il appréciait cette nouvelle. Puis son regard se concentra sur le jeune homme qui se mettait à nouveau à écrire. En lui même Kim pensait que ça devait être chiant d'écrire ainsi tout le temps. Puis il pu lire ce qu'il avait noté. Vraiment, il avait de l'humour, c'était un bon point. Après tout c'était vrai, et sincèrement Kim avait pensé la même chose en se rendant compte de ses handicapes. Il n'avait pu nier qu'il était heureux de tomber sur un mec comme ça qui n'allait pas lui prendre la tête et surtout ne pas lui casser les oreilles. Kim prit un bout de papier et nota

C'est marrant, c'est tout à fait ce que je me suis dit quand j'ai compris ton état.
Au moins il va pas me casser les pieds et encore moins les oreilles.


Rhooo c'était méchant non ?! Légèrement ... mais que voulez-vous. Kim ne semblait pas aimer Lee et surtout son sarcasme le dérangeait. Et puis quoi si Lee pouvait en rire et s'en moquer pourquoi Kim n'aurait pas le même droit ? Mais c'est vrai qu'en faisant cela, Kim ressemblait tout à fait au genre de gars qui l'avaient harcelé par le passé. C'est con, mais c'est fou comme une victime peut se transformer en bourreau par la suite. A croire que c'était une façon de se venger ou plutôt de montrer qu'on avait changer. Mais cependant ça n'avait rien de positif. Et Kim le savait. Mais il ne pouvait s'en empêcher par moment et puis, ce n'était qu'un visage car le vrai Kim n'était pas ainsi. Mais il ne se montrait guère sous son vrai visage. Peut-être par peur de souffrir à nouveau, d'être trahit à nouveau, d'être déçu à nouveau.

Lee changeait de sujet, et cela valait peut-être mieux. Il se renseignait sur Kim, il voulait savoir si ce dernier avait des habitudes. Kim avait envie de lui répondre que ça ne le regardait pas. Mais il prit le temps de réfléchir. Après tout, c'était peut-être bien de parler de tout. Ça éviterait bien des problèmes pour la suite de leur cohabitation.

Je me lève tôt tous les matins pour faire mon jogging ... J'aime avoir de l'eau bien chaude pour ma douche ... Et je déteste le désordre et la saleté alors t'as intérêt à faire attention.

Pourquoi il fallait, encore, qu'il soit sur la défensive, légèrement agressif, menaçant ? Il pouvait très bien le mettre au parfum en étant un peu plus chaleureux. Ce qui certainement marcherait dix fois mieux, le message passerait nettement mieux.

AH oui

Il prit une feuille et écrivit en gros

J'ECOUTE LA MUSIQUE A FOND ET JE CHANTE AUSSI

Il lui montra en esquissant un sourire en coin. Bon sang ce qu'il pouvait être emmerdant et taquin. Enfin provocant. Il savait pertinemment que ça ne dérangerait pas Lee puisqu'il ne pouvait entendre. Puis Lee posa à nouveau une question et cette fois c'était à son tour de provoquer notre ami. Ce n'était que de bonne guerre comme la réponse de Kim. Il articula lentement, comme s'il le prenait pour un idiot.

SO-LU-TI-ON

et fit deux avec ses doigts. Affichant à nouveau un large sourire.

En même temps ... Kim n'aurait su réellement le renseigner. Car ne connaissait pas vraiment les horaires pour les petits-déjeuner. Quand il débarquait, après son footing, tout était déjà prêt et il ne savait quand il était remballé. Car il petit-déjeunait assez vite. Quand au couvre-feu, il s'en fichait pas mal, il n'était pas du genre à lire le règlement et encore moins à le respecter à la lettre. de plus ... il ne sortait pas vraiment le soir. Mais c'était sûrement trop simple, trop sympathique, trop idiot de lui répondre qu'il n'avait pas vraiment les réponses à ses interrogations. Non il s'amusait bien trop à l'envoyer balader. A quoi il pensait ? Ou qu'espérait-il ? Peut-être que ce gars en ait marre et demande une autre chambre.

Il prit une autre feuille et écrivit.

Mais toi qui adore lire, tu trouveras tes réponses ici.  bonne lecture !

Puis il ouvrit un tiroir de son bureau et en retira un gros dossier et lui lança sur son lit. Il s'agissait du règlement. Décidément, il n'était pas d'humeur à être gentil et accueillant. Pourtant Lee semblait faire des efforts, enfin de temps à autre, mais ça ne semblait pas changer quoique ce soit au comportement de notre ami. Il n'était vraiment pas ravi de partager son petit monde avec quelqu'un.


code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La colocation. Tout un art. Feat. Kim chou *O*   Aujourd'hui à 7:04

Revenir en haut Aller en bas
 
La colocation. Tout un art. Feat. Kim chou *O*
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Oh ! Tu es tout chou toi aussi ♥
» (15/09 - 17h36) On passe nos nuits ensemble après tout (feat. Karisma)
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» Quand la vie va tout va!!! [PV: toute la clic^^]
» Le plus féroce de tout les chiens... Mouk!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life in Boston rpg :: Fraternities :: Kappa Pi :: Dortoir :: Chambre 4 de Lee Hae Hyuk & Kim Tae Won-
Sauter vers: