AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Demande de partenariat
Ven 26 Fév - 20:51 par Invité

» 16.02.16 - LE FORUM FERME SES PORTES.
Jeu 18 Fév - 15:51 par Miss Petunia Garner

» Flash | ft. Lily-Rose Rivest
Lun 15 Fév - 21:05 par Lily-rose F. Rivest

» Never say goodbye because saying goodbye means going away and going away means forgetting (Ninette ♥︎)
Lun 15 Fév - 20:27 par Isobel W. McCoy

» Mon Voisin Du Dessus (MVDD)
Dim 14 Fév - 17:55 par Invité

» À quoi te fait penser ce mot
Dim 14 Fév - 17:55 par Invité

» Le changement, c'est maintenant !
Dim 14 Fév - 12:18 par Shivani K. Shukia

» Une rose à dix
Dim 14 Fév - 12:11 par Isobel W. McCoy

» L'horloge parlante
Dim 14 Fév - 12:10 par Isobel W. McCoy

Points confréries
Delta Upsilon — 825 pts
Kappa Pi — 777 pts
Sigma Nu — 535 pts
Delta Gamma — 510 pts
Pi Bêta Phi — 300 pts
Thêta Xi — 60 pts
Vidéo

Partagez | 
 

 Revenir à la source [James]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pi Beta Phi
Disponibilité pour RP :
Featuring : Cameron Dallas
DC : Kyaw Ne Min, Marine Martel, Alayna Keane, Seung Joo Park & Jake I. Wilson
Messages : 72
Who I am? : Un petit con
People around me : Mais pas avec tout le monde
Where I'm going : Et pas tout le temps
Social Network : Tumblr
CellPhone : Téléphone & casier
Relations : Amoureux du plus parfait des garçons *o*
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 21
MessageSujet: Revenir à la source [James]   Dim 17 Jan - 8:44

Je suis tranquillement sur mon lit, allongé sur le ventre. Sur notre lit en fait, à James et à moi. Un lit rien qu'à nous deux, dans un appartement rien qu'à nous deux, dans une bulle rien qu'à nous deux. Quand nous avons quitté la confrérie, nous nous sommes mis d'accord sur ça sans problème. Nous ne voulions pas d'une chambre chez les lambda, encore moins au risque de ne pas nous retrouver ensemble. Et puis nous serions vraiment plus tranquille, nous n'aspirions plus qu'à ça, au fond. Je suis content et soulagé qu'il ne soit plus chef, c'est une pression en moins, pour lui comme pour moi. Je ne sais d'ailleurs pas vraiment ce qui l'a motivé à quitter son poste mais je lui fais confiance, s'il le veut, il me le dit, sinon, ce n'est pas grave.

J'ai un crayon de bois dans la main mais à vrai dire, je le mordille plus qu'autre chose. Je veux dessiner quelques petits croquis pour la prochaine collection de ma mère, si elle les jugea assez bons, mais je n'arrive pas vraiment à me concentrer. Je crois que je ne me suis pas tout à fait habitué à l'endroit et que j'ai du mal à y être concentré. Je ne me suis pas installé d'espace rien qu'à moi, pour quand je bosse sur mes accessoires, mais ça ne saurait tarder. Je relève la tête et la tourne vers la fenêtre. Quelques flocons tombent doucement, sans bruit et en douceur. Je n'ai jamais vraiment connu la neige, étant né en Australie, même s'il y a des endroits où il en tombe. Puis après j'ai vécu à Miami, ça ne m'a pas aidé plus à être familier avec cette eau qui tombe du ciel sous cette forme. Je me lève, laissant mes affaires en plan sur les draps, et me dirige vers la fenêtre. J'ai envie de sortir, de faire quelque chose, j'ai l'impression d'être un lion en cage. C'est les vacances, alors autant profiter non ? Mais pour faire quoi ?

Mon portable, oublié sur le lit, vibre. Il ne s'entend pas beaucoup mais je le capte quand même. Cool, ça va me faire une distraction pendant environ… 12 secondes ? Bon, j'exagère, d'accord. Je vais regarder et je constate que c'est ma mère. Elle a décidé d'avoir quelques jours de repos à la fin de la semaine et elle veut savoir si je veux aller visiter le marcher de Noël qu'il y a en centre ville avec elle. Je savais qu'il y avait des animations mais je ne savais pas lesquels. Maintenant qu'elle m'en fait la liste, je trouve ça d'un coup plus intéressant. Je lui réponds que je suis OK pour la fin de semaine, je range tranquillement le portable dans ma poche et je décide de sortir de la chambre.

James est  dans le petit salon/salle à manger, installé sur la grande table, en train de travailler. Dans un premier temps, je passe simplement à côté de lui, effleurant son épaule de ma main. Je file à la cuisine pour aller me servir un verre de jus d'orange. Ça m'étonne, mais on arrive à se débrouiller pour les courses et un peu la cuisine. Bon, faut pas nous en demander trop, alors souvent la cuisine consiste à appeler pour commander, mais on est pas encore morts de faim. Je finis mon verre et l'observe de loin, dos collé au plan de travail. Je sais que je ne devrais pas le déranger, mais c'est trop tentant. Et puis au pire, il n'aura qu'à me dire non, je ne vais pas me vexer pour ça non plus. Je pose mon verre sale dans l’évier dans l'idée de le laver, mais plus tard, et je m'avance vers lui. Je viens me coller à son dos, ma tête sur son épaule, mes mains descendant sur son torse.

- Tu fais quoooiii ?

Petite voix innocente, sourire d'ange, je trouve que ça me correspond bien. Ça me rappelle quand il corrigeait ses copies de dessin, à Miami. Bon, il n'aimait pas se lever tôt pour corriger ou donner ses cours, il n'avait pas le choix, mais moi j'aimais bien quand il était professeur. J'ai toujours trouvé ça cool, même si à l'époque nous n'étions pas encore ensemble. Je jette un coup d’œil à ce qu'il fait mais bien sûr, ça ne me parle pas vraiment, ce n'est pas mon domaine. Ça m'intéresse quand même un peu, mais sachant que je ne vais pas réellement comprendre, eh bah ça m'intéresse pas tant que ça. Le diable que je suis est venu avec une idée en tête. Je dépose un baiser sur sa tête avant de le lâcher et de m'asseoir sur la table, juste à côté de ses affaires, les jambes pendant dans le vide. Je le regarde, toujours souriant, les yeux pétillants.

- Jaaaaames, j'ai vu qu'il y avait une patinoire en ville pour les fêtes de fin d'année, dis, tu veux bien y aller avec moi ? S'il te plaaaiiit.

Je tente de lui faire les yeux deux, ou des yeux de chiot battu, au choix. À mon avis, c'est plus comique que convainquant et j'aimerais vraiment beaucoup voir ma tête sur le moment. Boh, ce n'est pas grave, à part quand il est vraiment de mauvais poil, il ne me refuse rien. Et puis ça lui fera une pause dans son boulot, je suppose qu'il en a besoin. Parfois, je peux être concentré longtemps, mais même quand je fais un truc qui me plaît, au bout de quelques heures j'en ai marre, j'ai mal à la tête et j'arrête. Je me penche un peu vers lui, prêt à sortir l'argument ultime. Bon d'accord, c'est loin d'être l'argument ultime, disons que c'est un petit plus.

- En souvenir du bon vieux temps, tu peux pas refuser.

Je fais une petite moue presque boudeuse, pour lui montrer que non, il ne peut pas refuser. On dirait un enfant capricieux, mais j'ai vraiment envie de sortir avec lui, de passer un bon moment et de m'éclater sur la glace. Il n'y a rien de mal à ça, si ?

_________________
Sometimes the heart sees what is invisible to the eye.
Love is composed of a single soul inhabiting two bodies.


Logan parle en mediumpurple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Revenir à la source [James]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le pois congo : source de protéines et de devises
» Morrell James ( Haiti Democracy Project) 202-588-8700
» Davy James' Fiche technique
» With Aristide's return comes hope (Selma James, widow of C.L. R. James)
» [Code Source] Code Source

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life in Boston rpg :: Others :: Flashback and Flashforward :: Flashback-
Sauter vers: